La roue du temps 14. Une couronne d'épée. Deuxième partie par Robert Jordan

Titre : La roue du temps 14. Une couronne d'épée. Deuxième partie
Auteur : Robert Jordan
Éditeur : Bragelonne 18 novembre 2020
Pages : 600

CW : viols mentionnés, tortures mentionnées, scène de viol explicite

Rand continue à mettre en place ses plans. Après avoir conquis plusieurs royaumes, qu'il destine à l'une des femmes qu'il aime, il décide de se tourner vers le peuple de la mer qui souhaite le rencontrer depuis longtemps. Il s'aide des Aes Sedai qui lui ont juré fidélité afin de demander plusieurs choses : un soutien logistique et des espions. Alors que les négociations sont en cours, Rand décide de se débarrasser des rebelles qui contestent son autorité et se sent finalement prêt à s'attaquer à l'Ilian contrôlé par l'un des rejetés. Mais, sans que personne ne le sache encore, les Seanchaniens sont de retour.

SPOILERS

Il ne se passe pas grand-chose dans ce tome. Rand, encore une fois, agit précipitamment et se met en danger malgré les conseils qui lui sont fournis. Certes, cela permet de comprendre que les rebelles ne sont pas forcément contre lui mais contre les changements qu'il impose. Mais ça crée surtout des dangers inutiles même si j'imagine que l'un des moyens de lui sauver la vie va être réutilisé plus tard. La grande bataille prévue contre le rejeté est décevante. On ne voit pas la bataille dans les rues de la ville tandis que le rejeté meurt sans qu'on ne le voie détruit sans que Rand n'agisse réellement, par chance.

Cela dit, il faut parler du cas Mat Cauthon. La série n'est pas exempt de violences, qui sont rarement décrites mais qui sont mentionnées. Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'espère que la reine Morgase sera sauf de ce point de vue mais j'en doute vu ce qu'écrit l'auteur. Mais le gros problème de ce tome est Mat. Que l'on soit clair, Mat subit un viol commis par la reine d'Ebou Dar. La question ne concerne pas l'opportunité de montrer un viol exercé sur un homme mais la manière de l'écrire. Celui-ci est décrit sous le registre de l'humour. Les servant-e-s de la reine l'aide à le coincer. Les amies de Mat se moquent de lui quand il explique ce qui lui arrive. La reine se moque de son consentement quand il refuse. Pire, Mat commence à ressentir des émotions en faveurs de la Reine et souhaite la revoir. Bref, tout ce qu'il ne faut pas écrire ! Il est clair que l'auteur et les éditeurs ne savaient pas comment traiter ce sujet. Ceci explique probablement le choix de le traiter par l'humour, un choix particulièrement mauvais. L'auteur était décédé je pense que ses choix sur le traitement des violences sexuelles, particulièrement vis à vis des femmes, ne seront jamais questionné et je m'attends à bien pire dans les autres tomes.


** 
*** Un passage à vide, des choix scénaristiques désastreux
**** 
*****

Image : Éditeur

Écrire un commentaire

Optionnel