revelation

  • L'aube de la nuit. Le Dieu nu. Révélation

    Titre: L'aube de la nuitrevelation.jpg
    Tome: le Dieu nu: Révélation
    Auteur: Peter F. Hamilton
    Traducteur:Jean-Daniel Brèque
    Éditeur: Robert Laffont 2002 (1999 édition originale)
    Pages: 950

    Pour la dernière fois je vais parler de l'Aube de la Nuit puisque c'est du dernier tome de ce cycle que je vais parler. Comme d'habitude, nous retrouvons les personnages la ou nous les avions laissé dans le tome précédent. Joshua toujours en quête du dieu des Thyratcas, Louise sur Terre tentant de lutter contre Quinn Dexter ainsi que les différents possédés à travers l'univers de la Confédération. Mais ce tome marque un affaiblissement des intrigues car les différents personnages ont bien compris que la lutte armée n'était pas une solution. Joshua, lui, découvre de nouveaux misthères dans l'histoire des Thyratcas poursuivi par la possédée Kiera qui croit, dans son aveuglement, que l'astro est en quête d'une arme alors que sa quête est un deus ex machina.

    Je ne sais pas si c'est la longueur du récit ou vraiment dans l'histoire mais une profonde lassitude se dégage des pages de ce tome. Alors que les premier tomes nous donnaient l'impression d'une incompréhension, les deux du milieux étaient catastrophiques et pessimistes et l'avant dernier marquait le triomphe. Le dernier tome, par l'entremise des différents personnages, nous met face à la lassitude des lutteurs. Entre les non-possédés qui se rendent compte de la boucherie qu'ils ont obligés de mettre en place et des impossibilités logistique de leurs actes visant à sauver les humains possédés, les différents possédés qui voient qu'ils ne peuvent vaincre et qui comprennent que la lutte est inutile et enfin les possédés "sauvés" dans un autre continuum et qui découvrent que leur paradis n'est pas si paradisiaque. Le seul méchant indemne de l'histoire est Quinn Dexter qui, dans sa folie, risque de déverser l'horreur du continuum noir sur l'humanité. La fin de l'histoire semble simpliste, mais quand on fait intervenir un pouvoir divin il est difficile de compliquer les évènements. Mais cette fin n'est pas la véritable fin. Ce n'est que le début des problèmes que l'humanité devra résoudre pour que les âmes perdues retrouvent leur chemin dans l'au delà. Cette fin, bien entendu, est très religieuse mais j'avoue que j'aime bien l'idée du point Omega vers lequel se dirigent toutes les âmes.