Gondolindrim's Stories - Page 2

  • Luca

    Luca et Alberto sont amis. Ils sont jeunes. Ils se rencontrent en plein été. Ils passent leur temps à vivre des aventures seuls sur une île. Ensemble, ils rêvent de se construire ou de s'acheter une Vespa afin de parcourir le monde. Il se trouve qu'une course locale leur permettrait de gagner assez d'argent afin de s'acheter une Vespa d'occasion. Pour avoir des chances, ils entrent dans l'équipe de Giulia. Mais il y a deux problèmes. Premièrement, un adolescent local gagne toujours et fait tout ce qu'il peut pour effrayer ses concurrent.e.s. Deuxièmement, Luca et Alberto cachent qu'ils sont des monstres des mers ayant adopté une apparence humaine.

    SPOILERS

    Ce film aurait pu ne pas avoir trop d'ambitions. Il aurait très bien pu se contenter de parler de l'enfance. Du dernier été avant l'adolescence. Tout y est, des ami.e.s, des ennemis, une quête pour gagner de quoi entrer dans un début de monde adulte. Mais beaucoup de personnes y ont vu bien plus. Luca et Alberto peuvent être pensés comme des amis proches. Ce sont aussi deux garçons qui doivent cacher leur identité dans un contexte de danger pour eux, qui craignent de perdre familles et ami.e.s s’ils disent qui ils sont réellement. Le parallèle est évident et a été fait par de nombreuses personnes. Même si ce n'est pas voulu, ceci permet plusieurs niveaux de lecture et permet à ce film d'être plaisant et d'être aussi un film de première romance.


    ** 
    *** 
    **** Beau, émouvant
    *****

    Image : IMDB

  • Doctor Strange in the multiverse of madness

    Stephen Strange a récemment touché au multiverse lors d'un incident avec Spider-Man. Mais il ne connait que peu de choses sur les dangers impliqués. Quelques temps plus tard, il sauve une jeune femme d'un monstre. Cette jeune femme se nomme America Chavez. Elle possède la capacité de traverses les univers à volonté et un être souhaite la capturer afin de voler son pouvoir et de prendre le contrôle de tous les univers. Strange n'hésite pas. Malgré les dangers il décide d'aider America Chavez. Mais est-il la personne adaptée pour sauver une vie face à la possibilité de millions de morts ?

    SPOILERS

    Ce n'est clairement pas le meilleur Marvel a avoir été créé. La réalisation me semble tout simplement suivre un cahier des charges sans jamais tenter de réellement sortir des limites imposées par Disney. L'idée, intéressante, d'un Strange qui réfléchit sur lui-même et les conséquences de ses choix en observant ce qui arrivé à ses alter ego n'est pas assez utilisée. Ces moments ne permettent que de créer du fan service qui n'aura pas de conséquences vu que les personnes intégrées au multivers meurent quasiment immédiatement.

    Je déplore aussi le choix de l'ennemi de ce film. Wanda subit toujours ses choix lors de sa propre série. Plutôt que de développer le trauma de la perte de ses enfants, de son mari et des actes qu'elle a commis contre des innocents le film en fait une nouvelle menace. Il n'y a que lors d'une unique scène que l'on comprend que Wanda est victime de sa propre magie et qu'elle ne contrôle pas réellement ce qui lui arrive. Pourtant, Strange n'essaie ni de la sauver ni de l'aider. Wanda est personnage abandonné par ce film. C'est aussi le cas d'America Chavez qui n'est pas utilisée dans tout son potentiel.


    ** 
    *** L'impression d'un gâchis
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • Le monde chinois 1. De l'âge du bronze au Moyen Âge. 2100 avant J.-C. - Xème siècle après J.-C. par Jacques Gernet

    Titre : Le monde chinois 1. De l'âge du bronze au Moyen Âge. 2100 avant J.-C. - Xème siècle après J.-C.
    Auteur : Jacques Gernet
    Éditeur : Armand Colin 2005 (1972)
    Pages : 380

    Je suis finalement arrivé au bout de cette série de trois livres écrit par Jaques Gernet (à l'origine en un seul tome). Je les ai pris à rebours, du thème le plus récent jusqu'au plus ancien. Ce premier tome se concentre sur une très large période puisqu'elle inclut près de 3000 ans d'histoire. Comme le dit lui-même l'auteur, il est impossible d'entrer dans le détail de tous les mouvements de cette longue histoire mais on peut avoir une vision globale de ceux-ci et des changements sociaux et religieux. Ce tome 1 contient deux parties divisées en 4 livres selon la division adoptée par l'auteur.

    La première partie se concentre sur l'antiquité. Elle commence à l'âge du bronze. L'auteur y examine comment une civilisation que l'on pourrait qualifier de chinoise se constitue petit à petit sur un vaste territoire. Il montre la création des dynasties princières et royales qui se combattent jusqu'à ce que la création d'un état centralisé deviennent pensable, et pensé. Autours de cette révolution intellectuelle se forme une unification guerrière de royaumes qui permet la prise de pouvoir du premier empereur.

    La seconde partie, bien plus longue, est composée de 4 livres et 9 chapitres. Elle concerne le Moyen Âge chinois, si l'on peut parler ainsi. Cette partie permet de comprendre comment l'état centralisé antique perd, petit à petit, son contrôle sur le territoire ce qui permet à de nouvelles dynasties et de nouvelles pensées politiques de prendre le pas sur les anciennes. Avant que celles-ci ne perdent aussi le contrôle du monde politique et du territoire. Régulièrement, l'état central ne réussit pas à imposer son pouvoir. C'est l'une de ces crises que traverse la dernière dynastie avant ce que Gernet nomme les Temps Modernes. Ces crises sont aussi visibles au sein de la pensée politique et religieuse. Gernet examine en particulier la force du bouddhisme mais aussi les critiques d'une religion jugée étrangère qui questionne les pratiques antiques de la civilisation chinoise.

    Au finale, ces trois tomes offrent une histoire cohérente du monde chinois avec ses modifications politiques et sociales. L'auteur ne prétend ni offrir un texte complet ni avoir terminé l'étude de la Chine. Même si les nombreuses rééditions de ces trois livres montrent que celui-ci a atteint un statut important, ils souffrent tout de même d'une certaine ancienneté. En particulier, le tome 3 est bien moins important que les deux autres et mériterait une mise à jour qui ne se fera jamais.

    Image : Éditeur

  • Monk and Robot 1. A Psalm for the Wild-built par Becky Chambers

    Titre : Monk and Robot 1. A Psalm for the Wild-built
    Autrice : Becky Chambers
    Éditeur : Macmilan 13 juillet 2021
    Pages : 160

    Il y a très longtemps les robots se sont éveillés à la conscience. L'humanité a accepté cet éveil et a proposé l'entrée à égalité au sein de la société. Mais les robots ont refusé. Les deux peuples ont écrit un accord. Les robots sont laissés en paix, l'humanité ne tente pas de les contacter mais leur liberté de voyage est garantie ainsi que leur égalité. Depuis, des siècles sont passés. La société humaine s'est reconstruite sans tenter de recréer les robots, vivant sans leur aide. Mais personne n'en a jamais vu. Jusqu'à ce qu'un moine en rencontre un qui lui demande ce dont a besoin l'humanité.

    SPOILERS

    Je ne sais pas quoi penser de ce court roman. Il se lit bien, les personnages sont rapidement décrits et compréhensibles. C'est la même chose pour la société. Tout le talent de Becky Chambers est présent. Pourtant, ce roman ne m'a pas parlé comme ses autres romans l'ont fait. Ce n'est pas que je me sois ennuyé, j'étais suffisamment intrigué pour éviter cela. Mais je n'ai pas réussi a réellement m'implique dans l'intrigue. Une intrigue qui implique deux personnages dialoguant lors de leur voyage. Le moine cherchant à comprendre son but ultime alors que le Robot poursuit une quête. Ce n'est que lors du dernier chapitre que j'ai commencé à entrevoir quelque chose. Mais je ne sais pas ce que cela implique pour le prochain tome. En l'état, je ne sais pas quoi penser de ce roman.

    Image : Site de l'autrice

  • Les Vendéens par Jean-Clément Martin

    Titre : Les Vendéens
    Auteur : Jean-Clément Martin
    Éditeur : PUF 13 avril 2022
    Pages : 192

    Jean-Clément Martin, spécialiste de l'histoire de la Révolution française, a déjà été nommé ici pour trois livres, dont son infographie sur la Révolution. Ce dernier livre, sorti récemment, est une adaptation écrite d'une production sonore sous forme de CD. L'auteur revient sur la guerre de Vendée, dont il est l'un des experts, afin de l'examiner selon les dernières connaissances. Étant donné que ce livre est une adaptation, il n'y a pas de notes de bas de pages et la bibliographie est très succincte.

    Le livre est construit en 7 chapitres suivis d'une chronologie. Le premier chapitre permet de qualifier le terme de vendéens et d'expliciter son usage et sa nécessité en histoire mais aussi en géographie. Suivent plusieurs chapitres, le corps de l'ouvrage, qui mettent en récit la guerre. L'auteur nous montre comment celle-ci se développe en explicitant les questions d'armées, mais aussi de personnes. Ainsi, il n'y eu que peu de soutiens anglais tandis que les armées républicaines ne sont pas unies, pour raisons politiques. Jean-Clément Martin montre bien comment ces questions politiques ont modifié le fonctionnement de la guerre et pourquoi les premiers combats furent perdus pour la République. Il marque aussi l'importance de plusieurs batailles.

    Les derniers chapitres se concentrent sur la mémoire de la Vendée. L'auteur marque d'abord l'importance du XIXème siècle sous Napoléon mais aussi les deux monarchies. Dans tous les cas, la mémoire devient une bataille politique selon les besoins de Paris et non selon les besoins de la Vendée. Un dernier chapitre se concentre sur la mémoire plus récente. Ici, Jean-Clément Martin défend ses dernières recherches durant lesquelles il nie le caractère de génocide de la guerre. Il explique que cette qualification provient d'une bataille de mémoires inaugurée autours de Philippe de Villiers et son Puy du Fou (récemment analysé par un ouvrage à multiples mains).

    Image : Éditeur

  • La roue du temps 12. Le seigneur du chaos. Deuxième partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 12. Le seigneur du chaos. Deuxième partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 12 aout 2020
    Pages : 816

    Rand Al Thor a pris le contrôle de plusieurs royaumes, mais celui-ci est instable. Il est obligé de garder les maisons nobles tandis qu'une partie tente de le faire tomber afin de prendre le pouvoir. Il sait qu'il ne peut pas être un roi, il doit rendre les couronnes aux personnes qui peuvent les revendiquer avec le moins de révoltes possibles. Rand essaie aussi de jouer les deux Tours les uns contre les autres. Mais même désunies les Aes Sedai exigent le respect et le contrôle. Le refus de Rand ainsi que la création de la Tour Noire, destinée aux hommes, pourraient bien mener à une attaque de la Tour Blanche, ou pire.

    SPOILERS

    Pour une fois ce second volume ne terminer pas toutes les intrigues lancées dans le premier. Ainsi, l'attaque prévue par Rand n'est pas encore lancée. La recherche de l'objet permettant de stopper l'attaque du Ténébreux sur le climat n'est pas encore trouvé. Le Peuple de la Mer apparait mais n'a pas encore pu parler à Rand. Ce que termine ce volume concerne la relation entre les Aes Sedai et Rand.

    Depuis l'arrivée de Rand se pose la question de la manière dont les Aes Sedai vont le traiter. Faut-il l'empêcher d'atteindre le pouvoir de l’Unique ? Faut-il le contrôle de prêt et l'utiliser uniquement quand nécessaire ? Ou faut-il le laisser libre de ses mouvements et le conseiller ? Les deux Tours blanches souhaitent le contrôler alors que Rand n'a aucune confiance envers les Aes Sedai. C'est une bataille entre un ego et l'arrogance d'une organisation dont le pouvoir n'a pas été remis en cause depuis des siècles. La fin du volume annonce un changement important qui aura de nombreuses répercussions.


    ** 
    *** 
    **** Toujours aussi intéressant
    *****

    Image : Éditeur

  • Wafarer 4. The Galaxy, and the ground within par Becky Chambers

    Titre : Wayfarer 4. The Galaxy, and the ground within
    Autrice : Becky Chambers
    Éditeur : Harper Voyager 19 février 2021
    Pages : 336

    Gora est une planète remarquable car elle n'a rien pour attirer. Pas d'activités sismiques, quasiment pas d'atmosphère, aucune vie, unique planète habitable d'un système que personne n'irait observer car il ne s'y trouve rien. Ce que Gora offre est une voie de transit entre plusieurs tunnels et des systèmes bien plus intéressants. La planète est devenue un lieu sur lequel on se pose en attendant de pouvoir redécoller pour se rendre à l'endroit que l'on souhaite véritablement voir. La planète est remplie de restaurants, de lieux de détentes et de moyens de continuer son voyage. Mais l'attente devient bien plus longue lorsqu'un accident empêche tout départs pendant plusieurs jours. 5 aliens, totalement dissemblables, vont cohabiter au sein de l'établissement Five-Hop One-Stop.

    SPOILERS

    Merci Becky Chambers pour écrire de superbes romans. Comme les autres, il ne se passe pratiquement rien dans ces quelques 300 pages. Plusieurs personnes sont liées pas un événement imprévu et tentent de cohabiter dans des circonstances que personne ne souhaitait, formant une nouvelle petite communauté. Comme dans tous les wayfarer, l'intrigue compte peu, le contexte social est toujours présent et surtout les personnages créent l'envie de tourner la page.

    De tous les personnages on ne reconnait que Pei, l'amante du capitaine dans le premier Wayfarer. Mais, rapidement, on apprend à connaitre les autres personnages ainsi que leurs problèmes. Comme toujours chez Chambers, l'univers n'est pas parfait. Il n'y a pas de grands vilains ni de héros étincelants. Il y a des gens imparfaits, tentant de vivre, de comprendre le monde et les autres. Ce sont leurs relations que Becky Chambers écrit, et elle les écrit merveilleusement bien. Oui, parfois on est énervé, on ne se comprend pas, mais cela n'implique pas de détester. Oui, être parent est difficile mais aussi magnifique mais c'est un rôle que l'on ne souhaite pas forcément endosser. Becky Chambers, je l'ai sûrement déjà dit, semble aimer les gens. Et elle le montre en décrivant des personnages dans toutes leurs complexités et leurs diversités dans des cadres ordinaires. Et c'est cet amour qui me permet d'adorer son travail et de le trouver si plaisant à lire.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Mes remerciements à Becky Chambers

    Image : Site de l'autrice

  • Le monde chinois 2. L'époque moderne Xème siècle - XIXème siècle par Jacques Gernet

    Titre : Le monde chinois 2. L'époque moderne Xème siècle - XIXème siècle
    Auteur : Jacques Gernet
    Éditeur : Armand Colin 2005 (1972)
    Pages : 380

    Ce second tome contient les livres 5 à 9 de l'ouvrage originale. L'auteur se concentre ici sur près de 10 siècles d'histoire, soit les Songs, les Mings et les Mongoles entre les deux. Afin de nous faire comprendre les changements que la société chinoise a connue durant cette longue période l'auteur ne s'intéresse pas uniquement à la question politique. Celle-ci est présentée, bien entendu, on apprend comment les changements de dynasties ont lieu et pourquoi elles deviennent nécessaires. L'auteur semble vouloir nous montre que chacune des dynasties se repose sur les échecs de la période précédente avant d'entrer dans une forme de décadence due à des problèmes de systèmes politiques. Ainsi, les dynasties tentent de créer de nouveaux systèmes ou de revenir aux anciens, mais la société elle-même a trop changé pour permettre un fonctionnement adéquat des institutions.

    L'auteur nous montre aussi la vie matérielle et intellectuelle de la Chine. Ce sont les inventions et les pensées qui sont décrites dans un grand nombre de chapitres. Ce qui permet à Gernet de nous démontrer la richesse intellectuelle de la civilisation chinoise mais aussi les remises en cause des Classiques alors que certains intellectuels commencent à fonder des écoles critiques d'études de l'histoire. Une idée stimulante de l'auteur concerne les relations entre la Chine et l'Europe avant le XIXème siècle. Selon Gernet, la conquête mongole a permis une communication inédite entre les mondes continentaux et la Chine aurait eu un impact oublié sur l'époque moderne européenne, lui offrant idées et techniques.

    Cet ouvrage se termine sur les relations sino-européennes. Celles-ci sont difficiles. Les religieux essaient de convertir des Chinois mais l'incapacité du Pape à comprendre la Chine pousse au refus des traditions rituelles ce qui ne permet pas de cohabitation. De plus, les techniques européennes commencent à entrer en Chine mais ne sont pas toujours mises en valeur car le pays est épuisé par les guerres civiles. Selon l'auteur, ce n'est donc pas un simple traditionalisme des élites qui expliquerait l'incapacité du pays à résister à l'Europe, au contraire de nombreux intellectuels essaient d'adapter techniques et pensées au monde chinois, mais les guerres et la corruption due à un système politique inadapté. Petit à petit, cela permet une ingérence de plus en plus importante du monde européen qui impose des traités inégalitaires à l'Empereur après des actions de guerre. Au fil du temps, ces traités font perdre le contrôle des ports et de certaines capacités régaliennes ce qui affaiblit encore plus le pouvoir de l'Empereur. Les critiques internes mèneront à des tentatives de réformes puis à une tentative démocratique alors que les communistes essaient de prendre le contrôle du pays, ce qui est décrit dans le tome 3.

    Image : Éditeur

  • La roue du temps 10. Le seigneur du chaos. Première partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 10. Le seigneur du chaos. Première partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 12 aout 2020
    Pages : 816

    Rand contrôle maintenant la capitale du royaume d'Andor. Il a attaqué après avoir appris que la mère de l'une des femmes qu'il aime, reine du royaume, a été tuée par un Rejeté. Sa vengeance fut aussi rapide que brutale et un Rejeté de plus a définitivement disparu. Le Ténébreux le sait et l'accepte car il ne souhaite que les plus puissant.e.s lors de son entrée dans le monde de l'humanité. Rand est donc à la tête de trois royaumes, bien qu'il ait nommé plusieurs personnes régentes et qu'il compte offrir deux couronnes à sa bien-aimée. Mais il ne contrôle pas encore les territoires et des dissensions se font jours qui mènent à des révoltes ouvertes.

    SPOILERS

    Il ne se passe pas grand-chose dans ce grand volume. On navigue surtout entre Rand et les sœurs renégates. En ce qui concerne Rand, on l'observe préparer ses plans pour lutter contre un nouveau Rejeté. Mais il doit aussi gérer les nobles de plusieurs royaumes dont une partie n'accepte pas son contrôle ni son statut. Encore une fois, Robert Jordan a la bonne idée de montrer comment des personnes au pouvoir peuvent réagir face à une catastrophe incarnée par un homme souhaitant agir pour l'arrêter.

    En ce qui concerne les renégates Aes Sedai, on les observe au travers de deux amies que son Nynaeve et Elayne. Elles ont permis aux renégates de comprendre beaucoup de chose sur le Pouvoir via leur prisonnière. Mais elles ne peuvent pas agir et ne sont pas au courant des décisions des cheffes des renégates. Pire encore, Nynaeve devient un personnage de moins en moins sympathiques qui semble incapable de réfléchir aux conséquences de ses actes. Il est dommage qu'elle soit passée d'une femme dure mais qui comprend son rôle et ses devoirs à une femme qui semble n'agir que par caprices. J'espère que le personnage sera modifié dans les autres tomes.


    ** 
    *** Une première partie assez moyenne, je suppose que la seconde partie sera bien plus active
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Morbius

    je l'ai fait, je suis allé voir Morbius. Ce film a une histoire difficile puisqu'il fut repoussé durant les années covid. Mais après plusieurs mois nous avons enfin le résultat... ce n'est pas glorieux. Morbius est docteur en médecine. Il a créé du sang artificiel ce qui révolutionne la médecine. Mais il est aussi malade. toute sa vie il a cherché un remède. Il pense l'avoir trouvé au sein du code génétique de chauves-souris. Mais son expérience entraîne des conséquences malheureuses...

    SPOILERS

    Il y avait de quoi faire quelque chose d'intéressant avec cette idée de scientifique qui se transforme en une forme de vampire pour survivre. On aurait pu créer un film un peu plus proche de l'horreur. Jouer sur la nuit dans les rues de la ville. Probablement aussi sur la dissociation entre l'humain et le prédateur. Rien de tout cela sauf lors de quelques scènes peu intéressantes. Bref, je ne vois pas l'intérêt de m'étendre. C'est un mauvais film sans intérêt.

    * A oublier
    ** 
    *** 
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • Histoire de la Chine ancienne et impériale par Damien Chaussende

    Titre : Histoire de la Chine ancienne et impériale
    Auteur : Damien Chaussende
    Éditeur : PUF 16 mars 2022
    Pages : 128

    Je ne connais que très peu de choses concernant l'histoire de la Chine. Je compte tenter de connaitre un peu mieux celle-ci prochainement. Mais elle est vaste. Pour m'aider, je me suis lancé dans cette courte synthèse, récente, écrite par Damien Chaussende. Le livre est construit de manière chronologique en 8 chapitres. L'auteur a eu la bonne idée d'ajouter aussi deux cartes, une chronologie et un lexique qui permettent de mieux se situer dans les événements, les lieux et de comprendre les termes importants.

    Le livre commence dans la Chine ancienne plusieurs milliers d'années avant JC et se terminer avec les Quinq en 1911. Il n'y a donc pas de chapitres concernant la Chine populaire ni la République. Les chapitres sont divisés selon les différentes dynasties qui ont pris le pouvoir. Ce qui permet à l'auteur de mettre en avant les réussites artistiques, politiques mais aussi de montrer comment les dynasties perdent le contrôle du pays avant qu'une nouvelle dynastie n'apparaisse.

    L'auteur réussit l'exploit de rendre intéressant un texte extrêmement synthétique. Il explicite les fonctionnements politiques mais aussi les idéologies qui existent aux différentes époques. Mieux encore, il donne envie d'aller plus loin et de comprendre le détail de l'histoire des différentes dynasties. De plus, ce livre me semble réussir à offrir des connaissances de bases sur lesquelles on pourrait se reposer lors de la lecture de livres plus spécialisés.

    Image : Éditeur

  • Archives de l'exode (Wayfarer 3, VO Record of a Spaceborn Few) par Becky Chambers

    Titre : Archives de l'exode (Wayfarer 3, VO Record of a Spaceborn Few)
    Autrice : Becky Chambers
    Éditeur : Atalante 24 octobre 2019
    Pages : 368

    La flotte de l'exode existe depuis le départ de la Terre par les dernières personnes qui y ont vécu. Le but était de fuir une Terre devenue invivable. Alors que les riches payaient pour fuir sur Mars, le reste de l'humanité a travaillé ensemble afin de trouver toutes les ressources possibles pour créer des vaisseaux générationnels pour leurs enfants, des enfants qu'illes ne verraient jamais grandir. Mais la flotte est ancienne. Elle a pu continuer grâce aux dont technologiques de l'Union Galactique. Malgré tout, de plus en plus d'humain.e.s quittent la flotte pour une existence différente. Mais n'est-il pas intéressant de garder celle-ci en vie, de la modifier quand nécessaire et de garder les traditions ?

    SPOILERS

    Ce livre fait partie de la série des Voyageurs mais il peut se lire sans connaitre les deux autres romans. Il se déroule après le premier tome et l'un des personnages et la sœur du commandant du Wayfarer. Je vais le dire immédiatement, j'avais apprécié le premier roman. Le second était moins à mon goût, plus triste. Mais j'ai adoré ce troisième roman. On suit les histoires de plusieurs membres de la flotte alors qu'illes essaient simplement de vivre leur vie et les changements que cela implique, des imprévus, des tristesses mais aussi des joies.

    Comme tout ce qu'écrit Becky Chambers, les personnages sont divers. Ici, seule l'espèce est pratiquement uniquement humaine. Mais nous avons des couples âgés lesbiens, de jeunes hommes qui subissent leurs hormones. Des enfants subissant la mémoire d'un traumatisme, un couple hétérosexuel à la relation ouverte... Aucune de ces relations n'est parfaites, elles sont humaines et, parfois, elles doivent être modifiées pour répondre aux changements d'humeurs, de besoins.

    C'est cette humanité que j'ai adoré dans ce livre. Becky Chambers, sans l'avoir jamais rencontrée, semble aimer l'humanité. Et cet amour se retrouver dans le soin avec lequel elle écrit ses personnages mais aussi les relations. Il n'y a pas de mal absolu ni de héros en armure scintillante mais des personnes ordinaires qui (ré)agissent à ce qui leur arrive. L'écriture me donne l'impression d'avoir eu de véritables histoires devant moi. Une mère qui essaie simplement de coucher son fils et de rassurer sa fille et qui renonce à un verre de vin pour éviter une migraine le lendemain. Une dame âgée qui se place le plus près possible du buffet pour y avoir un accès facilité après une cérémonie. Un adolescent qui ne sait pas encore qui il est et qui cherche simplement à le savoir. Et une alien qui lie toutes ces histoires en écrivant une recherche ethnologique sur le fonctionnement de l'humanité au sein de la flotte. Oui j'ai adoré ce volume, il est triste, il rend heureux et surtout il permet d'apprécier l'humanité dans toute sa diversité et sa complexité.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Il n'existe pas assez de mots pour exprimer tout le bien que je pense de ce troisième tome.

    Image : Éditeur

  • Les routes de l'esclavage. Histoire des traites africaines, VIe-XXe siècle par Catherine Coquery-Vidrovitch

    Titre : Les routes de l'esclavage. Histoire des traites africaines, VIe-XXe siècle
    Autrice : Catherine Coquery-Vidrovitch
    Éditeur : Albin Michel et Arte 10 février 2021
    Pages : 312

    Ce livre est le seconde de Catherine Coquery-Vidrovitch que je termine. L'autrice avait déjà produit un petit ouvrage synthétique sur l'histoire de l'esclavage. Elle écrit aussi sur l'histoire du continent africain. Cet ouvrage se vend une adaptation de la série de 4 documentaires sur arte nommés "Les routes de l'esclavage." Ces documentaires étaient découpés chronologiquement jusqu'à nos jours. À noter que le coffret DVD ajoute un bonus concernant l'histoire d'une révolte d'esclaves.

    Cette adaptation prend la forme d'un livre de 11 chapitres qui suivent, plus ou moins, les propos des documentaires d'arte. L'autrice y fait une présentation générale de l'histoire de l'esclavage en commençant par sa définition. Elle mentionne l'esclavage aussi bien dû aux arabes et musulmans que l'esclavage dû aux européens et les liens avec les pouvoirs locaux, sur le continent africain, que cela implique. Bien entendu, elle place de l'importance sur les révoltes, et la peur des révoltes pour mieux terminer sur les mouvements abolitionnistes. Elle mentionne aussi la force des mouvements de marronnage, en particulier sur le continent sud-américain. Elle parle d'états capables de défendre une population et de contester le contrôle des colons blancs.

    Etant donné le but de ce livre, une adaptation d'une série de documentaire, l'autrice se repose principalement sur des entretiens avec des spécialistes. Les notes de bas de pages sont peu nombreuses et renvoient principalement à ces entretiens. Comme mentionné plus haut, la construction du livre n'est pas strictement chronologique. Une partie du livre est thématique, parlant aussi bien des personnes qui ont profité de l'esclavisation que des mouvements abolitionnistes pour terminer sur la question du racisme scientifique et de ses effets jusqu'à nos jours.

    Image : Éditeur

  • La roue du temps 10. Les feux du ciel deuxième partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 10. Les feux du ciel deuxième partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 12 février 2020
    Pages : 720

    Rand poursuit le prétendant au titre de chef des chefs des Aiels. Ce dernier a décidé d'attaquer le Cairhien, unanimement détesté par les Aiels à cause de la mort d'un arbre sacré offert il y a des siècles. Alors qu'il contrôle déjà Tear, Rand pourrait donc aussi contrôler le trône du Cairhien. Mais quel est son véritable but ? Ni les Aiels et encore moins les matriarches et les Aes Sedai ne le savent. Alors que les états du monde et les différentes factions essaient de réagir à l'annonce de la réincarnation du dragon le chaos s'étend. Et Rand doit se préparer et préparer le monde à la dernière bataille.

    SPOILERS

    Comme d'habitude, la seconde partie est bien plus dynamique que la première partie. Celle-ci voit deux batailles d'importance qui changement durablement le fonctionnement de l'univers construit par Robert Jordan. La première a lieu au Cairhien et élimine Coulamon. La seconde se déroule à Caemlyn et permet d'éliminer deux rejetés en quelques heures. Je dois avouer que ces rejetés sont de moins en moins indestructibles alors que l'on connait de mieux en mieux leurs faiblesses et leurs divisions. Par exemple, Moghedien est vaincue pour la seconde fois, sans mourir.

    Alors que la majorité du livre était intéressante, j'ai bien moins aimé les chapitres autours d'Elayne et de Nynaeve. Surtout à cause de cette dernière qui me semble être passée de la sagesse à la simple méchanceté due à la jalousie. Son comportement, tel qu'il est décrit, est de moins en moins intéressant et elle commence à devenir le personnage que j'apprécie le moins. Tandis que Matt commence à reprendre de l'intérêt tandis qu'il accepte enfin son destin. Malheureusement, Perrin n'est pas du tout apparu et j'espère qu'on le reverra rapidement.


    ** 
    *** 
    **** Une seconde partie plus dynamique, mais une Nynaeve de moins en moins sympathique.
    *****

    Image : Éditeur

  • Les sorcières. Une histoire de femmes par Céline du Chéné

    Titre : Les sorcières. Une histoire de femmes
    Autrice : Céline du Chéné
    Éditeur : Michel Lafon 24 octobre 2019
    Pages : 166

    J'ai un certain nombre de livre sur l'histoire de la chasse aux sorcières. Ce petit livre n'est pas une étude historique ni un essai comme Mona Chollet en écrit. C'est une adaptation écrite de l'émission LSD (La Série Documentaire) sur France Culture. Celle-ci a été diffusée du 16 au 19 avril 2018. Céline du Chéné, après avoir travaillé sur le format audio, a décidé de l'adapter en livre sous la forme de 4 chapitres, pour chaque émission.

    Les quatre chapitres concernent la chasse, proprement dites, la sorcellerie, la figure de la sorcière et finalement son aspect politique. Pour construire l'émission et le livre l'autrice s'est reposée sur des historiens et historiennes, des chercheuses mais aussi, pour la dernière partie, sur des sorcières revendiquées. Elle ajoute une iconographie en lien avec le propos ainsi qu'une bibliographie et une filmographie.

    Les personnes qui, comme moi, ont lu des recherches spécialisées pourraient être frustrées par ce livre. Il reste simpliste et ne gratte que la surface de la question. Même si j'ai apprécié qu'il commence par le cas de la Michée Chauderon, qui fut publié quelques temps avant l'émission, on sent que ce livre adapte en format papier un autre support. Ce qui fonctionne à la radio ne fonctionne pas tout à fait en format écrit. Parfois, les transitions me semblent un peu trop abrupts entre deux personnes, deux questions.

    Cependant, j'ai apprécié la mise en place d’une étude de la sorcellerie actuelle et de ses positions politiques. C'est un sujet que je connais très peu. Le livre nous montre que le politique est inscrit dans un mouvement religieux. Les deux fonctionnent ensemble afin de créer un mouvement qui mettent en cause le capitalisme et le patriarcat tout en créant une religion "féminine" en faveurs de la nature. Bien entendu, il y a bien plus à comprendre des Wicca et des sorcières politiques, et j'espère trouver d'autres études quand j'en aurais le temps.

    Image : Éditeur

  • Libration par Becky Chambers (VO A Closed and Common Orbit)

    Titre : Libration (VO A Closed and Common Orbit)
    Autrice : Becky Chambers
    Éditeur : Atalante 22 juin 2017
    Pages : 384

    Lovelace est une IA consciente née depuis à peine quelques heures. Elle est née alors que son ancêtre était en train de perdre ses capacités cognitives. L'équipage du Voyageur n'est pas prêt à accepter une nouvelle Lovelace. Sur proposition de Poivre, amie de l'équipage, elle accepte un acte illégal : prendre possession d'un corps synthétique et vivre comme une biologique au sein de l'Union Galactique. Mais le changement est loin d'être simple et Lovelace ne sait pas comment accepter son nouveau, ses limites mais aussi ses capacités nouvelles.

    SPOILERS

    Contrairement au premier tome de la série celui-ci n'a que quatre personnages principaux dont deux sont des POW Characters. La première est Lovelace renommée Sindra dès le début. Son intrigue concerne la difficulté d'accepter un corps qui n'est pas le sien. Sindra est censée contrôler un vaisseau mais elle devient un corps qui imite les biologiques. Durant tout le roman, elle n'arrive pas à accepter ce corps et ses limites. L'écriture montre que ce corps et la conscience Sindra sont divisés, Sindra parlant du corps à la troisième personne en usant le terme Kit. De plus, on peut voir dans cette intrigue une forme de mise en roman du placard et du coming out. Sindra est différente, elle craint que son secret ne soit connu largement et n'en parle qu'à des personnes de confiance, peu nombreuses. Tout ce qu'elle fait consiste à se cacher avec la peur de la découverte. Ce n'est qu'à la fin du roman qu'elle commence à accepter ce corps tout en modifiant sa manière d'habiter son environnement, créant son propre corps d'une certaine manière.

    La seconde intrigue concerne Poivre alors qu'elle est connue sous le nom de Jane. Cette intrigue débute à ses 10 ans et se termine vers ses 19 ans. On observe Jane / Poivre alors qu'elle n'est qu'une enfant chargée de travailler dans une décharge pour trier les déchets des Augmentés. Elle vit sur une planète exclue de l'UG à cause de la mise en esclavage des enfants et de l'usage des thérapies génétiques systématique pour créer une division forte entre les humain.e.s. On observe Jane / Poivre lutter pour survivre et mettre sa santé en danger. On la voit aussi rencontrer Bleu, un raté en ce qui concerne la société de cette planète. Mais surtout, on comprend pourquoi Poivre veut tellement aider Sindra. En effet, si Poivre a survécu c'est grâce à une IA qui l'a protégée et éduquée afin qu'elle ait assez de connaissances pour fuir et entrer au sein de L'UG.

    Ce second tome n'est pas directement relié au précédent. Il me semble possible de le lire sans connaitre l'intrigue du premier. Ce roman est aussi plus intimiste. On reste sur la même région d'une planète, les souvenirs se déroulent principalement dans la décharge. Les personnages sont beaucoup moins nombreux ce qui permet de mieux les décrire. Contrairement au premier tome, j'ai aussi trouvé ce roman bien plus triste. Poivre a un passé tragique qu'elle a réussi à surmonter mais on sent, dans les souvenirs, l'incompréhension et la colère d'une fille puis d'une femme. Tandis que Sindra regrette ses choix, craint les gens et ne comprend pas pourquoi elle a accepté de limiter ses connaissances. Seule la fin du roman la montre en paix avec elle-même.


    ** 
    *** 
    **** Moins plaisant que le premier car bien plus triste. Mais j'apprécie toujours autant le style de Becky Chambers et l'univers qu'elle a construit. Celui-ci me semble réel dans sa construction.
    *****

    Image : Éditeur

  • La révolution culturelle nazie par Johann Chapoutot

    Titre : La révolution culturelle nazie
    Auteur : Johann Chapoutot
    Éditeur : Gallimard 1 décembre 2016
    Pages : 288

    On ne présente plus vraiment Johann Chapoutot. L'historien est régulièrement invité par les médias en tant qu'expert du nazisme et de l'Allemagne. Son dernier livre avait continué sur cette célébrité en créant un lien entre management et nazisme. Mais il est aussi l'auteur d'une recherche sur les liens entre le nazisme et l'antiquité et la culture nazie.

    Ce livre s'inscrit dans ces recherches culturelles. Il est constitué de plusieurs articles réadaptés pour une édition sous forme de livres. Chapoutot divise son livre en quatre parties. La première montre comment le nazisme pense le droit germanique contre le droit romain. Ce dernier serait un droit stérile qui ne prend pas en compte le mouvement de la vie. Tandis que le droit germanique serait vivant, mouvant et suivrait la nature humaine. Ces critiques permettent aussi de remettre en question l'action de la Révolution française, vue comme un danger pour l'humanité en individualisation au lieu de mettre en avant la communauté. Une seconde partie suit qui permet de comprendre comment les élites nazies réutilisent l'antiquité et Kant afin de construire leur propre philosophie de l'histoire.

    La troisième partie permet de comprendre comment les nazis essaient de construire une nouvelle morale. Outre l'attaque contre le droit international qui se forme après le traité de Versailles, traité vu comme une continuation de la guerre dont le but est la destruction des germains, l'auteur examine la morale sexuelle. Cet article m'a beaucoup intéressé. On y comprendre de quelle manière la conjugalité est utilisée comme arme raciale pour défendre la race contre les dangers extérieurs que sont la guerre et les races dites inférieures. Le but ultime des femmes étant de devenir des mères. Ainsi, il faut casser la morale conjugale strictement chrétienne pour permettre d'avoir plusieurs femmes et accepter les enfants dits naturels. Enfin, le livre se termine sur trois articles qui examinent comment les nazis ont pu penser la destruction des juifs comme un acte de défense médicale. L'auteur y analyse des textes particulièrement ignobles mais qui éclairent la pensée nazie. Les juifs y étant vu comme des porteurs sains et donc un danger épidémique qu'il faut supprimer.

    La conclusion permet de relier définitivement les différents articles. Il en ressort une meilleure compréhension du fonctionnement de la révolution culturelle nazie. Celle-ci s'attaque à la culture chrétienne et juridiques sur des points fondamentaux en usant du texte mais aussi du cinéma, ce que Chapoutot n'analyse pas spécifiquement. Le lien aurait pu sembler artificiel, mais on découvre une recherche cohérente qui permet à Chapoutot de construire son propos sur le temps long de sa carrière.

    Image : Éditeur

  • The Batman

    SPOILERS

    Le Batman est apparu à Gotham depuis deux ans. Deux ans durant lesquels la ville semble être devenue de pire en pire. Mais Bruce Wayne continue de lutter car il ne voit pas d'autres moyens d'être utile à sa ville. Mais cette année Gotham va subir une attaque telle qu'elle n'en a jamais connu. Alors que la mairie est remise en question par une nouvelle venue en politique, un tueur en série prend en casse les riches et les puissants de Gotham. Ses cibles semblent aléatoires. Mais elles sont toutes liées à un complot qui pourrait faire tomber toute l'infrastructure de la ville.

    SPOILERS

    Ce film fut une véritable expérience. On dit que Nolan a créé une forme réaliste de Batman. Mais celui-ci me semble bien plus proche d'une possible réalité. Les bottes du Batman font du bruit. Ses pas, lent, créent une véritable tension entre lui et ses ennemis. Les policiers réagissent touxtes à sa présence, positivement ou non. Lorsqu'il se bat on sent qu'il a mal, que parfois c'est trop et qu'il ne peut plus résister même s'il souhaite continuer. Sa voiture est aussi bien plus intéressante que celle des films de Nolan puisqu'on voit qu'elle a été reconstruite par Bruce Wayne dans un but précis. Bref, tout me semble bien plus palpable.

    C'est aussi un film fortement ancré dans notre période. Une période qui semble être celle de la crise confiance envers les institutions et le pouvoir politique. La majorité des personnages publics de ce film est corrompu. Leur prise de pouvoir étant lié à un acte de corruption. Ces personnages ne sont pas les dirigeants réels, ils sont soumis à une personne qui prend les décisions dans l'ombre tout en garantissant la richesse des fidèles. Malheureusement, on ne voit pas beaucoup de réaction de la part des citoyen.ne.s. Mais il est intéressant que la relève est donnée par une femme jeune et racisée qui refuse de se cacher mais veut agir.

    Je pourrais aussi parler de la photographie, d'une Gotham qui semble constamment se trouver sous la pluie, dont les bâtiments sont délabrés marquant des problèmes d'équilibre des richesses. On pourrait aussi mentionner le personnage du Ridler qui réussit à créer une forme de groupe violent souhaitait assassiner les élites. Mais je veux terminer sur un aspect que j'ai apprécié. Nous n'avons pas ici un Batman surpuissant qui détruit la moitié de la ville. La plupart du temps, il essaie d'agir par l'usage de la peur, d'un peu de violence mais surtout par l'enquête. Il observer les indices et essaie de trouver la réponse au mystère qu'est le Ridler, son but et son origine. Trop de films et de séries ont oublié que le Batman est avant tout un détective et un planificateur, ce film le met en avant.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Très bon

    Image : IMDB

    Site officiel

  • La roue du temps 9. Les feux du ciel première partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 9. Les feux du ciel première partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 12 février 2020
    Pages : 696

    Rand a réussi son pari. Les Aiels lui sont presque entièrement soumis après qu'il ait accomplis les prophéties annonçant le chef des chefs. Mais certains Aiels refusent son arrivée. D'autres ont appris le passé de leur peuple et décident de laisser tomber les armes afin de suivre une voie pacificatrice. Mieux encore, Rand a capturé un rejeté et l'a forcé à devenir son enseignant, lui permettant de devenir plus puissant encore. Mais ses ennemis sont nombreux. Et ses actions modifient largement la géopolitique du monde. Alors qu'il se déplace en direction des royaumes, ceux-ci perdent leurs reines et rois tandis que la Tour Blanche est divisée en deux factions ennemies.

    SPOILERS

    Encore une fois, Jordan prend son temps pour complexifier son monde et les effets de l'arrivée de la fin d'un âge. On peut ne pas apprécier que l'auteur décide de faire ceci au lieu d'entrer dans le vif des batailles. Mais cela permet, et je l'apprécie, de montrer que les prophéties ne sont pas forcément connues, crues ou appréciées. Ainsi, Rand est bien le Dragon mais cela n'implique pas que le monde s'unisse autours de lui. La peur de perdre sa place, l'espoir que sa mort stoppe la fin et l'envie d'accélérer cette même fin existent. Rand doit préparer son pouvoir avant d'être en mesure de combattre.

    Ce tome se concentre sur Rand et les Aes Sedai. Pour Rand, il faut montrer ses plans, ses capacités mais aussi la manière dont il prend le contrôle des Aiels. En ce qui concerne les Aes Sedai, elles sont divisées en trois groupes. Un groupe suit Rand. Un second groupe fuit l'Ajah Noir et une rejetée. Tandis que le troisième groupe est constitué de Min et des deux dirigeantes déchues qui essaient d'éviter la mort décidée par la nouvelle Chaire d'Amyrlin. Ce dernier groupe va tenter de relier les Aes Sedai rebelles afin de créer une nouvelle Tour Blanche considérée comme légitime face à la Tour Blanche Elaida. Il reste à voir comment cette seconde Tour va traiter Rand.


    ** 
    *** 
    **** Lent, long mais c'est bien
    *****

    Image : Éditeur

  • L'Amérique latine de 1890 à nos jours par Pierre Vayssière

    Titre : L'Amérique latine de 1890 à nos jours
    Auteur : Pierre Vayssière
    Éditeur : Hachette 2006
    Pages : 287

    Dans mes tentatives de diversifier mes connaissances en histoire j'ai lu un second livre concernant l'Amérique latine. Le premier était un manuel qui m'avait plutôt convaincu. Celui-ci est aussi un manuel, destiné au cycle bachelor et aux concours. L'auteur le construit en trois grandes parties.

    La première partie se concentre sur les années 1830-1930. Il n'y a pas de véritables examens des sociétés coloniales, l'auteur commence son histoire alors que la plupart des pays sont libérés des européens mais sous la domination de la doctrine Monroe. Cependant, la fin des Empires n'implique pas la fin du racisme ni la démocratisation. L'auteur nous montre que ces sociétés sont fortement oligarchiques et divisées selon les catégories raciales. Les différenciations sociales et les problèmes politiques et économiques permettent de justifier des mouvements révolutionnaires.

    Une seconde partie se base sur les années 1930-1960. À l'aide d'études de mouvements artistiques, l'auteur montre la difficulté de concilier un passé fantasmé avec un modernisme européen. Car cela implique d'oublier une identité particulière. L'auteur nous parle aussi de la mise en place des gouvernements militaires qui peuvent soutenir une vision du monde aussi bien communiste que proche des fascistes. Cependant, la dernière période de la deuxième guerre mondiale voit une quasi-unanimité dans les déclarations de guerre contre l'Allemagne.

    Enfin, la dernière partie permet de montrer comment les différents pays se sont démocratisés malgré des problèmes économiques et sociaux importants. Malgré tout, il existe encore quelques tentatives de dictatures de gauche tandis que les dictatures de droite semblent avoir disparu, sans que les coupables des exactions de ces gouvernements ne soient punis. Cette période est très instable avec de nombreux pays en proie à des dangers mafieux dû à la culture des drogues. Pour finir, l'auteur essaie de faire un bilan pour les années 2000 à 2005.

    Ce manuel ne m'a pas convaincu. Il ne me semble pas que l'auteur se trompe mais je n'arrive pas à le suivre dans la construction de son propos. Certaines divisions ne me semblent pas tout à fait fonctionnelles et l'auteur donne beaucoup de place aux questions culturelles, à l'art, semblant oublier les questions idéologiques et le fonctionnement des sociétés aussi bien en termes sociologiques que politiques. Sans être inintéressant, la lecture fut laborieuse.

    Éditeur

    Image : Amazon

  • L'espace d'un an par Becky Chambers

    Titre : L'espace d'un an
    Autrice : Becky Chambers
    Éditeur : Atalante 25 août 2016
    Pages : 448

    Ce livre est le premier tome de la série Les Voyageurs. Il se déroule dans le futur. L'humanité a fui la Terre en deux vagues, à la suite du changement climatique et aux guerres. Une première vague, constituée des riches et puissants, a abandonné les pauvres afin de se rendre en sureté sur Mars. La seconde vague est partie au sein de vaisseau génération, espérant trouver un sanctuaire. Par hasard, une sonde de l'Union Galactique les a croisés. Depuis, l'humanité est intégrée comme la nouvelle espèce d'une communauté galactique, mais elle est aussi la moins importante. Rosemary est une jeune humaine. Elle rejoint un vaisseau multi-espèce qui fait l'un des travaux les plus difficiles et nécessaire de l’Union : creuses des trous de vers pour permettre une communication rapide entre les planètes de l'Union. Mais Rosemary a un secret.

    SPOILERS

    Vous en avez marre de la SF colonialiste et militariste ? Moi aussi, parfois. Vous en avez marre de la Hard SF qui fait bien plus attention à être extrêmement en accord avec la science probable et que l'on connait au prix de l'intérêt des personnages ? Moi oui. Ce roman, premier d'une trilogie si je ne me trompe pas, est fondamentalement positif. L'univers n'y est pas parfait, le racisme existe, mais nous sommes clairement dans un univers bien plus sympathique que le nôtre. Les personnages, très bien écrit, ne sont pas parfaits non plus. Mais illes essaient d'être un peu meilleurs, se trompent, et tentent de faire mieux. L'autrice nous offre des relations normales entre personnes qui peuvent avoir de mauvais moments, ne pas savoir comment dialoguer et, parfois, se tromper. Et tout ceci fait beaucoup de bien !

    C'est aussi un univers très divers. Aucun personnage n'est identique à un autre. Nous avons des humains et des aliens. Toutes les cultures sont décrites afin de montrer leur fonctionnement et leurs difficultés. Aussi bien les humains que les autres espèces sont complexes et il faut un effort pour comprendre le fonctionnement des sociétés. L'univers est aussi divers en ce qui concerne les idéologies. Certains personnages sont en faveurs des modifications corporelles, d'autres non. Mais aussi une large diversité de genres et de sexualités. Ainsi, des personnages sont non-binaires. Il faut d'ailleurs saluer l'éditeur qui a décidé, à raison, d'utiliser des pronoms neutres afin de rester dans l'esprit de Becky Chambers. Je pense que la traduction aurait pu aller plus loin, mais ça reste un bon choix.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Un très bon premier tome qui me donne envie de lire la suite, ce que je ferais.

    Image : Éditeur

  • Questions sur la seconde guerre mondiale par Marc Ferro

    Titre : Questions sur la seconde guerre mondiale
    Auteur : Marc Ferro
    Éditeur : Archipoche 2019
    Pages : 251

    La littérature scientifique et populaire concernant la seconde guerre mondiale, les régimes fascistes et nazi ainsi que les résistances est énorme. Il est difficile d'y naviguer et de comprendre les questions principales posées par cette période et son analyse historique, d'autant plus que le monde politique et médiatique a tendance à obscurcir les faits plutôt que les expliciter. Ce petit livre de 2019 a comme but de répondre à 11 questions précises en quelques pages. L'auteur ne traite pas l'intégralité des problèmes posés et analysés en histoire mais tente de choisir les questions qui sont les plus communes.

    Les chapitres sont constitués de ces questions. Ils sont courts, excédant rarement les 20 pages. Je vois ici un premier problème, il est difficile de résumer l'ensemble d'une question en si peu de pages, surtout pour des problèmes complexes comme l'accord de la population envers les régimes fascistes. Rapidement, on se sent frustré par les limites du nombre de pages pour les questions.

    Une autre limite concerne la problématique, inexistante. Les chapitres peuvent être lus indépendamment ce qui implique qu'il n'y a pas de propos général, par exemple l'usage de l'histoire et sa méthode. Plus ennuyeux encore, il est difficile de savoir comment se situe l'auteur entre les différents courants historiographiques.

    Un dernier problème concerne l'absence de notes de bas de page. Il y a, heureusement, une bibliographie pour les chapitres. Mais j'aurais apprécié savoir qui et comment l'auteur mobilise les travaux de ses collègues pour répondre aux questions qu'il a choisie. En revanche, je salue l'ajout de sources, encartées, mais je dois immédiatement dire que celles-ci sont constellées de coquilles et ne sont pas commentées. Elles illustrent le propos sans que leur pertinence ne soit discutée. Ce livre est acceptable pour une entrée dans les sujets questionnés par l'auteur, mais il ne peut aller aussi loin que je l'aurais souhaité.

    Image : Éditeur

  • Gunpowder Milkshake

    Scarlet est une assassine. Elle travaille pour une organisation nommée la Firme. Celle-ci est constituée d'hommes qui contrôlent les lois et règlements afin de s'enrichir. De temps en temps, ils ont besoin d'utiliser les capacités de Scarlet et d'autres personnes du même métier. Mais un soir Scarlet tue les mauvaises personnes. Voulant éviter une guerre avec la mafia, la Firme décide de vendre Scarlet et de ne plus la protéger. Seule, avec une enfant à protéger, Scarlet va décider de défendre sa vie lors d'une nuit qui deviendra sanglante.

    SPOILERS

    Ce film fait partie des nouvelles tentatives d'écrire des scénarios basés sur des femmes qui agissent au lieu d’être sauvé par des hommes. Tous les ennemis sont des hommes et le seul homme qui se dit féministe souhaite torture Scarlet car elle a tué son fils. Il y a beaucoup de choses que j'ai apprécié dans ce film. Les personnages sentent la douleur. Scarlet réagit selon son passé, ce qui rend ses décisions plus logiques quand elles risquent de lui faire du mal. J'ai aussi apprécié l'usage d'une bibliothèque comme armurerie. Trouver des armes, de l'argent et des couteaux dans des livres est très drôle.

    Malheureusement, ce film est loin d'être une réussite. Même si les scènes d'action sont prenantes, la construction du scénario ne fonctionne pas. Ainsi, plusieurs scènes se déroulent sans logiques. Les personnages apparaissent après avoir nié être capable d'aider Scarlet. Plusieurs décors ont des significations importantes, sans que celles-ci ne soient expliquées. Pire encore, rien n'explique que la petite fille soit capable de pardonner à Scarlet aussi rapidement.


    ** 
    *** Un film qui aurait pu et aurait dû être bien meilleur, dommage
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • Flash saison 7

    Flash a survécu à la Crise, comme le reste du monde. Pourtant, il était censé mourir. Cette différence n'est pas la seule et l'équipe a à peine le temps de vérifier le fonctionnement de leur Terre qu'une nouvelle menace apparait. Plusieurs personnes sont kidnappées par une femme capable de contrôler les miroirs. Barry Allen ne l'a su que tardivement. Et il ne sait pas quoi faire car la Crise a aussi impliqué la mort de la Speed Force. Sans elle, Barry va perdre sa vitesse et ne pourra plus aider la ville ni les personnes qui y habitent.

    SPOILERS

    Cette saison 7 est plus courte que les précédentes à cause des problèmes du COVID19. Elle ne possède pas non plus de crossover annuel. Ça et la fin de plusieurs séries de l'arrowverse donne une drôle d'impression face à la continuation de Flash, une série qui aurait pu (dû ?) se terminer avant Supergirl. Le plus ennuyeux étant la création d'une Justice League alors que la plupart des personnages vont disparaitre. Cependant, cette saison se suffit à elle-même et ne crée que peu de liens avec l'univers partagé avant les derniers épisodes.

    Cette saison 7, plus courte, me semble plus brouillonne que d'habitude. La question Eva est résolue en quelques épisodes alors que sa menace était construite pour être plus impressionnante. Immédiatement, la série pose la question du retour de la Speed Force et de ses liens avec les trois autres forces. Là aussi, la menace se construit progressivement puis la série résout tout par un coup de baguette magique. Et arrive la dernière menace de la saison, Godspeed. Cette menace prend de l'ampleur sans que la série nous montre son réel danger pour la ville et Flash. Et cette menace se terminer en quelques épisodes aussi. Nous avons donc trois problèmes qui sont réglés très rapidement, sans prendre le temps de vraiment construire une intrigue, dommage.


    ** 
    *** Une saison courte n'est pas une mauvaise idée. Mais pourquoi créer autant de dangers sur si peu de temps ?
    **** 
    *****

    Image : IMDB

  • Mort sur le Nil / Death on the Nile

    Hercule Poirot se trouve sur le Nil, prenant des vacances bien méritées. Par un concours de circonstance, il se retrouve lié au voyage de noce de Linnet Ridgeway et Simon Doyle. Un couple de statuts sociaux différents puisque Simon n'est pas très riche avant de connaitre Linnet. Mais le couple se sent en danger. L'amante éconduite de Simon les suit depuis leur mariage et souhaiterait leur mort. Illes demandent à Hercule Poirot de les protéger. Ce dernier comprend rapidement que de nombreuses personnes ont des raisons de souhaiter tuer Linnet et son nouveau maris, et elles se trouvent toutes sur le même bateau.

    SPOILERS

    Je n'ai jamais lu Agatha Christie ni vu les adaptations de ses romans en dehors de ce film. Je ne connais pas très bien les polars, que j'apprécie moyennement. Je ne savais donc pas ce que je penserais de ce film qui a pris bien plus de temps pour placer le décor que je ne le pensais. Pendant presque la moitié du film, on apprend à connaitre les différents personnages mais aussi les décors. La réalisation nous montre qui est Linnet mais aussi comment elle fonctionne. On en apprend aussi un peu sur les personnes qui seront suspectées du meurtre. Ce n'est que bien plus tard que Linett meurt et que l'enquête commence réellement.

    En dehors de l'enquête, se pose la question de l'amour et de ce que l'on peut faire par amour. Tous les personnages sont liés à ce sentiment (franchement on ne peut qu'être heureux d'être aro/ace quand on voit les problèmes que ça leur pose). Les (ré)actions sont dues à ce sentiment. Que ce soit la tentative d'écraser Simon, le vol d'un collier ou la relation secrète entre deux femmes qui se cachent derrière une relation professionnelle légitime. Mais aussi les dangers de l'amour, danger de s'éprendre d'une personnes qui pourrait nous faire du mal ou nous manipuler et qui implique la nécessité d'être mis sous protection. Personne, dans ce film, n'est à l'abri du danger de l'amour. Même Poirot se souvient en avoir été victime et refuse de connaitre ce sentiment à nouveau.

    Image: Site officiel

  • La Suisse et l'esclavage des noirs par Thomas David, Bouda Etemad et Janick Marina Schaufelbuehl

    Titre : La Suisse et l'esclavage des noirs
    Auteur-e-s : Thomas David, Bouda Etemad et Janick Marina Schaufelbuehl
    Éditeur : Antipodes 2005
    Pages : 184

    L'étude commence par un constat. La Suisse a signé la déclaration de Durban en 2001 qui déclare la traite et l'esclavagisme crimes contre l'humanité. Mais cette signature est assortie d'un refus de réparations puisque la Suisse ne serait pas une puissance occidentale coloniale, n'ayant jamais possédé de colonies. Ce point est mis en question par les dernières recherches comme un livre concernant une colonie helvétique en Algérie le prouve. Mais la question de l'esclavage touche aussi la Suisse et les trois auteur-e-s de ce livre souhaitaient à la fois faire le point historiographique et essayer de trouver de nouveaux éléments. Leur étude est divisée en trois chapitres.

    Le premier chapitre concerne la participation à la traite négrière. Il apparait que même si le pays n'est pas directement impliqué de grandes familles arment des vaisseaux dans le but d'acheter et de vendre des esclaves. Ces grandes familles sont liées aux réseaux commerciaux protestants et commencent à sortir de la Suisse pour devenir bien plus diverses en ce qui concerne leurs liens "nationaux". Ainsi, de grandes familles helvétiques n'hésitent pas à aller vivre dans les ports de la traite. Les auteurs mettent en avant la difficulté d'analyser les liens entre commerces des esclaves et personnalités helvétiques car les investisseurs sont nombreux lors des armements.

    Un second chapitre se concentre sur les Suisses qui possédaient des esclaves. Les auteur-e-s démontrent que plusieurs personnes ont fait l'achat d'esclaves afin de s'enrichir dans le cadre de l'économie de plantation. J'ai trouvé particulièrement intéressant le cas brésilien qui montre une tension importante entre des Suisses esclavagistes riches et des Suisses pauvres qui se rendent dans la colonie brésilienne en échange de leur travail pendant un temps maximum. Les esclaves y sont vus comme une disruption qui empêche l'enrichissement des Suisses pauvres ce qui pousse un politicien à demander l'interdiction de l'usage de l'esclavage pour les citoyens helvétiques.

    Un dernier chapitre se concentre sur l'antiesclavagisme helvétique. En dehors d'une chronologie spécifique, les auteur-e-s montrent aussi les liens importants au niveau international entre les différentes associations, en particulier dans le cadre protestant. Mais les auteur-e-s marquent aussi la question de l'apprentissage civilisationnel pour le continent africain défendus par les abolitionnistes. Les africains sont vus comme non civilisés, incapable de travail et donc à éduquer. Les auteur-e-s mettent aussi en avant l'anti-islamisme des sociétés contre l'esclavage qui voient dans cette religion une concurrence mais aussi une civilisation immorale. Cette question est fondamentale puisque l'action civilisationnelle sur le continent africain implique aussi une action moralisatrice en Suisse.

    Image : Éditeur

  • La roue du temps 8. Un lever de ténèbres deuxième partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 8. Un lever de ténèbres deuxième partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 13 novembre 2019
    Pages : 720

    La roue du temps tourne et les humain-e-s ne sont que des personnages qui tentent de résister ou d'accompagner le changement. Rand a proclamé son destin. Mais il est toujours en danger. Une attaque peut provenir de tous les côtés, aussi bien par les ténèbres et les rejetés que par les personnes qui servent la lumière. Matt, perd petit à petit le contrôle sur son propre destin car il refuse encore de l'accepter. Perrin est le plus proche d'accomplir son destin car il a réussi à se détacher de Rand pour se rendre à Deux Rivières. Dans son village d'enfance, il est devenu un héros de la lutte contre les frère de la Lumière et les Trollocs, créant potentiellement sa prise de pouvoir.

    SPOILERS

    Cette seconde partie du tome 4 bouge bien plus que la première partie dont la moitié des pages concernaient les doutes de Rand. Le roman met en avant plusieurs batailles, en particulier autours de Perrin. Ce personnage reste un peu trop naïf à mon goût mais il devient de plus en plus sympathique (même si la romance entre lui et Faile n'est pas réellement intéressante, je préfère quand elle le gifle). Matt, en revanche, est très effacé et ne sert pratiquement à rien si ce n'est suivre Rand et se plaindre. Rand, lui, est toujours aussi mystérieux. Ni nous, en train de lire, ni ses allié-e-s ne savent ce qu'il souhaite faire ni pourquoi avant la fin du roman. Cette fin est logique et permet de préparer un peu plus Rand à la fin de son destin. Sa confrontation avec les Aiels, en particulier celleux qui refusent son statut, aurait mérité d'être plus développée.

    J'ai particulièrement apprécié que la Tour Blanche soit enfin mise à mal par une traitrise interne autre que l'Ajah Noir. Cependant, cette modification importante du statut de Sian Sanche est gardée en dehors des scènes que l'on voit. Cela permet de marquer la surprise de la personnage, mais j'aurais aimé que l'auteur nous montre comment la prise de pouvoir se déroule et qui combat dans quel camp. Ces scènes sont laissées dans l'ombre et racontée après les événements par Min. Je pense que le romain aurait pu nous les donner et laisser de côté plusieurs scènes concernant Rand et le doute qu'il crée autours de lui, ce qui aurait eu comme effet de rendre ce tome plus dynamique.


    ** 
    *** 
    **** Quelques longueurs mais aussi de bonnes scènes
    *****

    Image : Éditeur

  • Moonfall

    Moonfall est la dernière production de Roland Emmerich (et vu sa qualité on espère que ce sera sa dernière). La Terre, de nos jours ou presque, une mission spatiale étatsunienne tourne mal. Une navette doit atterrir d'urgence tandis que l'un des astronautes meurt dans l'espace. L'enquête aboutit à la culpabilité de l'astronaute Brian Harper. Ce dernier essaie de convaincre les juges que l'accident est dû à une collision avec une étrange matière noire. Mais personne ne le croit. Plusieurs années plus tard, la Lune commence à se rapprocher de la Terre créant des catastrophes en série et mettant à mal la survie de l'humanité.

    SPOILERS

    Que dire de ce film en dehors du fait qu'il est raté ? Pour rappel, le réalisateur a créé Independance Day mais aussi le très mauvais 2012. Personnellement, le passé d'Emmerich ne me permettait pas d'espérer un bon film et je suis entré dans la salle en espérant un bon gros navet qui puisse me faire rire comme ce fut le cas pour le film 2012. Nous avons tout pour le faire, des personnages torturés qui préfèrent se hurler dessus à cause de leurs relations romantiques plutôt que de travailler, un conspirationniste qui n'a aucune preuve de ses théories mais a tout de même raison sur tout et une catastrophe spectaculaire.

    L'un des gros problèmes de ce film concerne les personnages. Aucun n'est intéressant. Aucun ne donne envie d’espérer leur survie, bien au contraire. Harper et Fowler sont les personnages qui essaient de réussir à sauver la Terre malgré leurs difficultés pour dialoguer. Houseman sert à la fois à déclamer des lignes de dialogues qui sont censés être scientifiques et à faire rire. Puis nous avons les enfants. Harper veut retrouver le respect de son fils tandis que Fowler veut sauver son propre fils. Les enfants vivent ensemble une tentative de survivre, malgré les dangers et les pillards. Nous avons aussi le général qui croit en l'armée mais qui croit encore plus en sa femme. Et nous avons le beau-père qui meurt opportunément afin de laisser la véritable famille se reconstituer autours de Harper. Aucun de ces personnages n'est intéressant, ce qui est une réussite en soi.

    Ensuite il y a le problème du scénario. Presque immédiatement, on doit accepter de croire que la Lune est une mégastructure. Mais personne ne définit le terme ni ne donne de preuves avant bien longtemps au sein du film. Cette idée permet d'amener une menace alien synthétique liée aux êtres qui ont créé la Lune. Cette création fait de la Terre et de l'humanité une forme d'espèce élue chargée de continuer l'histoire de leurs ancêtres aliens. Malheureusement, ceci ne fonctionne pas du tout à l'écran et seul l'hilarité, dans mon cas, a permis d'accepter la scène d'exposition.

    * La honte que ce film puisse exister pourrait se mêler à l'hilarité devant les ratés du scénario et de la mise en scène
    ** 
    *** 
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • La guerre froide par Catherine Durandin

    Titre : La guerre froide
    Autrice : Catherine Durandin
    Éditeur : Presses universitaires de France 18 septembre 2019
    Pages : 128

    La guerre froide fut une composant majeure de la vie de l'après-seconde guerre mondiale jusqu'au début des années 90 lorsque le bloc occidental, autours des USA, semble avoir vaincu le bloc de l'est, autours de l'URSS. Mais la guerre froide est aussi l'histoire d'une guerre qui n'a pas eu lieu, militairement du moins, puisque les combats ont été déplacés vers d'autres pays et sur les fronts économiques et culturels. Ce petit que sais-je offre une vision synthétique de cette histoire.

    L'autrice suit une forme chronologique. Les chapitres permettent de voir les débuts de la guerre, dont elle questionne la chronologie, jusqu'à sa fin et les conséquences de la chute de l'URSS. Il faut noter que l'autrice se concentre sur les questions militaires. Elle met en avant les conflits potentiels et les réflexions stratégiques aussi bien en URSS qu'aux USA. On ne lit que peu de passages concernant les questions politiques, intérieurs comme extérieurs, ou culturels et économiques.

    Cependant, ce petit ouvrage s'inscrit dans l'actualité puisque l'autrice met en avant les conséquences de la fin de L'URSS. Elle se concentre en particulier sur les tensions autour de l'extension de l'OTAN dans l'ancienne sphère soviétique. Quelle que soit la position des lecteurs et lectrices cette extension du livre permet de mieux comprendre les tensions actuelles et passées autours de l'Europe de l'Est. Ainsi, et par hasard en ce qui me concerne, ce livre permet d'illustrer ce qui est en train de se dérouler autours de l'Ukraine, même si l'autrice reste très synthétique à cause de la collection dans laquelle ce livre est édité.

    Image : Éditeur

  • La roue du temps 7. Un lever de ténèbres première partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 7. Un lever de ténèbres première partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 13 novembre 2019
    Pages : 888

    Ce tome 7 est la première partie du volume intégral 4. La Pierre de Tear est tombée. Rand Al Thor l'a prise ainsi que l'épée légendaire Calandor. Le monde, quand les dirigeant-e-s auront reçu la nouvelle, sauront sans l'ombre d'un doute que le Dragon s'est réincarné et donc que la fin de l'âge actuel approche. Mais les ténèbres ont déjà pris le contrôle de plusieurs nations. Tear en était avant d'être prise. Mais d'autres sont contrôlées par des rejetés ou en voie de l'être. Face aux nombreux dangers Rand et ses ami-e-s vont devoir se séparer à nouveau dans l'espoir de prendre les ténèbres par surprise et d'éviter leurs morts.

    SPOILERS

    Les éditeurs français ont l'habitude un peu étrange de couper les livres anglais en plusieurs parties. Est-ce pour se faire plus d’argent ? Parce que les éditeurs pensent aux maux de dos des personnes qui vont lire ? Je ne sais pas. Mais ces découpages impliquent que l'on ne suit pas les romans selon le fonctionnement voulu par les auteurs et autrices.

    Je ressens fortement ceci pour ce tome puisqu'une grande partie du tome décrit les personnages en train de réfléchir à leurs actions futures. C'est une longue partie qui aurait mérité d'être plus courte mais je peux comprendre que l'auteur ait souhaité montrer comment Rand et ses ami-e-s se débrouillent après avoir pris une place aussi importante à Tear. Mais il faut de la patience pour que les intrigues commencent à bouger de nouveau avec plusieurs directions.

    Le dernier volume ne permettait pas de montrer comment Rand change. Ce tome le montre bien mieux. Il est beaucoup plus certain de ses choix, même s'il prend le temps de réfléchir. Il apprend à être un dirigeant avec l'aide secrète de Tom. Le jeune garçon naïf du premier tome a définitivement disparu pour quelqu'un de plus implacable. L'auteur essaie aussi de nous montrer que l'usage du Pouvoir lui coute de plus en plus, qu'il commence à perdre pied sans être encore totalement perdu.


    ** 
    *** 
    **** Reste à voir comment la seconde partie reprend les événements qui terminent la première partie.
    *****

    Image : Éditeur