russie

  • Enfant 44

    Je dois commencer par dire une chose : je n'ai pas lu le livre. J'ai l'impression que de nombreux lecteurs ont été déçus de l'adaptation, ce que je comprends, mais je ne peux pas en parler. Le film commence durant les années de famines en Ukraine alors que le pouvoir soviétique ne fait rien pour aider les paysans et fait tout pour les détruire. Une jeune garçon s'ensuit d'un orphelinat et rencontre l'armée rouge. Un officier le prend en pitié. Plus tard, durant la guerre, il est présent lors de la prise de Berlin. Une photo en fait un héros soviétique. Durant les années 50 il vit à Moscou. Il est l'un des meilleurs agents des services secrets. Son travail, exemplaire, lui permet d'arrêter et d'exécuter de nombreuses personnes dénoncées comme traitres. Mais un dossier étrange lui tombe dessus. Celui d'un enfant assassiné mais victime, officiellement, d'un accident. Son enquête se fera contre les ordres de ses supérieurs tandis que les intrigues politiques se forment pour l'éloigner et éliminer la menace qu'il représente. Car le meurtre est un crime des sociétés capitalistes.

    Le film commence fort. Un fond noir avec les mots "il ne peut pas y avoir de meurtres au paradis". Cette phrase sera répétée à plusieurs reprises durant le film. Mais il continue de manière étrange. Plutôt que de laisser cela de côté la réalisation a décidé de montrer l'enfance et la guerre. Ces scènes permettent de situer le personnage principal mais n'offrent rien qui puisse être vraiment utile. Ce sont des scènes inutiles qui prennent du temps pour rien. En ce qui concerne l'intrigue le meurtrier lui-même n'en est pas au centre. Sa découverte est relativement rapide et ne crée pas de conséquences importantes. Le propos du film se trouve plutôt dans l'atmosphère. On nous dépeint une ville qui vit dans la peur. Les arrestations de traitres sont quotidiennes et il suffit que son nom se retrouve prononcé lors d'un interrogatoire pour être suspect et donc déjà coupable. Cet aspect se retrouve entièrement dans un dialogue du héros avec l'une de ses victimes. A la question, policière, "pourquoi fuyez-vous si vous êtes innocents" on lui répond "je fuis parce que vous me pourchassez". Le héros lui-même sera victime de cela et observera de visu ce qui arrive lorsqu'on devient un paria pour le système. Ainsi, on n'a pas vraiment un film policier mais plutôt un film qui crée un milieu. Sur ce point il est réussi.

    *
    **
    ***
    **** Un film difficile, très violent, avec des scènes peu utiles et une intrigue au second plan mais une atmosphère réussie.
    *****

    Image : Allociné

     

    574273.jpg


  • khodorkovsky un crime d'état ou un crime contre l'état?

    Malheureusement je ne connais pratiquement rien ni à l'actualité politique russe, ni à son histoire et encore moins à son système politique et économique. En gros, je ne sais pas grand-chose mis à part quelques informations sur le système soviétique, la chute du mur et l'amour de Poutine pour les droits de l'homme. Ce film est donc un documentaire sur la vie et les malheurs de Mikhail Khodorkovsky. Nous apprenons comment cet homme a réussi à devenir l'un des hommes les plus riches du monde après la chute du système soviétique. Il a réussi à s'approprier la compagnie nationale Liukos qui devint rapidement une mine d'or. Mais son histoire commence, bien entendu, bien avant dans les jeunesses communistes et lors de la création de la première banque privée de Russie. Son ascension ne faisait que se confirmer quand il s'est fait de Poutine un ennemi en condamnant la corruption et en soutenant l'opposition. Il s'en est suivi plusieurs années d'enfers pour sa compagnie et ses employés principaux qui furent inquiétés par la police. Ceci jusqu'à ce que Mikhail Khodorkovsky soit emprisonné pour fraude fiscale puis pour complicité de meurtre et enfin pour le vol de pétrole brut.

    Il semblerait que cette affaire ennuie beaucoup quand on commence à en parler. Il semblerait aussi que le film soit en faveurs de Mikhail Khodorkovsky. Mais les choses ne sont pas si claires. On découvre un personnage considéré et décrit comme très intelligent et très travailleur. Un homme qui a réussi à gagner 6 milliards de roubles quasiment du jour au lendemain. Un personnage qui faisait partie des oligarques russes et des hommes riches et puissants. Un tel personnage ne peut pas être tout blanc et je pense que certaines affaires qu'il traitait n'était pas toujours très propres. Après tout on parle d'une époque ou des hommes sont devenus riches en une nuit en recevant des compagnies étatiques sans débourser un sous ou presque. D'un autre coté son arrestation et les accusations, graves, sont étranges. On pourrait presque croire que Mikhail Khodorkovsky a été mis en prison non pour ses actions économiques mais pour opposition envers Poutine. Je ne peux pas le dire avec certitude mais les personnes interviewées ne sont pas toujours à l'aise pour dire certaines choses devant la caméra. Mais nous trouvons nous vraiment devant un prisonnier politique? Quelle est la part des crimes, supposé, de Mikhail Khodorkovsky et ceux de Poutine? Je trouve qu'il est très difficile d'y répondre surtout pour quelqu'un comme moi qui ne connait pas grand-chose à la Russie. Mais, en tout cas, des questions se posent.

    Image: Site Officiel

    khodorkovsky_siberia_court_2-lala-films-2011.jpg
  • Le cuirassé Potemkine

    Pour une fois je vais parler d'un film russe. Il est sorti dans les salles en 1926 c'est donc un vieux film qui a été réalisé dans les premières dizaines d'années de la révolution Russe. L'intrigue prend place en 1905 dans, vous l'aurez compris, le cuirassé Potemkine. Les matelots dont nous suivons les aventures se révoltent contre leurs officiers à cause de la nourriture qu'ils sont obligé d'ingurgiter. En effet, celle-ci est tout simplement remplie de vers. Devant le refus des officiers de donner une viande plus saine les matelots commencent à parler de révolter jusqu'à ce que ces mêmes officiers décident de tuer ceux qui ne mangent pas de la viande. Ceci étant la goutte d'eau qui fait déborder le vase les simples marines se révoltent et combattent les officiers. Ils sont bientôt soutenu par la ville du port dans lequel le cuirassé mouille.

    Il y a plusieurs raisons pour lesquels j'ai trouvé ce film intéressant. Des raisons qui en font un magnifique film de propagande soviétique plus qu'une histoire. Je pense que n'importe qui est capable de faire le lien entre les événements de l'intrigue et la Révolution d'Octobre. Mais ce qui est intéressant c'est d'observer l'image. Premièrement, la différence entre les simples marins et les officiers est particulièrement caricatural. Les marins sont de bons soviétiques, forts et travailleurs. Les officiers sont tous assez chétifs, bien habillés, cultivés et surtout cyniques! Pour s'en rendre compte il suffit de regarder la scène durant laquelle le médecin du bord observe la viande avariée en répondant aux marins "ce ne sont pas des vers ce sont des larves de mouches". J'avoue m'être presque attendu à lire des termes latins. D'ailleurs, l'image de la culture est particulièrement dépréciée dans ce film. En effet, les officiers sont toujours proches des lieux de culture, médecine, théâtre, etc. Le film montre un plaisir manifeste de détruire ces lieux. Je trouve aussi intéressant de montrer le contraste entre les marins révoltés qui aident la population de la ville et l'armée tsariste dont la principale activité est de massacrer les civils. Le leader des marins est aussi particulièrement intéressant à observer. Il possède tous les attributs du leader soviétique. Son discours révolutionnaire est particulièrement savoureux. Bref, nous nous trouvons devant un superbe film de propagande qu'il serait intéressant de montrer en classe avec un discours critique pour permettre aux enfants de se rendre compte de la manière dont l'image peut-être utilisé pour manipuler l'opinion.

    Image: IMDB

     

    MV5BNTI2NzczODMxMF5BMl5BanBnXkFtZTcwNjA0NDcxMQ@@._V1._SX344_SY475_.jpg