série - Page 4

  • Legend of the seeker saison 1 et 2

    J'ai découvert cette série sur la chaîne NT1. Je ne l'avais pas vraiment suivie avec assiduité mais je la trouvais assez distrayante et drôle pour décider de me procurer les DVDs à petits prix. Celle-ci est une adaptation libre des livres, ou du moins de un ou deux livres, de Terry Goodkind. L'aventure commence avec deux femmes qui fuient des soldats. Celles-ci ont une mission importante à remplir. En effet, elles doivent retrouver un véritable sourcier de vérité dont les pouvoirs lui permettent de faire triompher la justice et le bien. Celui qu'elles doivent trouver est le premier véritable Sourcier depuis 1000 ans et une prophétie raconte qu'il détruira le tyran Darken Rahl. Mais le Sourcier ne connaît pas son destin puisqu'il est un simple charpentier d'un petit village paisible. Après avoir reçu l’Épée de Vérité de la main d'un vieil homme farfelu qui se prétend sorcier il décidera de sa lancer dans sa quête de justice. Une quête qui le conduira dans toutes les contrées de ce monde pour faire triompher le bien et la justice face aux innombrables dangers de ce monde!

    Voila une série très manichéenne. Le bon et gentil Richard se bat contre le grand méchant Darken Rahl serviteur du mal, sorcier et assoiffé de sang. Heureusement cet aspect qui pourrait être négatif est contrebalancé par une impression que les acteurs et le réalisateur ne prenne pas vraiment cette série au sérieux. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas une certaine qualité dans la réalisation et les épisodes mais le but est principalement de se divertir et ça c'est très réussis. Les combats, à défaut d'être réalistes, sont impressionnants et permettent d'avoir de jolies scènes de duels à l'épée toutes plus improbables les unes des autres et durant lesquelles Richard dévoile un torse musclé très sympathique. En ce qui concerne les torses, justement, les costumes de cette série ont le but très agréable et drôle de servir à catégoriser les personnages du coté du bien ou du mal. Un spectateur peu attentif remarquera très rapidement que les gentil-les-s arborent des décolletés vertigineux au contraire des méchant-e-s. Du moins ceci se vérifie dans la plupart des cas. Les personnages, à défaut d'être compliqués, permettent de rire. Richard Cypher, surnommé "écureuil pris dans les phares d'une voiture" par une amie, à une capacité de réflexion proche de zéro et donne toujours l'impression d'être surpris quand on lui explique quelque chose ceci avec un air de concentration extrême qui lui a valu ce surnom. Kalhaan, la Confesseuse, ajoute un brin de réflexion mais surtout ses capacités de combats et d'amour niais. Quand à Zedd, le Sorcier, je considère que sans lui le Sourcier et la Confesseuse se seraient fait tuer. En effet, je pense que Zedd est le seul personnage à offrir un brin d'intelligence à se mettre sous la dent et permet souvent aux deux autres personnages de se sortir de situations difficiles dans lesquelles ils se sont fourrés. De plus, sa première apparition est particulièrement drôle. Lors de la saison 2 ce petit groupe est rejoint par Cara ancienne Mordsith qui offre, outre une tenue cuir du plus bel effet, un peu d'ironie et d'humour cynique. L'existence de nombreux ordres féminins dans cette histoire mériterait une analyse à elle seule mais je trouve déjà très révélateur que ces ordres aient des pouvoirs de dominations assez comparables mais des méthodes qui différent. En bref, pas de grandes réflexions, pas de grands épisodes mais un bon divertissement!

    Image : Allocine

    18997791.jpg
  • Game of Thrones saison 1 (Winter is coming!)

    Enfin je peux parler de l'une des séries les plus attendues actuellement. Je mens un peu car la plupart des personnes ont pu voir la saison 1 il y a déjà quelque temps alors que j'ai du attendre la sortie en DVD. Je le dis immédiatement: l'attente est à la hauteur de la qualité de cette série et c'est avec impatience que j'attendrais la seconde saison ainsi que les livres originaux dont tout est tiré. Si la série est moitié moins bien écrite que les livres ceux-ci doivent être particulièrement géniaux. Bref, je suis conquis et je pense avoir de bonnes raisons de l'être. Mais, trêve de bavardages, je vais présenter l'histoire. Du moins je vais essayer de rapidement résumer une intrigue riche et soumise à de nombreux événements.

    L'histoire prend place dans les contrées des 7 Royaumes. Ceux-ci sont unis sous le Trône de Fer actuellement tenu par un membre de la famille Baratheon après sa révolte contre l'ancien roi surnommé le fou. Le Roi est traditionnellement secondé par un homme portant le titre de Main du Roi. Ce dernier est mort d'une manière suspecte après de longues années de services. C'est pourquoi Baratheon vient chercher un ami de guerre: Edouard Stark seigneur de Winterfell. Ce dernier est donc propulsé à la tête du Royaume. Il se rend vite compte que ce dernier n'est qu'un nœud d'intrigues politiques meurtrière. Mais ce que tout le monde oublient c'est qu'il y a deux dangers extérieurs. Le premier est incarné par les derniers héritiers du roi fou qui tentent de trouver des alliés pour reprendre le Trône de Fer. Le second danger est normalement pris en charge par un ordre de chevalerie particulier: La Garde de la Nuit. En effet, le long été commence à prendre fin et les premières rumeurs de l'hiver se font sentir. Mais, au milieu de la nuit de l'hiver, des créatures étrangers et meurtrières risquent de se réveiller. Alors que l'hiver arrive le grand jeu pour la possession du Trône de Fer continue sa partie baignée dans le sang.

    Je l'ai écrit juste au-dessus et je le répète: cette série m'a totalement conquis. Bien entendu nous nous trouvons devant une production HBO. Ceux qui connaissent les séries de cette chaîne privée savent ce que cela implique. La nudité et la sexualité sont affichées en parallèle à une violence importante. Bien que je considère que la pruderie face à la nudité est souvent exagérée je pense que la violence de la série peut en rebuter plus d'un (plaçant l'ordre des tabous à l'inverse de la normalité pour s'en convaincre il suffit d'observer le journal télévisé). Mais, derrière cette façade, se cache un discours sur l'exercice du pouvoir. En effet, ce qui compte ce ne sont pas les personnes ou les événements dans leur vie mais le grand jeu pour atteindre le Trône de Fer. Tous les personnages ont plus ou moins partie liée avec l'envie de devenir roi ou d'être l'un de ses favoris. Mais ce qui compte ce n'est pas seulement atteindre le trône c'est aussi savoir gouverner. Les références sont nombreuses lors des répliques de cette série. Je ne me mettrais pas à les analyser ici car d'autres l'ont fait probablement mieux que je ne le pourrais. Il suffit de savoir que dans Game of Thrones le pouvoir ne s'exerce pas selon l'honneur ou l'amitié mais selon la nécessité. Et cette nécessité peut très bien conduire à la trahison et au meurtre froid. Je terminerais cette brève présentation avec une petite note sur la fin de la saison. Ne vous inquiétez pas je ne donnerais pas d'informations sur l'intrigue. Simplement, cette première saison n'est que le début du jeu et nous devrons attendre son développement pour connaître l'ampleur véritable de cette histoire. Tout en n'oubliant pas que l'hiver arrive...

    Image: Site Officiel

    wallpaper-iron-throne-1600.jpg
  • Sherlock saison 2

    Enfin! Enfin la saison 2 de Sherlock a été diffusée sur la BBC et en DVD. Ceux qui sont allergiques aux versions originales n'ont, bien entendu, encore rien vu. Mais ceux qui peuvent suivre les programmes de la BBC et qui n'ont rien contre l'anglais possèdent sûrement déjà le DVD après avoir vu cette nouvelle magnifique saison. Si vous vous souvenez de la fin de la première saison vous savez que nous avions abandonné Sherlock et Watson en mauvaise posture. Suscitant les cris de frustration d'une grande partie des téléspectateurs. C'est pourquoi il a fallu attendre ce premier épisode pour enfin connaître le dénouement de cette intrigue! Nous suivons donc, une fois de plus, Sherlock sur plusieurs cas en trois épisodes. Mais il y a du changement. En effet, Sherlock devient progressivement un phénomène médiatique en partie à cause du blog de Watson. Il fallait s'y attendre avec son habilité à résoudre des cas compliqués sans trop de problèmes. Nous avons donc trois affaires. La première concerne un personnage que je voulais voir avec impatience: Irene Adler. La seconde affaire nous emmène dans l'une des nouvelles les plus célèbres: le chien de Baskerville. Et enfin, nous retrouvons Reichenbach Fall. Ceux qui ont lu les livres (ce qui n'est pas mon cas) ou vu le dernier film savent ce que cela veut dire.

    La première saison était très réussie et on pouvait craindre que la seconde ne soit pas à la hauteur. J'ai le plaisir d'annoncer que ce n'est absolument pas le cas. Cette seconde partie est toujours aussi réussie tout en changeant un peu les choses. En effet, Sherlock s'est humanisé. Bon, n’exagérons pas il reste un exemple d'arrogance. Cependant le contact de Watson semble lui avoir permis de comprendre un peu mieux la manière dont les relations sociales fonctionnent. Ainsi, le premier épisode est l'occasion d'un discours d'une cruauté particulièrement impressionnante suivi d'excuses tout aussi inattendue. Watson aussi a évolué. Mais dans un sens moins positif puisqu'on apprend qu'il est incapable de s'occuper de Sherlock et d'avoir une relation avec une femme. Ce à quoi les fans répondront qu'il peut très bien se consacrer entièrement à Sherlock! Les personnages sont tout aussi bien écrit. Mycroft est très réussi et devient un peu plus humain. Irene Adler est la grande découverte de cette seconde saison. Cette femme est brillamment incarnée par Lara Pulver qui réussit à montrer sont génie désarmant. Mais la véritable attente de cette série est Moriarty. Encore une fois, la confrontation entre Sherlock et Moriarty est brillamment mise en scène. Bien mieux que dans le film. Le Professeur n'hésite devant rien pour inquiéter et faire tomber Sherlock donnant au titre du troisième épisode plusieurs significations. Les derniers instants de cette confrontations sont époustouflantes. Mais ce dernier épisode est aussi, comme plusieurs personnes l'ont remarqué sur Beans on Toast, très proche d'un certain épisode de Doctor Who dans la saison 6. Je serais le dernier à m'en plaindre tant que c'est réussis. Bref, courez vous procurer cette série superbement réalisée.

    Image: Allociné

    Site officiel

    19924429.jpg
  • Torchwood: Miracle Day (il ne faut pas remettre en question un miracle)

    Jack avait disparu à la fin de la saison 3 pour oublier la mort de son amant: Ianto. Torchwood semblait mort et enterré alors que Gwen, seule autre membre survivant de l'équipe, se cachait pour éviter d'être emprisonnée après les événements de Children of Earth. Mais, quelques années plus tard, le mot Torchwood s'inscrit sur les écrans du monde entier et, en particulier, de la CIA. Quelques minutes plus tard toutes mentions de l'Institut disparaît de l'Internet. Cela suffirait à n'importe quel curieux pour qu'il décide de se poser des questions mais ce n'est pas tout. Le même jours plus personne ne meurt. Cette situation d'abord imaginée comme temporaire est rapidement comprise dans toute son ampleur. L'humanité est devenue immortelle. Alors que les individus tentent de se faire à leur immortalité inattendue la société et le système subissent les contre-coup économique et hygiénique du Miracle. Sur fonds de chute de civilisation l'équipe de Torchwood, reconstituée, essaiera de comprendre ce qui se cache derrière Miracle Day. Ils comprennent qu'il y a un prix à payer pour ce miracle mais aussi pour le comprendre.

    La saison 3 de cette série concluait parfaitement bien l'histoire. Bien entendu, de nombreux points étaient laissés en suspens dans une série pas toujours de qualité. Mais Children of Earth a réussi à conclure la série sur une réussite très peu contestée. C'est pourquoi le retour de Torchwood coproduite avec la chaîne Starz a levé quelques sourcils sceptiques dans la communauté des fans. Mais puisqu'il ne faut pas juger avant d'avoir vu et que le synopsis semblait intéressant on a attendu et regardé. Malheureusement la saison 4 ne peut pas être qualifiée de réussite. Au contraire elle souffre de nombreuses imperfections. Les personnages sont simplistes ou simplifiés et semblent posséder un QI proche d'une amibe pour ne prendre qu'un exemple. La prise de contrôle par Starz de la série, symboliquement montrée dans le premier épisode qui voit un agent de la CIA macho et bien irrespectueux déporter Gwen et Jack à Washington (montrant par là que maintenant c'est fini de jouer on va montrer à la BBC comment faire une série), donnait l'occasion à de nombreux doutes. Et pourtant, l'idée était bonne. Essayer de montrer les conséquences sociales de l'immortalité est difficile mais exaltant. Et rien n'est oublié: les hôpitaux sont plein à rabord, les drogues libres de ventes, les maladies en progression et les tensions internationales et internes à leur comble sur fonds de crise économique à coté de laquelle celle de 29 ressemble à un pic-nique un peu gâché.

    Bref ça s'annonçait bien et on aurait pu avoir une quatrième saison tout aussi exaltante que la troisième. Si ce n'est pour un énorme problème de rythme. Alors que les cinq premiers épisodes mettent en place les problèmes et protagonistes les suivants sont insupportablement lent à développer l'histoire. C'est ainsi qu'il faut attendre le septième pour avoir des noms et on comprendra vite qu'ils sont inutiles! Sans oublier les problèmes de continuité avec le reste de la série puisque l'explication du Miracle me semble un peu tordue. Mais, ce qui ennuie le plus, c'est que la fin de la saison est ouverte et nous laisse sur l'idée que rien n'est terminé. Devrions-nous subir un retour de Torchwood américanisé? Au vu de l'audience de cette saison 4 il est probable que non et la conclusion maîtrisée de la saison 3 laisse donc sa place à une conclusion hâtive et mal menée de la saison 4.

    Image: Starz

    Site Officiel de la BBC

    torchwood_keyart_1920x1440.jpg
  • The Sarah Jane Adventures saison 4 (le Doctor Who des petits)

    J'ai déjà parlé de cette série pour enfants. La saison 4 est récemment sortie en DVD alors que la saison 5, dernière de cette série, a été diffusée. Nous retrouvons Sarah Jane avec ses petits compagnons dans des aventures rocambolesques. Les différents épisodes nous permettront de voir le départ de Luke (enfin!) et son retour (mais c'est qu'il revient le bougre!). Mais aussi de suivre Clyde et Rani seuls ou ensemble sans l'aide de Sarah Jane. Cette saison est aussi l'occasion de réinviter le Docteur. En l’occurrence l'incarnation de Matt Smith qui, comme d'habitude, joue parfaitement bien son rôle de madman with a box. Mais cette saison est surtout l'avant-dernière puisque Elisabeth Sladen, qui interprète Sarah Jane, est récemment morte. C'est pourquoi la BBC a eu la bonne idée d'inclure quatre épisodes des Doctor Who Classic en l'honneur de cette actrice qui incarne encore et toujours la compagne parfaite du Docteur. Ces épisodes sont les quatre partie de l'aventure du quatrième Docteur: Pyramids of Mars. Le Docteur et Sarah enquêtent dans un cottage envahit par un Égyptien qui tente de faire revenir Suthek. Un alien si puissant que même les Time Lords ne pourraient pas l'arrêter si il était libéré!

    Comme je l'ai déjà dit précédemment (et en titre) c'est un série pour enfants. Il ne faut donc pas s'attendre à du grand art. Heureusement, Matt Smith sauve les meubles. Les scénarios sont aussi très simplistes mais conviennent parfaitement bien pour des enfants. Mais la morale qui en ressort est attendue et un peu difficile à avaler sans sourire pour des adultes. Les quatre parties de Pyramids of Mars sont intéressantes puisqu'elles permettent de se rendre compte de la manière dont on filmait Doctor Who. Bien que ces épisodes soient kitsch avec des effets spéciaux très mauvais selon nos standards il reste intéressant et sympathique à regarder. C'est, d'ailleurs, un grand plus de ce coffret.

    Image: site officiel

    series-five-sarah-jane-wallpaper_1600x1200.jpg
  • Doctor Who saison 6 silence will fall!

    Puisque j'ai reçu le DVD anglais de la saison 6 de cette série dont je parle temps je peux maintenant la présenter sur ce blog. Bien entendu, les fans et les personnes un peu attentives savent que cette saison a été diffusée durant l'été. C'est pourquoi je pense qu'il est moins dangereux d'en parler en fin d'années puisque la plupart des révélations sont sûrement déjà connues. Nous avions quitté le Docteur en vie et reparti pour de nouvelles aventures avec Amy et Rory à la fin de la saison précédente. Mais ce happy ending n'allait pas de soi puisque l'univers a failli être détruit et que même sauvé une menace plane sur le TARDIS. En effet, silence will fall. Mais qui dit cette phrase et pourquoi. Après un épisode de noël très proche de l'esprit de noël et d'une certaine histoire de Dickens nous entrons directement dans le cœur du sujet. Le premier épisode est l'occasion de savoir qui se trouve derrière cette phrase mais aussi de connaître une part du futur du Docteur. La saison nous permet aussi de savoir, enfin, qui est River Song! Mais, comme je l'ai déjà dit, le TARDIS n'est plus sûr et Amy et Rory pourraient bien être bien plus en danger qu'ils ne l'ont jamais été.

    Cette sixième saison a drainé une attente très forte. Nous devions enfin savoir qui est River Song et quel est l'entité derrière le glacial Silence will fall. Il est dommage qu'elle n'ait pas réussi totalement sa mission. Qu'on ne croie pas qu'elle soit à jeter et oublier le plus vite possible. Outre le magnifique épisode de noël qui, pour la première fois, est vraiment dans l'esprit de noël cette saison connaît de grandes réussites. Le double épisode du début de saison est tout simplement haletant. Les épisodes de la mi-saison sont tout aussi impressionnant et le retour de Greg était très attendu. Je ne parle même pas de l'épisode The Doctor's Wife qui a été écrit pour les fans par un fan. Malheureusement ces épisodes impressionnant sont côtoyés par d'autres beaucoup moins bons. Je parle, par exemple, de The Curse of the blackspot. Le final n'est pas non plus à la hauteur. Il est beaucoup trop confus. En fait, cette saison donne l'impression que l'intrigue a dépassé ce à quoi s'attendait la BBC et qu'elle n'arrive plus à la résoudre en une seule saison. C'est pourquoi l'intrigue qui a commencé durant la saison 5 va sûrement continuer durant la saison 7 si ce n'est plus loin. Il reste, en effet, une question à laquelle répondre et dont la réponse n'est pas 42. Je salue aussi l'apparition des épisodes Night and the Doctor qui permettent de savoir ce que font le Docteur et River durant la nuit. Ces courts épisodes sont très réussis et sont à la fois drôle et tragiques.

    Image: Site officiel

    d11s02_generic_01.jpg
  • Caprica (qu'est ce que la vie?)

    Je reste un fan de Battlestar Galactica dont j'apprécie beaucoup le traitement visuel et thématique bien que cette série soit résolument militariste et conservatrice. C'est donc assez naturellement que je me suis intéressé au spin off: Caprica. Battlestar Galactica se déroulait après la première guerre contre les Cylons, ses machines qui se sont rebellées contre l'humanité, et nous montrait comment une société en exil tentait de survivre et de retrouver l'espoir. Caprica nous emmène 50 ans auparavant. Les Cylons n'ont pas encore été inventé mais Graystone, fondateur de l'une des plus grandes industries des 12 colonies, fait partie de ceux qui tentent de développer les robots. Les Colonies, d'ailleurs, ne sont pas encore unies mais se combattent où sont rivales. Nous nous trouvons, plus précisément, sur Caprica l'une des colonies les plus prospères. Rien ne semble mettre en danger la tranquillité de ses citoyens ni de la famille Graystone et de la famille Adama. Mais la fille de Graystone, Zoé, meurt dans l'explosion d'un train revendiqué par une frange religieuse extrémistes: des monothéistes. Les Graystones et les Adamas vont tout faire pour connaître la réalité et, peut être, faire revenir à la vie leurs enfants? Les Colonies sont sur le point de connaître un bouleversement majeur.

    Caprica n'aura duré que le temps d'une seule et unique saison par manque d'audience. Je dois avouer que je trouve cela dommage car cette série avait un certain potentiel. J'ai beaucoup apprécié de pouvoir entrer dans la société d'avant la guerre contre les Cylons. Cette entrée permet tout de suite de voir quel est le message de la série, un message connu par ceux qui ont vu Battlestar Galactica en entier. ce message c'est celui de la chute morale d'une civilisation. C'est dans ce sens que l'on peut comprendre le monde virtuel auquel on accède via les holobands. Les mondes virtuels y sont sans morales. En effet, on peut tuer, violer, détruire sans risques. C'est, d'ailleurs, la principale accusation de Zoé. Un second thème important est celui de l'ethnie. Il faut bien se souvenir que nous nous trouvons avant l'unification des colonies. Bien que Battlestar ait, en partie, traité ce thème vie les sagitarons et l'organisation sociale de la société coloniale l'ethnie n'avait pas la force qu'elle a dans Caprica. En effet, les relations entre planètes sont tendues par des guerres et des racismes mutuels. Les différentes sociétés ont chacune une culture propre qui diffère fortement des autres. Et, bien entendu, il y a la question de la religion. Encore une fois, celle-ci est placée au centre de la société puisque les combats que nous retrouvons dans la série ont avant tout un motif religieux. Mais Caprica est aussi un bon moyen de comprendre d’où viennent les Cylons et leur technologie. Pour cela c'est le dernier épisode qui est le plus important et qui permet de se faire une idée de ce que des saisons prochaines auraient pu être. Comme je le disais, cette série avait du potentiel sans mais sans avoir pu devenir révolutionnaire dans son traitement.

    Image (qui refléte particulièrement bien l'aspect religieux de la série): site officiel

     

    wallpaper_keyart_1600_128994377598.jpg
  • The Big Bang Theory saison 4 (romances au pays des physiciens)

    The Big Bang Theory, la série qui parle du quotidien de quatre chercheurs est enfin de retour. Nous avions quitté la dernière saison alors que Leonard était de nouveau célibataire et que Sheldon faisait la connaissance de son alter ego en la personne d'Amy une neurobiologiste. La relation entre Amy et Sheldon a évolué mais ces deux êtres bizarres refusent tout contacts trop intimes entre eux. Quant à Leonard et Penny, ils restent seuls et se tournent autours pendant que Howard se lance honnêtement pour la première fois de sa vie. Quant à Raj? Il reste fidèle à lui-même. Le groupe, augmenté par de nouveaux membres féminins continue ses petites expériences incomprises par la plupart des gens. La culture geek reste au centre de leurs aventures et continuent à nous faire rire.

    En fait, on ne devrait pas essayer de résumer ce type de série qui ne peut pas, par essence, être résumée. Alors qu'est ce que je trouve intéressant dans cette quatrième saison? Premièrement, je trouve que créer un groupe autour de Penny est une très bonne idée. Sans ce contre poids on aurait pu trouver qu'observer le groupe des garçons serait un peu ennuyeux après quatre ans. J'ai beaucoup aimé, aussi, d'inclure une rivale de Penny que Leonard apprécie beaucoup. Bien que les aventures d'Howard avec Bernadette ne soient pas très intéressante je suis content de voir que les situations floues de sa relation avec Raj se soient développées. Celles-ci donnent lieu à de nombreux moments particulièrement drôles. Mais, à mon avis, la plus grande réussite est Amy. Plutôt qu'un clone de Sheldon les scénaristes ont eu la bonne idée d'en faire une forme d'initiatrice sociale, réticente, pour ce dernier. Ce qui rend leur interaction à la fois proche et très différente et permet de lancer de nombreuses nouvelles situations (l'expérience sur les rumeurs me restera en mémoire). La mettre dans le groupe de Penny permet aussi de créer différentes situations humoristiques dont la plus drôle est celle de la soirée entre filles. Bref, encore une saison réussie pour The Big Bang Theory.

    Image: Allociné

    Site Officiel

    19490453.jpg
  • Trueblood saison 3

    Pour ceux qui pensent que Twilight est l'avatar du film de vampire il ne faut surtout pas regarder Trueblood car cette série est une véritable série de vampires. Cette troisième saison reprend l'histoire après les évènements lié à Maryanne. Pour rappel, cette femme était une ménade qui contrôlait la population de la ville. Cette ménade avait réussit à pratiquement détruire la ville et seule une ruse a permis de s'en débarrasser. Sookie pourrait croire qu'elle est enfin débarrassée des ennuis malheureusement ce n'est pas le cas puisque son amant, Bill, a été enlevé juste après leur victoire et juste après l'avoir demandée en mariage. Sookie va donc devoir enquêter sur la disparition de son amant. Mais elle va surtout entrer dans des ennuis encore plus importants qu'auparavant. En effet, cet enlèvement fait partie d'un jeu plus important. Un jeu politique entre le roi vampire du Mississippi Russel et la Reine vampire de Louisiane Sophie Anne. Lors de cette troisième saison d'autres révélations auront lieu. Nous saurons, par exemple, quelle est la famille de Sam Merlotte. De plus, les loups-garous vont enfin apparaitre et, comme les vampires, ils sont dangereux. Mais, surtout, nous saurons enfin qui est Sokkie Stackhouse!

    Bon, les anciennes saisons étaient déjà violentes. On le sait, c'est Trueblood et les vampires y sont de vrais vampires. Ce qui implique du sang et du sexe. Eh bien cette troisième saison nous en offre à satiété! Donc pour les personnes impressionnables qui préfèrent Twilight passez votre chemin. Je soulignerais particulièrement, pour cette troisième saison, l'apparition de Russel le roi du Mississippi. Ce personnage est magnifiquement mis en scène. Son coté aristocratique cachant presque son coté psychopathe et violent. Nous avons donc un vampire qui vit dans le luxe et les manières de la haute société dans un manoir particulièrement impressionnant (je me souviendrais toujours de la scène du diner) face à une reine un peu folle qui ressemble plus à un enfant qu'à une noble. Et ce Russel se permet de violer toutes les lois du monde des vampires et des humains et jetant aux oubliettes tous les efforts passé pour s'intégrer dans une scène d'anthologie. Je noterais aussi Eric Northman qui m'a toujours plut et dont le personnage se développe un peu plus. On en apprend sur ses origines mais aussi une quête qu'il accomplit depuis mille ans. je suis aussi content de voir Sookie commencer à être de plus en plus indépendante face à Bill que je n'ai jamais apprécié. Sam, lui, me déçoit. Je trouve dommage d'avoir développé ce personnage dans une direction plus violente mais, surtout, je me demande si il est utile d'ajouter encore de nouvelles intrigues. Je donnerais la même remarque pour Jason alias neuneu dont le seul intérêt est d'être particulièrement bête. Franchement, je trouve qu'on aurait pu se passer de ses jérémiades... Quand à Tara, elle avait déjà beaucoup supporté et les scénaristes décident de la mettre dans les bras d'un vampire particulièrement pervers. Je me demande bien ce qu'elle deviendra dans la suite. Bref, on trouve une troisième saison qui pourrait créer une forme de liens entre un avant et un après. Un avant apeuré mais acceptant les vampires et un après beaucoup plus violent et sur le point d'entrer en guerre contre les vampires. Que se passera-t-il si les humains apprennent l'existence d'autres êtres magiques je me le demande.

    Image: site officiel

    wallpaper-do-bad-things-1600.jpg
  • Docteur House saison 6

    Pour une fois je vais parler d'un autre docteur sur ce blog. Oui je sais, j'ai tendance à beaucoup parler du Docteur ces temps mais il faut dire que je suis en train de lire une grande partie de ses aventures. Et puis c'est mon blog je fais ce que je veux! Donc, juste en cas de trous de mémoires, nous avions quitté House alors qu'il était en train d'halluciner sur une relation imaginaire avec Cuddy. Ayant compris cela il avait décidé de laisser tomber la vicodine et d'entrer en désintox dans un centre psychiatrique. Nous retrouvons donc notre héros détesté alors qu'il termine sa cure de désintoxication. Il veut partir mais le directeur du centre semble ne pas être d'accord avec lui. Il se retrouve donc, un peu malgré lui, interné le temps qu'il se remette. Cette cure sera la fil rouge de toute la saison. En effet, durant toutes les aventures de House nous le trouverons en train d'essayer de changer, d'être meilleur avec les autres mais aussi avec lui. Dans le même temps il devra retrouver son droit d'exercer la médecine tout en essayant de séduire Cuddy qui lui en veut un peu. Ces différentes intrigues nous mèneront à un final en parallèle avec la fin de la saison 5.

    Qu'est ce que j'ai aimé dans cette saison? J'ai trouvé intéressant que House tente de changer bien que cela ne lui réussisse pas forcément. Ce qui mène à un final explosif duquel on doute qu'il puisse s'en tirer. Il y a aussi, encore une fois, un épisode très polémique qui pose des question d'éthique. Dans celui-ci on doit se demander si il est légitime de tuer un homme qui pourrait devenir un monstre avant que les évènements prouvent cette possibilité. C'est une question difficile que l'on s'est posée pour hitler. Personnellement, je pense qu'il faut y répondre par la négative. Mais l'épisode que j'ai le plus apprécié est celui qui met Cuddy en scène. En effet, j'ai toujours trouvé dommage que l'on ne voie pas le point de vue de Cuddy. Il est intéressant de donner à ce personnage la possibilité de montrer de quoi elle est capable! Sinon, la série continue sur la recette qui a fait son succès. On retrouve des cas étranges que House réussit à résoudre alors que les autres échouent. On retrouve aussi les répliques sarcastiques et l'humour de la série. Mais il semble que celle-ci commence à s’essouffler et je pense qu'il faudrait songer à la terminer pour de bon.

    Image: site officiel

    House_Wallpaper_Im_fine_1024x768.jpg
  • Sherlock saison 1

    Quand Moffat a quitté Doctor Who c'était pour Sherlock. Une nouvelle série de la BBC qui a été. récemment, diffusée sur France 4 et sur la TSR1 (bien que cette dernière l'ai fait à des heures ou personne de sain d'esprit ne regarde la TV soit on dort soit on sort mais on ne regarde pas la TV). Cette série nous emmène aux cotés de Sherlock Holmes et John Watson à Londres. Le premier est détective consultant et le second un docteur. Bon, ce célèbre personnage est connu de tout le monde et on peut légitimement se demander pourquoi parler d'une énième adaptation des romans de Conan Doyle. Eh bien il se trouve que le génie de Moffat est de mettre Sherlock à notre époque. Nous suivons donc les célèbres aventures du détective mais de manière actualisée. Ainsi, notre détective devient un sociopathe capable de déduire la vie d'une personne en le regardant attentivement alors que Watson est un médecin qui a combattu en Afghanistan. Cette première saison est constituée de trois histoires: a study in pink, The blind bankers et The great game. Trois épisodes haletant et hautement prenant pour une saison trop courte.

    Le lecteur s'en sera aperçu, j'aime beaucoup cette série. Le personne de Sherlock est tout simplement brillant. Un homme antipathique mais génial qui ne comprend rien aux aspects humains de la vie mais qui réussit à mémoriser le plan de la ville de Londres et à deviner quel itinéraire peut prendre une voiture. Watson permet d'inscrire un peu plus d'humanité dans le couple puisqu'il ne comprend les choses qu'avec du retard ou en se trompant. Mais le véritable acolyte de Sherlock n'est pas Watson. Non c'est Mortiarty que nous ne découvrons que petit à petit avant un grand final dans lequel il se dévoile. Nous ne savons pas encore comment la relation entre ces deux génies se développera mais celle-ci risque bien d'être explosive. En résumé, je recommande cette série aux fans de Moffat, de Sherlock Holmes et à toute personne qui aime les séries policières mais qui souhaite quelque chose de moins consensuel que les éternels experts dont les multiples rediffusions semblent devenir un supplice tel que les appréciaient les dieux grecs.

    Image: Allocine

    19473138.jpg
  • Les Tudors saison 4

    C'est avec une heureuse surprise que j'ai su que la saison 4 des Tudors était sortie en DVD. Je me suis donc rapidement replongé dans la vie du roi Henry VIII. Pour être précis, la dernière partie de sa vie. Nous avions quitté le roi alors qu'il répudiait la reine Anne de Clève. Il ne perd pas son temps puisque, quasiment au même instant, il se marrie à la jeune Catherine Howard (Catherine est un nom qu'il semble apprécier). Cette très jeune reine semble réveiller la jeunesse du roi qui se plaît à observer son exubérance. Mais ses liaisons passées et son adultère la conduiront à une mort rapide comme l'histoire nous l'apprend. La sixième, et dernière, reine est Catherine Parr que le roi épouse après son veuvage. Elle devra tenter de survivre aux intrigues des membres pro-catholiques de la cour qui ne se gênent pas pour effrayer même les personnes les plus proches du roi. Mais elle devra surtout accompagner le roi durant sa fin de vie. Une fin de vie entourée par les intrigues pour prendre le contrôle de la succession.

    J'avais déjà fait remarquer l'assombrissement de la série lors de la troisième saison. Cette dernière saison ne fait que rendre cet assombrissement plus important. Dès les premières minutes du premier épisodes on se rend compte que le royaume vit dans la peur puisque le roi fait tuer à tour de bras les hérétiques et n'a pas peur de changer les lois selon son envie. Lui-même, semble de moins en moins sain d'esprit et pique des colères mémorables qui peuvent faire tomber même les membres les plus influents de la cour. Une atmosphère de terreur semble planer sur l'époque. Mais ce processus s’accélère après l'ultime campagne militaire du roi lors de laquelle il prend Bourgogne. Les épisodes qui suivent montrent un Henry vieillit, de plus en plus faible et infirme, à la voix rauque. Ces aspects ne font que monter alors le temps passe. Ceci se fait aussi sentir dans les couleurs qui passent du rouge des premières saisons au sombre voir au noir des dernier épisodes. Les fêtes sont aussi beaucoup plus rares. Bref, on observe, en accéléré, la fin du roi qui perd, petit à petit, ses amis et ses adversaires et devient un peu plus fou chaque jours. Une très bonne conclusion à une série que j'ai beaucoup apprécié.

    Site Officiel

    tudors4_800x600.jpg
  • Les Tudors saison 3

    Il y a très longtemps que je n'avais pas eu le plaisir de regarder tous les épisodes de la série The Tudors à la suite. Mais puisque j'avais réussi à me procurer la saison trois il était temps que je le fasse à nouveau. Pour rappel, nous avions quitté le Roi Henry VIII (joué magnifiquement pas Jonathan Rhys Meyers) alors qu'il coupait la tête à sa seconde femme. Qu'elle l'ait mérité ou non j'étais content de la voir partir. La seconde saison se terminait sur une scène magnifique du Roi en train de manger à plein main les entrailles d'un cygne (cuisiné, je vous rassure). Mais ce n'est de loin pas la fin de l'histoire et cette troisième saison nous le montre en huit épisodes.

    Nous retrouvons, donc, le Roi avec sa nouvelle reine: Jane Seymour. L'ambiance que cette nouvelle reine imprime à la cours (et à la série par la même occasion) est très différente de l'ambiance que nous avions lors des deux premières saisons. J'ai eu l'impression d'observer un Roi calmé. En effet, la Reine tente de guérir les divisions qui ont eu lieues entre le Roi et ses enfants. C'est donc un début de saison très calme avec de nombreux moment de réconciliations. Mais cette atmosphère est contrebalancée par une révolte catholique au nord du royaume. Celle-ci permet de montrer le caractère fourbe et cruel du roi. Les mises à mort et les gibets se multiplient sur son ordre sans que personne ne puisse l'arrêter même pas la Reine. Nous y retrouvons aussi la quatrième femme du Roi: Anne de Clèves. Contrairement aux précédentes l'actrice qui joue cette Reine semble avoir eu envie de donner un caractère très maladroit à Anne de Clèves. Elle ne semble ni à l'aise ni heureuse de se trouver à la cours et on s’attend à la voir partir sans surprises.

    En résumé, le rythme de cette saison est plus rapide que précédemment. Mais les épisodes nous montrent aussi de nombreux événements extérieurs à la cours. Contrairement aux deux précédentes cette troisième saison laisse de coté les intrigues de cours pour nous montrer les combats, les répressions mais aussi la diplomatie et l'espionnage en actions. J'ai eu l'impression que l'ambiance était bien plus sombre que précédemment. Les mises à morts sont nombreuses et, parfois, particulièrement cruelles. A croire que les producteurs souhaitent montrer un Roi qui a perdu toute mesure et qui s'est mué en tyran.

    Image: Site officiel

    tudors4_800x600.jpg
  • Doctor Who saison 5

    La cinquième saison de Doctor Who s'est terminée ce printemps et le DVD est sorti en novembre. J'ai donc pu regarder cette dernière saison en entier. Celle-ci est l'objet d'un grand changement dans la série puisque, à la fin des Specials 2009, David Tennant avait définitivement posé son costume de Time Lord en faveur de Matt Smith, inconnu presque total. Prendre la suite de Tennant dans le personnage du Docteur n'a pas du être simple puisque ce dernier avait vraiment incarné le Docteur pour un grand nombre de fans de cette série. Mais, et un grand nombre de personnes seront d'accord avec moi, Matt Smith réussit parfaitement à reprendre son personnage et ce dès le premier épisode! Ce n'est pas un mince exploit. Ce nouveau Docteur est bien moins exubérante et explosif que le Docteur de Tennant. Le Docteur de Matt Smith est plus posé, plus tranquille, plus introverti tout en gardant cet aspect un peu déjanté et déterminé. Cette cinquième saison est donc vue comme un renouveau de la série après une ère très marquée par un personnage devenu très puissant et même presque divin. En même temps qu'un nouveau Docteur nous découvrons, enfin, une nouvelle compagne: Amy Pond. Bien qu'elle ne soit pas aussi important dans son rapport avec le Docteur que Donna Nobble elle reste une compagne très intéressant et dont l'actrice, Karren Gillian, semble s'entendre parfaitement avec Matt Smith. Je mentionnerais aussi son fiancé, Rory, que j'ai beaucoup apprécié.

    En bref, cette cinquième saison nous emmènera, comme d'habitude, autant dans le passé que le futur. Nous permettant de découvrir aussi bien le vaisseau Angleterre que Venice et Vincent Van Gogh. J'ai trouvé cette nouvelle saison très réussie dans l'ensemble avec des épisodes très prenant et souvent émotionnels. Pour choisir quelques épisodes préférés je mentionnerais The Eleventh Hour, The Time of Angels suivit de Flesh and Stone qui voient revenir les superbes Weepings Angels (vous ne regarderez plus jamais une statue de la même manière...), Vincent and The Doctor, et le final The Big Bang. Néanmoins, je suis obligé de mentionner que cette saison possède aussi l'épisode le plus mauvais de la série que j'aie vu jusque là: Vixtory of The Daleks qui nous envoie durant le Blitz en Angleterre et qui est, probablement, l'épisode le plus mal conçu et le moins bien mis en place de la série depuis son renouvellement.

    Image: Allocine

    19408322.jpg
  • The Sarah Jane Adventures saison 3

    J'ai déjà parlé des deux premières saisons de Sarah Jane Adventures. Je me souviens avoir dit que j'appréciais cette série sans pour autant la considérer comme une série de grande qualité. Encore une fois, la saison trois est une saison sympathique mais de loin pas à la hauteur des séries adultes que l'on peut voir à la télévision. Encore une fois, Sarah Jane doit lutter pour sauver la terre des aliens. Mais les menaces sont plus diverses qu'auparavant puisque certaines menaces sont sur Terre depuis des centaines d'années. Néanmoins, Sarah Jane continue de se battre avec son fils et ses deux amis: Luke, Clyde et Rani. Mais les aliens sont-ils tous des ennemis? Certains n'ont-ils pas seulement besoin d'aides ou ne veulent-ils pas seulement aider l'humanité?

    Comme je l'ai déjà dit, cette série est d'abord destinée à des enfants et non a des adultes. Ce qui se ressent très bien non seulement dans l'ambiance de la série mais aussi dans ses intrigues. L'ambiance est résolument optimiste et jeune alors que les intrigues sont rarement développées dans un sens plus ou moins compliqué. Néanmoins, cela n'empêche pas à cette série de posséder une forme de qualité. Comme exemple je prendrais l'apparition du Docteur, incarné pour la dernière fois par David Tennant, dans la série. Sa prestation est toujours aussi prenante. Il n'empêche que si je m'intéresse à cette série c'est plus à cause du Docteur que pour la série elle-même.

    Image: Allocine

     

    19176023.jpg
  • The Big Bang Theory saison 3

    J'ai finalement terminé la saison trois de The Big Bang Theory. Celle-ci nous ramène dans le monde merveilleux de nos quatre geeks préférés mais avec quelque changements. Tout d'abord, après avoir passé trois mois en Arctique, Leonard et Penny se mettent enfin ensemble! Leur relation prendra donc une certaine place dans la série. D'autant qu'un autre membre du groupe trouve quelqu'un. Un membre du groupe dont personne n'aurait cru qu'il puisse être capable de trouver quelqu'un d'ailleurs.

    Mais la saison trois ne voit pas de grands changements dans la série. Celle-ci reste dans l'humour qu'elle a initié depuis deux saisons: suivre quatre physiciens geeks et leurs confrontations avec le monde. Même si la saison trois ne change pas grand chose elle est toujours aussi drôle et sympathique à voir. D'ailleurs, quelques épisodes sont particulièrement drôle comme celui qui voit la mère de Leonard revenir. Je mentionnerais aussi que cette saison voit l'arrivée d'une guest star bien connue: kathy sackhoff.

    Image: Amazon

    19490453.jpg
  • The Big Bang Theory saison 2

    Les épisodes n'étant pas particulièrement long (vingt minutes environ) me permet de parler de la seconde saison peu de temps après avoir présenté la première. Le cadre n'a pas beaucoup changé puisque nos quatre geeks préférés sont toujours amis et connaissent toujours Penny. Mais, cette fois, Penny est capable de rétorquer aux blagues des quatre amis ce qui permet de relancer l'humour de la série (comme si elle en avait besoin). Particulièrement savoureux, je recommande l'épisode qui voit Sheldon et Penny se battre pour savoir qui a le droit de donner les règles. De plus, la série a maintenant la possibilité d'envoyer ses personnages dans d'autres villes et d’accueillir des guests stars. Nous verrons donc l'actrice incarnant un robot dans Sarah Conor Chronicles.

    La série est toujours aussi drôle, toujours aussi déjantée et les situations des quatre amis toujours aussi drôles. Mais le véritable personnage de cette série est bel et bien Sheldon dont le génie allié à l'arrogance et à l'incompréhension des relations sociales le rendent toujours aussi hilarant! Ce personnage ne pâlit que face au personnage de la mère de Leonard. Tout simplement parce qu'elle est comme lui. Bref, encore et toujours une série que je recommande. Pas besoin de réflexion, vous passerez une bonne soirée à rire.

    Image: Allocine

    19490449.jpg
  • The Big Bang Theory saison 1

    Depuis que cette série monte gentiment dans les cœurs des fans j'en entend parler. Non seulement j'en entend parler mais je ne lis presque que de bonnes critiques. A croire que tout le monde ce soit donné le mot et tentent de rivaliser de qualificatifs pour dire ce qu'ils pensent de cette série. L'histoire est pourtant classique. Un groupe d'amis, fermé sur lui-même, est troublé par l'arrivée d'une jolie voisine (blonde bien entendu...). Mais ce qui change de la plupart des séries comiques du genre de Friends est que notre groupe d'amis n'est pas un groupe classique. Au contraire, ces quatre amis sont tout sauf classiques puisque ce sont des physiciens, ou des ingénieurs, passionné de science-fiction, comics, fantasy et, surtout, de science! Cette série nous permet donc d'entrer dans l'univers des geeks: des personnes capables de débattre cinq heures sur l'origine des pouvoirs de superman et les derniers mots de Kirk.

    J'ai fait un paris. Je me suis lancé dans cette série sans la connaître par l'achat des DVDs des trois saisons. Mais je ne me suis pas trompé puisque j'ai rapidement été pris par l'humour et le rythme des aventures de nos quatre geeks préférés. Bien que je n'aie pas réussi à comprendre toutes les blagues j'ai beaucoup aimé les situations entre Sheldon, Leonard et Penny. Sans oublier Raj qui est incapable de parler à une femme sans alcool. On retrouve aussi de nombreuses références à la science-fiction et aux comics qu'apprécieront les nombreux fans. je souhaite tout de même souligner la prestation du personnage de Sheldon: arrogant, génial, totalement incapable de comprendre les êtres humains ce qui rend ses tirades particulièrement savoureuses et drôles!

    Image: the-big-bang-theory.com

    621103df1ae997d81440ca.jpg
  • Torchwood saison 3

    Si je peux parler aussi rapidement de cette saison 3 après avoir terminé la seconde saison c'est parce que la dernière saison, à ce jours, de Torchwood ne possède que cinq épisodes. Mais, comme on le sait tous, ce n'est pas la taille qui compte puisque ces cinq épisodes sont, ensembles et seuls, les meilleurs de la série. Nous retrouvons l'Institut après la saison 2 et ses évènements tragiques et, probablement, après les évènements de la saison 4 de Docteur Who. Tout se passe relativement bien pour l'équipe quand, sans prévenir, tous les enfants du monde s'arrêtent et parlent en même temps. Le message est clair: Nous arrivons bientôt. Mais qui arrive et pourquoi? Torchwood n'aura pas le temps de chercher des réponses à ses questions puisque, en quelques heures, le pays décide de se retourner contre l'Institut afin de cacher au monde ce qu'il s'est passé en 1965. Il reste à savoir ce qu'il s'est passé en 1965...

    Comme je l'ai dit plus haut, je pense que cette troisième saison et la meilleure de la série. Les aventures sont haletantes et on à peine le temps de souffler entre deux fusillades. Chacun des membres de l'équipe et du gouvernement anglais devront se lancer dans des actions immorales ou illégales. L'un pour se défendre et essayer d'aider l'autre pour cacher le passé. Et, dans le même temps, les aliens approchent avec les yeux du monde braqués sur eux mais ne sachant pas quel est leur but et quel sont leurs demandes. Petit à petit on sent la crise s'étendre et mener à des actions immorales dont, si elles se faisaient, personne ne pourrait sortir indemne. Dans cette saison les intrigues de la crise alien sont profondément imbriquées dans les intrigues de la crise politique. Et, personnellement, je trouve cette imbrication très réussie.

    Image: BBC

    ep01_team_01.jpg
  • Torchwood saison 2

    Torchwood saison 2 repart dans le même rythme que la saison 1. Dès le début nous apercevons le retour de Jack dans l'équipe qui répond à leurs questions par un "J'ai trouvé mon docteur". Mais ce n'est que le début puisque l'équipe aura beaucoup de travail lors de cette saison. Combattant encore les aliens, essayant de sauver la population de Cardiff quand c'est possible, ils feront face à la mort même. Cependant, les aliens ne sont pas les seules menaces qui existent et torchwood devra aussi se battre contre le passé de Jack Harkness (qui se trouve dans le futur pour ceux qui ont suivi, oui c'est un peu compliqué). Car l'histoire de Jack va influer de manière inattendue sur l'histoire de Cardiff et, encore une fois, personne n'en sortira indemne.

    Comme la première saison nous trouvons une équipe qui essaie mais qui, souvent, ne peut pas. Comme dans la première saison c'est principalement le pessimisme qui existe au sein de l'équipe Torchwood. Et, même quand ils réussissent à sauver des personnes, leurs actes peuvent être douloureux pour la population. Mais ce qui m'a le plus intéressé dans cette saison ce ne sont pas les combats ou les intrigues aliens. Ce que j'ai le mieux aimé c'est d'en connaître plus sur l'histoire de Jack. Ceux qui connaissent Docteur Who et qui ont vu la première saison de Torchwood savent que son passé est très peu connu. La seconde saison de Torchwood nous en montre beaucoup plus. Non seulement l'enfance de Jack mais aussi la raison pour laquelle il a rejoint l'Institut. En bref, cette seconde saison est une bonne saison pour ceux qui aiment Torchwood mais pourrait ne pas être appréciée par d'autres personnes.

    Image: BBC

    tw_downloads_s2_tunnel_group_800.jpg
  • Torchwood saison 1

    J'ai hésité a parler de cette série. En effet, ce n'est de loin pas la meilleure que j'aie vue. Mais, tout d'abord, nous devrions contextualiser l'histoire. Torchwood prend place à Cardiff et prend le nom de l'institut Torchwood que nous avons pu croiser, de temps en temps, dans Docteur Who. La mission de l'Institut est de contrôler les aliens et phénomènes étranges ainsi que d'armer la Grande-Bretagne contre de possibles envahisseurs. L'histoire de cette première saison se déroule en parallèle avec la troisième saison de Docteur Who. Dans cette série nous redécouvrons le Capitaine Jack Harkness au XXIe siècle. Il dirige l'Institut ainsi qu'une équipe d'experts. Néanmoins, les activités de l'Institut restent secrètes bien qu'elles aient une influence grandissantes sur la population de Cardif. Mais ce secret intriguera rapidement une officier de police qui, après avoir enquêté, deviendra la nouvelle recrue de Torchwood. Pour le meilleur ou le pire...

    Comme je l'ai dit plus haut ce n'est de loin pas la meilleure série qui existe. Je suis, d'ailleurs, convaincu que je ne l'aurais jamais regardée si je n'appréciais pas déjà Docteur Who. Si je n'avais pas eu envie d'en connaître plus sur le Capitaine Jack je n'aurais jamais décidé de regarder cette série et même ainsi il m'a fallu un certains temps pour me décider. La série est beaucoup plus sombre que Docteur Who. Il y a du sexe, du sang et de la violence. Parfois trop de violence. Les personnages ne sont pas toujours très bien joué mais ce qui m'a vraiment frappé, après l'enthousiasme enfantin de Docteur Who, c'est le pessimisme et le désenchantement de l'équipe Torchwood. Seul Jack plaisante mais pas très souvent. L'équipe est solitaire, triste, centrée sur elle-même et n'observe que le pire de l'univers. Pire encore, elle semble souvent impuissante face aux événements se contentant de réagir d'une manière qui n'est pas forcément bonne. L'équipe, tout comme les adversaires, ressortent rarement indemne des événements auxquels ils font face. Enfin, je trouve dommage que Docteur Who et Torchwood ne soient pas mis en lien plus souvent. Il y a quelques allusions (comme la main du Docteur) mais qui restent très rare. J'aurais aimé que ce soit différent.

    Image: BBC

    s1_jackgwen01_800.jpg
  • Docteur Who saison 4 et épisodes spéciaux 2009

    Le Docteur se trouve, à la fin de la saison 3, seul. Ce qui ne l'empêche pas de trouver rapidement un nouveau compagnon en la personne de Donna Noble. Pour ceux qui suivent la série, nous l'avons déjà vue dans "The running Bride" qui était un épisode de noël. Cette fois encore le Docteur mène Donna sur de nombreux mondes et de nombreux lieux. Mais, comme toujours, ces voyages ne sont pas de tout repos. Entre Pompëi le jours de sa mort, la planète des Oods et la Terre ils auront beaucoup à faire. Mais surtout, ils découvriront qu'un vieil ennemi est en passe de revenir.

    Donna Noble, son caractère est un changement après Martha Jones. Au moins elle n'a pas peur de lui crier dessus. Mais sa capacité à se dévaloriser peut la rendre un peu énervante. On se demande, parfois, comment elle fait pour survivre. Mais son sens de l'humour et de la répartie fait que je ne regrette quand même pas son apparition dans la série.

    La saison, et les épisodes spéciaux, sont, mis à parts quelques uns, dans la lignée de la série. Tout aussi intéressants à regarder. Comme d'habitude je vais donner mes épisodes préférés. Silence in the Library et Forest of the Dead sont particulièrement prenant et bien joués. L'avant dernier épisode, The stolen earth, est aussi un de ceux que j'ai particulièrement apprécié. Mais, cette fois, mes suffrages vont à l'un des épisodes spéciaux 2009. Ceux-ci, au nombre de cinq, permettent de faire la transition avec la cinquième saison. Dans ces épisodes mon préféré est sans contexte Water of Mars car le Docteur doit y décider si il accepte les règles ou si il décide de les réécrire. Bref, le Docteur va-t-il revendiquer un pouvoir sur le temps ou non?

    Image: doctor-who.fr

    001~1.jpg
  • Doctor Who: Saison 3

    La troisième saison de Doctor Who est comme les deux précédentes: déjantées, kitsch et pleine d'action. A cause des événements précédents le Docteur se retrouve seul pour noël. Mais ça ne durera pas puisqu'un petit voyage le conduira à rencontrer Martha Jones, étudiante en médecine. Après un petit moment d'incertitudes le Docteur acceptera de l'avoir pour compagnon permanent lors de ses voyages. Comme sa prédécesseur Martha découvrira que voyager dans le temps et l'espace n'est pas de tout repos. Entre Shakespeare, New New York et l'Angleterre de 1913 elle découvrira ce qu'apporte d'être un compagnon du Docteur.

    Martha Jones est, donc, le second compagnon du Docteur dans cette nouvelle série. J'ai trouvé intéressant de prendre un personnage qui connait la médecine mais je ne le trouve pas aussi bien que Rose Tyler. Bien entendu, mon avis est subjectif mais Rose a quelque chose que Martha n'a pas. C'est, peut être, l'attention du Docteur? En tout cas, je la trouve moins prête à suivre le Docteur alors que Rose n'hésite pas à courir en direction du danger.

    Quand à la saison. Je l'ai trouvée tout aussi bien que les précédentes. Par contre, la fin m'a déçu. Je l'ai trouvée trop facile. Néanmoins, il y a encore plusieurs épisodes particulièrement bons. Ma sélection personnelle se compose de The Shapespeare Code tout simplement parce que le dramaturge s'y trouve, The family of blood car le Docteur peut choisir son destin (être seul ou vivre à deux?) et Blink qui, à mon avis, est le meilleur de la saison.

    Image: doctor-who.fr

    homepagm.jpg
  • Doctor Who: saison 2

    Je viens de terminer de regarder la saison 2 de cette série que j'apprécie de plus en plus. Alors que le Docteur vient de sauver Rose Tyler d'une mort imminente cette dernière se rend compte que le Docteur a changé. En effet, il a modifié son corps pour survivre. Néanmoins ils n'auront pas le temps de s'expliquer tous les changements que ceci va impliquer puisque la Terre est, encore, en danger. Après cette aventure ils repartiront dans leur voyage. Visitant les endroits les plus reculés de l'univers comme ceux qui sont les plus connus. Retrouvant, par la même occasion, quelques vieilles connaissances. Mais Rose et le Docteur pourront-ils être ensemble pour toujours? Où alors le Docteur devra-t-il se séparer de Rose pour la sauver (ou se sauver) comme il a déjà du le faire?

    Le nouveau Docteur de cette seconde saison, David Tennant, m'a beaucoup plut. La ou Eccleston jouait un Docteur violent et souvent méprisant même si sympathique Tennant nous offre un Docteur bien plus empathique tout en gardant un coté impitoyable. Outre le thême, me semble-t-il, principal de cette saison qui concerne le départ ou non de Rose j'ai l'impression que le véritable thème de la série concerne la vie et la curiosité. La vie dont on doit jouir et la curiosité qui nous pousse à réfléchir et à observer le monde dans toute sa beauté.

    Si je devais choisir quelques épisodes de cette saison je pense que je prendrais The Christmas Invasion (bien que cet épisode ne fasse pas vraiment partie de la saison 2 puisque créé pour noël) et The girl in the fireplace qui nous fait découvrir une rencontre entre le Docteur et Mme de Pompadour. La fin de la saison, bien que je ne l'aie pas choisi, est intéressante surtout pour les changements qu'elle opère.

    Image: www.doctor-who.fr

    tenrosepromo041vq.jpg
  • Dead Like Me

    Il y a longtemps que je n'ai pas parlé d'un film sur ce blog. Bon, il est temps de réparer ce fait en parlait de Dead Like Me dont je viens de prendre possession des DVDs. Bien sur ce n'est pas un film mais une série mais cela n'est pas important. Mais de quoi parle cette série? Elle dépeint l'histoire de la vie, brève, de George Lass jeune adolescente de 18 ans dont la mort se déroulera quelques minutes après le début de la série tuée par les toilettes de la station Mir. Car, l'histoire de cette série n'est pas l'histoire d'une vie mais l'histoire de la mort. En effet, George ne rejoins pas l'au-delà mais est recrutée par les faucheurs. Son nouveau travail sera de récolter les âmes des vivants avant leur mort et de les guider vers leur passage en direction de l'au-delà. Mais quel est cet au-delà? Mystère...

    Pourquoi j'apprécie cette série? Peut être tout simplement à cause de de son humour un peu noir? Peut être à cause des situations burlesques dans lesquelles meurent les personnes? Peut être à cause des personnages caricaturaux (en effet entre la flic grande gueule, la starlette blonde et qui a connu, intimement, une grande partie des hommes du show-biz et le fan de rock qui plane du soir au matin (voir plus longtemps...) on se demande qui est le plus drôle). Peut être aussi parce que, finalement, l'histoire de Dead Like Me n'est pas l'histoire de la mort mais l'histoire de la vie. Nous découvrons une jeune fille qui a refusé de vivre par peur et par intelligence car elle savait qu'elle risquait plus d'échouer que de réussir mourir sans avoir rien accompli. Et c'est dans la mort qu'elle se rend compte de tous ce qu'elle a raté en observant les humains autours d'elle ainsi que son ancienne famille endeuillée. C'est dans la mort qu'elle souhaite vivre et profiter de cette sorte de seconde chance qui lui est offerte. Néanmoins tout n'est pas parfait, la première saison est drôle et la seconde, bien que moins bonne, l'est tout autant. Mais le téléfilm produit pour clôturer l'histoire (et qui se déroule plusieurs années après la série) et répondre aux questions est décevant. Non seulement les règles qui nous ont été donnée sont violées mais en plus une actrice a été remplacée par une autre tout en gardant le même personnage. N'aurait il pas été plus logique de considérer que l'ancienne est passée de l'autre coté? Enfin je n'arrive pas à retrouver la même atmosphère que dans la série originale.


    Site officiel
    Image: Allociné

    18856324.jpg

  • Battlestar saison 4

    Après des mois d'attentes (surtout pour ceux ne possédant pas la chaine scifi france) Battlestar est sorti en DVD. Malheureusement cette saison 4 sera déclinée en deux fois c'est donc la première partie que nous pouvons acquérir alors que la seconde sera diffusée prochainement. C'est tout de même avec fébrilité que j'ai suivi l'histoire de cette dernière saison. En effet la troisième se terminait avec un énorme suspens et tout le monde ne pouvait être que curieux de la manière utilisée par les scénaristes pour justifier cette fin. Alors je l'avoue j'ai trouvé parfois que certaines solutions sont des raccourcis un peu faciles. Mais, globalement, j'ai été bien plus contenté par cette saison que par la troisième. Il n'y a plus qu'a attendre la seconde partie et, si tout va bien, les téléfilms et la série dérivée nommée "Caprica". En espérant que la qualité reste au rendez-vous.

    season04_800.jpg


    Image: scifi

  • Rome

    Voila une série qui mérite de faire parler d'elle! Rome est l'une des séries les plus chers de l'histoire est, quand on la regarde, cela se comprend. Ses créateurs ont placés l'intrigue entre la fin de la guerre des Gaules par César et le triomphe d'Octave lorsqu'il annihila les armées de Marc-Antoine son rival et ceci en deux saisons. C'est un peu court au vu de tous les évènements historiques ayant eu lieu durant ces deux périodes mais je trouve que c'est réussi. On est rapidement pris dans le fil de l'histoire qui est relativement fidèle à l'Histoire. De plus les décors sont magnifiques et j'ai réellement eu l'impression de me trouver dans la Rome républicaine. Mais il faut préciser la violence et la sexualité crue de cette série. Si la vue du sang, des jurons et de la "fornication" vous rebute ne regardez pas. PEGI ne se trompe pas en conseillant aux moins de 16 ans de ne pas regarder.
    18466275.jpg


    Image: allocine

  • Battlestar Galactica, saison 2

    Je viens de terminer de regarder la saison deux. Toujours aussi prenante la série fouille un peu plus la psychologie des personnages et leurs rapports entre eux tandis que l'univers est étendu un peu plus. Malheureusement certains épisodes souffrent de longueurs mais c'est rare et les évènements spectaculaires ainsi que le suspens sont au rendez vous. Foncez et comme ils le disent: "Battons nous jusqu'au bout!"

  • Battlestar Galactica: Pilote et Saison 1

    Battlestar Gallactica est un remake d'une série des années septante. Plutôt bien filmée elles parle de thèmes aussi généraux et importante que la croyance, l'humanité, la démocratie, la survie et l'identité.

    L'histoire de ce monde est simple et pourrait paraitre peu imaginatif. L'humanité a créé des robots, les Cylons, qui se rebellèrent contre l'humanité. La guerre fit rage et, cinquante plus tard, la paix est crée. A ce moment commence le pilote de la série. Nous y apprenons que la paix est fausse et l'humanité est attaquée. Seul quelques vaisseaux ont survécus et fuient. La commence la saison 1.

    Malgré tout cette histoire est bien construite et l'idée des robots renouvelée pour nous faire nous interroger sur notre propre identité. Les luttes de pouvoir internes des fuyards est aussi très intéressante et nous pourrions nous demander ce que nous ferions si nous devions choisir entre la démocratie en contexte de crise ou un pouvoir fort.

    Je vous recommande donc cette série qui, pour une fois, ne se contente pas de scènes d'actions avec quelques femmes très dénudées et le héros pouvant annihiler la moitié de la galaxie avec un couteau suisse et une main dans le dos.