zombies

  • World War Z

    J'avais lu le livre et maintenant j'ai vu le film. L'histoire commence dans une grande ville américaine. Une famille de banlieue se trouve coincé dans les bouchons et patiente comme elle peu à l'instar du reste du monde. C'est une belle journée qui s'annonce et rien ne semble pouvoir briser la normalité ambiante. Mais les deux parents, Gerry Lane et Karen Lane, commencent à observer des choses bizarres. Des hélicoptères survolent la route, la police fonce, sans faire attention, en amont de la rue et soudain une explosion et des hurlements. Ce n'est pas un attentat, c'est le début de la première guerre zombie. Gerry est immédiatement mobilisé par l'ONU pour reprendre son ancien travail: enquêter sur le terrain et trouver l'origine pour trouver un moyen de gagner la guerre. Et il faut faire vite car en 24 heures des villes entières ont été rayée de la carte.

    Il faut le dire immédiatement: le film n'a que peu à voir avec le livre. En effet, ce dernier est écrit après la guerre. Il est formé de rapports sur la manière dont des individus ont vécu cette guerre et comment ils ont survécu ce dans le monde entier. Bien entendu, aucun film ne pouvait suivre une telle structure. C'est la raison de la création du héros: Gerry. Celui-ci permet de relier les différents aspect du livre autours d'un seul personnage qui voyage dans un certain nombre de pays. Heureusement pour moi, ce film n'entre pas non plus dans l'horreur. On aurait pu faire bien pire mais le réalisateur à délibérément choisi rendre les choses moins difficiles à voir ce qui m'a permis de dormir sans trop de problèmes (je hais les zombies). Certains points clés de l'ouvrage sont respectés comme Israël, l'Inde et le point de départ. Mais beaucoup de choses ont été inventée comme la vitesse des zombies. Personnellement je trouve un zombie lent bien plus effrayant car ils ne renoncent jamais! Imaginez, vous marcher depuis 13 heures pour survivre et décidez de dormir. Mais si vous dormez trop longtemps vous êtes morts... Cependant, le film est loin d'être parfait et pose quelques problèmes de cohérences. Par exemple on se demande comment une épidémie qui prend 12 secondes à se déclarer a pu arriver sur un autre continent. Pourquoi le héros doit-il systématiquement tout faire alors qu'il possède un téléphone? Et surtout, à quoi servent les autres personnages? La plupart d'entre-eux sont inutiles et ne sont que des faire-valoir pour le héros tout puissant. Je pense, par exemple, à Israël. Mais ce film reste un bon divertissement.

    • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

    • Twilight.

    • Film de vacances. Intéressant, bon spectacle. Mais de gros problèmes de cohérences et rien de particulièrement critique ou intéressant.

    • Bon scénario.

    • Joss Whedon.

    Image: Site officiel

    11.jpg

  • Warmbodies

    J'étais fatigué, j'en avais marre, je ne voulais surtout pas réfléchir. Je suis donc allé voir Warm Bodies qui avait l'intérêt de ne pas sembler être casse-tête et de ne pas durer trop longtemps. L'histoire a lieu après un cataclysme mondial qui aboutit à la zombification de la Terre. Une seule enclave humaine résiste à la maigre connaissance des personnes encore capables de réfléchir. Mais le héros est un zombie. Son nom est R et il n'est pas tout a fait comme les autres. Surtout quand il fait la connaissance de Julie. Leur rencontre semble lancer un changement qui risque de tout changer!

    Je n'ai pas honte de dire que j'ai bien aimé ce film. Il est bien joué par des acteurs convaincants. Celui qui joue R a dû souffrir mais il réussit à bien incarner un zombie. On aurait pu avoir peur que le film soit ridicule mais la réalisation a réussi à l'éviter. En effet, le film possède un petit coté décalé sympathique qui s'incarne dans les pensées de R sur ce qu'il est et ce qu'il est en train de faire. La réalisation réussit à créer des relations entre les zombies qui sont à la fois humaines et zombies. Mais sa plus grande réussite est sa longueur. En effet, le film dure exactement le temps nécessaire pour qu'il ne devienne pas ennuyeux. J'ai aussi apprécié le message que j'ai pensé trouver dans le film. En effet, il me semble que le plus important pour la fin du film est de montrer que la peur du différent, de l'étranger, ne résout rien. Il est inutile de s'entourer de murs et de considérer que l'extérieur n'est qu'un lieu barbare dans lequel on ne doit voyager que fortement armé et prêt à tirer sur tout ce qui bouge. Au contraire, il faut briser les différences et s'accepter pour réussir à atteindre la paix.

    • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

    • Twilight.

    • Film de vacances.

    • Bon scénario. Rien qui ne soit révolutionnaire mais un bon film bien joué et bien écrit qui ne tente pas d'être plus que ce qu'il est.

    • Joss Whedon.

    Image: Allociné

    Site officiel

    20477287.jpg

  • World War Z par Max Brooks

    Titre: World War Z51x0SazgeuL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg
    Auteur: Max Brooks
    Traducteur: Patrick Imbert
    Éditeur: Calmann-Lévy 2009
    Pages: 428

    Il n'y a que peu de temps que le monde est pacifié. Mais cela n'implique pas que nous devions abandonner notre mémoire et nous tourner, inconsciemment, en direction d'un futur plus radieux que ces dernières années de crises. Nous connaissons tous l'histoire, nous l'avons, d'ailleurs, tous vécue. Mais il est toujours bon de rappeler les événements passés. Il ne faut pas oublier que nous sommes passé à quelques millimètres de l'extinction. Oui nous nous souvenons tous. Avant la guerre, nous sommes nombreux à avoir entendu des rumeurs en provenance de l'Afrique et de la Chine. Mais nous n'étions que peu nombreux à y croire et personne ne s'était préparé. C'est dans ce contexte que la Grande Panique s'est déployée sur tous les continents avant de nous mener à une guerre longue, difficile et, surtout, plein de sacrifices. Le sacrifice non pas du confort mais de vies humaines. Max Brooks, ancien membre de la Commission post-traumatique de l'ONU, nous offre ici l'histoire. Pas sous forme de chiffres et de cartes comme le rapport officiel. Non il nous offre les impressions et les souvenirs de certains survivants. Certains sont conspués comme Redecker ou Breckinridge et d'autres sont des héros plus ou moins connu.

    C'est d'une manière délibérée que je parle de ce livre comme d'un document historique, ce qu'il n'est pas, car l'auteur tente d'imaginer un rapport humain après une guerre dévastatrice. Il faut dire que cette guerre ne s'est pas déroulée contre des êtres humains mais contre des zombies sans conscience, ni pitié et encore moins de peur. Je ne suis pas un grand fan des films de zombies ou d'horreurs que j'ai du mal à apprécier. Mais j'avoue aimer jouer avec l'idée d'une humanité en proie à une menace si intense que sa survie est en jeu. Car je pense que c'est dans ses moments là que le pire et le meilleur peuvent se déployer. C'est aussi dans ces moments de danger intenses que la société peut changer le plus rapidement. C'est pourquoi j'ai beaucoup aimé ce livre de Max Brooks. Et ce que j'ai aimé je l'ai surtout trouvé dans les quatre premières parties (ce que j'expliquerais plus bas). Ce livre est, en effet, construit en partie correspondant, plus ou moins, à des périodes de la guerre. Ceci des prémices en passant par une panique générale et en finissant avec la libération de la Terre. Chacune offre plusieurs témoignages/histoires qui ne sont pas de qualités égales. Ma préférée est, sans doute, celle racontée par cette jeune fille qui a gardé la mentalité d'une enfant de quatre ans que je classe parmi les meilleures.

    Si j'ai apprécié ces quatre premières parties c'est qu'elles sont celles qui offrent une analyse très puissante de notre société ainsi que les récits qui sont, je trouve, les plus poignant. Ces parties sont, respectivement, les prémices, la faute, la Grande Panique et les première victoires. Ces récits sont, donc, l'occasion d'analyser notre société selon ses déviances. Ainsi, si la guerre a eu lieu ce n'est pas simplement par surprise mais par négligence. Négligence de la part des médecins qui ne vérifient pas la provenance des organes qu'ils greffent aux riches occidentaux, négligence des entreprises pharmaceutiques qui vendent des médicaments inutiles dans le but de faire du profit, négligence des médias qui ne discutent pas les informations ou passent à ce qui est le plus spectaculaire mais pas forcément le plus intéressant ou le plus important et enfin négligence des politiciens qui ne souhaitent que se faire élire et n'agissent pas en faveurs de leurs administrés. Le livre nous permet aussi d'observer, quasiment en direct, des changements géopolitiques importants. Je considère, donc, que ce roman met en place un très bonne intrigue dans une forme très intéressante. Il reste dommage que certains points soient un peu caricaturaux. Je mentionnerais, par exemple, le Président des USA debout malgré tout, la Russie ennemie de toujours et les chinois qui seraient incapables de passer outre sa politique et qui refuserait l'aide des autres pays. Mais ce livre reste une très bonne surprise

    Image: amazon

    site officiel