24/08/2016

Star Trek Beyond / Star Trek Sans Limites

James T Kirk a réussi à devenir capitaine sur un défi puis il a vaincu Kahn. À présent, il vit son rôle comme une forme de routine incompréhensibles alors que sa mission de cinq ans est arrivée à sa troisième année. Son vaisseau fonctionne toujours aussi bien avec un très bon équipage alors que l'Entreprise essaie de créer des contacts diplomatiques et d'explorer un univers sans fins. Lors d'une brève escale sur la nouvelle base de la Fédération des Planètes Unies on lui confie la mission de retrouver et secourir un équipage d'un vaisseau écrasé sur une planète à l'intérieur d'une nébuleuse dont le territoire est inconnu. Mais ce qui devait être une mission de routine se transforme en catastrophe. Seul, sans vaisseau ni équipage, Kirk doit trouver le moyen d'alerter la Fédération qu'un ennemi est apparu.

Le premier film du reboot de Star Trek était peu intéressant (une manière polie de dire chiant à mourir). Le second film partait sur de bonnes idées mais n'osait pas aller jusqu'au bout de ce qui était promis. Heureusement, il avait un "méchant" magnifique incarné par Benedict Cumberbatch. Ce troisième film était donc attendu au tournant. Allait-il continuer vers la médiocrité ou créer un renouveau ? Alors que le second donnait l'impression de trahir la mission de Starfleet par une forme de militarisation ce dernier film reprend les bases : la mission est avant tout l'exploration pacifique et la diplomatie. Bien que cela aurait pu déboucher sur de nombreux objets inutiles la réalisation permet d'éviter cet écueil. Au contraire, tout, dans ce Star Trek, est utile. Même une vidéo dans le fond aura une conséquence sur l'intrigue. Ce qui donne l'impression d'une intrigue bien ficelée et sans accrocs.

Quel est le propos du film ? Comme son prédécesseur Star Trek Beyond décide de s'attaquer au fonctionnement de la Fédération même. Avec Kahn on avait un ennemi qui défendait son équipage contre un haut gradé meurtrier (spoiler alert). Dans ce film ce qui est remis en question c'est le fondement philosophique même de la Fédération. Celle-ci est constituée sur une idée forte : l'union pacifique et l'acceptation des différences est une force. Face à cette philosophie les scénaristes placent une personne qui pense que seul le combat, la lutte, permet aux différents êtres sentients de devenir forts. Nous avons donc deux philosophies opposées qui luttent à mort. Ainsi, Kirk, et la Fédération, travaille avec de nombreuses personnes envers lesquelles il est loyal. Son équipage est constitué de plusieurs races et nations et chacun-e peut choisir son comportement. Face à lui, nous avons une force de combat unique, monolithique constituée de nombreux vaisseaux mais sans réelle autonomie face aux décisions d'un chef. Ainsi, le film réussit à défendre son propos pacifiste et exploratoire face à un guerrier.

*
**
***
**** Un film que j'ai apprécié et qui semble revenir aux idées du matériel original.
*****

Image : Allociné

Site officiel

370427.jpg

09:33 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : star trek, beyond, sans limites | | | |  Facebook

16/06/2013

Star Trek Into Darkness

Quoi? Vous pensiez vraiment qu'il me faudrait un petit moment avant d'aller regarder Star Trek? Moi un fan de SF? Bien entendu que j'allais le regarder le plus vite possible avec pleins d'autres ami-e-s fan de SF (et de Cumberbatch l'homme à la voix que rien ne peut décrire). Bon, d'accord, je n'ai pas vu le premier volet du reboot. J'avoue que Star Trek ne m'a jamais vraiment attiré (au contraire de Cumberbatch) et que je suis allé voir le film surtout pour ce qu'il promettait (et pour Cumberbatch, oui y a comme un schéma).

Après une mission durant laquelle Kirk a violé les règles de Starfleet dans le but de sauver son ami Spock l'Enterprise est offert à un autre commandant. Mais Kirk a peu de temps pour ronger sa frustration avant d'être convoqué pour une séance de crise. En effet, un agent a trahi Starfleet et fait exploser les archives. Cet agent est John Harrison. Et ce dernier s'est caché dans le dernier endroit où la flotte de la Terre pourrait le chercher: la planète d'origine des Klingons. Mais Kirk accepte la mission et se prépare à attaquer l'homme le plus dangereux de la galaxie.

J'avoue que je suis très, mais alors très, déçu de ce film. Je ne parle pas des aspects techniques auxquels je n'ai rien à redire (bien que je déteste la 3D ce gadget utilisé par les arnaqueurs pour faire croire que l'on connaît une nouvelle expérience). Ce qui me dérange c'est tout le reste. Premièrement les personnages, je déteste Kirk et heureusement pour lui on trouve Spock en fasse de lui. Leur relation permet d'avoir un petit truc plus ou moins intéressant. L'histoire ne m'a de loin pas convaincu non plus. On trouve énormément de pistes mais elles ne vont jamais jusqu'au bout et trahissent ce que la bande annonce nous offrait. Enfin l'Enterprise, oui on sait il est joli on a compris il n'y a pas besoin de nous le montrer toutes les 15 secondes avec la jolie musique. Mais j'ai aussi détesté l'usage des personnages féminins. Enfin, je veux dire des deux seules femmes dont le seul intérêt et soit leur relation d'amour avec un personnage masculin soit de faire une petite scène inutile en sous-vêtements. Bon, je vais arrêter les critiques et expliquer à Holywood comment ils auraient pu faire un bon film:

1) Supprimez les scènes sans Cumberbatch, elles sont inutiles et rendent le film beaucoup trop long et lent.

2) On attend tous que Kirk et Spock s'avouent leur amour mutuel.

3) Prenez exemple sur Game of Thrones. Si vous promettez un film sombre allez au bout de l'idée et n'hésitez pas à détruire et tuer des personnages et institutions importantes dans l'histoire.

4) Cumberbatch incarne le personnage le plus intéressant. Ce pourrait être drôle de le faire gagner face aux gentils sans saveurs.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Film quasiment sans intérêt qui ne tient pas ses promesses, heureusement Cumberbatch sauve les membles et sans lui mon appréciation serait beaucoup plus négative.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Allociné

20535567.jpg