religion

  • "Et maintenant on va où ?" ou la conspiration des femmes

    Je suis allé, hier après-midi, voir ce film titré "Et maintenant on va où?". La bande annonce donnait l'impression d'un film comique sur une histoire qui pourrait être tragique. C'est l'histoire d'un village. Il se trouve au centre d'un champs de mine entre deux communautés religieuses: les chrétiens et les musulmans. Mais ce village a décidé, après avoir connu des combats, que ses deux communautés religieuses vivraient en paix. C'est ainsi qu'il y a à la fois une mosquée et une église, deux cimetières et que les fêtes donnent lieu à la cuisson de deux viandes différences. L'équilibre est parfait même si les rumeurs de combats à l'extérieur peuvent le mettre à mal mais les femmes sont là pour aider à garder la paix. Malheureusement, une farce suivie d'une autre qui en entraîne une troisième crée des tensions de plus en plus fortes entre les membres mâles des deux communautés. Les femmes du village vont donc tout faire pour éviter que les combats reprennent ce qui les obligerait à remettre l'habit noir du deuil.

    Je vais être très clair. Ce film est tout simplement magnifique! Je ne saurais pas dire ce qui est le mieux? Les chants que les femmes entonnent de temps en temps? Les réunions du village qui donnent lieu à une sociabilité très amicale? Les blagues qui créent les tensions? Ou alors, la manière dont les femmes agissent pour éviter que les hommes du village perdent leur sang froid? Ces femmes sont particulièrement habiles dans leur manière de manipuler les événements pour éviter des morts. Et leurs manipulations sont toutes très savoureuses. En fait, on découvre une conspiration féminine dans le but d'éviter la mort des hommes qui sont aimé. Je ne peux pas compter le nombre de fois ou j'ai éclaté de rire devant les idées à la fois saugrenue et diablement efficace de ces femmes et de la manière dont elles tiennent ces hommes imbéciles! Je ne peux que fortement conseiller à tout le monde d'aller voir ce film qui est, à mon avis, celui dont je me souviendrais le plus dans le cadre de la saison d'été.

    Image: Allocine

    19740316.jpg
  • Habemus Papam

    Le pape est mort. Tous les cardinaux se réunissent au Vatican tandis que les fidèles (ceux qui sont encore là) se massent sur la place Saint-Pierre pour les obsèques. Bien entendu, les cardinaux se réunissent en conclave pour choisir un nouveau Pape parmi eux. Mais le problème c'est que personne ne sait qui choisir et, surtout, que personne ne veut de cette fonction. C'est pourquoi un cardinal quasiment inconnu est choisi à la surprise de tous. Du moins cela devrait surprendre tout le monde mais quand il est l'heure de présenter le nouveau pape celui-ci refuse et se cache dans les tréfonds de ses appartements. L'église étant laissée en crise les cardinaux et les officiels du Vatican sont dans l'obligation de trouver une solution. Pour cela ils engagent un psychanalyste qui tentera de trouver ce qui empêche le nouvel élu d'accéder à sa charge. Mais ces derniers sont loin d'être au bout de leur surprises.

    L'idée d'un pape qui n'ose pas prendre le pouvoir ne pouvait que m'attirer. De plus, la bande annonce augurait d'un film drôle et sympathique. Et je dois dire que je n'ai pas été déçu sur ce point (bien que d'autres si). Le réalisateur s'amuse continuellement aux dépens de l'église. Que ce soit lors du conclave avec des centaines de cardinaux incapable de prendre une décision et se prenant les pieds dans leur soutane ou alors à cause de leur manière de réagir lorsqu'ils entr'aperçoivent le pape. J'ai surtout aimé le match de volley entre les cardinaux des différents continents. J'ai aussi beaucoup aimé la manière dont a été joué le personnage du pape. Dès son élection on sent la peur et le sentiment d'être piégé s'inscrire en lui rien qu'en regardant les yeux de l'acteur. Le voir fuir et tenter de connaître la population est tout aussi drôle et on pense découvrir là un moyen pour lui d'accepter sa charge. Ça le conduit surtout à certains propos assez savoureux par exemple quand il annonce être acteur de métier et n'avoir jamais vécu ailleurs qu'au théâtre. Malheureusement, le film ne va pas plus loin qu'un peu d'humour. Je trouve que l'analyse d'un homme se découvrant un pouvoir dont il a peur n'est pas menée à son terme et je déplore l'absence de critique plus acerbe de l'église. Tout se passe comme si cette institution était remplie de cardinaux naïfs et apeurés plutôt que de personnages politiques qui élisent un pape selon des considérations autant d'idéologie que de pouvoir. Ce film restera un bon moment mais il ne restera pas dans mes souvenirs.

    Image: Allociné

    Site Officiel

    19706160.jpg
  • Yggdrasil. La religion des anciens scandinaves par Régis Boyer

    Titre: Yggdrasil. La religion des anciens scandinaves51Sc-zEhV3L._SL500_AA240_.jpg
    Auteur: Régis Boyer
    Éditeur: Payot 1981
    Pages: 249

    C'est par hasard, dans un autre livre de Régis Boyer, que j'ai rencontré les Vikings. J'ai découvert une civilisation fascinante. Une civilisation basée sur la vitalité, l'ordre et la fatalité acceptée. Alors que je connaissais les Vikings par les préconçus: des brutes sanguinaires quasiment invincibles. J'ai découvert une civilisation qui a permis à un peuple de survivre dans un environnement dangereux. Une civilisation non pas de guerriers mais de navigateurs commerçants qui savent que, parfois, menacer d'une arme est plus efficace que négocier. C'est pourquoi j'ai souhaité mieux les connaitre en lisant cet autre livre de Régis Boyer.

    Le livre, comme Boyer semble souvent le faire, nous donne la façon dont l'auteur a travaillé, ses hypothèses et son découpage chronologique. Je vois rarement ce genre de chapitres qui doivent être pensés comme peu intéressants. Au contraire, ils permettent de mieux comprendre le propos du livre et sa structure. L'auteur, ensuite, se base sur la structure qu'il nous a présenté pour présenter la religion scandinave dans un ordre chronologique. Ce qui nous permet de sentir, en partie, le changement temporel qui affecte toutes choses humaines. L'auteur termine par deux synthèses cosmogoniques: l'une est horizontale et parle de l'histoire mythique, la seconde nous parle de la verticalité d'Yggdrasil. En conclusion, Boyer tente d'expliquer pourquoi les scandinaves se sont convertis au Christianisme si facilement.

    Bien que très intéressant ce livre est tout de même assez compliqué. Bien entendu il faut s'attendre a ce qu'un livre sur les scandinaves comprenne des termes de scandinaves. Mais cela ne gêne pas trop la lecture. régis Boyer nous permet d'avoir une bonne connaissance de ce qu'est la religion viking avec ses changements successifs et ses caractéristiques. Néanmoins, on peut se demander si la vieillesse du livre implique que celui-ci soit dépassé? Pour répondre à cette question il serait nécessaire connaitre les propos des autres chercheurs. En attendant, je pense que cette synthèse est tout a fait valable et intéressante.


    Image prise depuis Amazon.

  • Rome et ses dieux par Robert Turcan

    Titre: Rome et ses dieux51VEQZGVJ0L._SL500_AA240_.jpg
    Auteur: Robert Turcan
    Éditeur: Hachette Littératures 1998
    Pages: 272

    Quand on observe la Rome antique on découvre une civilisation fondamentalement différente de la notre. La religion, en particulier, baigne la vie romaine. Tout, à Rome, est religion et piété. C'est pour mieux comprendre cet aspect de l'Urbs que j'ai voulu lire ce livre de Turcan. Ce dernier a décidé de ne pas suivre un schéma chronologique mais de diviser les cultes selon trois caractéristiques: la famille, la ville et l'empire. Bien entendu le dernier terme ne peut être étudié que depuis Auguste Octave, peut être un peu plus en arrière si on se préoccupe des prémices. Grâce à ce schéma nous pouvons retrouver toute la richesse de la religion romaine. On découvre rapidement que la religion familiale est la base de la religion de la ville. Mais nous découvrons aussi une piété à la fois conservateur à l'extrême, au point de continuer des rituels dont la signification est oubliée, et à la fois ouverte aux nouveauté par l'acceptation de cultes étrangers ou l'Evocatio de dieux étrangers. Oui, les romains s'imaginaient être le peuple le plus pieux. C'est en tout cas un peuple avec une religion d'une richesse surprenante.

    Il se dégage de mes quelques lignes que j'ai conçu une certaine fascination pour cet aspect des romains. Néanmoins, ce n'est pas mon sujet préféré et je ne crois pas que j'irais plus loin. Turcan analyse le sujet d'une manière qui me semble pertinente mais son livre est surtout une présentation des différents cultes et de leur évolution. Je n'ai pas eu l'impression de comprendre la religion romaine à la fin du livre. Je ne sais pas si c'est possible mais j'aurais apprécié une analyse des conséquences et de l'utilisation de ces cultes. Mis à part ce point ça reste un bon livre qui permet de se faire une idée claire de la religion romaine.


    Image prise sur Amazon.