Hitler. Essai sur le charisme en politique par Ian Kershaw

Titre : Hitler. Essai sur le charisme en politique
Auteur : Ian Kershaw
Éditeur : Folio Histoire 10 octobre 2001
Pages : 416

Ian Kershaw est considéré comme l'un des historiens actuels les plus importants concernant l'histoire de l'Allemagne hitlérienne. En dehors de la biographie d'Hitler il a écrit des ouvrages sur l'opinion allemande sous le nazisme, les questions historiographiques concernant la période nazie et il vient d'écrire un diptyque sur l'histoire de l'Europe au XXème siècle. Dans ce livre, Ian Kershaw essaie de dépasser l'opposition entre les positions basées purement sur les structures et celles qui se concentrent uniquement sur hitler. Pour cela, il emprunte à Max weber le concept de pouvoir charismatique qui, selon Kershaw, permet d'analyser de manière complexe la relation entre le pouvoir d'hitler, une communauté et les structures sociales et économiques. Cet examen se déroule sur 8 chapitres qui débutent un peu avant la conquête du pouvoir pour se terminer lors des derniers jours de la guerre.

Ainsi, Kershaw pense hitler comme une personne qui possède un pouvoir charismatique qui lui est concédé par une communauté de fidèles. Celle-ci voit en hitler un homme au destin exceptionnel chargé d'offrir les solutions à la faiblesse de l'Allemagne après la première guerre mondiale. Le fonctionnement du pouvoir hitlérien est basé sur des relations directes entre l'homme et ses subordonnés. Il est la seule personne capable de dire le droit et de trancher entre diverses stratégies. Ce qui implique des luttes de pouvoirs autours de lui afin d'avoir accès à lui mais aussi pour le mener à accepter une ligne spécifique que l'on pense en adéquation avec les buts d'hitler.

Cependant, comme l'explique Kershaw, hitler n'était pas destiné à gagner le pouvoir. Lors de sa conquête du pouvoir il est le chef d'un petit parti qui ne réussit à devenir important que tardivement. De plus, lors de son accession à la Chancellerie son part était en perte de vitesse. Sa prise de pouvoir n'a été permise que par une conspiration d'élites économiques, militaires et politiques qui tentaient de modifier le fonctionnement de la République de Weimar en direction d'un régime autoritaire.

De plus, Kershaw montre bien que le système du pouvoir autours d'hitler est fondamentalement antiétatique. En effet, les élites traditionnelles mais aussi l'administration impliquent un risque de remise en cause du pouvoir hitlérien. Le fonctionnement est donc basé sur une destruction du régime légal-rationnel au profit d'une multiplicité de centres de décisions dépendant directement d'hitler. Que ces centres n'aient pas des missions précises permet encore de rendre l'état plus faible et donc plus dépendant d'hitler. Kershaw conclut en expliquant que le pouvoir nazi était destructeur par définition. Son système ne pouvait que disparaitre avec hitler, qui incarne l'état et le destin allemand.

Image : Éditeur

Les commentaires sont fermés.