03/12/2017

The Handmaid's Tale par Margaret Atwood

Titre : The Handmaid's Tale
Autrice : Margaret Atwood
Éditeur : Penguin 18 avril 2017
Pages : 336
TW : viol, meurtre, esclavage

Les États-Unis sont un pays de grande liberté, combattant pour la démocratie dans le monde entier. Mais alors que la relation entre l'URSS et les États-Unis devient moins tendues un petit groupe de révolutionnaire agit dans l'ombre. Soudainement, le parlement est massacré tandis que le président est assassiné après une attaque contre la maison blanche. Après un moment sous état d'urgence et la suspension de la constitution une nouvelle république se forme : la République de Gilead. Mais celle-ci n'est pas basée sur la démocratie ou la liberté. Elle est basée sur la Bible et tout ce qui est contraire au texte doit être supprimé et oublié. La société est reconstituée afin de suivre les préceptes du livre et les femmes sont organisées en trois ordres : les femmes mariées, les servantes sous le nom de Martha et les servantes écarlate. Celles-ci sont chargée de porter les enfants des hommes les plus hauts placés, leur corps n'est plus le leur mais une ressource nationale et même leurs noms sont effacés, elles ne sont plus que des propriétés. Ce livre est l'histoire de l'une d'entre-elles.

SPOILERS

Ce livre est récemment adapté à la TV mais avant de terminer la série je voulais lire le roman, ce qui me permet de comprendre de quelle manière l'adaptation fonctionne. En effet, le livre parle souvent de souvenirs de "la vie d'avant". Du point de vue de l'écriture, ceux-ci sont intéressants non pas seulement par les indices qu'ils nous donnent sur la vie de l'héroïne, Offred, mais surtout de la manière dont ils sont écrits. En effet, Offred est interdite de manger et boire certaines substances accusées de mettre à mal la production de bébés. Mais elle peut toujours sentir, voir, entendre. Les sens, dans ce livre, ont une importance majeure car ils lancent les souvenirs, souvenirs de repas, de sensations. Mais ils permettent aussi de mettre en avant un manque. L'un des plus importants, répété pendant une bonne partie du livre, est le toucher. Offred est interdite, elle ne peut ni toucher ni être touchée en dehors d'un rituel précis. L'autrice décrit l'effet que cela a sur une personne de ne pas ressentir la présence d'une autre quand elle est souhaitée. Ainsi, les sens sont au centre de ce livre et de l'expérience de l'héroïne.

Mais ce livre est aussi une dystopie. Il décrit un régime autoritaire qui fonctionne sur un ordre hiérarchique précis et la force militaire. La surveillance est omniprésente, à la fois discrète et visible. Selon sa position hiérarchique seules certaines activités sont permises ou interdites, les femmes ayant l'interdiction de lire et écrire. Mais peu d'indices nous sont montrés sur la raison de la mise en place de ce régime. On apprend de quelle manière tout a commencé et les premières attaques sur la liberté, basées sur la nécessité de sécurité après une attaque terroriste. On comprend que, idéologiquement, le régime défend son existence par la nécessité de recréer une population caucasienne, les juifs et autres religions étant expulsées tandis qu'une politique raciste basée sur l'ethnicité est sous-entendue. Mais, rapidement, on ne possède que quelques indices. Ceci est, selon moi, une réussite. En effet, le coup d'état a été formé en secret et Offred ne pouvait pas comprendre ce qui se déroulait dans le passé. Dans le présent, elle est interdite de lecture et d'informations. Elle ne peut donc connaitre que des rumeurs ou ce qu'on lui dit. L'absence d'informations sur le fonctionnement et la mise en place du régime est logique quand on prend en compte le fonctionnement du roman. Ce qui n'empêche pas de deviner certaines choses et de faire des liens avec notre monde, la mise en place de Gilead semble avoir été à la fois rapide et facile en se basant sur des procédés légaux en place dans le cadre d'une démocratie.

Je souhaite prendre un peu de temps pour parler de la dernière partie du livre. Celle-ci suit directement la fin du roman, qui prend la forme d'un cliffhanger. Cette dernière partie change le fonctionnement du roman puisqu'il est qualifié de source historique récemment retrouvée et éditée par des experts, masculins, de la période décrite dans ce qui est un journal rédigé après les faits. Cette partie prend la forme d'un procès-verbal d'une conférence d'historien-ne-s spécialisé-e-s de la période. Ce qui est maintenant un document est discuté. Est-ce que celui-ci est réel ou est-ce une contrefaçon ? De quelle manière prouver sa réalité et retrouver les personnes impliquées. Cette partie est intéressante parce qu'en imitant la forme scientifique elle permet de remettre en question la construction de l'histoire. En histoire, il est nécessaire d'user de sources imprécises qui ne donnent pas toujours les informations que l'on souhaite, quand ces sources existent. Il faut aussi se poser la question de ce qui est décrit, de la raison de l'écriture et de l'identité de la personne derrière les mots. Mais ces informations ne sont pas toujours faciles à retrouver. De plus, et cela me semble particulièrement important ici, il faut rester en partie détaché lors de la lecture. Selon moi, il n'est pas anodin que l'historien qui analyse le roman soit un homme. Offred s'était vu dépouiller de son identité et tente de décrire sa vie dans un récrit qu'elle construit elle-même. Un homme se l'approprie et le critique selon des critères qu'il pense scientifiques. L'effet en est d'effacer à nouveau l'expérience d'Offred.

*
**
***
**** Une écriture mélancolique, un roman dans lequel il ne se passe que peu de choses, une intrigue politique importante dans le contexte actuel. Cependant, la lecture n'est pas facile et il est nécessaire de s'accrocher.
*****

Image : Éditeur

9780525435006

16/11/2017

The book of dust 1. La belle sauvage par Philip Pullman

Titre : The book of dust 1. La belle sauvage
Auteur : Philip Pullman
Éditeur : David Fickling Books et Penguin 19 octobre 2017
Pages : 546

À une époque proche une jeune fille, Lyra, et son ami, Will, se trouveront au centre d'une lutte entre les êtres capables de conscience et l'Autorité ainsi que son armée tyrannique. La destruction sera énorme mais les aventures de Lyra et Will permettront de changer a jamais le destin des personnes conscientes. Mais ceci n'est encore qu'un lointain futur. La jeune Lyra n'est qu'un bébé offert à l'attention de religieuses de la ville d'Oxford après le scandale qui a entouré sa naissance et ses deux parents. Bien que Lyra ne le sache pas, de nombreuses personnes s'intéressent à elle. Des rumeurs sur sa naissance circulent dans tout le royaume de Bretagne et plusieurs factions tentent de la contrôler. Le danger est partout à cette époque, des personnes disparaissent tous les jours alors que l'Église est de plus en plus puissance. Que peuvent donc faire deux jeunes adolescent-e-s, Malcolm et Alice, pour protéger Lyra face à des ennemis aussi impitoyables ?

SPOILERS

Outre Harry Potter ma jeunesse a été bercée par la trilogie À la croisée des mondes (dont je déplore une adaptation cinématographique peu inspirée). J'attendais avec autant d'impatience la suite des aventures de Harry Potter ainsi que celles de Lyra. Cependant, À la croisée des mondes m'a beaucoup plus ému, à cause de son dernier tome dont la résolution est triste. Lorsque j'ai su que Pullman allait écrire un autre livre dans le cadre de ce monde j'ai dû attendre avec patience de nombreuses années, avec peu d'informations sur la forme qu'il prendrait. Finalement, on sait que ce livre est une trilogie qui se déroule en dehors des aventures de la première trilogie. Le premier livre est enfin sorti en octobre et je me suis immédiatement jeté dessus, ne prenant que le temps de relire tous les autres tomes pour avoir plus de plaisir à entrer dans La belle sauvage.

Bien que ce livre se déroule 10 ans avant la trilogie À la croisée des mondes on retrouve plusieurs aspects bien connus. Bien entendu, on retrouve certains personnages secondaires ainsi que certains objets et peuples. Malcolm, par exemple, apparait dans un livre annexe. Mais ce qui m'a frappé c'est l'impression de danger que met en scène l'auteur. Lorsque nous commençons le livre on apprend rapidement que le Royaume Uni est sous le contrôle d'une forme de police secrète. Ce n'est que le début puisque d'autres institutions sont mises en scènes au fil des pages. Pullman semble nous expliquer que lorsqu'un état souhaite prendre le contrôle d'une population il s'y prend de deux façons. Premièrement, il est nécessaire de créer un sentiment de peur qui permet de détruire non seulement l'envie de se révolter mais aussi la possibilité de faire confiance à quelqu'un. Ensuite, on prend le contrôle des enfants. Les enfants étaient déjà centraux dans le premier livre d’À la croisée des mondes et si leur rôle est ici moins important leur contrôle est central.

La lutte contre cet ennemi invisible mais omniprésent est au centre de la première partie du livre. La seconde débute avec un changement spatial majeur et met en scène une quête de la part des deux personnages principaux. La politique, bien qu'au second plan puisque le livre prend le point de vue d’un jeune adolescent, est ici presque complétement abandonnée au profit de la survie au jour le jour. L'écriture est ici tout aussi réussie et permet de dessiner deux adolescent-e-s capables de réfléchir aux meilleurs moyens de survivre et d’accomplir leur mission. Les dangers sont bien plus immédiats, directement identifiables. Cependant, l'auteur ajoute des passages oniriques que je n'ai pas complétement compris. Il semble que les deux adolescent-e-s entrent dans un nouveau monde mais cela n'est jamais explicités ni expliqué. Sans être mauvais, je me demande si ces passages sont réellement utiles à l'intrigue. Personnellement, ils m'ont un peu dérouté.

Au final, j'attendais ce livre avec impatience. Je n'avais aucune idée de la forme qu'il prendrait ni de l'intrigue qui serait mise en scène. Comme le dit l'auteur, ce livre n'est pas inscrit d'une manière forte dans la trilogie À la croisée des mondes. Cependant, il se déroule dans le même monde avec des personnages, objets et institutions que l'on connait ne serait-ce que de manière secondaire. Ainsi, ce livre s'inscrit dans une continuité et permet d'expliquer certains éléments de la trilogie. Cependant, il se suffit à lui-même. L'intrigue se termine à la dernière page sans qu'il soit utile de la continuer. Ce qui donne une certaine liberté à l'auteur pour les prochains livres que je me réjouis de parcourir.

*
**
***
**** J'ai beaucoup aimé retourner dans le monde de Lyra et je me réjouis de connaitre les autres livres. Cependant, j'avoue avoir eu des étoiles dans les yeux dès que l'annonce de la sortie a été connue.
*****

Image : Éditeur

cover.jpg.rendition.460.707.png

06/09/2016

Deep time (Doctor Who). The glamour chronicles 3 par Trevor Baxendale

Titre : Deep time (Doctor Who). The glamour chronicles 3
Auteur : Trevor Baxendale
Éditeur : Penguin 8 septembre 2015
Pages : 256

Le Docteur et Clara se rendent dans un lointain futur. Un homme extrêmement riche capable de s'acheter des systèmes solaires pour son week-end prépare une expédition avec l'aide des plus grands expert-e-s en archéologie, histoire, ingénierie et navigation. Dans ce groupe de personnes très intelligentes les rôles de Clara et du Docteur ne sont pas faciles à comprendre. Le Docteur, lui, sait exactement ce qu'il fait. Il sait que ce groupe essaie d'explorer le dernier trou de ver du mythique empire des Phareon. Cette race a soudainement disparu après avoir été l'une des plus puissantes de l'histoire. Bien que les raisons de cette disparation soient inconnues le Docteur soupçonne que le Glamour pourrait y être lié. Et il n'y a rien de plus dangereux que cet objet dans l'univers.

En ce qui concerne cette trilogie je suis partagé. J'ai bien aimé le premier tome. Le second était trop mauvais. Ce troisième me réconcilie avec l'histoire. En peu de pages l'auteur a réussi à m'impliquer dans le destin des personnages. Bien que j’aie eu mes préférés ce qui leur arrive a pu me toucher. Les décors sont assez vastes et variés. En effet, on aurait pu croire à huis clos angoissant (ou raté) mais l'auteur décide d'aller dans une autre direction. Bien que l'on se doute de la solution le voyage reste sympathique à lire. Ce tome conclut assez bien la trilogie et est assez plaisant à lire.

*
**
***
**** Un troisième tome assez réussit avec un Docteur bien plus proche de celui que je connais sous les traits de Capaldi.
*****

Image : Éditeur

9781101905791

28/08/2016

Big Bang Generation (Doctor Who). The glamour chronicles 2 par Gary Russel

Titre : Big Bang Generation (Doctor Who). The glamour chronicles 2
Auteur : Gary Russel
Éditeur : Penguin 8 septembre 2015
Pages : 240

Le Docteur navigue sans se soucier de rien en lisant à la lumière des bougies. Mais pendant qu'il se détend une série d'évènements l’amènent sur une planète perdue et criminelle : Légion. Plusieurs personnes, de plusieurs époques, sont reliées à un artefact très particulier : La pyramide de l'éternité et sa clé. Ces deux objets ont été laissé dans la réalité par l'une des races les plus anciennes et puissantes de l'univers. Mais lorsqu'un humain décide de les utiliser il lance un processus qui conduira à la destruction de Sydney, de la Terre puis du multivers et du temps. Le Docteur et ses ami-e-s courent contre la montre afin de sauver tout ce qui existe, a existé et existera.

Je n'ai pas aimé. Bien que l'idée soit intéressante l'intrigue ne m'a pas intrigué plus que cela. On se trouve face à quelque chose d'assez classique : des individus se trouvent devant quelque chose qu'illes ne comprennent pas et leur imbécilité conduit à une catastrophe. On sent que l'auteur souhaitait utiliser certains personnages mais n'a pas pu le faire. Ainsi, Rive Song est remplacée par une ancienne compagne et sa famille. Je ne connaissais pas du tout ces personnages. Ce manque de connaissance m'a donné l'impression de rester en arrière-plan face à un spectacle dont je n'avais pas toutes les clés. Ce ne sont, d'ailleurs, pas des personnages que j'apprécie beaucoup. Je n'ai vraiment pas aimé.

*
** Intrigue et personnages que je n'apprécie pas.
***
****
*****

Image : Éditeur

9781101905814