Le couronnement impérial de Charlemagne (25 décembre 800) par Robert Folz

Titre : Le couronnement impérial de Charlemagne (25 décembre 800)
Auteur : Robert Folz
Éditeur : Gallimard 1989
Pages : 352

Ce livre provient d'une ancienne collection chargée de présenter les dates fondatrices de l'histoire de France. Il est édité tout d'abord en 1964. L'édition que j'ai lue est celle révisée de 1989. Je ne suis malheureusement pas capable de vérifier l'adéquation entre cette révision et l'historiographie actuelle, ce qui n'enlève rien au texte. Celui-ci est parfois un peu daté et les références un peu anciennes mais l'auteur réussit à brosser un tableau du monde carolingien autours de l'événement du 25 décembre 800. Il fait ceci en trois livres, comme il le dit.

Le premier livre nous résume l'histoire de la fin des mérovingiens jusqu'à Charlemagne. C'est une longue histoire. L'auteur doit expliquer comment une nouvelle dynastie a pu prendre la dignité royale aux mérovingiens. Ces derniers, pour des raisons spécifiques que d'autres livres explicitent, ne sont plus capables de forcer leur pouvoir. Ce pouvoir est tenu par les maires du palais qui seront les créateurs des carolingiens. Ce n'est qu'à l'aide du Pape que les carolingiens prennent le contrôle de la royauté, tout en se faisant élire par les grands du peuple Franc. À la suite de cela, une réforme de l'état est mise en place. Cette réforme sera particulièrement importante sous Charlemagne qui essaie de consolider son territoire, d'éviter les dangers et de communiquer ses décisions judiciaires à l'aide d'envoyés spécifiques.

Le second livre, qui prend le plus de pages, permet d'expliquer comment Charlemagne reçoit la titulature impériale. Celle-ci n'est pas facile à faire accepter. En effet, un empereur existe déjà à Byzance, ce dernier est censé contrôler le Pape et la ville de Rome. Mais son influence est de moins en moins importante et le Pape est obligé de demander l'aide des Francs contre les Lombards ce qui crée un lien de protection. De plus, l'empereur est déposé par sa mère qui prend le titre pour elle-même. L'auteur met en avant des problèmes religieux entre l'ouest et l'est mais aussi des problèmes politiques pour le Pape Léon III. En 800, Charlemagne se rend à Rome pour consolider le pouvoir du Pape face à es opposants qui avaient tenté de le destituer et, dans la foulée, il est nommé Empereur par le Pape. Cette titulature implique un risque de guerre avec Byzance qui n'accepte pas ce nouvel empereur. De plus, Charlemagne n'apprécie d'être nommé par le Pape. Il essaie de rendre l'église débitrice et dépendante tout en nommant lui-même son fils empereur, à la fin de sa vie. Il y a donc une construction longue de l'idéologie impériale qui doit permettre aussi bien un contrôle territorial, spirituel et d'éviter trop de frictions avec Byzance.

Enfin, le dernier livre se consacre à la fin de l'empire et à son usage par les rois de France. Le fils de Charlemagne, Louis le Pieux, essaie de consacrer l'Empire tout en le divisant entre ses fils. L'ainé serait l'Empereur et les autres contrôlent des territoires tout en lui étant soumis. Mais la naissance d'un nouveau fils, avec une seconde femme, brise cette division déjà difficilement acceptée. Les trois ainés se révoltent contre leur père et le déposent. Pour que deux des frères décident de le remettre sur le trône impérial par suite des actions de leur frère ainé. Les combats entre les frères puis entre les frères et leurs neveux brisent l'unité de l'Empire qui ne sera jamais plus complet. De plus, l'Église reprend le contrôle de la nomination des empereurs chargés de la protection de la chrétienté. En moins d'une génération, l'Empire carolingien perd de sa substance. Cependant, l'idée impérial et l'importance de Charlemagne gardent de la substance au sein du royaume de France. Les capétiens, lors de la septième génération, se marient avec une descendante de Charlemagne tandis que les chansons de Gestes créent une mythologie qui permet de justifier le pouvoir des rois de France, leur permettant de se déclarer empereur dans leur royaume et non soumis à un autre dirigeant terrestre.

Il faudrait examiner les informations données par l'auteur. En particulier, j'aimerais savoir à quel point le livre a été actualisé en 1989 car, depuis 1964, la recherche a modifié notre connaissance de l'époque carolingienne. Certains propos de l'auteur donnent l'impression d'une manière ancienne de concevoir les mérovingiens, pour ne prendre qu'un exemple. Mais ces problèmes historiographiques ne gâchent pas la lecture d'un livre qui suit un programme précis et qui, selon moi, le réussit.

Image : Éditeur

Commentaires

  • Beaucoup de romances autour de Charlemagne, certainement l'un des initiateur des "fakes-news" !

  • Hassan, il faut regarder le contexte historique et la situation de la France carolingienne, au travers d'innombrables mythes dynastiques il fallait bien élever au pinacle quelques héros rassembleurs, mais si vous voulez mon avis, ce Charlemagne a commencé à construire sa réputation qu'une fois mort !

    Dans la réalité, j'ai bien peur que l'histoire fut romancée et qu'on ne sait peu sur les chroniques de l'époque !

  • Il ne faut tout de même pas sous-estimer les sources archéologiques et textuelles. Nous avons des chroniques mais aussi les capitulaires, qui sont éditées par les Monumenta Germaniae Historica (malheureusement en latin).

  • On parle des "rois fainéants" et d'une époque, certes quelque peu agitée, mais à mon avis, c'était également une époque des plus obscurantiste de l'histoire moyenâgeuse.

    Cette époque à été, toujours à mon avis, romancée et brodée de fil d'or, alors que ce n'était que déchéance et atrocité de la part des rois de cette époque !

    A cette même époque des exemples mille fois plus enrichissants étaient présents sur notre planète, mais pas cette soumission à l'église et aux guerres meurtrières !

  • On ne parle plus de rois fainéants actuellement. Les mérovingiens ont été réhabilité par l'historiographie. Mais ce terme provient bien des carolingiens, qui avaient besoin de justifier leur prise de pouvoir.
    L'époque carolingienne me semble être une renaissance, aussi bien de l'idée impériale que des arts et de la pensée, toujours basé sur l'exemple antique. La fin de l'époque, par contre, voit non seulement l'Empire carolingien tomber mais aussi le retour des guerres privées alors que les différents membres de la famille carolingienne sont incapables de battre les Vikings.

  • Au niveau des arts et des représentations d'artefacts, le carolingien et le mérovingien sont imprégnés par les représentations répandues dans les mystiques chamanistes, mis à part quelques croix qui d'ailleurs était déjà dans les cultures locales un symbole négatif, mais néanmoins lié à la guerre, il ne me semble pas que l'époque carolingienne ait réellement changer grand-chose au niveau stylistique !

  • http://remacle.org/bloodwolf/historiens/eginhard/annales1.htm
    Le règne de Karolus Magnus vu par un contemporain. Un règne qui faisait sortir l'Europe de 400 ans de ténèbres après la chute de l'empire romain.
    Hugues Capet descend de Robert III, comte d'Hesbaye, dont l'épouse Waldrade est de la parenté d'Hildegarde, épouse de Charlemagne. Béatrice, la grand-mère d'Hugues Capet remonte à Pépin, roi d'Italie et fils de Charlemagne. Enfin, Hedwige, la mère d'Hugues Capet, descend deux fois de l'empereur Louis le Pieux, autre fils de Charlemagne.

  • "Un règne qui faisait sortir l'Europe de 400 ans de ténèbres après la chute de l'empire romain."

    Phrase sibylline, c'était quoi les ténèbres, l'empire romain ou sa chute ?

  • L'époque mérovingienne? Si oui je ne serais pas d'accord.

  • Hassan, pourriez-vous retirer les propos allusifs et insultants, merci !

  • Merci, je suis systématiquement attaqué par des trolls, exemple sur le site de Michèle Roullet qui publie des insanités hors sujet !

    Ce qui me semble avoir des portées antisémites, car plusieurs commentaires de ce genre ont été censurés par la TdG:

  • Vous ignorez probablement, Monsieur Hassan, que cela fait plus de dix ans que le troll Corto joue au coronavirus sur les blogs de la TdG et de 24Heures. Pour preuves:

    1) Le 30 août 2010 M. Jean-François Mabut, responsable et animateur des blogs de la TdG, signait sur cette plateforme un billet consacré au soi-disant Corto. Ce billet commençait ainsi (pour lire la suite, veuillez vous rendre sur http://webzine.blog.tdg.ch/tag/corto):
    “Corto refait des siennes: apprenez à rejeter les commentaires importuns.
    Mais quelle mouche l'a donc piqué? Corto est malheureusement de retour. Il pourrit les blogs de ses commentaires vindicatifs souvent sans lien avec le sujet du billet publié.”

    2) Le 5 mai 2011 M. Jean-François Mabut consacrait un second billet au soi-disant Corto dans lequel il écrivait (pour lire la suite, veuillez vous rendre sur http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2011/05/05/vague-de-spamm.html):
    “Pour avoir banni le blog créé par Corto (alias BOUGHANIM Moshé mosheboughanim@gmail.com pour autant que ce nom et cet e-mail correspondent effectivement à une personne), dont un billet très long portait ce titre: "Dossier: les liens privilégiés entre nazis et Palestiniens et tdg", cet internaute masqué inonde la blogosphère de la Tribune et en particulier les blogs de votre serviteur de commentaires dépourvus de sens et qu'il signe de noms qu'il usurpe sans vergogne.”

    Dix ans plus tard, on en est au même point.
    Sauf que Corto, dont la véritable identité a été établie par la police de sûreté vaudoise (supprimé), vient d'être cité à comparaître le 11 juin prochain devant le Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudois pour y répondre de toute une série de commentaires attentatoires à l'honneur (calomnies, injures) et à la personnalité publiés à mon encontre sur divers blogs de la TdG et de 24Heures et portant la signature «Corto».

    Sur demande, je vous ferai parvenir toutes pièces de procédure confirmant mes dires.
    Publiez ce commentaire et vous verrez que Corto ne démentira pas.
    Et ne le laissez pas squatter votre blog.

  • C'est parfaitement scandaleux que des blogueurs, au nom de leur immense naïveté, continuent de publier les commentaires de ce troll qui pollue ces plateformes depuis 2006. Quand on publie un blog, on devrait avoir un peu d'intérêt pour ce qui se passe à côté de soi et en tenir compte. Quant à la TDG, elle est encore menacée de complicité de calomnie, puisque responsable de tout ce qui paraît sous son nom et pourrait le payer cher. Est-ce bien raisonnable ?

    supprimé

  • Géo vous avez hélas raison. Cela dit, Mesdames Roulet et Chraïti se montrent très indulgentes à l'égard de nos 2 trolls (jumeau et jumelle). Quant à Mabut, il a été prompt à fermer le blog de Madame Richard-Favre sous les coups répétés des 2 trolls mais il semble moins pressé à sanctionner ces derniers. En attendant, tout cela ne fait que nuire au blog de Hassan.

  • Je faisais allusion au vide culturel, comblé partiellement par les moines irlandais venus diffuser sur le continent le contenu de leurs bibliothèques, et qui allait plus tard récupérer toutes les connaissances de la civilisation grecque, que le monde arabo-musulman avait conservées et enrichies.

  • L'auteur du livre en parle dans un chapitre. Il explique que les membres du clergé avaient perdu beaucoup de connaissances en latin, d'où le souhait de Charlemagne de créer un renouveau de ce que l'on nommerait aujourd'hui un enseignement. Mais surtout pour des élites.

  • Le premier livre imprimé en Europe est la Bible en latin de 42 lignes, par Gutenberg en 1453. Le premier livre imprimé en français est La Légende dorée, de Jacques de Voragine, en 1476. Dans les 50 années qui suivirent, on a imprimé environ vingt millions de livres en Europe, alors que la population devait être de cent millions d'habitants. Il faut attendre 1536 pour que le français devienne la langue officielle du royaume de France. Tout ceci explique pourquoi savoir lire n'était pas une priorité 700 ans plus tôt et que cela se faisait en latin pour des gens ayant un certain statut social et intellectuel: prélats, professeurs, moines copistes, légistes, administrateurs de l'empire, etc.).

  • Si vous avez le sentiment que qulqun est un troll, donc c est celui qui veut diviser et aussi appelé l esprit du mal, n oubliez pas le remède contre les trolls:Don t feed the troll même quand ses écrits apparaissent équilibrées, choses rares mais je dirais de même quand ses attaques sont perso et crasses voire ad hominem. Néanmoins, tant que l Editeur de son propre blog et/ou le responsable des blogs ne les bannit pas, ça va perdurer au prix que l Editeur risque de payer le prix ce qui est le choix entre la peste ou le choléra ....Moi, je zappe leurs écrits donc ils passent à la verticale vers la poubelle où ses écrits seront les bienvenus., pauvres poubelles quand même!!

    Bien à Vous.
    Charles 05

Écrire un commentaire

Optionnel