26/03/2018

Pacific Rim Uprising

Il y a 10 ans, les pilotes de Jaegers furent capables de contre-attaquer et de détruire la faille qui permet aux monstres, nommés, Kaijus, de traverser. La guerre était terminée après de longues années de luttes et de destruction. L'humanité a passé ce temps à reconstruire le monde, bien qu'une partie non négligeable des pays côtiers soient laissés à l'anarchie. Outre une reconstruction, l'humanité s'est préparée à un potentiel retour. Les pilotes sont de plus en plus entrainés et les Jaegers de plus en plus puissants. Mais, pour l'instant, ces robots ne font que chercher des pilotes non-assermentés. De plus, leur méthode pourrait bien disparaitre alors qu'un nouveau programme est mis en place : une défense globale par des drones capables d'être déployés instantanément et ne nécessitant qu'un seul pilote au lieu de deux.

SPOILERS

Alors que je sortais de la salle je ne pouvais pas faire autrement que de penser à Independance Day et sa suite. En effet, Pacific Rim, premier du nom, fut, tout comme Independance Day, un gros block buster d'été qui fonctionnait particulièrement bien car il est écrit d'une manière très simple mais aussi très efficacement. Les suites me semblent proches. Dans les deux cas, l'humanité a eu du temps pour se préparer, on trouve une nouvelle génération, les méchants sont plus gros et même la fin est quasiment identique lorsqu'on propose de placer la guerre directement chez l'ennemi alien. Cependant, Pacific Rim Uprising réussit là où la suite d'Independance Day échoue lamentablement. Si ce film réussit c'est surtout parce qu'il prend le temps de créer une nouvelle crise, avec le petit luxe d'offrir une petite recherche sur l'identité de la véritable menace. Celle-ci n'apparait pas immédiatement et fonctionne à la suite du premier film, ce qui permet de mettre en avant les conséquences de certaines actions. De plus, la menace ne commence pas par détruire la moitié du monde mais s'attaque directement aux personnages que l'on a appris à connaitre pendant une bonne partie du film. Ceci rend les événements bien plus intenses puisque l'on souhaite voir les personnages réussir.

Le premier film ne se prenait pas au sérieux. La réalisation savait ce qu'elle faisait : un film avec de gros robots qui tapent sur de gros monstres. On aurait pu craindre que la suite se prenne bien plus au sérieux, oubliant son identité. Heureusement, ce n'est pas le cas. À plusieurs reprises, des scènes font directement références au premier film. Mais au lieu d'essayer de les recréer à l'identique elles sont, parfois, "ratées." Cette caractéristique permet aux dialogues de casser allégrement le quatrième mur à plusieurs reprises. Bien que cela puisse agacer, j'ai plutôt apprécié. Cependant, cette suite est tout de même moins réussie. Bien entendu, la surprise est passée. Mais ce sont surtout les personnages qui sont moins intéressant. De nombreux points d'intrigues ne sont pas résolus dans l'histoire personnelle des personnages. De plus, on sent que la réalisation a souhaité créer des remplacements. Malheureusement, tous les choix ne sont pas aussi intéressants. Je déplore, par exemple, de ne pas avoir observé plus de scènes avec Mako, alors que sa remplaçante, Amara, échoue à reprendre le trône puisqu'elle est placée comme élève et non comme égale du personnage masculin principal.

*
**
*** Moins bon que le premier, mais j'ai plutôt apprécié.
****
*****

Image : Site officiel

Pacific-Rim-Uprising-Gallery-08.jpg

14:06 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pacific rim, uprising | | | |  Facebook

18/07/2013

Pacific Rim

Installez-vous confortablement, éteignez votre cerveau et appréciez. Voila la meilleure manière de regarder Pacific Rim. Mais comme il existe tout de même un semblant de scénario je vais tenter de la résumer en plus de phrases. Nous sommes sur Terre. Après plusieurs attaques dévastatrices sur des villes côtières de l'océan pacifique les autorités se sont mises d'accord: la Terre est sous attaque et il est nécessaire de se lier pour défendre la race humaine. Un programme de défense est donc mis en place: les Jaegers. Ce mot décrit de gigantesques machines pilotés par deux humains qui permettent de combattre à un pied d'égalité les envahisseurs. Mais la fréquence des attaques et les tactiques des monstres commencent à prendre en compte la défense humaine et, petit à petit, le programme commence à échouer. Une dernière mission avec des jaegers obsolètes est programmée pour terminer, une fois pour toutes, cette guerre.

Je ne peux pas dire que j'ai détesté ce film ni que je l'ai apprécié. En fait, c'est un gros spectacle sans réelle possibilité de s'attacher aux personnages. La plupart des situations et des identités sont des plus connues que ce soit le dernier discours, le dernier sacrifice, la vengeance personnelle ou encore la peur intime. Les dialogues sont loin d'être de haut niveau et le personnage principal m'a souvent agacé par le nombre de fois qu'il utilise le nom de sa partenaire (comptez, vous verrez c'est drôle). Ce même héros prend le temps de se battre pour sa partenaire alors que cette dernière est parfaitement capable de se défendre seule… Bref, le seul intérêt de ce film est le spectacle des combats entre robots et gros monstres et, au moins, on n'est pas venu pour rien. Ces combats sont spectaculaires et on sent que le réalisateur adoré construire ces bestioles. Il est dommage qu'il n'ait pas offert un peu plus de profondeur par exemple en s'intéressant aux effets socio-économiques des attaques. On possède quelques indices mais rien de bien croustillant. S'y intéresser aurait pu donner un film bien plus intéressant.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Gros spectacle sans beaucoup plus d'intérêt. Au moins on s'amuse.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

11.jpg

12:07 Écrit par Hassan dans science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pacific rim, del torro, robots, monstres | | | |  Facebook