11/02/2017

Starfire 2. A matter of time par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti, Elsa Charretier et Emanuel Lupacchino

Titre : Starfire 2. A matter of time
Auteur-e-s : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti, Elsa Charretier et Emanuel Lupacchino
Éditeur : DC 31 janvier 2017
Pages : 144

Ce volume contient Starfire 7-12. Malheureusement, ce volume est le dernier malgré l'arrivée d'Elsa Charretier sur le titre (connue pour The Infinite Loop dont j'ai déjà parlé). Starfire a des problèmes. Des problèmes avec les hommes. Alors que Sol essaie d'avoir un rendez-vous un ancien ami, supposé mort, arrive dans la petit île à la poursuite d'un engin de destruction massive. De quoi créer quelques tensions avec une personne qu'elle apprécie. Pire encore, elle-même, Atlee et Stella décident de se préparer des vacances entre filles. Bon, d'accord, ces vacances sont probablement positives et ne devraient pas être surprenants. Du moins si elles n'avaient pas lieu dans une ville souterraine emplie du peuple dont est originaire Atlee...

Il y a un léger changement de direction artistique dans ce tome alors qu'Elsa Charretier arrive. Personnellement, j'apprécie sa manière de dessiner qui se trouve dans la ligne de The Infinite Loop. Un autre changement concerne la série même qui est annulée après 12 numéros. Selon plusieurs interviews, la série n'était pas censée dépasser les 12 numéros et ceci a permis au duo de scénaristes de préparer la sortie avec brio. Plutôt qu'une fin avortée (je te vois Nightwing des new 52) ou en pleine vitesse dans un seul numéro les scénaristes préparent la fin en douceur tout en continuant sur les thèmes de la série. La fin est très réussite et permet de ne pas être frustré alors qu'elle s'inscrit parfaitement dans le ton mis en place dès le premier numéro.

Durant la série les personnages parlaient sexualité, attirance romantique et amitié. Starfire est mise en place comme un personnage extérieur qui tente de s'adapter à des normes qu'elle ne comprend pas vraiment. Atlee est presque dans le même cas et cette ressemblance est bien plus visible dans ce second tome. La sexualité, en particulier féminine, est vue positivement. Mais, plus que cela, c'est le rapport envers soi-même et les autres qui me semble au cœur de cette série. Atlee et Starfire sont ouvertes émotionnellement. Aucune des deux ne craint de se montrer vulnérable et les deux sont prêtes à parler ouvertement de leurs émotions et de leurs amitiés. Une bonne partie de ce tome joue sur la proximité émotionnelle des trois personnages féminins, avec Stella. Moins qu'une histoire de super-héroïnes j'y vois plutôt une histoire qui parle d'amitié ouverte et honnête.

*
**
***
**** Je suis déçu que ce soit déjà la fin.
*****

Image : Amazon

51Rg-iFj9DL._SX320_BO1,204,203,200_.jpg

10/02/2017

Starfire 1. Welcome home par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Emanuela Lupacchino

Titre : Starfire 1. Welcome home
Auteur-e-s : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Emanuela Lupacchino
Éditeur : DC 29 mars 2016
Pages : 160

Starfire est une alien venue d'une lointaine planète dont elle est la princesse. Mais, après une attaque, elle est expulsée et réduite en esclavage. Ce n'est que tardivement que ses pouvoirs se manifestent et qu'elle s'enfuit pour enfin atterrir sur Terre. Après une période mouvementée (et une garde-robe ridicule qui n'a pu être conçue que par un homme), elle décide de trouver un nouvel endroit pour vivre et apprendre à connaître les humain-e-s et leur manière de vivre. Après avoir demandé l'avis de plusieurs ami-e-s ainsi que de Superman, Starfire décide de se rendre sur une petite île de la Floride. Le soleil, l'eau, le sable, ... tout n'est que parfait et adapté à sa manière de penser le paradis. Starfire fait tout ce qu'elle peut pour s'acclimater, avoir un travail et un lieu pour vivre, avec l'aide d'une policière locale. Malheureusement, les problèmes s'acharnent sur la petite île qui doit survivre aux catastrophes naturelles et à des monstres.

Je n'avais strictement aucune envie de connaître la Starfire qui existait auparavant. Le fait que la série Teen Titans des new 52 n'ait pas bonne presse joue dans mon choix. Mais son costume, horrible, et l'usage du personnage m'ont convaincu de rester très loin de la série (allez voir quelques cases, c'est navrant). Personnellement, je suis habitué à la Starfire de la série animée Teen Titans (non pas celle diffusée actuellement, celle de 2003 à 2006). Starfire y possède la même origine et les mêmes pouvoirs. Elle est dépeinte comme une jeune adolescente un peu naïve mais qui essaie d'aider tout le monde tout en apprenant les coutumes locales. Ce premier tome tente de se rapprocher de la série.

Starfire est, semble-t-il, arrivée très récemment. Plusieurs pages de ce tome montrent l'héroïne qui essaie de comprendre les coutumes et de s'adapter. Personnellement, j'ai beaucoup aimé les petites bulles qui permettent de montrer ce que Starfire imagine quand on lui parle à l'aide d'expressions anglaises. Loin d'être naïve elle ne connaît surtout rien du fonctionnement de la société. Ainsi, elle ne comprend pas pourquoi on lui paie des verres ni pourquoi la nudité choque. Ce dernier point mérite qu'on en parle. En effet, bien que la tenue soit bien plus couvrante que la précédente elle reste très courte et Starfire porte souvent des habits peu couvrants. Bien que plusieurs dialogues montrent que c'est elle qui le souhaite il n'en reste pas moins que son style est expliqué par son origine (une manière un peu simpliste de justifier de dessiner une femme nue, à mon avis). Au moins, les hommes sont montrés comme bêtes face à elle. Mais il est dommage que le comportement masculin soit, ici comme ailleurs, la responsabilité de Starfire qui doit apprendre à se couvrir décemment et à agir de la même manière malgré son incompréhension. Bref, ce n'est pas un comics révolutionnaire mais il a le mérite d'être assez bien écrit, drôle et de faire sourire.

*
**
***
**** Des dessins que j'apprécie, une histoire qui n'est pas révolutionnaire mais assez bien menée. Plutôt sympathique.
*****

Image : Amazon

51yF8ezqOEL._SX322_BO1,204,203,200_.jpg