08/07/2017

Snuff (Discworld 39, City Watch 8) par Terry Pratchett

Titre : Snuff (Discworld 39, City Watch 8)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 7 juin 2012
Pages : 512

Une page se tourne après ce tome. En effet, celui-ci est le dernier livre qui prend place dans le cycle de la garde. Ankh-Morpork est en pleine agitation. Une situation inédite, et potentiellement dangereuse, est sur le point d'être commise malgré toute logique. Vetinari se prépare à un ouragan. Vimes, lui, refuse tout compromis et menace toutes personnes qui se trouvent à sa portée. Mais il n'y a pas le choix. Sous la pression de Sybil, sa femme, le commandant Vimes est forcé de prendre deux semaines de vacances à la campagne ! Un lieu étrange et lointain dont le commandant ne sait rien. La loi y est différente. Les personnes sont différentes et, surtout, il y a assez de matériel pour permettre à son fils d'étudier sa dernière obsession. Mais un crime est commis. Et celui-ci ouvre la porte de nombreux secrets et d'actions qui ne peuvent qu'être décrite comme proche du mal absolu. Vimes ne compte pas laisser les choses en état. Après tout, en vacances on organise sa journée selon ses envies.

Ce tome est le dernier du cycle. Durant celui-ci, Pratchett a décrit un changement majeur dans le fonctionnement de la garde qui passe d'une institution inutile, au profil d'une justice privée, à une organisation qui fait trembler les puissants et qui est un exemple pour le reste du monde. Pratchett a utilisé la garde, et Ankh-Morpork, comme une toile de fond pour parle de crimes, mais des crimes de personnes hauts placées, et pour parler d'ethnies. Grâce à ce cycle, le Disque-Monde est devenu beaucoup plus vivant et détaillé. L'auteur nous a offert des intrigues drôles mais aussi très sombres qui touchent fortement des questions que l'on se pose encore aujourd'hui. Clairement, ce cycle est au centre de l’œuvre et je le conseille fortement.

Encore une fois, Pratchett nous parle d'ethnies. On est habitué aux trolls et aux nains, que l'on connait bien, sans oublier les humanoïdes tels que les loups-garous ou les vampires. Mais, jusqu'à maintenant, les gnomes étaient à peine touchés. Pratchett décrit une espèce considérée comme à peine supérieure aux rats. Ils sont considérés comme sales, voleurs et barbares. Bien que Pratchett n'atteigne pas ses réussites des autres tomes, il prend cette espèce comme toile de fond pour un thème extrêmement sombre : l'esclavage. Une personne en esclavage ne fait pas partie de l'humanité. Cette exclusion permet de justifier l'absence de droits sur leurs personnes. Les gnomes et leurs relations avec le reste du monde fonctionne de la même manière. Personne ne les apprécie, aucunes lois ne les protègent et illes ne sont pas considérés comme membres des espèces sentientes malgré leur langage et leur art. Alors pourquoi ne pas les utiliser pour du travail forcé ? Outre cela, Pratchett décide de pointer du doigt des coupables. Comme souvent dans le cycle de la garde, les coupables sont des personnes si hautes placées qu'elles ne peuvent pas voir autrement le monde et les personnes y vivant comme des propriétés privées, dont elles jouissent. Il est dommage que Pratchett n'ait pas eu plus de temps pour développer ses idées. En l'état, le tome est plaisant. Mais il manque du petit plus qui a fait ses grandes réussites.

*
**
*** Bien qu'en dessous du reste du cycle, avec un Vimes qui me semble en partie écrit de manière différente, j'ai aimé cette conclusion à un cycle que j'apprécie beaucoup.
*****

Image : Site officiel

snuff1.jpg