Histoire des Etats-Unis sous la direction de Bernard Vincent

Titre : Histoire des Etats-Unis
Direction : Bernard Vincent
Éditeur : Flammarion 21 septembre 2016 (champs histoire, 4ème édition)
Pages : 719

Cette histoire des Etats-Unis est le second livre qui tente de faire une histoire globale de ce pays que je lis en peu de temps. Le contraste n'est pas saisissant entre le manuel présenté ici le 2 juillet et ce livre qui regroupe des contributions de plusieurs spécialistes. Une différence majeure est l'adjonction au texte d'encadrés qui explicitent certaines questions précises. Une autre est la fin du livre, là où le manuel commençait une étude de la présidence Trump se livre collectif se termine en 2016 avant l'élection de Trump à la présidence.

Le livre dirigé par Bernard Vincent suit une structure chronologique qui début lors de la création des colonies, 1607, jusqu'en 2016. Le champ d'investigation est donc large et les chapitres découpent ce temps en 20 à 30 ans (sauf le premier et le dernier). Tout comme le manuel, la place des présidences est importante dans ce découpage chronologique ce qui donne à l'état fédéral et aux actions présidentielles une importance supérieure, dans le texte, aux autres parties du pays. Les histoires des différents États qui constituent les Etats-Unis sont peu explicitées.

Cependant, il me semble que ce livre commun réussit mieux que le manuel de Lacroix à mettre en avant l'importance des questions socio-économiques. Il me semble aussi que les auteurs du livre donnent plus d'importances aux questions des luttes sociales. Ainsi, on apprend quelques petites choses sur les autochtones et leurs relations aux États-Unis mais aussi sur la place toujours subalterne des noirs américains. Ce qui n'empêche pas les auteurs d'afficher une neutralité de façade face aux revendications antiracistes après les meurtres commis par des policiers. Certes, les auteurs marquent l'importance de ces faits pour comprendre la division des États-Unis, mais ils échouent, à mon avis, à conceptualiser ces faits.

Image : Éditeur

Commentaires

  • James Mc Pherson, dans son livre « La guerre de Sécession » rappelle que « L'Amérique allait naître de ce conflit (la guerre de Sécession) dans lequel sombrerait une civilisation (Indienne). Mais le Nord vainqueur demeure l'ennemi haï et défié, dans la mesure où il représente une civilisation mercantile, basée sur le profit, par opposition à la civilisation aristocratique du Sud, basée sur l'honneur. »
    À propos de la guerre de Sécession, qui n'a réglé aucun des problèmes américains et surtout pas la question noire (on peut aisément s'en apercevoir encore actuellement), nous aurions tort de réduire ce conflit Nord-Sud à une lutte simpliste, c'est-à-dire entre adversaires et partisans de l'esclavage, ainsi que les « vainqueurs » tentent, par tous les moyens de nous le faire croire depuis des années. Rappelons simplement que l'étendard de la Confédération, le Stars and Bars, comportait treize étoiles représentant chacun des douze états du Sud, la treizième correspondait à la nation indienne constituée par la totalité des tribus qui, en quelque sorte, étaient venues chercher refuge auprès des « affreux esclavagistes » du Sud, afin d'échapper au génocide des « généreux libérateurs » Nordistes.
    Les indiens d'Amérique avaient compris que les « Yankees » représentaient avant tout et par-dessus tout, une civilisation mercantile et cynique, basée sur le profit à n'importe quel prix : la civilisation « rapace » de l'aigle pygargue, devenu depuis l'emblème national des USA.
    Cordialement.

  • Je ne comprends pas votre message

  • Bonjour Monsieur Hassan,

    Toujours étudiant en en première année de master en histoire et en sciences politiques depuis l'ouverture de votre blog ?

  • Non plus maintenant

Écrire un commentaire

Optionnel