• L'Europe au XIXème siècle. Des nations au nationalismes (1815-1914) par Jean-Claude Caron et Michel Vernus

    Titre : L'Europe au XIXème siècle. Des nations au nationalismes (1815-1914)
    Auteurs : Jean-Claude Caron et Michel Vernus
    Éditeur : Armand Colin 15 mai 2019
    Pages : 509

    Pour des raisons personnelles, je n'ai jamais vraiment apprécié le XIXème siècle. Je le trouve peu intéressant face à la première partie du XXème qui voit des changements socio-économiques importants. Mais je suis un peu obligé de m'intéresser au XIXème et, après les livres de Hobsbawm, je me suis plongé dans ce manuel. Les auteurs ont écrit 12 chapitres en plus d'une introduction et d'une conclusion. Dès le début, et régulièrement, ils marquent l'importance du XIXème pour comprendre le monde actuel. C'est pourquoi les auteurs utilisent le nationalisme en tant que question globale de ce manuel.

    D'une certaine manière, on pourrait diviser ce livre en deux parties. L'une s'intéresse à la période 1870-1914 et la première à la période 1815-1870. Cette première partie parle, bien entendu, du Congrès de Vienne et de la réalisation d'un ordre européen basé sur l'Ancien Régime et l'équilibre des monarchies face à une France considérée dangereuse. Cependant, ces équilibres sont mis à mal par des tentatives de constructions d'états-nations aussi bien en Allemagne qu'en Italie mais aussi dans les Balkans, malgré les efforts de l'Autriche-Hongrie. Les auteurs mettent aussi en avant l'importance de l'année 1848 même si les révolutions échouèrent.

    Une seconde partie pourrait permettre de comprendre de quelle manière la création idéologique des nationalismes permit de former les nations et de les mettre en concurrence. Chacun des pays d'Europe, qui ne sont pas tous des nations, souhaitent être puissant dans un contexte précis ou un autre, ce qui permet de relancer les colonisations en particulier sur le continent africain. Les auteurs essaient aussi d'y expliquer les raisons de l’introduction des nationalismes. Ceci permet, en effet, de consolider l'union des états et des peuples en créant un autre différent et externe.

    Bien que la lecture soit dense, ce manuel répond à une question précise tout en offrant des informations basiques sur différents pays européens. Toute l'Europe n'est pas décrite mais cela ne nuit pas au propos. Il est tout de même dommage que la question des colonisations et du système raciste qui en découle n'est examiné que dans un unique chapitre. Ce point aurait mérité plus de développement. On apprécie aussi l'ajout de nombreuses cartes qui permettent de mieux comprendre les explications des auteurs.

    Image : Éditeur

  • Superman: Red Son

    Superman Red Son est l'un de mes comics préférés. Il réussit à expliquer qui est Superman tout en créant un magnifique hommage à l'histoire des comics aussi bien par les personnages que par la façon de dessiner les cases. Que DC ait décidé d'en faire une adaptation animée n'est pas étonnant. Mais celle-ci est-elle réussie ? Superman Red Son part sur un prémisse simple. Au lieu du Kansas, la fusée de Superman est tombée en Ukraine. Superman ne connait pas ses pouvoirs jusqu'à ses douze ans. Il reste chez lui avant de déclarer ses capacités à l'état soviétique et de devenir le nouvel homme fort du pays, un moyen de gagner la guerre froide face à un monde capitaliste médusé.

    SPOILERS

    L'adaptation doit, bien entendu, modifier certaines choses parfois en bien parfois non. Ainsi, la relation avec Diana est bien plus intéressante. On passe outre l'inutile romance secrète pour créer une relation d'amitié d'égale à égal, tout en notant qu'une île remplie de femmes n'est probablement pas très hétérosexuelle... J'ai aussi apprécié la relation plus sympathique entre Lois et Lex alors que le comics montrait ce dernier comme un être sans cœur. Il est, d'ailleurs, bien plus sympathique dans ce film. Le faux Superman est aussi remis à jour pour englober la politique actuelle aux États-Unis, ce qui ne le rend pas sympathique du tout.

    J'ai beaucoup moins apprécié les changements subis par Superman. Non seulement il a un accent horrible mais sa caractérisation est très différente. Dans le comics, il refuse d'envahir les pays mais les accepte, sur demande, au sein du monde soviétique. Ce qui ne l'empêche pas de faire des choses discutables envers les opposant-e-s. Dans l'adaptation, il est bien plus guerrier voir meurtrier au nom du bien commun. En fait, le film semble vouloir tout faire pour éviter de créer une sympathie envers l'utopie communiste tout en critiquant un peu l'utopie capitaliste, mais pas trop. L'histoire originale y perd en subtilité.

    *
    **
    *** Trop simplifié
    ****
    *****

    Image : Site officiel

  • The Personal History Of David Copperfield

    The Personal History Of David Copperfield est une adaptation du roman du même nom de Charles Dickens (que je n'ai jamais lu). Davis Copperfield est un jeune enfant qui vit entre deux femmes dans une petite maison de campagne. Il est très proche de Peggotty, la servante de sa mère. Mais l'arrivée d'un nouvel homme du nom de Murdstone, et de sa sœur, brise l'équilibre du ménage. Face à son incapacité à apprendre et à accepter son arrivée Murdstone l'envoie à Londres. Dans cette ville, il travaille pour la fabrique de Murdstone tout en vivant dans l'appartement de la famille Micawber, ruinée. Mais ceci n'est que le début de ses aventures.

    SPOILERS

    Je n'ai jamais lu de Dickens, même si je connais certain classique ne serait-ce que par leurs multiples adaptations. Je ne peux donc pas parler pour le livre ni y comparer l'adaptation. Celle-ci me donne l'impression de mettre en place une forme de cycle. Les personnages, en particulier David, passent de la richesse à la pauvreté puis de nouveau à la richesse. Malgré les problèmes, leur réussite semble normale. D'une certaine manière, ce film donne aussi l'impression qu'il existe un ordre spécifique au monde. Les personnages, qui semblent membres d'une bourgeoisie moyenne voire élevée, ne mettent pas en question leur place dans le monde. Le film explique leur échec non par leur incapacité à travailler ou à être rationnel mais par l'action d'un membre des classes inférieures, pourtant bien plus travailleur et intelligent que les personnes qu'il arnaque. Ainsi, la fin du film donne l'impression d'un retour à un ordre naturel lorsque les biens sont retrouvés alors que Uriah Heep disparait. Cela provient-il du roman original ?

    En dehors de cela, il faut avouer que le casting est magnifique. Les acteurs et actrices sont particulièrement talentueuses dans ce film. Les différents personnages sont à la fois facilement identifiables et bien introduit malgré, parfois, la brièveté de leurs apparitions. Tous les personnages ont des côtés particulièrement flamboyants. Je me dois de nomme Peter Capaldi dont j'avais adoré le Docteur et qui joue ici un homme qui essaie de garder les moyens de vivre. Mais il faut aussi mentionner Tilda Swinton et Hugh Laurie dont les performances sont superbes. Bref, ce film est une explosion de personnages haut en couleur qui voyagent au travers d'une vie à la fois ordinaire et extraordinaire.

    *
    **
    ***
    **** Je ne savais pas trop ce que j'allais voir et j'ai passé un très bon moment
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • L'ère des empires 1875-1914 par Eric J. Hobsbawm

    Titre : L'ère des empires 1875-1914
    Auteur : Eric J. Hobsbawm
    Éditeur : Fayard 2010
    Pages : 495

    J'ai enfin terminé le dernier volume de la trilogie de Hobsbawm autours du XIXème siècle. Pour rappel, ce dernier voulait comprendre de quelle manière le XIXème est devenu le siècle de deux révolutions : une révolution économique et sociale et une révolution politique. La première voyait le triomphe du capitalisme et de la bourgeoisie tandis que la seconde permet de justifier et de pousser à une participation de plus en plus importante de la population au sein des états, dont certains deviennent des démocraties. Ce troisième, et dernier, livre contient 13 chapitres sans compter les introductions et conclusions.

    Ce dernier livre pose une question difficile : comment est-on passé d'un monde libéral qui se pense en progrès constant à un monde en guerre en 1914. Pour cela, Hobsbawm tente de nous expliquer le monde de 1875. Bien que le capitalisme soit triomphant, les révolutions n'ont pas eu lieu, des tensions se préparent. Hobsbawm commence pour nous expliquer le fonctionnement de l'économie et définit ce qu'il entend par l'ère des empires. Les pays européens se sont, en effet, taillé des empires dans le monde entier, seules quelques états asiatiques et l'Amérique du Sud sont épargnés.

    Hobsbawm met en avant aussi des changements de nature sociales. D'une part, le prolétariat prend en importance avec la hausse de l'urbanisation et de l'industrialisation. Ce prolétariat inquiète car il pourrait soutenir des idéologies révolutionnaires. La bourgeoisie, en particulier la petite bourgeoisie, est inquiète face aux risques de déclassements. Les symboles prennent de l'importance pour marquer sa place. De plus, Hobsbawm se concentre sur la force de plus en plus importante de la question des nations qui pose problèmes à certains grands empires. Il explicite aussi l'entrée en scène des suffragettes et la tentative de libérer les femmes pour en faire des citoyennes. Mais celles-ci sont poussées à suivre le modèle de la femme au foyer qui peut être moins bien payée, avant le mariage, puis être soutenue par son mari. Au vu du salaire des femmes, qui n'est pensé comme secondaire face au salaire du mari, elles risquent de devenir des concurrentes des hommes ce qui pose la question de leur accès au travail pour les syndicats.

    Hobsbawm s'intéresse aussi aux arts et aux sciences. Les arts se constituent en réaction face au passé pour tenter de créer de nouvelles formes. En particulier, une partie du monde de l'art tente d'atteindre une pureté sans fioritures. En ce qui concerne les sciences, Hobsbawm met en avant une rupture des sciences de la physique tandis que la génétique est utilisée pour justifier l'eugénisme en Europe. Le livre se terminer sur la marche de la société européenne vers une guerre mondiale. Hobsbawm l'explique par des tensions entre états mais aussi par les besoins d'extensions à cause du système capitaliste, la prise de contrôle des ressources est source de tensions.

    Hobsbawm écrit un épilogue qui essaie de faire le bilan de son œuvre et de l'importance du XIXème pour comprendre le XXème siècle. Le livre est traduit en 1987 et Hobsbawm, bien que prenant en compte des risques de guerres mondiales, pense que le XXIème siècle serait probablement meilleur que le XXème. Il ajoute aussi une bibliographie commentée ainsi que des tableaux et des cartes. Malheureusement, cette édition ne fournit pas table de matières...

    Image : Éditeur

  • Star Wars Resistance 1-2

    Kazuda Xiono est un jeune pilote de la flotte de la Nouvelle République. Il est l'héritier d'un sénateur et de l'une des familles les plus riches du système d'Hosnian Prime. Mais, contrairement à son père, il se rend compte du danger du Premier Ordre. Il décide de quitter l'armée de la Nouvelle République et d'entrer au sein de la Résistance, considérée comme un groupement fanatique. Sa mission est simple. Il doit s'infiltrer sur une station de ravitaillement sur la planète Castilon. Il y découvre un monde partagé entre les attaques de pirates et les courses. Mais aussi une station qui se rapproche, petit à petit, du Premier Ordre.

    SPOILERS

    L'idée de cette série était intéressante. Elle nous permettait de suivre un jeune résistant alors qu'il observe le Premier Ordre prendre de l'importance sur une planète précise. Mieux encore, la série se déroule, lors de ses deux saisons, en parallèle de la troisième trilogie. Il y a donc un certain nombre de possibilités de nous montrer les événements à l'aide d'autres points de vue, en particulier des personnes qui essaient seulement de rester en sécurité au sein d'une galaxie de plus en plus dangereuse. De plus, la série promettait des courses et des combats.

    Malheureusement, la série n'est pas très réussie. J'ai beaucoup de mal à m'intéresser aux personnages. Je peux comprendre que le public visé soit jeune, mais tout est trop facile à deviner. Les personnages sont souvent peu intéressants ou simplement grotesques. Jamais je n'ai réussi à avoir une impression de danger face aux ennemis de la série, qui sont trop incapables pour cela. La saison deux est encore pire. En effet, alors que la première saison nous offre un fil rouge précis la seconde saison se contente de faire des épisodes avec un problème spécifique qu'il faut résoudre à chaque fois et, de temps en temps, le Premier Ordre qui arrive et auquel il faut échapper. Donc rien de bien intéressant...

    *
    ** Bof
    ***
    ****
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Beren et Lúthien par J.R.R. Tolkien et Christopher Tolkien

    Titre : Beren et Lúthien
    Auteurs : J.R.R. Tolkien et Christopher Tolkien
    Éditeur : Christian Bourgeois 2017
    Pages : 217

    Ceci est le second grand conte à avoir été édité intégralement par Christopher Tolkien. Il n'y a aucuns textes inédits dans ce livre mais il permet de lire d'une manière cohérente le conte de Beren et Lúthien. Le conte nous narre les aventures de deux personnes dont l'amour est refusé par l'un des elfes les plus âgés du monde. Seul le vol d'un Silmaril doit permettre à leur amour d'exister. Mais une telle quête est certaine d'échouer car les Silmarils se trouvent sur la couronne de Morgoth, le dieu du mal, depuis leur vol au pays des divinités. Pourtant, Beren se lance dans l'aventure sachant sa mort presque certaine.

    SPOILERS

    Les contes de Turin Turambar et de Gondolin peuvent facilement être édité en un texte plus ou moins cohérent car le style n'est pas fortement différent. Bien entendu, Tolkien a largement modifié ses textes et sa manière d'écrire. Mais, en ce qui concerne Beren et Lúthien Tolkien a décidé d'écrire une grande partie du conte sous forme de vers, nommé le Lai de Leithian. La juxtaposition de textes en proses avec une forme qui se base sur un style médiéval est étrange. Cela demande un effort supplémentaire lors de la lecture.

    De plus, tous les récits qui sont publiés dans ce livre ne sont pas terminés. En partie, cela est dû à Tolkien lui-même qui n'a pas terminé tous ses écrits. Mais on peut se demander pour quelle raison Christopher Tolkien a décidé d'inclure de nombreux extraits sortis de leur contexte. Si l'on connait le Quenta Silmarillion se retrouver dans les textes ne pose pas forcément problème. Mais je doute que quelqu'un qui ne connait pas l'œuvre du Quenta Silmarillion puisse facilement comprendre ce que fait Christopher Tolkien, malgré ses tentatives d'expliciter ses choix et de contextualiser un minimum les extraits. L'édition de ce dernier grand conte et donc celle qui me rend le plus sceptique.

    *
    **
    *** Un beau conte mais est-ce réellement une bonne idée de l'éditer ainsi ?
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • The Mandalorian

    Disney a été accusé de beaucoup de choses depuis que l'univers star wars a été racheté. Une partie des accusations sont adéquates. Mais Disney a tout de même mis tout le monde d'accord avec sa première série en streaming : The Mandalorian. Celle-ci se déroule un temps indéterminé après la chute de l'Empire à Jaaku. La série débute sur une planète qui semble peu civilisée. On y trouve des chasseurs de primes qui vivent au sein d'une guilde. L'un de ces chasseurs est le Mandalorien. Il semble vivre seul. Il se contente de chasser des criminels et des personnes plus sympathiques sans jamais prendre de pauses. Il est l'un des chasseurs les plus chers mais aussi parmi les meilleurs. Tout change lorsqu'une mission le conduit à travailleur pour ce qui reste de l'Empire.

    SPOILERS

    Cette série est calme et sans démesure. On n'a pas l'impression d'un déluge d'effets spéciaux ni d'une envie d'en mettre plein la vue avec des combats aux chorégraphies improbables. Les combats sont courts et sales. Le but est de gagner et pas de faire joli. Cette ambiance est portée par une musique parfois presque inaudible mais qui accompagne fortement ce qui se déroule à l'écran. Personnellement, j'ai beaucoup aimé le thème du Mandalorian qui me semble être particulièrement réussi. Même l'intrigue n'est pas fortement mise en avant. On suit les tentatives de survivre du Mandalorian et son souhait de protéger quelqu'un.

    Cependant, il ne faut pas penser que ceci nuit aux moments de tentions. Au contraire, il me semble que la série redonne sa gloire à certaines technologies de Star Wars qui semblaient trop faciles à stopper alors qu'elles sont décrites comme des cauchemars ambulants. Trois séquences me resteront en mémoire. Le passé par l'attaque des droïdes contre une planète. Alors que les films et les séries semblent les montrer comme faciles à détruire cette séquence montre l'horreur qu'une population civile peut ressentir. L'attaque du AT-ST est tout aussi réussie et permet de montrer à quel point cette chose est dangereuse ! Enfin, le combat entre le Mandalorian et le Tie Fighter est extrêmement réussi. La saison se termine sur une nouvelle quête mais aussi un cliffhanger que j’espère voir résolu.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Selon moi, une très bonne série. On espère que les autres saisons seront tout aussi bonnes et garderont le même rythme avec un nombre restreint d'épisodes

    Image : IMDB

    Site officiel

  • La Révolution Française. 1787-1804 par Michel Biard et Pascal Dupuy

    Titre : La Révolution Française. 1787-1804
    Auteurs : Michel Biard et Pascal Dupuy
    Éditeur : Armand Colin 16 juillet 2020
    Pages : 382

    On écrit beaucoup sur la Révolution Française. Les ouvrages peuvent être très spécialisés ou écrit par des personnes qui souhaitent défendre un point de vue politique. Elle est à la fois la source de certaines de nos idées démocratiques et accusée d'être à l'origine de tout le mal actuel. J'avais lu le manuel de Michel Vovelle mais cet autre manuel est plus récent. Il prend en compte les progrès de l'historiographie depuis la fête du bicentenaire de la Révolution, permettant d'avoir une vue ressourcée sur cette période dense de l'histoire occidentale. Le livre est divisé en 14 chapitres dont la moitié est chronologique et l'autre moitié thématique.

    La "première partie" se déroule sur 6 chapitres. Les auteurs commencent par expliquer l'état de l'opinion avant la Révolution. Ils mettent en cause plusieurs explications de l'arrivée de la Révolution, par exemple les explications purement économiques ou culturelles, mais expliquent qu'il existe un effet révolutionnaire en Europe à la suite de la création des États-Unis. Les autres chapitres se concentrent sur les événements. Loin d'en faire un simple récit les auteurs souhaitent nous montrer les problèmes, les tensions internes et les solutions trouvées sur le moment par une population qui vit le moment révolutionnaire.

    La seconde partie est thématique. Les auteurs examinent des sujets classiques. Ainsi, on retrouver l'examen de la religion sous la période révolutionnaire. Mais aussi l'examen de la culture révolutionnaire (et de ses possibilités de survivre plus ou moins longtemps). J'ai particulièrement apprécié les chapitres concernant la contre-révolution et l'antirévolution, deux thèmes que je connais mal, mais aussi le lien avec le milieu international. Bien que les auteurs restent proches de la surface, ils expliquent clairement comment les autres pays ont suivi et importé la révolution puis réagi face à la conquête française. Je déplore tout de même que ce manuel ne parle pas de l'histoire des femmes, pourtant présentent lors de la Révolution. Pour leur histoire, on se reportera au manuel "les femmes dans la France moderne." Le livre nous offre aussi quelques schémas, un calendrier républicain lié au nôtre et surtout une longue chronologie.

    Image : Éditeur

  • Avatar: The last airbender. Imbalance par Faith Erin Hicks, Bryan Konietzko, Michael Dante DiMartino, Peter Wartman, Ryan Hill, Adele Matera et Peter Wartman

    Titre : Avatar: The last airbender. Imbalance
    Auteur-e-s : Faith Erin Hicks, Bryan Konietzko, Michael Dante DiMartino, Peter Wartman, Ryan Hill, Adele Matera et Peter Wartman
    Éditeur : Dark Horse 17 juin 2020
    Pages : 240

    Ce volume contient Imbalance 1-3. Après un long voyage l'équipe Avatar retourne à l'usine du père de Toph. Mais l'usine n'est plus unique. De nombreuses échoppes et fabriques se sont construites avec une ville qui devient de plus en plus importante. Le nombre élevé de personnes qui essaient d'y vivre crée des problèmes sociaux. Le chômage et la criminalité augmentent alors que l'industrie commence à inventer des machines qui permettent de se passer des maitrises. Ceci crée des tensions entre les personnes capables de maitrises et les autres.

    SPOILERS

    Le volume porte bien son nom : Imbalance. Il y a une perte d'équilibre entre la Terre et la pollution. La ville, en s'étendant, ne permet pas de faire attention aux destructions qui subit la terre. La pollution est très importante mais les solutions sont peu nombreuses. Un autre déséquilibre concerne les relations entre les personnes capables de maitrises et les autres. Alors que ces dernières ont de moins en moins besoin des maitrises pour vivre les différents maitres et maitresses craignent de perdre leur place au sein de la société. L'équipe Avatar se trouve impliquée dans un changement sociologique qu'il est difficile de maitriser et qui commence à supporter des idéologies que nous observons dans la série Korra.

    En effet, ce volume est encore plus lié à la série de Korra que les autres. Non seulement la ville commence à ressembler à celle de Korra. Mais on observe l'arrivée d'Aang sur son île. La création d'une forme de police. Et surtout le besoin de créer un lien entre les maitrises et le reste de la population. Une grande partie des problèmes que connait Korra sont liés aux décisions prises dans ce volume, des décisions qui sont voulues bénéfiques.

    *
    **
    ***
    **** Bien que l'équipe artistique soit nouvelle elle réussit à s'approprier les personnages et les thèmes.
    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars: The clone wars saison 7

    Star Wars: The clone wars a duré 6 saisons. La dernière donnait de nombreux beaux moments mais ne terminait pas réellement l'histoire alors que Disney avait racheté la franchise. Quand soudain, une dernière saison fut annoncée qui termine réellement la série. The Clone Wars se déroule entre le film II et le film III. La série met en scène la guerre entre les Clones, les Jedis et les Séparatistes alors qu'un complot Sith prend forme. La saison 7 se déroule après la saison 6 et reprend donc un certain nombre de conséquences vue auparavant. Elle se déroule en partie durant les événements du film III, que l'on connait.

    SPOILERS

    La saison 7 est divisée en trois arcs scénaristiques pour 12 épisodes. Le premier arc concerne les clones. Une minorité avait appris que l'armée était équipée d'une puce de contrôle. Cet arc permet de garder leur humanité en cassant leur uniformité, ce que la série avait fait auparavant, mais aussi en sauvant l'un des premiers clones que l'on découvre dans la série. Il est, selon moi, important de les humaniser. Ce sont des soldats mais aussi des personnes qui sont manipulées. Pire encore, les clones sont obligés de combattre sans avoir les mêmes droits que les citoyen.ne.s de la République. Au moins, la série leur offre une forme d'individualité.

    Un second arc se concentre sur Ahsoka Tano. Celle-ci avait quitté l'ordre Jedi après avoir été trahie par le Conseil des Jedis. Nous n'en savions pas plus avant de la retrouver dans Rebels on dans les romans. Durant cet arc, elle rencontre deux sœurs qui sont impliquées dans des activités dangereuses sans se rendre compte des problèmes qu'elles risquent. Ici, Ahsoka renoue avec la véritable mission des Jedis. Au lieu de faire la guerre elle protège et aide des personnes qui en ont besoin, sans chercher de récompenses mais parce qu'elle le peut. La critique de la politique des Jedis a eu lieu à quelques reprises dans la série mais ces épisodes permettent surtout de mettre en contraste leur aspect de guerriers face à leur véritable rôle au sein de la République.

    Enfin, le dernier arc se déroule durant le film III. Il marque le retour de Maul face à Ahsoka. Sans en dire trop, les 4 épisodes qui terminent la série permettent de mettre en avant le danger que vit la République, l'aveuglement des Jedis et la confusion de certains clones face à ce qui leur arrive. Les événements des épisodes font références à certains événements du films III, parfois en reprenant des dialogues précis. Cette fin est très spectaculaire avec deux dernières scènes particulièrement émouvantes.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Une dernière saison à la hauteur de mes espérances

    Image : IMDB

    Site officiel

  • La chute de Gondolin par J.R.R. Tolkien et Christopher Tolkien

    Titre : La chute de Gondolin
    Auteurs : J.R.R. Tolkien et Christopher Tolkien
    Éditeur : Christian Bourgeois 2019
    Pages : 227

    Il y a longtemps que je n'avais pas relu entièrement les livres de Tolkien que je possède. La nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux m'a poussé à me replonger dans un univers qui m'a fortement marqué lorsque je l'ai découvert dans mon adolescence. Ce livre ne contient rien d'inédit. Christopher Tolkien édite ici en seul tenant le troisième grand conte de son père pour le Premier Âge : la chute de Gondolin. Ce conte nous dépeint les aventures de Tuor fils de Huor après la bataille des Larmes Innombrables qui vit la victoire de Morgoth sur les elfes et les humains. Tuor y chercher le dernier royaume libre des elfes, un royaume caché depuis des siècles.

    SPOILERS

    Encore une fois, ce livre ne publie rien qui n'ait déjà été publié dans les History of Middle-Earth (HOME, dont la moitié des tomes n'ont pas été traduits en français). Christopher Tolkien édite ici toutes les versions du conte ce qui permet tout de même de pouvoir les comparer et surtout de lire deux versions avec deux moments que j'apprécie fortement. Dans la première version, ancienne, Tolkien prend le temps de décrire dans le détail les événements de la chute. Il nous offre une vision presque en direct de la bataille, des armures des différentes maisons nobles de Gondolin et de la fuite de elfes suivie de la mort de leur roi. La dernière version s'arrête bien avant, lorsque Tuor observe Gondolin pour la première fois, mais cette fin n'est rien face à la description des nombreuses portes qui protègent Gondolin. Chacune est formée d'un matériel précis avec un groupe d'elfe armé spécifiquement selon cette porte et l'on n'ose imaginer ce que Tolkien aurait fait pour la description de Gondolin et de sa chute.

    Contrairement aux HOMEs, Christopher Tolkien n'alourdit pas le texte de nombreuses citations ou notes de bas de page. Son but est de se concentrer sur le récit de son père. Seules quelques chapitres sont destinés à permettre au lecteur de mieux comprendre comment la mythologie a été construite et dans quel contexte historique se trouve J.R.R. Tolkien. Christopher Tolkien ajoute aussi quelques extraits et résumés du Silmarillion qui permettent de mieux comprendre certaines mentions de la chute de Gondolin. Ce livre est annoncé comme le dernier De Christopher Tolkien. Il est aussi le dernier des trois grands contes du Silmarillion et mon préféré. Le relire de manière simplifiée, même si je connaissais les textes via les HOMEs, m'a beaucoup plu.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Difficile pour moi de critique le conte du premier âge que je préfère

    Image : Éditeur

  • Ascender 2. The dead sea par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Ascender 2. The dead sea
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Image Comics 24 juin 2020
    Pages : 128

    Ce volume 2 contient Ascender 6-10. Il y a 10 ans l'univers tel qu'on le connaissait a changé avec la seconde attaque des machines. En même temps, une rumeur pris forme aux confins de l'univers. Une force militaire formée de monstres prenait le contrôle de plusieurs planètes. Aujourd'hui, une grande partie de l'univers est sous le contrôle de la Mère et de sa magie. Les vampires contrôlent les mondes tandis que la résistance n'est qu’ombre à peine connue par la plupart des gens. Mais une menace pour la magie est arrivée sous la forme d'un petit robot chien et, depuis, Mère lance une chasse à l'homme pour le capturer.

    SPOILERS

    J'avais adoré les dessins de Descender et la diversité des espèces mises en avant. J'aime tout autant les choix artistiques d'Ascender qui restent tout aussi magnifiques que la première série. Je ne me lasse pas d'observer les détails mais aussi les paysages mis en avant. On pourrait uniquement regarder les pages sans se décider à les lire.

    En ce qui concerne l'histoire. Comme le premier volume et la première série, l'intrigue avance à un rythme très serein. Même si on sent l'urgence les auteurs prennent le temps de placer leurs pions, leurs idées et de faire voyager les personnages. De plus, ils nous font rencontrer d'anciennes connaissances que l'on est parfois surpris de revoir. Personnellement, j'ai adoré le retour d'Effie même si celui-ci est tragique. Les auteurs nous donnent aussi un peu plus d'informations sur les suites de la seconde attaque des machines et l'arrivée de la Mère mais aussi, plus important, sur son humble origine.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Toujours aussi beau, toujours aussi impatient de lire la suite

    Image : Éditeur