Comprendre le nazisme par Johann Chapoutot

Titre : Comprendre le nazisme
Auteur : Johann Chapoutot
Éditeur : Tallandier 6 février 2020
Pages : 448

J'ai déjà mentionné Chapoutot dans ce blog. Il est un historien prolifique qui travaille surtout sur l'histoire du nazisme. Son dernier livre tentait de faire le lien avec le management actuel, livre que je n'ai pas lu. Ce livre est un recueil de textes, d'entretiens et d'émissions de radio édités afin de faciliter l'accès. Il est constitué de 33 textes divisés en 5 parties de tailles inégales. Les textes ont souvent un style oral, qui ne permet pas l'ajout de nombreuses notes de bas de page. Mais l'auteur a ajouté une courte bibliographie pour les personnes intéressées.

Étant donné le but de ce livre les différents textes se répètent beaucoup. La création de grandes parties thématiques augmente ce problème. Cependant, ces répétitions permettent aussi de mettre en avant les idées directrices des analyses de Chapoutot concernant le nazisme. Ainsi, il explique souvent que le nazisme a d'abord utilisé des concepts et idéologies préexistantes, depuis le XIXème siècle. C'est le cas du darwinisme social et je pense que l'on peut voir dans ce qu'il dit au sein de ce livre le début de la création de son dernier livre.

J'ai particulièrement apprécié deux entretiens, en fin d'ouvrage, qui examinent la question de la réédition, scientifique, de Mein Kampf. Celle-ci a donné lieu à un débat interne aux historien-ne-s. Finalement, le livre a bien été édité et disponible en librairie. Chapoutot proposait de rendre l'édition scientifique française disponible sur internet mais de ne pas mettre l'édition en vente au sein des librairies. Il s'attaque aussi à l'intérêt de ce livre pour comprendre le nazisme, la recherche ayant dépassé depuis longtemps la posture centrée sur hitler.

Ce livre a le mérite d'être clair et facile à lire. On y trouve aussi de bons résumés des recherches de Chapoutot et de la manière dont il tente d'examiner le nazisme. Mais, bien entendu, les textes édités ici ne vont pas aussi loin que ses analyses au sein de sa thèse ou de sa thèse d'habilitation dans lesquelles il examine de nombreuses sources qui lui permettent de défendre sa position en tant qu'expert.

Image : Éditeur

Commentaires

  • Comprendre le nazisme ?! Demandez-le aux six millions de juifs qui ont été gazés ! L’horreur nazie ne peut se comprendre, car elle relève d'une folie qui ne peut être saisie par un esprit empli de raison. Je ne lirais donc pas le livre devant lequel vous tombez en pâmoison. Respectueusement.

  • C'est votre choix

  • "L’horreur nazie ne peut se comprendre, car elle relève d'une folie qui ne peut être saisie par un esprit empli de raison. " Voilà qui va faire plaisir aux psychanalystes...
    Il me paraît au contraire plus qu'important d'essayer de comprendre la genèse de cette folie. CG Jung parlait d'une résurgence de Wotan, dieu germanique assez sinistre...
    "Aspects du drame contemporain" C.G. Jung, 1948
    Editions de la Colonne Vendôme Paris
    Librairie de l'Université Georg et Cie Genève

  • Non, Géo, c'est une insulte aux génocidés !!! A l'heure où la Bête immonde fait encore des siennes, en essayant de comprendre le nazisme, on banalise non seulement la mort de gens dont le seul tort étaient d'être juif, mais on encourage certaines gens de se complaire dans la folie nazie.

  • Peut-on comprendre l'accord Haavara sans comprendre le nazisme ?

  • A lire Frenkel, on finirait par croire que les travaux d'Hannah Arendt et de Victor Klemperer n'ont servi à rien. Fort heureusement, il y a encore des gens curieux de comprendre comment une telle horreur a été possible. Selon Harendt c'est l'"absence de pensée", et la "banalité du mal" qui ont mené à ce génocide. L'ignorance est mère de tous les maux.

  • Chapoutot remet en question ce concept de banalité du mal. Il explique, dans ce livre comme un autre, que eischman a voulu manipuler les juges pour éviter la peine de mort. Mais que ses propos, en public comme en privé, avant le procès prouvent qu'il savait exactement ce qu'il faisait

  • Il n'y a rien à comprendre. La folie est incompréhensible. Comprendre c'est les justifier subrepticement. UN PEU DE RESPECT pour les descendant de grands parents ayant été emmenés en bétaillère dans les chambres à Gaz ! Le monde marche sur sa tête lorsque l'on voit encore des nazis défiler dans la rue...

  • J'ai lu ce livre.
    Il ne s'agit pas de "comprendre" dans un sens lénifiant ou excluant toute pensée autre que rationnelle, mais bien de décrire ce que le nazisme avait de particulier.
    Ce qui pourrait permettre de "comprendre " ce qui en est advenu par la suite.
    A une époque, où il y a un projet concret de "dénazification", il n'est pas inutile d'essayer de définir les concepts pour discerner quelque chose dans les tentatives d'enfumage en cours.

    Je me permets de lister les titres des cinq parties du livre, pour donner une idée de l'approche.
    1. Une vision du monde. Le long terme du nazisme
    2. Le nazisme et ses normes
    3. L'homme nazi ( et ceux qui ne l'étaient pas)
    4. Le nazisme en actes
    5. Après le nazisme. Traces et débats contemporains

    Dans cette cinquième partie, on trouve des chapitres comme:
    - Faut-il rééditer Mein Kampf ?
    - Vivons-nous un retour des années 1930 ?
    - Après le nazisme : temporalité du chercheur, historicité de la recherche

    Dans le monde universitaire, il y a de la recherche, des débats et une ouverture sur le grand public. Parfois, les chercheurs sont empêchés de s'exprimer et cette ouverture ne se passe pas bien.
    Il me semble que si on "comprend" un peu des mécanismes, on peut mieux réagir et résister. Beaucoup de nos contemporains craignent un retour du nazisme ou quelque chose qui lui ressemble, d'où cette question : est-ce qu'on est dans la même situation que dans les années 30 ?
    Je crois qu'il est utile de chercher à comprendre ce qui est pareil et ce qui est différent. Cela n'efface pas la Shoah, cela permet de raviver ce souvenir terrible, qui pourrait être dénaturé à une époque où non seulement les derniers survivants disparaissent, mais où des projets de propagande essayent de banaliser les évènements.

  • Calendula : Alors, ne titrons pas "Comprendre le nazisme", mais "Décrire le nazisme". Oui, les mots ont leurs poids. De plus, la photo illustrant le titre de l'article manque d'empathie envers ceux qui ont eu à déplorer l’horreur nazie au sein de leur pas très lointaine famille.

  • Les couvertures et les titres sont de la responsabilité de l'éditeur qui les choisir. Originellement, Chapoutot voulait mettre un point d'interrogation dans le titre. Ce qu'il explique dans l'introduction.

  • "la photo illustrant le titre de l'article manque d'empathie envers ceux qui ont eu à déplorer l’horreur nazie " Vous devenez carrément incompréhensible, Frenkel. Cette photo montrent un défilé SS pour illustrer un livre sur le nazisme. En somme, vous voulez nier l'existence de cette époque ?

  • "De plus, la photo illustrant le titre de l'article manque d'empathie envers ceux qui ont eu à déplorer l’horreur nazie au sein de leur pas très lointaine famille."

    Un glissement subtil du déni de droit à celui du déni de religion. Par religion, il s'agit bien sûr de celles des autres, par exemple les athéistes, les agnostiques ou encore les autistes.

  • Frenkel, si vous êtes tellement choqué par le titre de l'ouvrage, je vous encourage à contacter l'éditeur Tallandier ou l'auteur Chapoutot et de leur suggérer de modifier le titre sous le prétexte qu'il ne vous convient pas. Compte tenu de vos références académiques, ils prendront certainement votre requête au sérieux.

  • Oui, mais c'est aussi mon droit de me renfrogner, au nom de ma liberté d'expression, contre la publicité d'un ouvrage, au titre douteusement provocateur, faite ici sur ce blog. Aussi prends-je le droit de me révolter contre cette illustration tapageuse, elle aurait pu être faite de façon plus discrète.

  • Frenkel, comprenez-vous le français? L'illustration comme le titre sont du ressort de l'éditeur et de l'auteur, et non de Hassan qui est responsable de son blog. Qu'entendez-vous par illustration plus discrète? Hitler apparait sur des dizaines de couvertures de livres qui cherchent à expliquer son ascension au pouvoir. La photo d'Eichmann se trouve sur l'un des ouvrages les plus connus (évidemment pas de vous car vous refusez de lire cette littérature) d'Hannah Arendt. Doit-on soupçonner tous ces auteurs dont Arendt de propagande pro-nazi? certainement pas. Vous prônez l'ignorance sous prétexte d'une malheureuse photo. Franchement, votre réaction confine à l'absurde.

  • Roger,je répète :Oui, mais c'est aussi mon droit de me renfrogner, au nom de ma liberté d'expression, contre la publicité d'un ouvrage, au titre douteusement provocateur, faite ici sur ce blog.

  • @ Frenkel : plutôt que de crier au loup, commencez par lire les quatre livres écrit par Johann Chapoutot, soit : Le Nazisme et l'Antiquité; Comprendre le nazisme; La loi du Sang et Libres d'Obéir !

    J'ai pris la peine de les lire les quatre livres, l'auteur ne donne pas raison aux Nazis mais analyse leurs réflexions, le cheminement pris pour finalement mettre en oeuvre la solution finale. De plus, vous n'êtes pas savoir qu'il y a eu pas uniquement des Juifs qui ont été tués dans les chambres à gaz mais aussi des handicapés, des simples d'esprit, des malades mentaux, etc..

    Dans la préparation de ce massacre, il y a eu aussi des historiens, juristes, médecins, qui se sont appliqués à analyser la race juive et à mettre en oeuvre la guerre génocidaire.

  • Marie A, je n'ai jamais dit que seuls les juifs furent massacrés par les nazis, mais que 6 millions de juifs ont été gazés !!! Non, Marie A, je ne lirais pas un livre au titre indécent.L'auteur aurait très bien pu titrer "Description du Nazisme. Par ailleurs, je vous signale que les juifs ne sont pas une race, mais un peuple.

  • "Oui, mais c'est aussi mon droit de me renfrogner, au nom de ma liberté d'expression, contre la publicité d'un ouvrage, au titre douteusement provocateur, faite ici sur ce blog."

    Les renfrognements signés Frenkel sont une publicité remarquable de cet ouvrage, dont la préface commence par la question ""Pourquoi « faire » de l’Histoire ?".

    Tout comme ce blog du nom de "Site de Référence des Culture juives" (au pluriel) qui utilise le même procédé pour faire sa propre publicité en même temps que celle de Chapoutot.

    https://cultures-j.com/la-loi-du-sang-penser-et-agir-en-nazi-de-johann-chapoutot/

    Suggérez-vous que GONDOLINDRIM'S STORIES instrumentalise le nazisme pour sa propre publicité, comme l'a fait "Site de Référence des Cultures Juives" ?

    Peut-on faire l'histoire du nazisme comme Johann Chapoutot le prétend ?

    Pour répondre à cette question, l'historien Chapoutot commence lui par poser la question (à 8 minutes et 20 secondes dans la vidéo ci-dessous) "Faire de l'histoire, ça veut dire quoi ?"

    Oû il est question de contextualiser (apparition du nazisme entre 33 et de disparition en 45, c'est facile à se souvenir à cause des disques vinyl), de penser chronologiquement (l'importance du temps, les animaux historiques et anhistoriques, Nietzsche), de distinguer la pensée synchronique et les représentations statiques pour pouvoir remarquer et décrire les aspects dynamiques, de séquencer, etc ...

    https://www.youtube.com/watch?v=O98BFcvFoAw

  • N on, rufus, je ne fais aucune publicité pour quiconque. Exprimer son opinion, comme vous l'exprimer, est le droit fondamental de chaque individu ! Et ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je n'ai jamais écrit que GONDOLINDRIM'S STORIES instrumentalise le nazisme pour sa propre publicité. Ce que vous exprimez frise la diffamation. J'ai simplement dit que je me renfrogne, contre la publicité d'un ouvrage, au titre douteusement provocateur, faite ici sur ce blog. JE N'AI JAMAIS ECRIS QUE GONDOLINDRIM'S STORIES INSTRUMENTALISE LE NAZISME POUR SA PROPRE PUBLICITE. Merci de ne plus inventer de fausses allégations.

  • Cette si vive discussion sur ce livre, sans laquelle je n'aurais même pas vu ce billet, m'a donné envie de lire les 4 livre de Chapoutot. Je viens de commander celui-ci. le autres un plus tard. Merci!

  • Il en a écrit d'autres, mais qui ne sont pas toujours bien écrit et parfois très mauvais

  • -JE N'AI JAMAIS ECRIS QUE GONDOLINDRIM'S STORIES INSTRUMENTALISE LE NAZISME POUR SA PROPRE PUBLICITE. Merci de ne plus inventer de fausses allégations.-

    Pourtant vous avez écrit "titre douteusement provocateur". La publicité n'est pas de la provocation ?

Écrire un commentaire

Optionnel