• The Mauritanian / Présumé coupable

    CW : torture, flashs lumineux

    The Mauritanian parle de Mohamedou Ould Slahi un homme qui a vécu en Allemagne, à la suite d’une bourse, qui a lutté en Afghanistan dans les années 90 et est arrêté secrètement par le gouvernement états-unien dans les années 2000 après le 11 septembre 2001. Il passe 14 ans au sein de la prison secrète, et extrajudiciaire, de Guantanamo. Il est considéré comme le principal recruteur qui a mené aux attentats. Mais il ne fut jamais réellement accusé selon une procédure judiciaire. Lorsque la Cours Suprême force le gouvernement à juger les prisonniers, une avocate décide de s'intéresser à son cas. Son premier but est de consolider les normes juridiques du pays, mais elle comprend rapidement que les preuves, comme Mohamedou Ould Slahi le lui a souvent répété, sont inexistantes. Face à elle, l'accusation est tout autant perplexe car elle n'a accès à rien qui lui permette de justifier la condamnation de Mohamedou Ould Slahi.

    SPOILERS

    Ce film n'est pas misérabiliste. Il ne dépeint pas Mohamedou Ould Slahi comme une victime sauvée par une femme blanche. Cet homme est dépeint comme un témoin d'actes illégaux, un témoin qui garde ses capacités de réflexions et qui regagne, petit à petit, une capacité d'agir. Cette capacité d'agir dépend du récit écrit de son expérience (un livre qui est à la base de ce film).

    Ce film met aussi en avant l'importance du respect de l'état de droit. Rapidement, l'avocate, jouée par Jodie Foster, et le procureur militaire, joué par Benedict Cumberbatch, se demandent pour quelles raisons la prison se trouve sur une base militaire en dehors du territoire des Etats-Unis. Ceci permet de nier les droits des prisonniers. Mais ce sont surtout les gardiens qui sont protégés puisque la loi du pays ne s'applique pas nécessairement à elleux. Dès le début et surtout dans la seconde partie, le film questionne les méthodes. Le mot torture n'est jamais utilisé au profit d'un terme juridique. Mais il est clair que ce sont des actes de torture. Ces actes empêchent de croire tout ce qu'a avoué Mohamedou Ould Slahi. En effet, ce n'est que par la pression de la torture qu'il avoue. Les preuves n'existant pas il est innocent et pourrait se retourner contre les Etats-Unis. Pourtant, il lui faudra encore 7 ans avant de sortir de prison.

    Image : IMDB

  • Benedetta

    CW : torture, sexualité

    Il m'a fallu plusieurs jours avant de pouvoir écrire cette note, plusieurs jours durant lesquels j'ai pu mettre en ordre mes impressions. Benedetta commence au XVIIème siècle. Une enfant est envoyée par ses parents dans un monastère afin d'être donnée à dieu. Cette enfant semble être très pieuse, et provenir d'une famille riche aide. Plusieurs années plus tard, l'enfant est devenu une femme qui a des visions de Jésus. Elle aide aussi une autre jeune femme à devenir une sœur. Les deux femmes se rapprocheront tandis que les visions deviennent corporelles posant la question de la sainteté potentielle de Benedetta.

    SPOILERS

    Le film est fortement imprégné d'histoire. La réalisation fait attention de bien situer les événements dans un contexte quasiment apocalyptique. Des flagellants se trouvent dans les rues. La peste tue tout le monde. Les personnages essaient de savoir s'ils seront envoyés en enfer ou non. Seule la ville de Benedetta semble sauve de la peste, protégée par la sainteté et dieu ? Le film essaie aussi de montrer que l’église s'inscrit dans des luttes de pouvoirs. Dès le début, l'entrée dans les ordres implique une dot mais aussi des dons en argent et en bien par les personnes qui souhaitent faire entrer leurs filles. On nous montre aussi l'importance, pour le prévôt, des miracles. Cela permettrait non seulement une montée dans la hiérarchie de l’église mais aussi des rentrées d'argent pour la ville et le monastère.

    La réalisation place beaucoup de symbolisme autours de Benedetta. Dès la première scène le film la montre comme pieuse et proche de la divinité. Peu de temps après, elle survit à la chute de la statue de la vierge. Ses visions sont aussi pleines de symboles religieux. Rapidement, se pose la question de la réalité des visions et des traces corporelles. Une partie de l'église doute tandis qu'une autre partie y croit ou pense pouvoir les utiliser comme moyens politiques. Benedetta elle-même ne peut pas forcément répondre à la question. Le film ne répond pas à cette question. Benedetta pourrait s'être infligé les stigmates, mais ne pourrait-elle pas se les infliger sur ordre du divin ? Quoi qu'il en soit, ces traces lui permettent de gagner en statut. Un statut qu'elle tente de rendre plus important en se déclarant sainte lors de certains actes.

    Face à cela, il n'est pas étonnant que l'église utilise le lesbianisme de Beneditta comme moyen de la confronter et de la juger. La sexualité de cette femme, et de sa compagne, est souvent mise en scène et questionnée par un homme d'église en particulier. Bien entendu, juger la sexualité des deux femmes permet de juger les visions de Beneditta. Car, comme le montre le film, personne dans l'église n'est réellement innocent. Le nonce qui juge Beneditta est père. Le prévôt ne croit pas et souhaite uniquement le pouvoir. D'une certaine manière, ce film pourrait s’inscrire dans les romans critiques de l'église lors de l'époque moderne, romans qui ne lésinent pas sur les péchés sexuels des prêtres et des nonnes.


    ** 
    *** Trop de sexualité pour moi, mais cela en fait-il un mauvais film ? Honnêtement, je ne sais pas exactement quoi penser
    **** 
    *****

    Image : IMDB