DC

  • Peacemaker saison 1

    Peacemaker est une série de James Gunn qui se déroule très peu de temps avant son film: The Suicide Squad. Peacemaker est blessé, amené inconscient dans un hôpital qu'il fuit dès que possible pour retourner chez lui et continuer sa vie d'héroïsme, du moins ce qu'il pense être de l'héroïsme. Mais une équipe envoyée par Amanda Waller l'intercepte et lui propose un contrat: il reste en dehors de prison mais il doit tuer pour Waller. Plus spécifiquement, il doit aider à éliminer des personnes impliquées dans quelque chose que Waller nomme "Butterfly."

    SPOILERS

    Peacemaker a été bien apprécié sur les réseaux sociaux, j'attendais de voir. Je ne suis pas du tout déçu. On retrouve John Cenna parfait en Peacemaker beauf et un peu bête mais étrangement capable de tuer. On lui adjoint d'autres personnages tout aussi dysfonctionnelles qui doivent aider à arrêter une menace planétaire. Bref, on retrouve les ingrédients de The Suicide Squad et comme le film la série fonctionne très bien.

    Mieux encore, la série nous offre plus de profondeur pour Peacemaker. On apprend pourquoi il est ce qu'il est grâce à des flash backs et la relation avec son père. Peacemaker n'est pas forcément heureux de tuer et il regrette certains meurtres, en particulier celui de Flag qu'il a accompli selon les ordres reçus. Bref, on voit Peacemaker ne pas savoir comment gérer ses émotions et ne pas savoir comment accepter un père abusif et nazi.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Une bonne surprise

    Image : Site officiel

  • Young Justice: Phantoms (saison 4)

    Malgré les nombreux problèmes qu'ont connu la Justice League et l'équipe, ce qui a permis la constitution des Outsiders, les héros et héroïnes ont vaincu. Le monde est maintenant légèrement moins dangereux tandis que les trois équipes peuvent enfin agir sans contrôles politiques trop importants. Cependant, les membres de la Lumière ont réussi à s'allier à Darkseid. Ce dernier agit en cachète sur la Terre alors que Savage a toujours le contrôle du Warlord. La Justice League décide de chercher des alliances au niveau de la galaxie, alors qu'une menace provenant de la zone fantôme se profile.

    SPOILERS

    J'ai moins apprécié cette saison de Young Justice. Certes, elle permet de savoir ce qui est arrivé à la fin de Green Lantern TAS, mais seulement brièvement. Les saisons de Young Justice sont souvent denses autours d'une menace précise. Je trouve que cette saison 4 beaucoup moins bien construite de ce point de vue. La menace des kryptoniens enfermés dans la zone fantôme est préparée sur l'entier de la saison mais elle est vaincue en à peine un seul et unique épisode. On a peine à croire que ces personnages sont si dangereux étant donné qu'on ne les voit jamais gagner. Il aurait été mieux de montrer ce danger en observant les événements connu par la Légion puis en plaçant réellement la Justice League, l'Équipe et les Outsiders en danger.

    Cette saison donne surtout l'impression d'une suite de mini-intrigues qui sont placées sans réelles raisons. On commence par le mariage sur Mars de Superboy et Miss Martian. Mariage qui permet aussi de résoudre un meurtre et... le racisme? On continue avec une intrigue magique, une intrigue sur Atlantis, une intrigue sur le monde des Nouvelles Divinités... Ce n'est que vers la fin que tout cela est relié, mais on s'intéresse beaucoup moins aux personnages et événements. Est-ce que la saison 5 permettra d'éviter cette impression de fouillis? Je l'espère.


    ** 
    *** Une saison 4 médiocre, j'espère que la 5 sera meilleure
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • Nightwing vol. 1. Leaping into the light par Tom Taylor et Bruno Redondo

    Titre : Nightwing vol. 1. Leaping into the light 
    Auteurs : Tom Taylor et Bruno Redondo
    Éditeur : DC 14 décembre 2021
    Pages : 155

    Ce premier volume contient Nightwing 78-93. Après une période que je n'ai pas voulu lire, Nightwing redevient enfin un personnage que je peux apprécier. Dick Grayson se trouve toujours à Blüdhaven. Il a retrouvé son identité et donc son héroïsme. Malheureusement, son absence a permis à la criminalité de prendre le contrôle de la police et du monde politique. Son travail de héros est donc beaucoup plus difficile qu'auparavant. Mais il se pourrait qu'il reçoive de l'aide. En effet, Alfred lui a laissé des millions. Mais que faire de cet argent ?

    SPOILERS

    Ce volume contient tout ce que j'aime concernant Nightwing. L'écriture doit probablement beaucoup à Tom Taylor, que je commence à bien apprécier. Dick est montré comme une personne qui essaie de toujours trouver le bon moyen de faire le bon choix. Dès le début, cette caractérisation est mise en avant puisqu'il adopte un chien battu. Sa manière de jouer au héros suit cette logique. Il n'y a pas forcément de grand vilain, il y a des gens qui ont besoin d'une aide et Nightwing fait en sorte d'être présent pour cela.

    J'apprécie beaucoup cette écriture très positive, plutôt que "dark and gritty." J'apprécie aussi la manière dont les relations amicales de Dick sont présentées. Même Batman, dans ce volume, est capable de plaisanter et de faire preuve d'un peu de chaleur humaine. Dick n'est donc pas uniquement défini par son héroïsme mais aussi par ses capacités à créer des amitiés, de trouver des personnes qui lui seront toujours loyales. En peu de page, Tom Taylor nous écrit enfin un vrai Nightwing, et j'en redemande.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** J'espère que la suite arrive vite

    Image : Éditeur

  • Legends of tomorrow saison 6

    Comme tous les ans une nouvelle saison des Legends arrive. La série qui n'en finit pas de repousser les limites du ridicule, pour mon grand plaisir, ne sera annulée qu'après la saison 7. Les Legends ont vaincu leur dernier ennemi mais Sarah est kidnappée par des aliens. Ava et le reste de l'équipe refusent de se considérer vaincu et enquêtent sur les aliens, leurs liens avec la Terre et la raison derrière le kidnapping de Sarah. Celle-ci a un lien avec un homme, l'homme qui a créé les Ava.

    SPOILERS

    La recette de la série reste la même. On prend une équipe de bras cassés, on l'a place contre un ennemi puissant mais malgré les problèmes de l'équipe celle-ci réussit à vaincre grâce à leurs liens de confiance et d'amour mutuels. Il y a donc autant de drames que d'histoires d'amours dans cette saison. En particulier, Rory se découvre père (à nouveau) tandis que Sarah et Ava annoncent leur mariage et que Zari et Constantine commencent une relation romantique. On ajoute deux nouveaux membres afin de faire le lien avec le fil rouge de la saison puis on crée des épisodes absurdes (stopper une invasion grâce à une émission de TV style eurovision reste une de mes idées favorites).

    On avait déjà tout vu dans les Legends. Cette fois on retourne à quelque chose de connu : les aliens. Mais ceux-ci ne sont que des moyens de préparer le grand méchant : un humain. Ce dernier est clairement un Elon Musk. Un génie, ou qui se croit génie, qui considère être le seul capable de sauver l'humanité et qui n'hésite pas à détruire tout ce qui se met sur son chemin. Sa fin est donc parfaite. Cet homme ne croit pas en l'amour et, bien entendu, c'est l'amour qui sauve la Terre et l'humanité. Il est clairement l'anti Legends. Cette saison 6 se termine sur un nouveau cliffhanger et je me réjouis de voir la prochaine et dernière saison !


    ** 
    *** 
    **** Toujours aussi absurde, toujours une réussite sur moi
    *****

    Image : IMDB

  • The Batman

    SPOILERS

    Le Batman est apparu à Gotham depuis deux ans. Deux ans durant lesquels la ville semble être devenue de pire en pire. Mais Bruce Wayne continue de lutter car il ne voit pas d'autres moyens d'être utile à sa ville. Mais cette année Gotham va subir une attaque telle qu'elle n'en a jamais connu. Alors que la mairie est remise en question par une nouvelle venue en politique, un tueur en série prend en casse les riches et les puissants de Gotham. Ses cibles semblent aléatoires. Mais elles sont toutes liées à un complot qui pourrait faire tomber toute l'infrastructure de la ville.

    SPOILERS

    Ce film fut une véritable expérience. On dit que Nolan a créé une forme réaliste de Batman. Mais celui-ci me semble bien plus proche d'une possible réalité. Les bottes du Batman font du bruit. Ses pas, lent, créent une véritable tension entre lui et ses ennemis. Les policiers réagissent touxtes à sa présence, positivement ou non. Lorsqu'il se bat on sent qu'il a mal, que parfois c'est trop et qu'il ne peut plus résister même s'il souhaite continuer. Sa voiture est aussi bien plus intéressante que celle des films de Nolan puisqu'on voit qu'elle a été reconstruite par Bruce Wayne dans un but précis. Bref, tout me semble bien plus palpable.

    C'est aussi un film fortement ancré dans notre période. Une période qui semble être celle de la crise confiance envers les institutions et le pouvoir politique. La majorité des personnages publics de ce film est corrompu. Leur prise de pouvoir étant lié à un acte de corruption. Ces personnages ne sont pas les dirigeants réels, ils sont soumis à une personne qui prend les décisions dans l'ombre tout en garantissant la richesse des fidèles. Malheureusement, on ne voit pas beaucoup de réaction de la part des citoyen.ne.s. Mais il est intéressant que la relève est donnée par une femme jeune et racisée qui refuse de se cacher mais veut agir.

    Je pourrais aussi parler de la photographie, d'une Gotham qui semble constamment se trouver sous la pluie, dont les bâtiments sont délabrés marquant des problèmes d'équilibre des richesses. On pourrait aussi mentionner le personnage du Ridler qui réussit à créer une forme de groupe violent souhaitait assassiner les élites. Mais je veux terminer sur un aspect que j'ai apprécié. Nous n'avons pas ici un Batman surpuissant qui détruit la moitié de la ville. La plupart du temps, il essaie d'agir par l'usage de la peur, d'un peu de violence mais surtout par l'enquête. Il observer les indices et essaie de trouver la réponse au mystère qu'est le Ridler, son but et son origine. Trop de films et de séries ont oublié que le Batman est avant tout un détective et un planificateur, ce film le met en avant.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Très bon

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Flash saison 7

    Flash a survécu à la Crise, comme le reste du monde. Pourtant, il était censé mourir. Cette différence n'est pas la seule et l'équipe a à peine le temps de vérifier le fonctionnement de leur Terre qu'une nouvelle menace apparait. Plusieurs personnes sont kidnappées par une femme capable de contrôler les miroirs. Barry Allen ne l'a su que tardivement. Et il ne sait pas quoi faire car la Crise a aussi impliqué la mort de la Speed Force. Sans elle, Barry va perdre sa vitesse et ne pourra plus aider la ville ni les personnes qui y habitent.

    SPOILERS

    Cette saison 7 est plus courte que les précédentes à cause des problèmes du COVID19. Elle ne possède pas non plus de crossover annuel. Ça et la fin de plusieurs séries de l'arrowverse donne une drôle d'impression face à la continuation de Flash, une série qui aurait pu (dû ?) se terminer avant Supergirl. Le plus ennuyeux étant la création d'une Justice League alors que la plupart des personnages vont disparaitre. Cependant, cette saison se suffit à elle-même et ne crée que peu de liens avec l'univers partagé avant les derniers épisodes.

    Cette saison 7, plus courte, me semble plus brouillonne que d'habitude. La question Eva est résolue en quelques épisodes alors que sa menace était construite pour être plus impressionnante. Immédiatement, la série pose la question du retour de la Speed Force et de ses liens avec les trois autres forces. Là aussi, la menace se construit progressivement puis la série résout tout par un coup de baguette magique. Et arrive la dernière menace de la saison, Godspeed. Cette menace prend de l'ampleur sans que la série nous montre son réel danger pour la ville et Flash. Et cette menace se terminer en quelques épisodes aussi. Nous avons donc trois problèmes qui sont réglés très rapidement, sans prendre le temps de vraiment construire une intrigue, dommage.


    ** 
    *** Une saison courte n'est pas une mauvaise idée. Mais pourquoi créer autant de dangers sur si peu de temps ?
    **** 
    *****

    Image : IMDB

  • Black Lightning saison 3

    À la fin de la saison 2 l'agence ASA comprend qui est Black Lightning. L'agent Odell rend visite à la famille Pierce afin de leur proposer un contrat. Black Lightning accepte d'être étudié par l'ASA et de ne pas l'empêcher d'agir contre une menace externe : les markoviens. En échange, sa famille est laissée tranquille. Mais lorsqu'il sort de confinement il se rend compte que sa ville est devenue une zone de guerre. Les militaires de l'ASA contrôlent tout et tout le monde. La liberté ne dépend que du bon vouloir des agents du gouvernement qui justifie leurs actions violentes par la menace d'une invasion. Rapidement, Black Lightning ne peut pas accepter de rester calme.

    SPOILERS

    Depuis le début de la première saison cette série est inscrite dans l'histoire des Etats-Unis et les tensions raciales qu'on y trouve. Cette troisième saison va encore plus loin puisqu'on y décrit des expérimentations humaines illégales sur des personnes noires sans qu'elles ne soient consentantes. Bien entendu, la série va très loin puisque certaines personnes sont mises sous contrôle à l'aide d'une puce insérée dans le cerveau. Mais cela n'empêche pas les auteur-e-s de se baser sur une histoire réelle d'expérimentations médicales ou de parler d'enfants séparés de leurs parents par un état raciste.

    Comme auparavant, la série montre parfaitement comment fonctionne le racisme systémique dans un état. Le vilain de cette saison est aussi une victime et ses actions ne sont pas totalement mauvaises. Son but est de protéger et de sauver des enfants enfermés, contrôlés et qui subissent des expérimentations à cause de la couleur de leur peau. Face à ces actions, les polices sont incapables de réagir quand elles ne sont pas complices. Il me reste à voir comment la série va continuer, et se terminer, lors de la saison 4.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Une très bonne saison

    Image : IMDB

  • Batman: Soul of the dragon

    Dans les années 70 six personnes sont à la recherche d'un maitre capable de leur apprendre les arts martiaux : Richard Dragon, Lady Shiva, Ben Turner, Jade, Rip Jagger et Bruce Wayne. Illes trouvent Nanda Parbat et O-Sensei. Ensemble, illes s'entrainent durement devant leur maitre. Quelques années plus tard, les six élèves ne sont plus que quatre. Illes ne se sont pas retrouvés depuis longtemps mais l'apparition d'un gang usant d'un ancien signe les force à se réunir afin de retrouver leur maitre et d'empêcher le gang d'atteindre ses buts.

    SPOILERS

    Il n'y a pas grand-chose à dire sur ce film en direct-video. Il est plaisant mais n'offre pas de réelles nouveautés. L'entrainement de Bruce Wayne auprès de plusieurs personnes au sein du monde est souvent mis en scène. Ses liens avec d'autres élèves sont aussi souvent mentionnés. Mais Bruce Wayne n'est pas réellement au centre de l'attention. Il n'est qu'une partie d'un tout réuni à cause de leur passé commun. Malheureusement, le nombre de personnages ne permet pas de réellement comprendre les souhaits de celleux-ci. On voudrait en savoir plus sur leur passé, leurs buts, mais on n'a presque rien. Heureusement, ce manque est amoindri par des scènes d'action sympathiques sans être trop violentes.


    ** Pas trop mauvais
    *** 
    **** 
    *****

    Image : IMDB

  • Wonder Woman 1984

    J'ai enfin vu le second Wonder Woman qui se déroule, comme le titre l'explique, en 1984. Diana a vécu avec l'humanité depuis son arrivée à la fin de la première guerre mondiale. Mais elle n'a jamais oublié Steve Trevor. Elle travaille au Smithsonian tout en aidant l'humanité en cachette. Mais deux choses vont modifier sa vie. Une pierre apparait dans les bureaux du Smithsonian après un cambriolage raté. Barbara Minerva est chargée de l'étudier mais ne comprend pas ce qui est gravé dessus. Et Steve Trevor revient dans le corps d'un autre homme. Diana est heureuse de le revoir, mais elle comprend qu'un pouvoir divin est à l'œuvre ce qui pourrait être dangereux pour l'humanité.

    SPOILERS

    S'il y a bien une chose de certaine c'est que ce film n'est pas très bon. Un premier problème est l'usage des vœux. On comprend rapidement que ces vœux impliquent un coût. Ce coût peut être élevé. Mais la règle n'est jamais réellement expliquée. Le coût est-il immédiat ou alors faut-il attendre un certain temps comme semble le montrer le cas de Diana ? Que penser de Maxvell Lord ? Il devient la pierre à vœux mais il réussit à éviter le coût et même à supprimer tout ce qu'il a fait ? Pourquoi ? Comment ?

    Un second problème concerne le film lui-même. Il est loin d'atteindre le rythme et l'intérêt du premier film. Les scènes d'action sont poussives et très mal mises en scènes. La réalisation essaie de faire comme le premier, mais échoue lamentablement. Gal Gadot elle-même semble ne pas trop croire en ce film. Pire encore, Steve Trevor est capable de piloter un avion moderne sans entrainement ? Soudainement Diana est capable de faire disparaitre des objets ? Tous ces éléments tombent à plat parce que rien ne prépare à leur arrivée.

    Tout cela n'est rien face au problème Steve Trevor. J'étais déjà sceptique en ce qui concerne son retour. Mais la manière dont il revient pose des questions éthiques auxquels le film ne répond pas. Pire, le film décide de laisser Steve manipuler le corps qu'il a volé, sans consentement de son véritable possesseur, jusqu'à avoir des relations sexuelles avec Diana. D'autres personnes ont parlé de ce sujet, de nombreux articles mentionnent le problème que cela implique mieux que je ne le ferais. À mon avis, la réponse de la réalisation est très faible face aux questions posées.


    ** Une suite médiocre et mal écrite
    *** 
    **** 
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Injustice. Gods among us. Year Zero par Tom Taylor, Rogê Antônio, Cian Tormey et Rain Beredo

    Titre: Injustice. Gods among us. Year Zero
    Auteurs :  Tom Taylor, Rogê Antônio, Cian Tormey et Rain Beredo
    Éditeur : DC 13 juillet 2021
    Pages : 152

    Ce volume contient Injustice. Gods among us, Year Zero 1-14. Avant que Superman ne devienne un dictateur il était membre de la Ligue de Justice et l'un des meilleurs héros du monde. Mais les héros ont aussi des héros. Celleux-ci sont les membres de la Justice Society of America. Un groupe qui combattit lors de la Deuxième Guerre Mondiale et continue quelque temps après avant la naissance des membres de la Ligue de Justice. Mais la JSA a un passé caché. Ils ont usé d'une amulette permettant de contrôler les esprits. Cette amulette se trouve maintenant entre les mains du Joker.

    SPOILERS

    Cette série se déroule avant les événements de la série principale. On pourrait penser qu'elle est plus gentille car on ne voit pas la descente aux enfers de Superman. Mais les auteurs ne ménagent pas leurs personnages. Un certain nombre va mourir ou être utilisés pour tuer d'autres personnes et, en particulier, faire du mal à Batman. Ces 14 épisodes permettent de construire un peu plus cet univers sans pour autant contester ce qui a été fait avant. Mieux encore, elle permet d'expliquer le début de la série Injustice car elle montre comment le Joker choisit Superman et Lois pour son plan.

    Même si j'ai apprécié ma lecture, il est dommage que certains aspects soient trop rapides. Le contrôle du Joker sur les membres de la JSA est rapidement compris par les membres. J'aurais apprécié que les auteurs prennent un peu plus de temps pour créer une forme de peur au sein même du monde des héros, peut-être pour débuter la paranoïa de Bruce Wayne et les choix futurs de Superman. La rapidité de la série se voit particulièrement en ce qui concerne Harley puisque toute une partie lui est consacrée. Elle se marie avec Pamela Isley mais on n'a pas le temps de réellement apprécier ce moment entre les deux femmes et la difficulté pour Harley de se détacher de sa relation toxique avec le Joker.


    ** 
    *** un bon prequel mais malheureusement trop rapide
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Superman: Man of tomorrow

    Superman : Man of tomorrow fait partie d'une nouvelle gamme de films animés après la fin du DC animated universe. Le film débute alors que Clark Kent ne connait pas son origine et n'a pas encore décidé à prendre le rôle de Superman. Il sait qu'il est un alien mais il ne sait pas s'il est l'unique alien sur Terre ni si ses parents le recherchent. Il est stagiaire journaliste pour le Daily Planet mais n'a pas encore réussi à être engagé. Les habitant-e-s de la ville de Metropolis commencent à partager une rumeur sur l'existence d'un homme capable de voler. Mais personne n'y croit sérieusement. L'arrivée d'un alien, Lobo, va rapidement changer cela. Clark Kent va devoir décider s'il préfère rester dans l'ombre ou s'il se dévoile publiquement comme un alien.

    SPOILERS

    Il n'y a pas beaucoup à dire sur ce film. C'est une origin story qui réadapte les histoires classiques des débuts de Superman. Il y a quelques changements. Par exemple, le Martian Manhunter est déjà sur terre et c'est lui qui explique d'où provient Clark Kent. Luthor n'est pas immédiatement un ennemi de Superman. Et Lois n'est pas immédiatement une fan de Superman qu'elle considère comme un potentiel danger.

    Mais ce film réussit à mettre en place un bon équilibre, à défaut d'être un bon animé, entre le classique et quelques modifications. J'aurais aimé que Clark prenne plus de temps pour réfléchir aux effets de ses choix tout comme j'aurais apprécié que le Martian Manhunter apparaisse plus souvent. Mais j'ai beaucoup aimé les choix graphiques autours du parasite et du Martian Manhunter. Ces deux personnages sont très inquiétants quand ils apparaissent pour la première fois. Le film réussi à nous faire comprendre à quel point ils sont puissants et dangereux.


    ** 
    *** Un bon film ? Non. Mais il n’est pas trop mal réussi
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • Supergirl 5

    Supergirl a vaincu tous les ennemis qui se sont placés sur son chemin. Mais, ce faisant, elle a aussi perdu Lena Luthor qui ne lui pardonne pas d'avoir gardé son identité secrète. Supergirl ne le sait pas encore. Elle continue sa vie de journaliste et d'héroïne sans se douter que Lena est maintenant convaincue de la nécessité de se venger de son ancienne amie. Cette vengeance implique de faire souffrir Kara comme Lena a souffert. Cette division risque bien de créer de nombreux problèmes. En effet, Leviathan, une organisation secrète, menace Supergirl et son équipe. Pire encore, la crise arrive et tout va changer.

    SPOILERS

    Cette saison est l'avant-dernière. Malheureusement, la CW a tout juste relié toutes ces séries qu'une grande partie d'entre-elles sont supprimées et parfois remplacées. Ainsi, Supergirl semble laisser sa place à une série autours de Superman et de Lois en tant que parents d'adolescents. Supergirl a commencé faiblement mais a réussi à devenir un peu meilleur au fil du temps en se posant comme une série anti-trump qui défend une forme peu politisée de tolérance. Bien que l'on puisse parler des limites que cela implique, j'ai apprécié que Supergirl ait tenté d'être un tout petit peu plus politisé que d'autres séries (je me souviens encore de l'épisode désastreux d'Arrow autours des armes à feu).

    Malheureusement, cette saison 5 a été en partie tournée en période de covid. Elle est donc plus courte que d'habitude. La réalisation de la série n'a pas vraiment eu le temps de prendre le temps de décrire certains aspects de l'intrigue. Le dernier épisode, sans être bâclé, est bien trop rapide et conclut trop facilement plusieurs arcs qui auraient mérités plus de temps. Eve Teschmacher, par exemple, semble être immédiatement pardonnée et hors de danger alors qu'elle a passé plusieurs saisons sous le contrôle de personnes qui menaçaient sa famille. Le retour de Lena est aussi un peu trop rapide et aurait mérité un peu plus de temps pour bien marquer ce que cela signifie non seulement pour Kara mais aussi, et surtout, pour Lena. En effet, Lena décide de se retourner contre Lex Luthor, abandonnant sa famille pour son amie. Une décision que l'on ne peut pas qualifier d'anodine. Il n'y a plus qu'à voir comment la saison 6 reprend les événements laissés en suspens et termine la série.


    ** 
    *** Même si la série souffre des effets du covid elle reste une série qui me permet de me sentir bien
    **** 
    *****

    Image : IMDB

  • Batman: White Knight presents Harley Quinn par Katana Collins, Sean Murphy, Matteo Scalera et Dave Stewart

    Titre : Batman : White Knight presents Harley Quinn
    Auteur-e-s : Katana Collins, Sean Murphy, Matteo Scalera et Dave Stewart
    Éditeur : DC 29 juin 2021
    Pages : 168

    Ce comics contient Batman : White Knight presents Harley Quinn 1-6 ainsi que Harley Quinn : Black + White + Red. Bruce Wayne est en prison. Sa dernière sortie en tant que Batman fut pour mettre une fin à la croisade meurtrière d'Azrael. Depuis, la ville de Gotham est calme. Le monde criminel est pratiquement neutralisé. Harley Quinn s'occupe de ses enfants, orphelins de Jack Napier. Mais une nouvelle vague de meurtres secoue la ville de Gotham. Une tueuse en série s'attaque aux anciennes stars de l'âge d'or du cinéma. Le GCPD souhaite recevoir l'aide d'Harley Quinn. Mais celle-ci sera-t-elle capable d'éviter de retomber dans la criminalité ?

    SPOILERS

    S'il y a bien une chose que j'apprécie dans le monde de White Knight c'est Harley Quinn. Elle est dépeinte comme extrêmement intelligente, plus que Batman. Toujours capable de manipuler les personnes qu'elle vise. Elle est aussi têtue et veut toujours aider les autres, ce qui l'a conduite à tomber avec Napier dans le piège du Joker. Mais jamais elle n'est tombée aussi bas que le Joker, son alliance avec Batman le prouve. Ce comics qui suit les événements du dernier White Knight montre à quel point Harley Quinn était nécessaire pour Jack Napier. Il montre aussi à quel point le Joker est un danger pour Harley Quinn. Il n'y a plus qu'à espérer avoir plus d'histoire sur elle.


    ** 
    ***
    **** Une bonne suite sur un personnage que j'apprécie beaucoup
    *****

    Image : Éditeur

  • Stargirl

    Courtney Whitmore est une adolescente comme les autres. Elle a perdu son père très jeune. Sa mère, Barbara a récemment décidé de refaire sa vie avec un second maris : Pat Dugan. Cette nouvelle vie aura lieu au sein de la petite ville de Blue Valley. Pat y ouvre un garage tandis que Barbara va travailler pour une entreprise de charité. Courtney et son beau-frère, Mike, sont envoyés à l'école. Mais un jour, fouillant les affaires de Pat, Courtney découvre un objet. C'est la propriété de Starman, un héros tué par la Injustice Society. Pat n'est pas un simple garagiste. Il est un ancien membre de la Justice Society of America.

    SPOILERS

    Cette nouvelle série héroïque de la CW est assez classique. La famille de Courtney vit dans une petite ville. La famille essaie d'être intégrée à une communauté locale. Tout le monde dans cette ville semble être hétéro, vivant en famille dans de petites maisons. On a l'impression du bon vieux temps des Etats-Unis dans de petites communautés soudées. Les antagonistes sont aussi en faveurs de cet esprit états-uniens, même si leur but est de forcer les autres à penser comme elleux. Bien que les méchants souhaitent créer un meilleur monde, plus écologique, illes veulent détruire le libre arbitre tout en risquant la mort de nombreuses personnes.

    J'ai tout de même beaucoup apprécié le thème de l'héritage. Chacun des personnages essaient de suivre ce qui a été fait avant. Courtney pense accepter l'héritage de son père, par exemple. Ainsi, la série met en avant une nouvelle génération luttant contre une ancienne génération de vilains. Les parents des adolescent-e-s, si illes sont présent-e-s, sont avant tout un moyen de les guider et non de les contraindre. Au contraire, les antagonistes essaient de contrôler leurs enfants, de les empêcher de choisir une voie différente. L'un est maltraité par son père. L'une est une expérimentation qui n'a jamais reçu de règles. Ce thème de l'héritage et de la relation aux parents va probablement continuer durant la saison 2, si j'en crois les dernières images de la première saison.


    ** 
    *** Sympathique avec du potentiel
    **** 
    *****

    Image : IMDB

  • The suicide squad

    CW : Sanglant, morts à l'écran, nudité masculine frontale

    Il y a quelques années la suite des films ratés de DC fut particulièrement impressionnante puisque Suicide Squad était sorti. Son seul point positif fut de nous offrir une Harley Quinn jouée par Margot Robbie. Mais le reste ne fut qu'absence d'âme à cause de choix imposés par un studio incapable. Depuis, DC a toujours du mal à s'imposer au cinéma mais quelques films sont passés au-dessus du lot, en particulier Birds of Prey injustement considéré comme un échec. DC a aussi réussi à débaucher James Gunn qui imposa un ton et des morts dans un nouveau Suicide Squad. Celle-ci, officiellement nommée Task Force X, est envoyée sur l'île de Corto Maltese pour détruire les recherches du projets Etoile de Mer. Mais rien ne se déroule comme prévu.

    SPOILERS

    Ce film est un peu ce que le premier aurait dû être, bien que David Ayer semblât souhaiter quelque chose d'horrifique. La Suicide Squad est immédiatement montrée pour ce qu'elle est : un moyen d'utiliser les pires des pires dans des missions extrêmement dangereuses. Elle est commandée par une Amanda Waller qui n'hésite pas à user de menaces pour avoir ce qu'elle souhaite. Dès le début du film on observe l'équipe de Waller faire des paris sur les membres qui vont mourir tandis que la mission débute par un véritable carnage.

    Ce film réussit aussi à introduire des personnages secondaires de l'univers DC méconnus en leur donnant le temps de se présenter. Harley Quinn en souffre, en tant que personnage, mais cela permet de faire apprécier les autres membres de l'équipe. Rat Catcher et Polkadotman en profitent fortement. La réalisation réussit à nous offrir des moments de complicités entre les membres de l'équipe sans oublier les scènes d'actions. Ce qui crée un bon rythme au sein du film et de pouvoir parfaitement comprendre les actions des différents personnages.


    ** 
    *** 
    **** Le studio chargé d'adapter les DC aurait-il compris qu'il faut laisser la réalisation effectuer son travail ? Enfin ?
    *****

    Image : Site officiel

  • Batman. Earth One. 3 par Geoff Johns, Gary Frank, Jon Sibal et Brad Anderson

    Titre : Batman. Earth One. 3 
    Auteurs : Geoff Johns, Gary Frank, Jon Sibal et Brad Anderson
    Éditeur : DC 8 juin 2021
    Pages : 160

    Les Earth One, ces comics censés rendre les personnages plus modernes dans un contexte en dehors de la continuité, semblent encore exister malgré les retards massifs des différentes séries et les annulations. Batman en est à son troisième volume. Le Batman commence à être connu à Gotham et il possède quelques allié-e-s. Car Gotham, même si elle n'est plus sous le joug des criminel-le-s n'est pas encore pacifiée. Même si la criminalité est en baisse elle est de plus en plus violente. Pire encore, il semblerait que ce soit Harvey Dent qui arme ces crimine-le-s. Mais Harvey Dent est mort.

    SPOILERS

    Ce tome 3 est moins bon que les autres. Geoff Johns doit recréer un personnage mais il est obligé de réutiliser des aspects connus du Batman. Il lui offre une batcave, mieux située que l'originale. Il lui donne des ennemis qui servent surtout à faire référence. Et, petit, à petit, il semble abandonner le réalisme pour retourner en direction du Batman original. Ainsi, les dernières planches mettent en avant la création de la Famille, sans expliquer leur arrivée, mais aussi la première apparition du Joker. Tout ceci est bien trop rapide et donne surtout l'impression que Geoff Johns veut terminer avant que la série ne disparaisse définitivement. Mais cela ne peut que créer un gout d'inachevé.

    Ce tome introduit aussi Catwoman, que nous avions vu auparavant. Et je dois dire que je suis très déçu. Certes, Catwoman est une voleuse qui, de temps en temps, aide le Batman. On peut donc accepter qu'elle devienne une alliée. Mais la relation se forme bien trop vite. Cependant, je pourrais pardonner cela si on ne prenait pas en compte la sexualisation très importante du personnage. On aurait apprécié que la série Earth One profite d'être en dehors de la continuité pour réinventer les personnages et critiquer la sexualisation des personnages féminins. Ce n'est pas ce qui a été fait ici.


    ** 
    *** 
    **** En baisse de qualité
    *****

    Image : Éditeur

  • La ligue des justiciers: nouvelle génération saison 3 / Young Justice saison 3

    Quelques années ont passé depuis l'invasion des Reach et leur défaite. Quelques jours après, Dick Grayson a quitté l'équipe pour travailler seul, ne pouvant pas y rester à la suite de la mort de Wally West. Les autres membres de l'équipe ont grandi, évolué voire formé des familles ou des couples stables. Certain.e.s sont à la tête de l'équipe ou de la Ligue des justiciers. Mais cette dernière a de plus en plus de mal à agir. Lex Luthor, maintenant Secrétaire général à l'ONU, fait tout pour empêcher légalement les actions des membres de la Ligue. Peut-être faudrait-il agir dans l’ombre ?

    SPOILERS

    Je ne pensais pas revoir cette série un jour. Puis elle revint sous la forme d'une saison 3 de 26 épisodes (qui devrait être suivie d'une saison 4). Bien que cette nouvelle saison se déroule plusieurs années après la 2 on reprend les problèmes connus auparavant. La Ligue est toujours en guerre contre la Lumière, formée des personnes les plus dangereuses de la Terre. La question que pose cette saison concerne la manière de lutter contre une organisation international illégale. Faut-il agir publiquement au risque de violer des lois mais de recevoir l'accord de la population. Ou faut-il agir dans l'ombre, manipulant événements et personnes dans un but futur ? La série ne va pas complètement au bout de ce questionnement, préférant l'action à la réflexion. Personnellement, j'aurais préféré plus d'épisodes questionnant l'éthique des actions cachée de la Ligue.

    Bien que la série ne permette pas totalement de répondre à ses questions, elle prépare la suite. On comprend mieux comment fonctionne la Lumière et son lien avec Darkseid. Les antagonistes sont toujours aussi dangereux, connaissant même des secrets bien gardés des membres de la Ligue. On peut tout à fait croire aux échecs des héros et héroïnes dans ce contexte. De plus, cette saison ajoute aussi de nombreux nouveaux personnages. Illes ne sont pas toujours développés et une bonne partie ne sera connue que des personnes qui lisent ou suivent l'actualité des comics. Mais les personnages qui sont réellement développés sont intéressant, sans toujours être sympathiques.

    Bien entendu, la saison 3 annonce la 4 avec la vision d'un anneau de la Légion. Personnellement, j'apprécie toujours autant de regarder cette série qui sait jongler entre action et émotion intime et je pense apprécier la future saison 4.


    ** 
    *** 
    **** J'aurais préféré que la série s'intéresse bien plus aux questions éthiques des choix de ses personnages mais ça ne m'a pas empêché de l'apprécier
    *****

    Image : Site officiel

  • Batwoman

    Gotham a perdu le Batman. Depuis sa disparition la police travaille avec une organisation privée : Crow Security. Celle-ci s'occupe de la protection des personnes les plus riches de Gotham en leur offrant des voitures blindées et des barrières de protection. La ville est donc divisée entre riches et pauvres avec une milice privée entre les deux. Sur pression du commandant de la milice, Jacob Kane, le batsignal est sur le point d'être éteint définitivement. Mais la ville n'est pas d'accord. Pire, un nouveau gang en profite pour attaquer la ville permettant à quelqu'un de nouveau de porter le manteau du Batman : Batwoman.

    SPOILERS

    Certes, la série met en avant des vilains hebdomadaires dans 20 épisodes. Mais ces aventures sont surtout un moyen, pour la série, de parler de la famille Kane. En effet, les personnages principaux sont forcés de combattre entre elleux. Jacob Kane veut vaincre Batwoman et tuer Alice. Kate Kane veut sauver Alice et travailler avec son père que ce soit en tant qu'elle-même ou en tant que Batwoman. Et Alice veut se venger de son père, Jacob, et se rapproche de sa sœur Kate. Ce drame familial est particulièrement réussi lorsqu'on suit la prestation de l'actrice qui joue Alice : Rachel Alice Marie Skarsten.

    En dehors de cela, la qualité de la série est variable. On ne croit pas toujours aux différents personnages qui sont mis en avant ni en certains des événements. Ce qui m'ennuie le plus est l'absence de résolution. Cette première saison semble être une sorte d'introduction à la suite de la série. Malheureusement, Ruby Rose a décidé d'abandonner son rôle de Batwoman au sein de celle-ci. Je me demande comment les scénaristes vont réussir à donner du sens à des intrigues qui se concentrent fortement sur la famille Kane avec l'arrivée d'une nouvelle Batwoman pour la saison 2. J'espère aussi que celle-ci ne subira pas l'ombre de la première Batwoman pour le reste de la série. Bref, on peut se poser beaucoup de questions en ce qui concerne le destin de cette série de la CW.

    *
    ** 
    *** Une série de qualité variable, il faudrait surtout savoir ce qu'elle va devenir
    **** 
    *****

  • Green Lantern: Earth one 2 par Gabriel Hardman et Corinna Bechko

    Titre : Green Lantern : Earth one 2
    Auteur.e.s : Gabriel Hardman et Corinna Bechko
    Éditeur : DC 11 aout 2020
    Pages : 144

    Il y a trois ans Hal Jordan a découvert un vaisseau alien. À l'intérieur se trouvaient un alien, un robot et une lanterne avec un anneau. Après l'avoir mis au doigt, Hal Jordan apprend que cet anneau fut le symbole d'une force de l'ordre imposée à la galaxie avant que tous les Lanternes ne soient éradiqué.e.s par les robots nommés Manhunters. Trois ans plus tard, la Terre se prépare à entrer au sein des espèces de la galaxie à l'aide d'un premier contact diplomatique. Mais certaines personnes ne sont pas en faveurs de cette ouverture. L'arrivée de personnes qui possèdent un anneau jaune et qui prétendent être lié à l'un des gardiens originaux n'aide pas à créer de l'ordre.

    SPOILER

    J'avais bien aimé le premier volume de cet Earth One Green Lantern. Il adaptait bien le personnage à un contexte différent, le rendant plus agréable et moins arrogant tout en gardant certains fondamentaux. Ce second volume a la lourde tâche de construire sur ce que le premier volume annonce tout en pouvant être lu sans avoir de suite. D'une certaine manière il y réussit. On se rend compte que l'univers a changé sans être totalement différent tout en donnant des informations sur le gardien et son lien avec les technologies des lanternes et des manhunters.

    Ce qui rend ce second tome moins intéressant n'est donc pas son univers mais son écriture. En effet, tout est trop rapide. On nous montre la Terre avec l'annonce de factions aux buts différents mais on ne sait toujours pas d'où elles proviennent ni la raison de leur existence. Puis on doit faire avec l'arrivée des Yellows Lanterns qui sont presque immédiatement annoncé comme une menace. J'aurais apprécié que celle-ci soit décrite plus longuement avec une période de questionnement, comme le choix de certain.e.s Green Lanterns semblait l'annoncer. Et avant même que nous puissions nous questionner sur la moralité des personnages la fin du comics est là. Un peu plus de temps pour présenter les différents éléments aurait permis de rendre ce second volume plus intéressant.

    *
    ** 
    *** Des idées intéressantes mais pas assez de pages pour les décrire
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Arrow saison 8

    Oliver Queen est le Green Arrow. Alors qu'il a commencé sous le surnom de Hood après avoir disparu 5 ans il a passé 8 ans à se reconstruire passant d'un tueur en série à un véritable héros. De solitaire il est devenu le leader ou l'allié de nombreuses autres personnes aussi bien dans sa ville que dans d'autres villes voire d'autres réalités. Mais cette saison 8 confronte Oliver Queen et ses allié.e.s à une crise annoncée depuis longtemps. Une crise qui menace l'entier de la réalité et à laquelle Oliver Queen ne pourra pas survivre. Il le sait et l'accepte. Il décide de se concentrer sur les moyens de sauver tout le monde.

    SPOILERS

    Arrow est la première série de l'arrowverse à se terminer (Supergirl et Black Lighning vont suivre). C'est la série qui a lancé cet univers partagé avec Flash, Legends, Back Lightning et Supergirl. Elle n'a pas toujours été de haut niveau. Les meilleures saisons sont celles qui confrontent Oliver Queen à son passé et à ses choix. Cette dernière saison est un peu amère. En effet, le Blu-ray ne contient pas tous les épisodes de la Crise. Ce qui nous empêche de bien comprendre les événements. De plus, certaines pistes ne seront jamais résolues. En particulier, il semblerait que le spin off, Green Arrows and the Canaries, pourrait ne jamais voir le jour. Je suis aussi très déçu par l'absence de Felicity dont la présence uniquement au dernier épisode me semble poser un problème.

    Cependant, la série réussit à se terminer sans trop de problèmes. Les premiers épisodes permettent à Oliver Queen d'accepter sa mort et de revoir certains personnages. La crise termine son histoire. Et les deux derniers épisodes permettent de marquer son importance dans l'arrowverse. La fin, en particulier, permet à nouveau d'inscrire les personnages dans un univers partagé. Ce qui pourrait impliquer leur retour dans le futur sous une forme ou une autre.

    *
    **
    *** Une fin imparfaite mais dans la continuité du style de cette série
    ****
    *****

  • Batman Curse of the White Knight par Sean Murphy, Klaus Janson et Matt Hollingsworth

    Titre : Batman Curse of the White Knight
    Auteurs : Sean Murphy, Klaus Janson et Matt Hollingsworth
    Éditeur : DC 15 septembre 2020
    Pages : 272

    Ce volume contient Batman Curse of the White Knight 1-8 ainsi que Batman White Knight presents Von Freeze. Le Joker a réussi à redevenir sain d'esprit, du moins pour un temps. Sous son identité réelle, Jack Napier, il est entré en politique afin de réformer la ville et de lui permettre de vivre sans le Batman. Ce dernier a lutté de toutes ses forces jusqu'à être obligé d'accepter les conclusions du Joker : son combat n'est plus en faveurs des habitant.e.s de Gotham mais contre elleux. Batman White Knight se terminait sur la promesse de Bruce Wayne d'abandonner son identité secrète pour mieux travailler avec la police et la ville. Mais Napier avait aussi exprimé une théorie du complot. Un contrôle de la ville par un groupe d'élites. Si ce groupe existe vraiment la fin du Batman n'est pas dans leurs intérêts.

    SPOILERS

    Ce comics nous parle du Batman, comme le premier volume. Le Batman y est tout aussi fort que dans les comics de l'univers DC mais il y est aussi bien plus fortement critiqué. Dans le premier volume, ses actions conduisaient à de nombreux dégâts. Dans celui-ci, Bruce Wayne comprend que les dégâts vont bien plus loin. En abandonnant son identité civile il a laissé son entreprise profiter des destructions, même s'il paie lui-même les dégâts. Le Batman a aussi changé. Il est passé d'une aide bienvenue à une armée capable de lutter contre tout ce qui peut lui arriver et de prendre le contrôle de la ville entière sans jamais pouvoir être contesté. Ainsi, il est normal que ce comics marque la fin du Batman et son entrée en prison. Car si le Batman devient un danger pour la ville il trahit son but : faire de Gotham une meilleure ville.

    Ce comics est aussi une affaire de famille. On en apprenait bien plus sur la famille Wayne, reliée à un ancien scientifique nazi, dans le premier volume. On apprend bien plus sur le passé de la famille Wayne dans ce volume. Ce passé justifie le combat entre Bruce Wayne et Azrael. Ce combat est une vengeance face aux actions de leurs ancêtres aux débuts de la ville. En dehors de la famille, et de ce qu'elle implique pour l'identité du Batman, il y a une famille choisie. Celle que Bruce Wayne essaie, et échoue, à créer autour de lui avec les deux Robins et Batgirl.

    *
    **
    ***
    **** Une très bonne suite qui est moins basée sur la politique que le premier volume mais qui réussit à être tout aussi intéressante et se concentrant sur le Batman et le passé de la famille Wayne
    *****

    Image : Éditeur

  • Titans saison 2

    TW : mention de viol, abus physiques et psychologiques sur enfants, violences policières

    Dick Grayson, Rachel et Kory se sont réunis afin de comprendre comment stopper l'arrivée d'un personnage capable de détruire la Terre à lui tout seul. Illes sont aidé.e.s par d'anciens membres des Titans et le nouveau Robin: Jason Todd. Leur combat ne passe pas inaperçu pour les autorités. Il semble permettre de relancer un groupe oublié depuis des années après un événements traumatisant pour tout le monde. Dick Grayson pense qu'il est temps pour les Titans de se réunir à nouveau. Mais il cache le passé aux nouveaux membres du groupe tandis que les anciens membres ne veulent pas réellement rester. Pire encore, le retour des Titans semble annoncer le retour de leurs anciens ennemis : Le Docteur Light et surtout Deathstroke.

    SPOILERS

    La première saison n'était pas ratée mais elle n'était pas non plus une grande réussite. Surtout, elle se terminait sur un cliffhanger qui ne se résout que dans le premier épisode de la saison 2. Personnellement, j'ai trouvé cette résolution assez peu intéressante face à un ennemi considéré comme tout puissant. Heureusement, le nouvel ennemi est bien plus intéressant. En effet, il permet de poser la question du passé des Titans mais aussi de leurs relations et des choix qui ont été fait. Personne ne considère être innocent dans ce qui s'est déroulé et Dick Grayson se pense le plus coupable de tous, même si sa tendance à l’autoflagellation est un peu frustrante.

    À l'aide de Dick Grayson se pose la question de la famille. Certes, il a souffert de ce que lui a donné Bruce Wayne et les Titans ne sont pas restés ensemble. Mais leur lien permet un soutien mutuel entre différentes personnes qui ont vécus des traumatismes importants et qui essaient de se reconstruire. Illes peuvent échouer de temp en temps, le soutien des autres leur permet de tenter de revenir à la lumière. L'ajout de nouveaux membres aussi bien comme flashback que dans le présent permet de concrétiser cette idée de famille. Personnellement, j'espère que cette nouvelle version des Titans et de Dick Grayson permettra de créer une série un peu plus lumineuse.

    *
    **
    *** Une série qui s'améliore
    ****
    *****

  • Superman: Red Son

    Superman Red Son est l'un de mes comics préférés. Il réussit à expliquer qui est Superman tout en créant un magnifique hommage à l'histoire des comics aussi bien par les personnages que par la façon de dessiner les cases. Que DC ait décidé d'en faire une adaptation animée n'est pas étonnant. Mais celle-ci est-elle réussie ? Superman Red Son part sur un prémisse simple. Au lieu du Kansas, la fusée de Superman est tombée en Ukraine. Superman ne connait pas ses pouvoirs jusqu'à ses douze ans. Il reste chez lui avant de déclarer ses capacités à l'état soviétique et de devenir le nouvel homme fort du pays, un moyen de gagner la guerre froide face à un monde capitaliste médusé.

    SPOILERS

    L'adaptation doit, bien entendu, modifier certaines choses parfois en bien parfois non. Ainsi, la relation avec Diana est bien plus intéressante. On passe outre l'inutile romance secrète pour créer une relation d'amitié d'égale à égal, tout en notant qu'une île remplie de femmes n'est probablement pas très hétérosexuelle... J'ai aussi apprécié la relation plus sympathique entre Lois et Lex alors que le comics montrait ce dernier comme un être sans cœur. Il est, d'ailleurs, bien plus sympathique dans ce film. Le faux Superman est aussi remis à jour pour englober la politique actuelle aux États-Unis, ce qui ne le rend pas sympathique du tout.

    J'ai beaucoup moins apprécié les changements subis par Superman. Non seulement il a un accent horrible mais sa caractérisation est très différente. Dans le comics, il refuse d'envahir les pays mais les accepte, sur demande, au sein du monde soviétique. Ce qui ne l'empêche pas de faire des choses discutables envers les opposant-e-s. Dans l'adaptation, il est bien plus guerrier voir meurtrier au nom du bien commun. En fait, le film semble vouloir tout faire pour éviter de créer une sympathie envers l'utopie communiste tout en critiquant un peu l'utopie capitaliste, mais pas trop. L'histoire originale y perd en subtilité.

    *
    **
    *** Trop simplifié
    ****
    *****

    Image : Site officiel

  • Black Lightning saison 2

    Black Lightning et sa famille sont finalement saufs. Illes ont vaincu une opération illégale d'une agence fédérale. Une opération qui utilisait le trafic de drogue afin de conduire des expérimentations sur la population noire de la ville de Freeland. Mais la ville et l'école de Garfield ne sont pas encore sauvées. Après que l'opération fut connue par le public un nombre de plus en plus important de jeunes reçurent des pouvoirs et furent confrontés à une police peu compréhensive. L'école, elle, doit survivre après l'attaque qu'elle a subi en l'absence de son proviseur, occupé à être Black Lightning. Mais surtout, Tobias Whale est encore dans la nature et il possède un outil qui pourrait lui permettre de contrôler les méta-humain-e-s.

    SPOILER

    Cela était déjà le cas lors de la première saison et continue lors de cette seconde saison, la communauté est très importante dans cette série. Lors de la première saison on l'observait via l'église locale qui permet de relier les familles en besoin. Là encore, cette église s'occupe des personnes qui ont besoin d'aides. C'est elle qui trouve les fonds nécessaires pour combattre le gouvernement en justice. C'est aussi elle qui contrôle la clinique gratuite de la ville. Et c'est elle qui contrôle et pacifie la population. Cette communauté se trouve aussi au sein de la famille des Pierce, de Black Lightning. Même lorsque les membres ne sont pas en accord la série fait en sorte de les réunir afin de permettre une entraide et un soutien mutuel. S'il y a bien un message que je ressens dans cette série c'est l'importance des liens familiaux, des lieux d'amitiés et des liens communautaires.

    Bien que les points positifs de la première saison soient toujours présents - j’adore la manière dont est incarné et écrit Tobias Whale qui garde une impression de puissance et de menace tout au long de la saison - je déplore que la saison s'intéresse moins à l'école Garfield. Les intrigues autours de cette école permettait de montrer l'importance de l'éducation. Mais cela allait plus loin. On nous montrait de quelle manière une école peut être instrumentalisée pour contrôler et pénaliser des jeunes. Alors que la première saison montrait un principal qui refusait cette logique la seconde saison montre un principal qui met immédiatement en place des détecteurs de métaux et des gardes armés tout en imposant une politique de tolérance 0. Bien que la série montre les aspects de racisme que cela implique, elle ne peut aller loin car l'école disparait presque totalement de cette seconde saison. C'est, à mon avis, dommage.

    *
    **
    ***
    **** Une seconde saison tout aussi intéressante que la première mais qui s'intéresse trop à mettre en place une saison 3.
    *****

    Image : IMDB

  • Arrow saison 7

    Oliver Queen est enfin dans le lieu qui lui correspond le plus. Après avoir considéré sa ville comme son champ de tir personnel. Après des années de meurtres et de destruction. Il a accepté de se rendre au FBI. Il est immédiatement emmené dans une prison Supermax, après que Ricardo Diaz ait perdu le contrôle de la ville. Mais ni Oliver Queen, ni sa famille et encore moins Star City ne sont sauvées. Après la catastrophe que fut le contrôle criminel de Ricardo Diaz sur les membres les plus hauts placés de l'administration la confiance de la population envers les institutions est à son plus bas. Oliver, lui, essaie d'éviter les problèmes. Mais plusieurs des prisonniers souhaitent s'en prendre à lui et annoncer avoir tué le Green Arrow.

    SPOILER

    Oliver Queen et son équipe ont agi sans prendre en compte les lois ni les procédures. Certes, illes ont sauvé la ville et le monde à plusieurs reprises. Mais cette saison montre qu'il est important de suivre les procédures et de justifier ses actions devant le peuple. Oliver Queen et les membres de son équipe doivent, à plusieurs reprises, parler publiquement de leurs actions et des problèmes impliqués. Enfin, Oliver Queen arrête de mentir et dit tout. Il est particulièrement intéressant que l'équipe devienne une partie intégrale de la police. Malheureusement, les auteur-e-s ont rapidement oublié ce point pour recréer une dynamique plus secrète. J'aurais apprécié une critique plus intense des gens qui prennent la justice entre leurs mains sans prendre en compte les procédures.

    Cette septième saison est aussi un moyen pour la réalisation de préparer la fin de leur série. La huitième sera la dernière et se déroule sur seulement 10 épisodes. Depuis l'arrivée d'Arrow, plusieurs autres séries sont entrées dans le même univers mais c'est Arrow qui l'a rendu possible. Il y a donc un effort de marquer la fin et la continuité. La réalisation marque la continuité à l'aide d'Emiko, la sœur d'Oliver. Leur père ayant trompé la mère d'Oliver avec une autre femme. Emiko est aussi furieuse que le fut Oliver au début et on apprend, au fil de la saison, qu'elle est responsable de plusieurs des problèmes que connu Oliver durant sa vie, en premier lieu de la mort de son père. Mais aussi continuité par le passage du rôle de protection à d'autres personnages, passage que l'on retrouve dans les flash forwards mais en direction des enfants d'Oliver et de Felicity.

    *
    **
    *** Des idées intéressantes mais que la réalisation ne développe pas à leur terme, dommage.
    ****
    *****

    Image : IMDB

  • Wonder Woman by Greg Rucka 3 par Greg Rucka, Cliff Richards et Ray Snyder

    Titre : Wonder Woman by Greg Rucka 3
    Auteurs : Greg Rucka, Cliff Richards et Ray Snyder
    Éditeur : DC 7 aout 2019
    Pages : 296

    Ce volume 3 contient Wonder Woman 218-226 et Blacker night: Wonder Woman 1-3. Depuis son arrivée Wonder Woman est l'ambassadrice des Amazones. Cela a impliqué la création d'une ambassade et d'un statut spécifique qui puisse accepter ses activités de membre de la Ligue de Justice. Mais bien qu'elle soit une guerrière sa mission concerne avant tout la paix et l'harmonie. Ses idées n'ont pas toujours été comprises mais se sont retrouvées sur la place publique. Cependant, une crise approche pour le monde et les Amazone. Et Wonder Woman pourrait bien y perdre sa mission.

    SPOILERS

    Greg Rucka a mis un grand nombre d'éléments en cours lors de son run. Wonder Woman est une membre de la Ligue de Justice, une ambassadrice, une championne d'Athéna et une autrice. Greg Rucka a tenté de montrer de quelle manière Diana joue sur ses différents rôles pour offrir son message, et celui des Amazones. Cela a impliqué de mettre en avant les relations diplomatiques avec les Etats-Unis mais aussi la réception de ses essais. De plus, Greg Rucka avait mis en place des intrigues divines mais aussi plus humaines. En particulier, certains personnages allaient probablement changer de direction et montrer la difficulté pour Diana de parler à tout le monde.

    Ce dernier volume est bien écrit. Malheureusement Greg Rucka doit inscrire son run dans deux événements qui change en grande partie ses plans. Le volume donne l'impression que l'auteur a dû écourter, modifier voire annuler certaines idées et donc n'arrive pas à terminer son intrigue comme il le souhaitait. Cependant, il réussit tout de même à intégrer son discours au sein du premier événement. Ainsi, Wonder Woman, après avoir assassiné Maxwell Lord, se rend au tribunal de la Hague afin de subir un procès. Mais celui-ci n'aura pas lieu. Le lien avec Blackest Night, bien que loin d'être mauvais, manque aussi de profondeur face au reste du run de Greg Rucka. Ce dernier volume est donc bon mais aussi en demi-teinte puisqu'on a l'impression de ne pas avoir la fin qui était prévue à l'origine.

    *
    **
    ***
    **** Loin d'être mauvais ce dernier volume donne l'impression de ne pas être ce que l'auteur souhaitait à l'origine.
    *****

    Image : Éditeur

  • Harleen par Stjepan Sejic

    Titre : Harleen
    Auteur : Stjepan Sejic
    Éditeur : DC 11 février 2020
    Pages : 208

    Ce volume contient Harleen 1-3. Dr. Harleen Quinzel est une jeune chercheuse qui tente de prouver une de ses thèses majeures. Selon elle, la vie au sein d'un contexte violent pourrait mettre à mal la capacité d'empathie. Bien qu'elle vive à Gotham, il est difficile d'avoir accès aux personnes nécessaires pour prouver son idée. Heureusement pour elle, Bruce Wayne décide de la financer. Elle doit immédiatement déménager à Arkham afin de débuter une série d'interview de criminels considérés comme particulièrement dangereux. Dans ces couloirs elle fera la connaissance d'un criminel qui n'a jamais laissé personne le comprendre : le Joker.

    SPOILERS

    J'entends parler de ce Harleen de Stjepan Sejic depuis quelques temps et j'ai un peu hésité à me le procurer. Mais les critiques dithyrambiques lues sur internet m'ont convaincu. Et, à mon avis, ce fut un bon choix. L'objet même est beau. Une couverture cartonnée noire sur laquelle Harley Quinn est dessinée avec une fourre plastique sur laquelle on retrouve le même dessin mais masqué. L'intérieur est assez grand pour donner toute sa force aux magnifiques planches de l'auteur. Il m'est difficile de dire lesquelles sont mes préférées car rares sont les planches qui m'ont laissé de marbre. J'ai presque envie de posséder une version sans lettrage afin de mieux admirer l'art de Stjepan Sejic.

    Bien que ce comics s'intéresse à Harley Quinn il est intéressant que son destin soit mêlé à celui d'Harvey Dent. Les deux s'intéressent aux criminels mais là où l'une souhaite les aider le second pense qu'illes sont au-delà de toute aide et veut uniquement les enfermer définitivement. Bien entendu, le destin des deux personnages joue autours de la thèse du Joker qui considère que l'humanité est constituée de monstres enfermés par un vernis de moralité.

    Même si Harvey Dent se trouve dans une trajectoire parallèle à celle d'Harley Quinn c'est cette dernière qui nous est présentée dans sa tragédie. Le personnage nous est d'abord montré souffrant de stress post-traumatique après une première rencontre avec le Joker et le Batman. Puis, elle est fatiguée par les jeux du Joker qui ne fait que mentir afin de s'entendre parler. Enfin, une fascination se forme petit à petit. On observe Harley Quinn perdre progressivement pied professionnellement et personnellement alors qu'elle se rapproche de plus en plus du Joker. Ce qui fait la force de Stjepan Sejic est qu'il montre à quel point elle est consciente du danger mais qu'elle n'arrive plus à s'arrêter, en particulier à cause de sa solitude et de son envie d'aider les gens. Comme il est écrit dès les premières pages, l'enfer est pavé de bonnes intentions, qui mènent Harley Quinn en direction d'une personnification du mal.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un chef d'œuvre

    Image : Éditeur

  • Titans

    CW : Torture, mention d'abus sexuels, mention de violence parentale, mention de violence conjugale

    Les adaptations de DC ne sont pas une réussite ces dernières années, du moins au cinéma. En ce qui concerne la CW, elle a créé un univers partagé avec plusieurs séries qui sans être révolutionnaires sont assez bonnes. Mais en 2018 DC a annoncé la création de nouvelles séries plus sombres. Titans est la première. Les personnes qui, comme moi, ont regardé Teen Titans savent que le nom implique une équipe autours de plusieurs personnages adolescents. Robin, Raven, Beast Boy, Cyborg et Starfire sont les membres de la série animée. Mais cette série est bien plus violente et ne possède rien de l'humour de la série animée. L'équipe n'est même pas réellement constituée. On commence alors que Dick Grayson a abandonné Batman depuis un an. Il essaie de créer une vie en tant que détective à Detroit. Mais un jour il doit enquêter sur une adolescente : Rachel Roth. Celle-ci est impliquée dans plusieurs meurtres et de nombreuses personnes semblent vouloir la capturer.

    SPOILER

    La première chose à dire concerne l'ambiance de la série. Elle est sombre, dans le sens facile du terme. La réalisation a voulu nous montrer une ambiance adulte en nous empêchant de voir la plupart des scènes filmées dans la série. La photographie est rarement lumineuse et tout est fait pour que l'on ne voie pas bien les personnages ou les costumes. Il est vrai que certains effets ne sont pas extrêmement réussis. La réalisation joue aussi sur la violence et en particulier le sang. Ce dernier coule à flots. Les combats sont montrés dans toute leur brutalité, en particulier lors du dernier épisode. On peut difficilement apprécier les actions des personnages principaux sans les antagonistes qui sont bien pires...

    La série pose la question de l'identité. Tous les personnages principaux ont un problème d'identité à résoudre. Dick Grayson ne veut plus être Robin mais il n'arrive pas à se défaire de cet alter ego. Il a surtout peur de sombrer dans la noirceur comme Batman semble l'avoir fait. Il a peur de ce que Robin peut le pousser à faire en matière de violence. Kory n'a aucune mémoire de son passé et ne comprend pas son lien avec Rachel. Garth est perdu entre l'animalité et l'humanité ce qui pourrait le pousser à perdre le contrôle sur ses émotions et devenir animal. Enfin, Rachel ne connait pas ses parents. Elle est manipulée par tout le monde et ne sait pas en qui faire confiance. D'autant qu'elle est hantée par une version peu sympathique d'elle-même. Ces personnages principaux sont entourés de personnages secondaires qui ont essayé, échouent ou ont réussi à comprendre leur identité et à trouver un autre moyen que la violence pour résoudre leurs problèmes.

    Il est dommage que cette courte saison, 11 épisodes, se termine sur un cliffhanger. Toute la saison pose la menace du père de Rachel, Trigon, et des personnes qui lui vouent un culte. Mais dès qu'il apparait la saison se termine sans résoudre l'intrigue nous forçant à suivre la seconde saison.

    *
    **
    *** Sans être aussi mauvaise la série est un peu brouillonne et surtout en conclut pas son intrigue. Je déplore aussi une vision simpliste de ce que devrait être une série "adulte." La réalisation se contente de la violence et d'une image sombre.
    ****
    *****

    Image : Site officiel

  • Birds of Prey: And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn

    Birds of Prey : And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn débute après le très oubliable, mais malheureusement existant, Suicide Squad. Harley Quinn commence par résumer l'histoire de sa vie afin de la mener jusqu'au présent. Elle n'est plus avec le Joker et, malgré sa tristesse, elle essaie de se construire une nouvelle vie dans la belle ville de Gotham. Malheureusement, l'annonce tonitruante de son célibat permet à toutes les personnes qui la détestent de s'attaquer à elle sans risquer la colère du Joker. Alors que la ville entière essaie de la tuer elle fait la connaissance de Cassandra Caines, une jeune femme dont la capture vaut 500 000 dollars.

    SPOILERS

    Birds of Prey : And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn est un film que j'attends depuis un moment. J'apprécie beaucoup le travail de Margot Robbie et j'espérais qu'elle pourrait y mettre tout son talent et surtout ses souhaits. Selon mes impressions, il semblerait que la production a pu s'amuser. Le film joue avec les couleurs et la nourriture sans complexes tandis que les actrices portent des costumes tous plus réussis les uns que les autres. Harley Quinn est particulièrement flamboyante dans des tenues qui vont parfaitement au personnage et à son tempérament. Ce film donne l'impression d'être porté par une ambiance de travail et de création qui a permis aux membres de l'équipe d'apprécier ce qui était en train d'être construit.

    Ce film est construit d'une manière un peu étrange. Les flash backs sont nombreux et les personnages se tournent autours sans toujours se rencontrer, jusqu'au moment final qui permet à chacune d'entre-elles de collaborer dans un but précis face à une armée d'hommes. Toutes les femmes de ce film essaient de s'émanciper d'une forme de tutelle masculine. Harley Quinn apprécie la protection du Joker et elle est tentée, à plusieurs reprises, de trouver un autre protecteur. Ce n'est qu'au fil du temps qu'elle comprend qu'elle a la capacité d'agir seule. Renée Montoya est une détective dont toutes les réussites sont volées par un collègue. Dinah Lance essaie de survivre à Black Mask. Huntress, elle, souhaite se venger des hommes qui ont détruit sa famille. Ce n'est que lors du final, lorsqu'elles s'allient, qu'elles sont à la fois capables de s'entre-aider et de prendre la décision de s'affranchir des figures masculines de leur entourage. Ce changement est dépeint d'une manière positive puisqu'il permet à chacune non seulement un nouveau départ mais surtout une meilleure vie. Ce changement est construit au film du film justement par sa construction qui commence par diviser avant d'unir les personnages.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** J'ai adoré ce film à la fois bien écrit, bien réalisé, drôle et intelligent. Je pourrais le revoir de nombreuses fois avec un grand plaisir !

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Supergirl saison 4

    La vie n'a jamais été aussi belle pour Supergirl. En l'absence de son cousin, Superman, elle a pris le manteau de protectrice de la Terre. Le monde entier l'apprécie et la remercie de ses actions. Il semble que jamais les monde ne fut plus prêt à accepter toutes les différences et d'entrer dans un âge de tolérance. Mais J'onn J'onzz doute. Alors que les autorités semblent aveugles, il observe des actes de violence visant précisément les personnes que l'on sait être des aliens. Un backlash semble être imminent. Petit à petit, un groupe commence à se constituer afin d'expulser les aliens. Mais qui est capable d'organiser un tel groupe en si peu de temps ?

    SPOILERS

    Dès la première saison, et surtout lors de la saison 2, Supergirl est une série inscrite dans les événements contemporains. Celle-ci se plaçait résolument en faveurs des droits des minorités, en particulier immigrantes, en s'attaquent à la haine et à la peur. Cette saison 4 est encore plus inscrite dans cette histoire puisqu'elle met en scène des groupes suprémacistes humains armés et organisés sous forme de milice qui s'attaque à de simples personnes. Ces groupes sont, petit à petit, considérés comme légitime par un pouvoir présidentiel qui joue de la peur et de la haine afin d'augmenter son pouvoir. La série essaie aussi d'expliquer comment on peut se mettre à haïr la différence. Lors d'un épisode, elle montre tout ce qu'a perdu l'un des antagonistes. Il perd son héritage, sa maison et son travail. Bien entendu, une partie de ses échecs est dû à ses propres actions mais une grande partie est dû au système financier. Au vu du ton de la série, que l'antagoniste soit un homme blanc hétéro et marié n'est sûrement pas un hasard.

    De plus, la série se place résolument en faveurs de la presse. Bien que Kara réussisse plusieurs combats en tant que Supergirl la victoire n'est possible que par ses talents de journalistes. Plusieurs événements clés de la saison dépendent de moments de journalisme et un grand nombre de personnages défendent la nécessité de journaux indépendants et capables d'investigation afin de contrer un pouvoir gouvernemental trop important ou de contrer des groupes basés sur la propagation de la haine. Malheureusement, la série fait l'erreur de considérer le journalisme comme une simple présentation des différentes manières de lire la réalité. Cette idée qu'il suffit de présenter les deux termes d'une histoire afin de faire du bon journalisme oublie la nécessité d'enquêter afin de trouver la vérité et de l'imposer aux personnes qui usent du mensonge.

    Enfin, la série défend une diversité face aux personnes qui souhaitent le règne de ce qu'illes nomment la "normalité". Nous avions déjà Alex, lesbienne qui tente de devenir une mère célibataire, et plusieurs aliens qui prennent une place importante dans la série. Mais cette saison introduit Nia Nal, une femme transgenre incarnée par Nicole Maines. Nia Nal est souvent au centre de développement idéologique par la défense non seulement d'actions immédiates contre les actes de haines, même déguisés en tant que blagues, mais aussi par sa défense de la nécessité de l'union face aux actes de haines. Elle n'hésite pas à s'attaquer aux autorités si celles-ci deviennent dangereuses pour les personnes qu'elle souhaite défendre.

    *

    **

    ***

    **** Une série imparfaite, certes, mais qui semble prendre au sérieux son propos.

    *****

    Image : IMDB