• La roue du temps 0. Nouveau printemps par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 0. Nouveau printemps
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 3 novembre 2021
    Pages : 528

    Nouveau Printemps est une prequel à la série La Roue du Temps. Le roman se déroule un peu plus d'une décennie auparavant lors de la guerre contre les Aiels. Tar Valon est entourée d'ennemis et défendue par une large coalition de différents royaumes. Mais les Aes Sedai ne sont pas craintives. Elles continuent leur vie comme si rien ne pouvait leur arriver. Moiraine n'est pas encore une Aes Sedai mais une Acceptée, un niveau tout juste au-dessus des Novices. Mais elle sait que, bientôt, elle sera mise à l'épreuve. Alors qu'elle se prépare, elle est l'une des rares témoins de la dernière prophétie d'une des sœurs. Le Dragon va se réincarner le jour même. Cette prophétie lance la sororité et Moiraine dans une quête du Dragon. Mais les Aes Sedai ne sont pas toutes en accord sur le traitement à lui réserver et certaines ont des objectifs cachés.

    SPOILERS

    Cette préquelle n'est peut-être pas le bon point d'entrée mais elle permet de bien mieux comprendre comment fonctionnement les Aes Sedai. On suit Moiraine alors qu'elle n'est qu'une Acceptée qui peut subir les décisions de ses supérieures. Les Aes Sedai subissent une éducation stricte et ritualisée. L'accès à la sororité s'accompagne d'encore plus d'obligations dont certaines sont tacites. Entrer dans l'ordre est brutal avec quelques pertes. On comprend mieux que les Aes Sedai ne sont pas unies mais divisées selon des opinions politiques. Pire encore, certaines ne suivent pas les serments de l'ordre car elles sont soumises au Ténébreux, bien que personne ne souhaite accepter leur existence. L'ordre, bien que puissant, semble gangréné.

    Ce roman permet aussi de mieux comprendre qui sont Lan et Moiraine et ce qui le lie. Leur amitié n'est pas encore existante. Leur première rencontre est orageuse alors que Moiraine n'est encore qu'une jeune Aes Sedai. Mais les deux personnages se considèrent en guerre et sont en accord pour tout faire afin de gagner, même si cela peut leur couter la vie. Les dernières pages du roman sont particulièrement haletantes pour cela puisque les deux personnages sont proches de la défaite, les lançant dans leur quête.


    ** 
    *** 
    **** Un prequel qui prend son temps et donc plusieurs éléments seront sûrement utilisés dans d'autres tomes
    *****

    Image : Site officiel

  • Don't look up

    De nos jours, une doctorante et son référant observent des supernovas afin de comprendre comment fonctionne l'expansion de l'univers. Lors de leurs observations, illes découvrent un objet en train de bouger. Cet objet, prenant le nom de Dibiasky, est une comète. Elle se dirige vers la Terre et elle est assez massive pour créer une extinction massive et donc détruire l'humanité. Kate Dibiasky et le docteur Mindy pensaient qu'illes seraient rapidement pris au sérieux. Mais l'administration présidentielle traine les pieds et refuse d'accepter l'imminence de la fin du monde.

    SPOILERS

    Il ne faut pas un doctorat pour comprendre que ce film est une satire du monde actuel. Certes, nous ne sommes pas actuellement menacés par une comète mais nous le sommes par une pandémie et surtout par la crise climatique en cours. Pourtant, comme dans le film, aucune personnes capables d'agir n'accepte d'agir pour des raisons purement économiques. Voir que les décisions de la présidence dépendent de l'accord d'un businessman est la même chose que le refus de sortir des actions écologiquement dangereuses pour éviter que des riches perdent de l'argent. En particulier, Elon Musk et ses semblables sont critiqués pour leur manque d'intelligence et leurs solutions inutiles et couteuses pourtant considérées comme d'énormes réussites.

    En ce qui concerne le monde politique. Le film s'attaque aussi bien à la gauche qu'à la droite, mais bien plus contre la droite trumpienne. Même fox news en prend pour son grade puisque la chaine fait sa une sur les dangers du topless (si j'ai bien entendu) plutôt que sur la comète qui va détruire la terre quelques minutes plus tard. La présidente, jouée par Meryl Streep, nomme des racistes et des assassins aux plus hauts postes, ainsi que son propre fils. Elle joue sur le populisme mais on comprend rapidement qu'elle n'a que mépris pour les personnes qui l'ont élue et qui ne servent qu'à garantir son pouvoir.

    Le monde conspirationniste aussi est touché. Le film montre bien qu'une théorie de la conspiration dépend de plusieurs facteurs. Il y a les scientifiques qui font valider leurs recherches par les pairs. Puis ces recherches sont commentées par les journalistes qui considèrent qu'il y a débat dès qu'une personne critique les chiffres, même si cette personne n'est pas qualifiée. Ainsi, le refus de l'existence de la comète commence par la cheffe de la NASA qui récuse les chiffres, alors qu'elle n'est pas astrophysicienne. Puis ce "débat" est commenté par le reste du monde et peut potentiellement devenir un marqueur politique. Dans ce processus, les faits perdent toutes importances puisque ne comptent plus que la position politique impliquée par la croyance. Les scientifiques peuvent tenter d'expliquer, de hurler, illes ne seront plus pris au sérieux. À plusieurs reprises, on observe Mindy ou Dibiasky tenter d'expliquer jusqu'à perdre leur calme face à l'aveuglement du monde.

    Nous avons donc une comédie dramatique qui essaie de faire rire sur un sujet sérieux et tout à fait contemporain. Il réussit, selon moi, à traiter les points importants mais je ne sais pas s'il est réellement drôle.


    ** 
    *** 
    **** Personnellement, j'ai trouvé cette comédie très déprimante
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Hawkeye saison 1

    Cette nouvelle minisérie de 6 épisodes fait partie des productions permettant de lancer la nouvelle phase du MCU. Elle se déroule dans la semaine avant noël, à New York. Clint Barton est en vacances avec ses enfants. Il vit des jours heureux, essayant de rattraper le temps de famille qu'il avait perdu pendant les destructions commises par Thanos. Mais les ennuis le rattrapent. Il est témoin de l'attaque d'une bande en survêtement contre une personne seule. Cette personne est Kate Bishop, riche héritière et sportive d'élite. Kate Bishop est aussi une des plus grandes fans d'Hawkeye. Les deux personnes sont maintenant liées à une affaire dangereuse alors que Clint n'a que 6 jours pour se rendre dans sa famille afin de fêter noël.

    SPOILERS

    Il faut le dire immédiatement, la série est fortement inspirée des comics par Aja et Fraction. Le générique y fait directement référence tandis que plusieurs types de personnages proviennent de ce comics. Malheureusement, jamais la série ne fait référence ni ne mentionne les deux créateurs. Cette question est de plus en plus importante puisque Disney et Marvel font beaucoup d'argent sans jamais donner leurs dus aux créateurs qui permettent aux personnages d'exister.

    Cette série n'est pas non plus la meilleure de toutes. Jeremy Renner donne l'impression de s'endormir et de jouer plus par habitudes que par envie. Bon, cet aspect pourrait être voulu pour mettre en avant un Clint Barton fatigué. Mais on regrette que l'acteur n'ait pas une présence plus charismatique. Hailee Steinfeld, en revanche, semble éprouver du plaisir à jouer Kate Bishop et c'est un plaisir de voir ce personnage interagir avec les autres (que ce soient Clint Barton ou une équipe de roleplay). Personnellement, j'ai beaucoup apprécié les dialogues entre Kate et Yelena qui me semblent très réussis. Mais il est dommage que cette série ne serve qu'à créer la nouvelle (et véritable) Hawkeye. Les événements ne sont pas des plus intéressants et ne justifient pas forcément l'action de deux Hawkeye.


    ** 
    *** 
    **** Kate Bishop sauve la série.
    *****

    Image : Site officiel

  • Robespierre par Jean-Clément Martin

    Titre : Robespierre
    Auteur : Jean-Clément Martin
    Éditeur : Gallimard 22 février 2018
    Pages : 404

    Robespierre est intégralement lié à la Terreur. Cet épisode de la Révolution durant lequel de nombreux massacres ont été commis. Mais cet épisode, et le rôle de Robespierre, ont souvent été simplifié que ce soit pour blâmer l'entier de la Révolution ou simplement les plus acharnés dont Robespierre serait le chef incontesté. Jean-Clément Martin a remis en question un certain nombre de mythes autours de la Révolution. Dans ce livre, il entend comprendre Robespierre en écrivant une biographie.

    Cette biographie suit le format chronologique classique. Les chapitres se suivent selon les époques, qui sont mentionnées dans les titres. L'auteur débute par l'enfance, le début de la carrière puis l'entrée dans la Révolution et son importance pour terminer sur sa mort puis sur la reconstruction de son histoire en vue de créer le mythe du monstre Robespierre.

    Le but de Jean-Clément Martin n'est pas de vérifier si les récits monstrueux ou psychologisants sur ce personnage sont réels. Il essaie de replacer Robespierre au sein de l'état de la politique durant plusieurs périodes. Ce qui lui permet de montrer que le personnage fut, pendant longtemps, très isolé. Ses discours sont des idées avant d'être des appels au concret. Ce qui lui a permis de ne pas être impliqué et compromis par la marche du pouvoir. Cette absence de compromission lui a permis de se placer comme champion du peuple, tout en défendant la légitimité de la Convention, et de devenir l'une des personnes les plus puissantes du pays. Il est aidé par des amitiés loyales qui impliquent un contrôle fort du monde politique et militaire français.

    La déconstruction du mythe Robespierre est parfaitement mise en place par l'auteur. On comprend que le personnage prend des décisions qui dépendent de l'état des forces politiques. Un état qui aurait pu lui permettre de survivre aux événements de Thermidor si certaines actions avaient été prises. Jean-Clément Martin montre aussi que la création du monstre permet d'éviter de blâmer d'autres personnes, même si les Jacobins qui ont laissé tomber Robespierre vont aussi subir un retour de bâton. L'auteur montre toute la complexité d'un homme inséré dans un univers politique mouvant qu'il essaie de contrôler et, pendant longtemps, réussi à le faire.

    Image : Éditeur

  • Dans la toile du temps par Adrian Tchaikovsky

    Titre : Dans la toile du temps
    Auteur : Adrian Tchaikovsky
    Éditeur : Denoël 12 avril 2018
    Pages : 592

    CW : Arachnophobie

    L'humanité est finalement partie dans les étoiles. Elle se prépare à terraformer des planètes entières tout en y ajoutant des espèces élevées à un rang plus élevé que la simple animalité. Mais l'humanité n'est pas capable de s'entendre et les dissensions mènent à la dernière Grande Guerre. Il ne reste plus que des expériences, réussies ou ratées, toujours surprenantes. L'humanité a fui la Terre au sein de vaisseaux arches afin d'essayer de fonder un nouveau foyer. L'un de ces vaisseaux approche d'une planète terraformée. Mais celle-ci n'est exempt de vie intelligente et cette vie ne veut pas abandonner son monde.

    SPOILERS

    J'ai lu un certain nombre de critiques sur ce livre. Celles-ci m'ont rendu curieux. Dans la toile du temps se déroule après la chute de l'humanité d'un niveau quasi divin. L'auteur décrit des humain.e.s qui ne sont capables que d’imiter leurs prédécesseurs sans jamais atteindre leur niveau. J'ai eu l'impression d'une vision assez sombre de l'humanité. Il n'y a pas de véritables héros ni d'héroïnes mais des personnes incapables de choisir une voie différente de celle de leurs ancêtres, condamnant la race entière à des guerres intestines ou externes. Le personnage humain principal suit une tendance vers la dépression et la perte de foi envers sa propre espèce, qu'il tire de sa connaissance du passé, mais jamais il ne peut agir pour éviter des décisions catastrophiques. Il ne peut qu'assister aux événements.

    Face à l'humanité l'auteur décide de créer une espèce d'araignées intelligentes. On joue ici sur la peur des araignées mais aussi sur la création d'une espèce différente, même si terrienne. 90% du roman consiste à dépeindre la création de la société des araignées. Celle-ci passe d'une logique de chasse animale à une société complexe capable de s'adapter pour créer un bon commun. Même si les araignées sont des prédatrices, cette société est décrite comme préférant chercher un moyen d'user de leurs ennemis plutôt que de les détruire.

    Personnellement, ce n'est que lorsque les deux espèces se rencontrent, ce qui est rare, que l'auteur m'a permis de ressentir une forme de sentiment d'horreur. Lorsque les araignées sont décrites en dehors de la perception humaine je me suis pris à admirer la construction de leur société. Mais leur description via des yeux humains crée un fort sentiment de malaise. Les personnages humains étant incapables d'accepter que les araignées puissent penser et ne pas être des ennemis mortels. L'humanité, ici, est incapable de passer le fossé qui permettrait une compréhension mutuelle et je trouve intéressant que l'auteur donne cette capacité aux araignées.


    ** 
    *** 
    **** Une réussite. Il existe une suite, il est probable que je la lise.
    *****

    Image : Éditeur

  • La résistance indienne aux Etats-Unis par Elise Marienstras

    Titre : La résistance indienne aux Etats-Unis
    Autrice : Elise Marienstras
    Éditeur : Gallimard 2014 (première édition 1980)
    Pages : 352

    Je suis totalement ignorant des questions "indiennes", pour reprendre le terme utilisé dans le titre, aux Etats-Unis. Il me semble donc normal de m'y intéresser afin d'essayer de comprendre les débats mais aussi les questions de droits posées par les populations autochtones. Ce livre, plutôt ancien même si cette édition est revue, tente de nous donner les clés de compréhension des luttes des autochtones depuis l'arrivée des européens jusqu'à nos jours.

    Le récit commence par les stéréotypes qui existent sur les populations autochtones. Dès le second chapitre, l'autrice se concentre sur un récit chronologique. Les chapitres sont des périodes qui permettent de comprendre comment les relations entre les populations résidentes et les migrant.e.s d'Europe fonctionnent. Rapidement, les migrant.e.s d'Europe veulent imposer leur manière de vivre, de penser et de gouverner sur les autochtones, afin d'en faire des populations soumises aux monarchies européennes. Les rois du territoire colonisé ont parfaitement compris cela et ont tenté de réagir soit par le refus des soumissions, la résistance armée ou une tentative de travailler avec les européens à égalité. L'autrice montre bien que toutes ces tactiques ont mené au même résultat : la destruction du peuple, des royaumes et de leurs cultures. Ainsi, le retour d'une certaine forme de militantisme au niveau du droit et des institutions internationales implique la reconnaissance des cultures autochtones et de leurs nationalités, au sein des Etats-Unis.

    Ce livre fut surprenant. En effet, il est constitué en grande partie d'extraits de sources commentées. Le commentaire est écrit dans une police inférieure à celle des sources, ce qui permet de bien identifier le type de texte. On peut aussi y voir une probable volonté de ne pas écraser les sources par le commentaire. La lecture seule permet déjà d'apprendre beaucoup de chose. Mais il me manque l'analyse historique, ce qui va plus loin que le simple commentaire. Ce manque pourrait provenir de la date de la première édition et donc de la nécessité de poser les questions et les débats avant de pouvoir y répondre.

    Image : Éditeur

  • La roue du temps 2. L'oeil du monde deuxième partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 2. L'œil du monde deuxième partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 17 octobre 2018
    Pages : 624

    Nos personnages sont séparés. Après la fuite de la ville la plus maudite de l'histoire humaine chacun.e a dû partir de son côté, espérant leur survie et celle de leurs ami.e.s. Lors de leur voyage illes vont en apprendre bien plus que souhaité sur leur destin mais aussi leur identité, même si celle-ci peut rester un mystère pour certaines personnes. Mais illes sont aussi talonnés par les forces du Ténébreux qui semblent pouvoir voyager plus vite que naturellement possible. Fuyant toujours plus loin, le groupe apprend l'existence d'une menace particulière. Mais est-ce trop tard ?

    SPOILERS

    Ce second tome est la seconde partie d'un premier volume en langue original. La coupure est un peu artificielle mais acceptable puisque les personnages passent une bonne partie des événements séparés avant de se retrouver et d'attaquer la fin de leur quête. Cette seconde partie est bien plus plaisante que la première. Les personnages sont plus intéressants, moins naïfs, et commencent à changer. On commence aussi à en apprendre un peu plus sur Lan et Moiraine, qui restent tout de même peu loquaces.

    Mais ce second tome n'est que la première partie. Bien que l'intrigue qui a mené les personnages sut la route soit terminée, par une victoire, on comprend rapidement que celle-ci, aussi significative soit-elle, n'est qu'une petite victoire avant une bataille plus grande. Les personnages ont encore des choses à régler, ce qui sera le cas dans les prochains tomes selon toutes probabilités.


    ** 
    *** 
    **** Un second tome bien plus haletant que le premier
    *****

    Image : Éditeur

  • Histoire de l'Autriche. De l'empire multinational à la nation autrichienne (XVIIIe-XXe siècles) par Paul Pasteur

    Titre : Histoire de l'Autriche. De l'empire multinational à la nation autrichienne (XVIIIe-XXe siècles)
    Auteur : Paul Pasteur
    Éditeur : Armand Colin octobre 2011
    Pages : 320

    L'Autriche est proche de notre pays et pourtant j'ai rarement touché son histoire durant mes études, en dehors du mouvement des nations, du Congrès de Vienne et de l'Anschluss. Ce manuel de la collection U, destiné aux personnes en bachelor master ou aux écoles prépas françaises, doit permettre de synthétiser trois siècles d'histoire qui voient des changements majeurs pour ce qui fut un empire multinational. Le livre est composé de manière chronologique avec trois grandes parties.

    La première partie prend en compte les années 1740 à 1867 en trois chapitres. L'auteur débute en expliquant comment fonctionne la monarchie des Habsbourg. Celle-ci, aux époques étudiées, commence à réformer le fonctionnement de l'état pour lui offrir une bureaucratie moderne. Cette époque est aussi celle des crises de la Révolution française et de Napoléon. L'Autriche est fortement antirévolutionnaire et marque, avec Metternich, une tentative de retour à un ancien régime durant le congrès de Vienne. Metternich essaie de créer une Europe conservatrice dont les royaumes fonctionnent au sein d'un équilibre des puissances.

    La seconde partie, années 1867-1918, permet justement de marquer les problèmes nationaux que connait l'Empire. En effet, l'empereur possède deux couronnes et gouverne un espace divisé en plusieurs états qui commencent à se penser comme des nations. Cette diversité implique des concessions pour garder le contrôle d'un si vaste espace, mais les germanophones restent majoritaires au pouvoir. La période connait plusieurs tentatives de réformes de l'état en vue d'une démocratisation (et d'une lutte contre la gauche sur le modèle prussien). Les tensions vont permettre un éclatement de l'Empire après 1918 et la création de nouveaux états nationaux, possédant tout de même des minorités linguistiques.

    La dernière partie concerne la période 1918 à nos jours.  Le premier chapitre permet d'examiner la première république. Celle-ci voit la prise de pouvoir de la gauche à la mairie de Vienne et la réalisation d'une politique sociale ambitieuse dans cette ville, qui marque encore le paysage de la ville aujourd'hui. Dans un second chapitre, l'auteur examine la guerre civile de 1934 et la création d’une dictature catholique après celle-ci. Le parti chrétien décide d'abandonner la démocratie et de détruire l'opposition de gauche. La fin de la démocratie, l'interdiction de la gauche et le manque criant de popularité des dirigeants permet aux nazis de prendre le terrain afin de préparer l'annexion de l'Autriche, une annexion largement souhaitée et qui implique une forte politique antisémite qui se greffe sur un sentiment plus ancien. Le dernier chapitre s'attaque à la seconde république. L'auteur met en avant la création d'une démocratie de compromis qui se base sur l'oubli des événements de 1934 et de l'annexion. Cet oubli est remis en cause depuis quelques années et le monde politique et intellectuel est forcé à réexaminer l'histoire du pays.

    Image : Éditeur

  • Black Lightning saison 3

    À la fin de la saison 2 l'agence ASA comprend qui est Black Lightning. L'agent Odell rend visite à la famille Pierce afin de leur proposer un contrat. Black Lightning accepte d'être étudié par l'ASA et de ne pas l'empêcher d'agir contre une menace externe : les markoviens. En échange, sa famille est laissée tranquille. Mais lorsqu'il sort de confinement il se rend compte que sa ville est devenue une zone de guerre. Les militaires de l'ASA contrôlent tout et tout le monde. La liberté ne dépend que du bon vouloir des agents du gouvernement qui justifie leurs actions violentes par la menace d'une invasion. Rapidement, Black Lightning ne peut pas accepter de rester calme.

    SPOILERS

    Depuis le début de la première saison cette série est inscrite dans l'histoire des Etats-Unis et les tensions raciales qu'on y trouve. Cette troisième saison va encore plus loin puisqu'on y décrit des expérimentations humaines illégales sur des personnes noires sans qu'elles ne soient consentantes. Bien entendu, la série va très loin puisque certaines personnes sont mises sous contrôle à l'aide d'une puce insérée dans le cerveau. Mais cela n'empêche pas les auteur-e-s de se baser sur une histoire réelle d'expérimentations médicales ou de parler d'enfants séparés de leurs parents par un état raciste.

    Comme auparavant, la série montre parfaitement comment fonctionne le racisme systémique dans un état. Le vilain de cette saison est aussi une victime et ses actions ne sont pas totalement mauvaises. Son but est de protéger et de sauver des enfants enfermés, contrôlés et qui subissent des expérimentations à cause de la couleur de leur peau. Face à ces actions, les polices sont incapables de réagir quand elles ne sont pas complices. Il me reste à voir comment la série va continuer, et se terminer, lors de la saison 4.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Une très bonne saison

    Image : IMDB

  • La roue du temps 1. L'oeil du monde première partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 1. L'œil du monde première partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 17 octobre 2018
    Pages : 619

    Comme beaucoup de monde, j'entends de plus en plus parler de cette série alors qu'Amazon est en train de diffuser son adaptation sous le format d'une série TV. Ce premier tome commence alors que le monde a connu plusieurs âges. Le dernier s'est conclu sur la fin de la guerre contre le Ténébreux et une catastrophe nommée la Dislocation du monde. Celle-ci fut commise par le Dragon, un humain capable de vaincre le ténébreux, et d'autres hommes capables d'user de pouvoirs magiques. Depuis, seules les femmes. Les aes sedai, peuvent avoir des pouvoirs magiques sans sombrer dans la folie. Des siècles ont passé depuis ces événements. Une prophétie annonce que le Dragon renaitra lorsque la fin du monde approchera. Alors qu'un long hiver semble ne jamais vouloir se terminer des signes annoncent le retour de cet homme. Ceci dans un petit village inconnu de tout le monde. Mais trois personnes sont liées à cette prophétie sans que personne ne sache laquelle est la vraie résurrection.

    SPOILERS

    Comme cela est souvent décidé par les éditions françaises, ce premier tome est en fait la première partie de la version anglaise. Il me faudra donc lire la seconde partie pour savoir ce que je pense réellement du début de cette série. Mon entrée ne fut pas facile. Que ce soit à cause de la traduction, ou autre chose, j'ai eu du mal à apprécier les trois jeunes hommes qui me semblent souvent prendre des décisions peu intelligentes simplement pour faire avancer le récit. Mais peut-être devrais-je être un peu tolérant, les personnages sont censés être très jeunes avec aucune expérience du monde. Les autres personnages, l'aes sedai, son champion, le trouvère (ou troubadour) sont utilisés pour guider ces jeunes gens naïfs et on peut espérer un peu plus d'intelligence de leur part dans d'autres volumes.

    Ce premier tome prend la forme d'une fuite en avant à cause de la menace de troupes maléfiques. Cette fuite permet aussi aux personnes qui lisent d'en apprendre plus sur la géographie et surtout la société de cette histoire. Bien qu'il y ait beaucoup à comprendre, une majeure partie du worldbuilding étant constitué de légendes, l’introduction progressive des éléments selon les besoins des personnages permet d'éviter d'être perdu lors de la lecture. Cette première partie est donc efficace tout en offrant quelques scènes d'action durant lesquelles on peut craindre pour la vie des personnages. Les derniers chapitres, qui séparent les personnages en trois groupes, seront sûrement résolus dans la seconde partie.


    ** 
    *** 
    **** J'ai mis du temps à accepter le style mais c'est un débat assez bon.
    *****

    Image : Éditeur

  • Ghostbuster Afterlife / SOS fantôme héritage

    Plusieurs décennies se sont déroulées depuis les événements de 1984. Le groupe des ghostbusters s'est séparé avant d'être progressivement oublié. Egon a vécu dans une petite ville sans jamais réellement prendre des nouvelles de ses amis et de famille. Il est oublié de touxtes jusqu'à sa mort un soir. Sa fille est contactée pour prendre en charge l'héritage. Peu fortunée, elle emmène ses enfants avec elle. Celleux-ci découvrent que leur grand-père était bien plus qu'il ne le faisait paraitre et que sa ferme est impliquée dans des événements métaphysiques.

    SPOILERS

    Ce film la suite directe du film de 1984. Des images de celui-ci apparaissent ainsi que plusieurs objets. Même les acteurs originaux sont présents, à ma plus grande surprise. Mais ce film est avant tout un moyen de faire apparaitre de nouveaux personnages. Podcast, un jeune adolescent qui crée un podcast que personne n'écoute. Phoebe, une jeune adolescente au génie scientifique et qui ne peut pas s'empêcher de toucher à tout. Et le frère, Trevor, qui sert surtout à conduire la voiture.

    J'ai apprécié le film. Mais il ne crée rien de nouveau. Il se complait dans la nostalgie sans proposer une véritable nouvelle identité. L'intrigue est pratiquement la même que le premier film. Deux démons doivent se relier afin de permettre à une ancienne divinité de diriger le monde et les morts. Même si les personnages sont différents, leurs rôles sont pratiquement identiques à l'ancienne équipe. Heureusement, le film est sympathique et j'ai beaucoup apprécié la manière de réparer la relation entre Egon, ses amis et surtout sa famille à la fin du film.


    ** 
    *** 
    **** Sympathique mais pas vraiment imaginatif
    *****

    Image : Site officiel

  • 19 février 1803: L'Acte de Médiation recrée la Suisse par Georges Andrey et Alain-Jacques Tornare

    Titre : 19 février 1803 : L'Acte de Médiation recrée la Suisse
    Auteurs : Georges Andrey et Alain-Jacques Tornare
    Éditeur : Savoir Suisse 21 octobre 2021
    Pages : 160

    1798, la Suisse devient un état unitaire centralisé en imitant le fonctionnement de la République française de l'époque. 1803, la République helvétique tombe après une guerre civile. Napoléon devient un médiateur chargé de permettre à la Suisse de recevoir et d'accepter un nouvel ordre. Celui-ci sera nommé l'Acte de Médiation. C'est ce régime que les auteurs se proposent de présenter en moins de 200 pages et 8 chapitres

    Les quatre premiers chapitres permettent de mieux comprendre cet acte et sa provenance. Ils permettent d'expliquer qui sont les personnes chargées de le rédiger et comment se place Napoléon dans cette demande de médiation. Loin de forcer son avis, même si les armées françaises sont toujours proches, sa médiation est demandée. L'acte permet de revenir à un fonctionnement traditionnel en redonnant aux cantons une souveraineté tout en cassant une grande partie es pouvoirs de l'organe centrale : la Diète. Celle-ci ne siège qu'un mois par année tandis qu'un Landamman s'intéresse aux affaires de tous les jours. Les auteurs s'intéressent aussi aux différentes constitutions cantonales réécrites dans le cadre de la médiation.

    Les trois chapitres suivants permettent aux auteurs de nous montrer comment le régime de la Médiation fonctionne. Pour cela, on nous présente les personnalités importantes. Outre le premier Landamman les auteurs parlent longuement du premier chancelier de la Confédération. Ces chapitres permettent aussi de mettre en avant la période de prospérité et de paix que fut cette Médiation. L'Europe est en guerre et des Suisses meurent sous les drapeaux français, mais le territoire helvétique est sauf jusqu'à la toute fin du régime.

    Enfin, le dernier chapitre permet de questionner la mémoire de cette période. Celle-ci fut, selon les deux auteurs, aussi peu mémorisée que la République helvétique. Dans les deux cas, nous avons des régimes imposés par les Français et qui semblent impliquer une soumission à une force étrangère au lieu d'une alliance. La mémoire est si difficile à accepter que le canton de Berne ait préféré célébrer l'anniversaire de son entrée dans la confédération au lieu de la Médiation, moment de la parte définitive des cantons sujets et donc d'une certaine prospérité. Pour les auteurs, la Médiation est surtout le début de la Suisse telle qu'on la connait. La nation helvétique n'existe pas encore, mais commence à se construire, tandis que l'idée de consensus semble être au centre d'un acte qui voulait éviter à la fois la Révolution et le retour à l'Ancien Régime, ce qui impliquait de relier des positions politiques bien différentes.

    Image : Éditeur

  • Star Wars: Thrawn ascendancy. Lesser evil par Timothy Zahn

    Titre : Star Wars : Thrawn ascendancy. Lesser evil 
    Auteur : Timothy Zahn
    Éditeur : Penguin 16 novembre 2021
    Pages : 576

    Ce troisième tome doit conclure cette trilogie et la relier à celle qui se déroule durant la période impériale (jusqu'à la disparition de Thrawn à la fin de la série Rebels). Les Chiss sont une nation forte mais qui a dû résister à un nombre de plus en plus important d'attaques durant les dernières années. Une menace pirate, une déstabilisation interne qui a failli tourner en guerre civile, sans oublier les tensions entre les grandes familles. Cet effort n'est pas terminé Thrawn sait qu'il y a une personne qui manipule les événements et nations dans le but de détruire les Chiss. Et il est prêt à tout pour supprimer cette menace, même si cela implique sa fin.

    SPOILERS

    Thrawn et Timothy Zahn ont la réputation d'être le personnage et l'auteur les plus attendus de l'univers Star Wars. Le nouvel univers a maintenant deux trilogies autours de Thrawn, qui est aussi apparu en version animée et va probablement revenir dans la série écrite autours d'Ahsoka. Il y a donc une forte attente pour ce dernier tome de cette seconde trilogie. Comme les précédents, le génie militaire de Thrawn est largement mis en avant. Il est capable de préparer, gérer et adapter une bataille sans jamais perdre son sang-froid. Ce roman réussit aussi à terminer les différentes intrigues politiques et militaires, tout en laissant de la place à d'autres histoires.

    En effet, lors de son arrivée au sein de l'Empire Thrawn annonçait l'existence de menaces importantes au sein du "Chaos". L'Empire est vu par les Chiss comme une menace potentielle mais aussi un moyen pour combattre ces menaces et éviter la destruction. Ce roman permet de comprendre les buts de Thrawn vis à vis de l'Empire et surtout pourquoi il lui est si fidèle. Seule une puissance unie serait capable de résister à la menace que les Chiss n'ont que ralentie. Ce roman permet donc, je pense, de préparer la suite de l'histoire de Thrawn. Je ne serais pas étonné que la quête d'Ahsoka la mène en direction des Chiss et que l'on retrouve les menaces que Thrawn craint.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Un dernier roman qui réussit à terminer tout en se reliant à la première trilogie et en préparant, je suppose, la suite

    Image : Éditeur