renegats

  • Renégats

    Titre: Renégatsrenegats.jpg
    Titre original: Knights of dark renown
    Auteur: David A. Gemmell
    Traducteur: Laurent Calluaud
    Éditeur: J'ai lu, traduction Mnémos 2002 (1993 édition originale)
    Pages: 440

    Voici un titre accrocheur mais nous savons tous que cela ne suffit pas pour faire un bon livre. L'intrigue qui se cache derrière ce titre commence lorsque les mythiques chevaliers de la Gabala, champions du peuple, disparaissent à l'intérieur d'un portail magique pour détruire le mal. Quelques années plus tard le royaume de la Gabala est dévasté, son pouvoir impérial détruit et l'ordre des chevaliers de la Gabala remplacé par celui des chevaliers rouges. Pire encore, le royaume est en proie à des dévastations, des pillages et de l'injustice de la part du roi. Et, si c'est encore possible, le roi tente de se débarrasser d'un peuple entier en l'accusant de corrompre son royaume. Bien entendu une telle injustice engendre une réaction et des fuyards se cachent dans les forêts d'où les rumeurs font croire à la constitution d'une armée par le rebelle Law Giffes. Mais la réalité n'a que peu à voir avec les rumeurs et seuls des meurtriers se cachent dans la forêt. Heureusement, le seul chevalier de la Gabala a ne pas avoir traversé le portail, par lâcheté, revient et pourrait aller en quête de ses compagnons et restaurer l'ancien ordre.

    L'intrigue est prometteuse et j'ai été surpris par ce concept de magie selon les couleurs. Chaque personne est attirée par une forme de magie dont l'incarnation est une couleur et cette couleur gouvernera la vie de cette personne. Durant les aventures de ce livre l'harmonie est rompue au profit du Rouge: couleur de la peur, de la colère et du mal. C'est donc un rééquilibrage que les héros du livre vont devoir amorcer. Dès que l'on comprend cela on peut comprendre une grande partie de l'intrigue. Les héros, eux même, ne sont pas gentils mais des hommes malfaisants ayant décidés de se levers pour guider les compatriotes ce qui est classique chez Gemmell qui semble apprécier les héros en rédemptions ou essayant de palier à leurs propres déficiences et, surtout, ne cherchant pas à être des héros. Néanmoins ce livre m'a déçu. Alors que l'idée est de plus intéressante je n'ai pas eu ce frisson qui m'habitait dans les autres livres de David Gemmell que j'ai lu. Il manque un soupçon d'épique et de fatalité. C'est toujours un livre sympathique à parcourir mais pas une œuvre majeur.