star wars

  • Star Wars: Thrawn ascendancy. Lesser evil par Timothy Zahn

    Titre : Star Wars : Thrawn ascendancy. Lesser evil 
    Auteur : Timothy Zahn
    Éditeur : Penguin 16 novembre 2021
    Pages : 576

    Ce troisième tome doit conclure cette trilogie et la relier à celle qui se déroule durant la période impériale (jusqu'à la disparition de Thrawn à la fin de la série Rebels). Les Chiss sont une nation forte mais qui a dû résister à un nombre de plus en plus important d'attaques durant les dernières années. Une menace pirate, une déstabilisation interne qui a failli tourner en guerre civile, sans oublier les tensions entre les grandes familles. Cet effort n'est pas terminé Thrawn sait qu'il y a une personne qui manipule les événements et nations dans le but de détruire les Chiss. Et il est prêt à tout pour supprimer cette menace, même si cela implique sa fin.

    SPOILERS

    Thrawn et Timothy Zahn ont la réputation d'être le personnage et l'auteur les plus attendus de l'univers Star Wars. Le nouvel univers a maintenant deux trilogies autours de Thrawn, qui est aussi apparu en version animée et va probablement revenir dans la série écrite autours d'Ahsoka. Il y a donc une forte attente pour ce dernier tome de cette seconde trilogie. Comme les précédents, le génie militaire de Thrawn est largement mis en avant. Il est capable de préparer, gérer et adapter une bataille sans jamais perdre son sang-froid. Ce roman réussit aussi à terminer les différentes intrigues politiques et militaires, tout en laissant de la place à d'autres histoires.

    En effet, lors de son arrivée au sein de l'Empire Thrawn annonçait l'existence de menaces importantes au sein du "Chaos". L'Empire est vu par les Chiss comme une menace potentielle mais aussi un moyen pour combattre ces menaces et éviter la destruction. Ce roman permet de comprendre les buts de Thrawn vis à vis de l'Empire et surtout pourquoi il lui est si fidèle. Seule une puissance unie serait capable de résister à la menace que les Chiss n'ont que ralentie. Ce roman permet donc, je pense, de préparer la suite de l'histoire de Thrawn. Je ne serais pas étonné que la quête d'Ahsoka la mène en direction des Chiss et que l'on retrouve les menaces que Thrawn craint.


    ** 
    *** 
    **** 
    ***** Un dernier roman qui réussit à terminer tout en se reliant à la première trilogie et en préparant, je suppose, la suite

    Image : Éditeur

  • Star Wars: Catalyst par James Luceno

    Titre : Star Wars : Catalyst 
    Auteur : James Luceno
    Éditeur : Penguin 18 mai 2017
    Pages : 496

    La guerre entre la République et les Séparatistes a englouti presque l'entier de la galaxie connue. Tout le monde doit prendre part à l'un ou l'autre camp. Mais un homme essaie d'éviter la guerre. Il a fui le plus loin possible pour que ses recherches ne soient pas utilisées militairement. Cet homme est Galen Erso. Il est l'un des plus grands génies de la galaxie. Et, aujourd'hui, les militaires de la République et des Séparatistes le recherchent. Les deux camps essaient de créer une super arme et Galen Erso pourrait leur donner la clé d'une puissance jamais vue auparavant.

    SPOILERS

    Ce livre est moyen. Il est pourtant présenté comme une lecture majeure et nécessaire pour comprendre le film Rogue One. Pour rappel, ce film montrait comment les Rebelles avaient pris connaissances de l'existence de l'Etoile Noire, menant au film 4. Le roman communique de nombreuses informations sur plusieurs personnages, ce qui permet de mieux comprendre les relations dans le film. Le roman explique aussi comment le projet a été gardé caché par l'Empire tout en créant des combats politiques pour savoir qui en serait le commandant. Mais ce roman n'est pas particulièrement passionnant. De nombreux éléments sont trop lent à être mis en place. En fait, le roman aurait pu être divisé de moitié sans gâcher le propos principal.


    ** 
    *** Médiocre
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars Visions

    Il y a quelques temps Disney annonçait une série d'anthologie dans l'univers Star Wars mais qui ne serait pas inclus dans le canon. En tant que grand fan de Star Wars je me devais de regarder cette série. Elle est constituée de 9 épisodes qui n'ont aucun lieu entre eux. Les épisodes sont créés par des studios d'animation japonais. On suit plusieurs personnages dans le passé comme dans le futur. Que ce soient des duels, des trahisons fraternels ou des relations entre les personnes... toutes les histoires on comme liens la Force.

    Il est difficile de critiquer cette série de manière globale. Les épisodes n'ont pas seulement tous des histoires différentes ils sont aussi écrits et produits de manière différentes. Certains épisodes nous offrent des événements très localisés, se concentrant sur des duels ou des relations entre deux personnes. D'autres épisodes mettent en avant des histoires plus vastes (par exemple la reconstruction de l'ordre Jedi après la redécouverte des sabrolasers).

    Personnellement, j'ai plutôt apprécié cette série. J'ai particulièrement aimé les épisodes qui s'intéressent aux questions internes des jedis, leurs difficultés face aux tentations d'agir de manière brutale. Mais aussi leur lien avec le monde qui les entoure. D'autres épisodes m'ont semblé moins intéressants, même si je ne les déteste pas. Par exemple, l'histoire du droïde qui souhaite devenir un jedi est très poétique mais pas réellement de mon goût. Ce qui ne m'empêche pas de m'y être intéressé.


    ** 
    *** 
    **** Une série anthologique sur star wars ? Bien entendu que je l’apprécie !
    *****

    Image : IMDB

  • Trawn Ascendancy 2. Greater good. Star Wars par Timothy Zahn

    Titre: Trawn Ascendancy 2. Greater good. Star Wars
    Auteur :  Timothy Zahn
    Éditeur : Penguin 27 avril 2021
    Pages : 432

    Si on connait Star Wars et son univers étendu il y a de grandes chances que l'on connaisse le Grand Amiral Thrawn. Avec le nettoyage opéré par Disney le personnage avait temporairement disparu pour réapparaitre dans une trilogie de romans, la série Rebels et maintenant cette trilogie se déroulant dans l'espace contrôlé par l'espèce de Thrawn. Il est probable que le personnage apparaisse dans d'autres productions.

    Ce roman se déroule alors que Thrawn se lance dans une carrière militaire spectaculaire. Mais une telle réussite implique aussi des ennemis, même au sein de sa propre famille dont certains membres craignent qu'un échec ne mène la famille à la ruine politique. Thrawn est envoyé s'occuper de plusieurs missions qui devraient permettre de le neutraliser. Mais il se trouve lié à un complot visant la destruction des Chiss, la seconde menace importante qu'il ait à neutraliser. Celle-ci est plus subtile que la première car elle s'insère dans le fonctionnement politique des Chiss alors que la première était purement militaire. Et Thrawn ne comprend rien à la politique.

    SPOILERS

    Pour un roman qui prétend prendre Thrawn comme personnage principal ce dernier n'apparait que peu. On apprend surtout comment fonctionne la société Chiss et donc ses points faibles. On en apprend aussi un peu plus sur ses ennemis. Ainsi, Thrawn ne contrôle pas ce qui lui arrive. Il réagit aux menaces immédiates sans se rendre compte des problèmes politiques qui l'ont mené au point où il se trouve. Cette menace est lente à se mettre en place mais l'auteur réussit à la rendre logique en usant des pièces qu'il introduit dès le début.

    J'aurais aimé plus de politique. Mais un roman sur Thrawn doit nécessairement donner une bonne place aux questions militaires. On observe Thrawn commander lors de plusieurs batailles et prendre des décisions basées sur sa capacité unique à comprendre son ennemi. Malheureusement, l'auteur ne nous laisse pas forcément assez d'information pour que l'on puisse réellement suivre le raisonnement de Thrawn et, comme les autres personnages, on doit l'accepter et voir comment il sort de situations difficiles et dangereuses pour lui comme pour les Chiss.


    ** 
    *** 
    **** Un bon roman mais qui ne donne pas assez d'informations pour comprendre les décisions de Thrawn
    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars : The High Republic : Out of the shadows par Justina Ireland

    Titre : Star Wars : The High Republic : Out of the shadows
    Autrice :  Justina Ireland
    Éditeur : Disney 27 juillet 2021
    Pages : 352

    Nous nous trouvons peu de temps après l'attaque contre la fête de la République. Les Nihils sont repoussés mais restent une menace importante pour la galaxie. D'autant qu'illes créent aussi des plants de Drengir. Mais la République n'est pas tout à fait unie pour contrer cette menace. Les jedis ne sont pas non plus touxtes d'accord sur la décision à prendre. Faut-il déclarer la guerre aux Nihils et se muer en ordre militaire républicain ou rester une force de paix envoyée en cas de besoin ? La jedi Vernestra Rwoh se pose ces questions alors qu'elle est envoyée pour régler une dispute commerciale. Lors de cette mission, elle rencontre Sylvestri Yarrow qui a vu sa mère mourir devant elle lors d'une attaque des Nihils. Mais est-ce la réalité ?

    SPOILERS

    Les romans précédents de la période de la Haute République nous montrent une galaxie fortement unie autours des idéaux démocratiques. On nous montrait aussi des jedis au plus haut de leur puissance, capable de sauver un système entier par leurs actions. Ce roman complexifie tout cela en montrant ce que les Nihils savaient : la République a intégré des sympathisants des Nihils. Une partie des sympathisants le sont par calculs politiques, d'autres par calculs économiques. En tout cas, on comprend que la République n'est pas autant unie ni aussi efficace qu'on ne le pensait.

    Ce roman permet aussi de reparler des Jedis. Illes sont montrés comme puissants et capables de prouesses mais trop peu nombreux pour réellement réussir à accomplir leur mission. Illes sont surtout particulièrement naïf en ce qui concerne leur place au sein de la galaxie. Comme un dialogue entre deux des personnages principaux l'explique, les jedis sont probablement trop contemplatifs et retirés du monde pour le comprendre comme il se devrait. C'est un des thèmes de la série animée Clone Wars qui montre les jedis de plus en plus isolés du peuple qu'illes sont censés aider. Un isolement qui a comme prix une perte de soutien et leur destruction lors de la purge initiée par les siths et les clones. Ce qui a mené l'ordre jedi à sa fin est donc un problème ancien.


    ** 
    *** Un petit roman sympathique
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars : The High Republic : The rising storm par Cavan Scott

    Titre : Star Wars : The High Republic : The rising storm
    Auteur :  Cavan Scott
    Éditeur : Disney 29 juin 2021
    Pages : 448

    La Catastrophe ayant coupé l'hyperespace n'est pas oubliée. Mais la République, via la chancelière Soh, souhaite aller vers le futur et célébrer son unité et sa diversité. Pour cela, la chancelière a commandé une grande foire qui se déroulera sur une planète pendant plusieurs mois. Les préparations sont immenses et un grand nombre de planètes sont conviées pour l'ouverture. Malgré quelques questions, personne ne pense réellement à stopper la foire. La République n'a-t-elle pas détruit le gros des forces Nihils ? Les Drengirs ne sont-illes pas une menace lointaine ? Mais un Jedi a un mauvais pressentiment.

    SPOILERS

    Il ne faut pas beaucoup réfléchir pour comprendre que les jedis sont arrogants. La première trilogie, les films 1-3, montrent un ordre Jedi qui se mue en ordre militaire en quelques années. Incapables de mettre en question les choix malgré la menace Sith. Ce roman montre lui aussi l'arrogance des jedis et de la République. Les deux organisations se considèrent pratiquement invincible et incapable de faillir malgré les menaces Nihils et Drengirs. Dans les deux cas, les jedis et la République ne savent pratiquement rien et pourtant pensent pouvoir facilement vaincre. Heureusement, cette période de la Haute République montre une galaxie unie autours de l'espoir d'un avenir meilleur et la nécessité de l'union face à l'adversité, une différence majeure qui permet aux jedis de survivre et de garder la confiance du public.

    L'intrigue est servie par un auteur bien plus talentueux que pour le précédent livre. Bien que ce roman soit plus long il donne l'impression de se lire plus rapidement. Les point de vue internes sont bien mieux utilisés et permettent de réellement créer des personnages, de leur donner substance et intérêt. Mieux encore, l'auteur montre comment les jedis évitent de tomber dans le piège que connaitront leurs descendants. Même si la République demande leur aide, illes refusent de devenir des militaires. À plusieurs reprises, l'auteur nous montre comment les jedis combattent, en cherchant toujours un moyen d'éviter de prendre des vies. L'auteur montre aussi que les jedis ne sont pas suffisant pour défendre la galaxie. Malgré leur puissance, les attaques d'envergures comme celles montrées dans ce roman, ne peuvent pas être stoppées et les jedis ne peuvent que réagir et essayer de sauver le plus de monde possible. Au vu des deux menaces décrites pour cette période, je me demande comment les prochains romans tenteront de créer un moyen de défendre la galaxie sans tomber dans le piège qu'est la guerre des clones.


    ** 
    *** 
    **** Après un premier roman assez mauvais un second que je trouve très bon
    *****

    Image : Disney

  • Titre : Star Wars: The High Republic: Light of the Jedi par Charles Soule

    Titre : Star Wars : The High Republic : Light of the Jedi
    Auteur : Charles Soule
    Éditeur : Disney 5 janvier 2021
    Pages : 400

    La République est riche et en paix. La chancelière Soh lance cette République dans un mouvement d'expansion sans précédent en direction des zones les plus reculées de la galaxie. Le symbole de cette expansion est le Phare. Un moyen d'offrir non seulement des biens et des services à la galaxie mais aussi de créer un symbole de la République pour les personnes qui entendent son signal. Au sein du phare est construit le temple Jedi le plus important en dehors de Coruscant. Mais la galaxie est dangereuse. Ce qui semblait être une tragédie qui obligea la fermeture des voyages au sein de l'hyperespace pourrait cacher une intention malveillante.

    SPOILERS

    Ce roman est censé lancer la période la Haute République. Il débute par une catastrophe ainsi que par l'arrivée d'une menace pour la République. Une seconde menace est annoncée à la fin du roman, probablement celle qui est apparue dans Into the dark. Malheureusement, l'exercice est raté. L'auteur devait probablement trop faire. Il doit créer un statut quo puis le détruire tout en posant les fondations des prochains romans. Cela implique beaucoup de personnages de statuts divers. Honnêtement, j'ai eu du mal à me souvenir qui est qui et quels sont les rapports entre les personnages. Les antagonistes pâtissent aussi de ce problème puisque leur caractérisation est très simpliste détruisant toute possibilité de les rendre plus intéressant.

    Le livre est aussi trop long. La première partie est intéressante. Elle montre comment fonctionne cette République et nous montrant Jedi et militaires travailler ensemble afin d'aider une planète en détresse. On sent que la solidarité est au centre de cette période. Une seconde partie concerne l'enquête. On suit en même temps les Jedis et les Nihils. Petit à petit, on observe les personnages comprendre ce qui est en train d'arriver tout en nous expliquant comment les Nihils peuvent voyager comme illes le font. La dernière partie est celle de la confrontation entre Nihils et la République. En dehors de la dernière partie, courte et brouillonne, tout est bien trop long. Des paragraphes entiers se répètent et auraient pu être supprimés. Tout se passe comme si l'auteur voulait absolument atteindre un nombre donné de pages sans savoir comment les remplir. Donc il ajoute des effets d'introspection. Mais ces effets ne fonctionnent pas car on ne connait pas assez les personnages et au vu du nombre important mis en avant dans ce roman on ne peut pas les connaitre.


    ** Un début très décevant pour la Haute République
    *** 
    **** 
    *****

    Image : Disney

  • Star Wars: The High Republic: Into the dark par Claudia Gray

    Titre : Star Wars: The High Republic: Into the dark
    Autrice : Claudia Gray
    Éditeur : Disney 2 février 2021
    Pages : 352

    La République est forte. Elle commence à imposer ses lois aux mondes les moins civilisés de la galaxie, mais avec leurs accords. Son organisation bureaucratique est efficace. Les Jedis sont aussi aux plus haut de leur puissance. Jamais illes n'ont été aussi nombreux. Leur but est aussi bien de garantir la paix que d'être les ambassades de la République pour les systèmes qui n'en font pas encore partie. Afin de montrer la puissance de la République un phare est construit. Celui-ci devra illuminer la galaxie pour des siècles avec l'aide des Jedis. Et c'est dans ce phare que la maitresse du padawan Reath Silas souhaite se rendre. Mais Reath déteste les aventures et veut devenir archiviste. Lorsque l'hyperespace souffre d'un grave accident à cause d'une nouvelle menace Reath pense immédiatement avoir eu raison. Malheureusement, cela implique aussi une aventure...

    SPOILERS

    Ce roman se déroule en parallèle d'une histoire plus importante. Même si les points principaux de cette période de la Haute République sont montrés, le phare mais aussi la catastrophe dans l'hyperespace et la menace des Nihils, ces aspects sont secondaires. Les personnages ne sont pas immédiatement confrontés à ces ennuis, même s'ils sont présents. Ce n'est donc probablement pas la meilleure entrée dans cette nouvelle période, mais la lecture ne m'a pas perdu pour autant. Il est probable que d'autres romans communiquent des informations plus importantes.

    Ce roman présente plusieurs Jedis qui ont des problèmes d'équilibres. Reath pense uniquement à ses besoins et non aux besoins de l'ordre. Ce qui le conduit à défendre son confort afin de faire ce qu'il aime au lieu de tenter d'aller au-delà pour le bien des autres. Dez Rydan, lui, est bien trop aventureux et devrait tenter de moins chercher les conflits. Orla Jareni, la plus intéressante, ne pense pas que le Conseil des Jedis ait raison sur tout. Elle décide donc de se déclarer wayseeker ce qui lui permet de tenter de relier ce qu'elle croit avec les enseignements de l'Ordre tout en évitant d'être liée aux règles suivies par les Jedis. Enfin Cohmac Vitus cache une colère face à l'impossibilité d'accepter ses émotions, selon les enseignements jedis. Ces quatre personnages ne sont pas parfaits. Illes ont une incapacité à se conformer à ce qu'on leur a appris. Illes permettent aussi de montrer que les Jedis étaient plus variés que la période la Guerre des Clones ne le montre.


    ** 
    *** Un petit roman qui ne donne pas encore grand-chose mais avec plein de bonnes idées
    **** 
    *****

    Image : Disney

  • The Mandalorian saison 2

    Lors de la saison 1 le Mandalorien, Din Djarin, a lutté pour garder en sécurité un enfant Jedi. Il a reçu comme tâche de le rendre à son peuple. Mais les Jedis ne sont plus qu'une légende. Rares sont les survivant-e-s de la purge perpétrée par l'Empire après la guerre des Clones. Cependant, le Code de Din Djarin lui impose de tout tenter pour retrouver des Jedis capables d'entrainer l'enfant et de le garder en sécurité. Pour les retrouver il devra enquêter dans les lieux les plus lointains. Des lieux qui ne sont pas encore sous la juridiction de la Nouvelle République et dans lesquelles quelques poches impériales subsistent.

    SPOILERS

    La première saison fut une très bonne surprise pour moi. On voyait enfin en quoi les impériaux, leur technologie est effrayante. Un Tie est capable de mettre à mal toute une communauté si celle-ci n'est pas assez armée. Les AT-ST sont capables de tuer en masse. L'entrainement des stromtroopers est, certes, basiques face à l'entrainement des clones mais leur masse et leur fanatisme les rend dangereux. Cette seconde saison continue dans cette direction. Les impériaux ne sont plus aussi armés qu'avant, mais même avec des vaisseaux moins importants l'Empire, ou ce qu'il en reste, est toujours un danger.

    Ce qui permet à cette série d'être aussi réussie est aussi sa constance en ce qui concerne les personnages. Din Djarin suit un code. Un code qui lui impose de ne jamais enlever son casque devant une autre personne. Ainsi, lorsque Din Djarin brise ce code on comprend parfaitement à quel point il est attaché à l'Enfant. Cette seconde saison permet aussi de mieux relier la série au reste de l'univers star wars en faisant revenir des personnages clés. Mais ces personnages ne sont pas des fans service, du moins pas entièrement, illes ont des buts spécifiques qui sont, parfois, en adéquation avec la quête de Din Djarin. La fin de la saison 2 ouvre sur une nouvelle série mais aussi sur un changement potentiellement majeur pour Din Djarin. Je me réjouis de voir ce qui va lui arriver.


    ** 
    ***
    **** 
    ***** Superbe

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Star Wars. The Bad Batch

    La guerre des clones fait rage. Toute la galaxie est impliquée dans ce combat entre la République, servie par les Jedis et les Clones, et les Séparatistes ainsi que les armées de droïdes. Mais la fin approche, le général Grievous et Dooku sont obligés d'user de tactiques désespérées. Une des batailles a lieu sur Kaller. La force clone 99 s'y trouve aussi pour assister le général Jedi ainsi que son padawan. Mais, au plein milieu de la bataille, l'ordre 66 est annoncé. La force 99 doit choisir entre la fidélité envers une armée qui ne défend plus une République mais un Empire et la désertion.

    SPOILERS

    The bad batch se déroule juste après le film 3 ainsi que la série Clone Wars. Les premières minutes se déroulent en même temps. La série fait partie d'une suite de projet qui doit permettre d'explorer un peu plus l'univers star wars. The bad batch doit permettre d'observer la création de l'Empire grâce aux soldats qui ont combattu pour la République. Cette idée promettait quelque chose d'intéressant puisqu'on pouvait écrire une histoire de conflit de loyauté dans un univers en mutation.

    L'Empire commence, en effet, à se créer. Mais sa création est presque trop rapide. Immédiatement, des rebelles sont connus et l'Empire commence à remplacer les Clones. Peu à peu, les vaisseaux commencent à atteindre le style impérial. Très rapidement, l'Empire commence à agir de façon brutale. Certes, la série Clone Wars préparait à cette prise de pouvoir. Les différentes institutions étaient de plus en plus centralisées tandis que l'armée devenait omniprésente. Mais j'aurais aimé que la série prenne un peu plus de temps à montrer comment le rôle de l'armée des clones se modifie. Ce qui aurait permis de donner un peu plus de substance au conflit interne à la Force 99.

    De plus, un problème qui me semble important dans cette série concerne les personnages principaux. On ne les connait pas et la première saison ne permet pas réellement d'apprendre à savoir qui illes sont. Une bonne partie des épisodes impliquent des mentions ou des références fortes à des personnages liés à d'autres séries (Hera Syndulla, et Rex par exemple). Parfois, j'ai l'impression que The Bad Batch ne sert qu'à relier les différentes séries ou à préparer l'arrivée de prochains projets. Mais ce n'est que rarement que l'on peut s'intéresser aux personnages principaux et à leur intrigue. J'espère que la saison 2 prouvera que je me suis trompé.


    ** 
    *** Série un peu moyenne.
    **** 
    *****

    Image : Site officiel

  • Star Wars: Alphabet Squadron 2. Shadow Fall par Alexander Freed

    Titre : Star Wars : Alphabet Squadron 2. Shadow Fall
    Auteur :  Alexander Freed
    Éditeur : Penguin 23 juin 2020
    Pages : 416

    CW : mentions de crimes de guerre, PTSD, mentions d'envie de suicide, crimes de guerre, torture

    Shadow Wing est l'une des équipes de Ties les plus entrainées de ce qui reste de l'Empire. Mais la défaite au-dessus d'Endor, l'opération Cinder ainsi que la bataille de Pandem Nai ont mis à mal la cohésion des pilotes. Alors qu'un nouveau commandant essaie de recréer l'équipe en vue de lui permettre d'être utile à l'effort de guerre une partie des efforts de la Nouvelle République se portent sur une planète gravitant autour d'un trou noir. Mais cette campagne est aussi un moyen de créer un piège pour ce qui reste de Shadow Wing. Celui-ci va-t-il fonctionner ou la Nouvelle République risque-t-elle, encore une fois, d'échouer face à cet escadron d’élite ?

    SPOILERS

    Ce roman suit immédiatement le tome précédent des aventures d’Alphabet Squadron. Nous retrouvons les mêmes personnages avec les mêmes problèmes. En effet, nous n'avons pas une équipe fonctionnelle en face de nous. Ce sont des personnes qui souffrent, ont peurs, subissent la guerre dans toute son horreur et les pertes que cela implique. Cette mise en scène qui ne montre pas d'héroïsme réel se retrouve dans les combats qui sont décrits. C'est difficile, on voit les personnages souffrir, être en manque de sommeil et qui observent les troupes mourir pour une mission qui n'est pas toujours comprise. Le roman réussit parfaitement à créer cette impression de futilité et de danger constant pour les membres d'une armée en train de vaincre, mais encore loin de la paix.

    Mais on peut se demande si le roman est réellement réussi. Personnellement, je suis mitigé. D'une part j'apprécie que l'on ne romantise pas la guerre et ses coûts pour les personnes qui la font, qu'elle que soient leur place dans cette guerre. Montrer les soldats de l'Empire dans leur humanité permet de faire cela. On comprend qu'illes ne sont pas toustes des criminels de guerres mais qu'illes veulent parfois uniquement survivre. En revanche, je n'ai pas l'impression que le roman permet réellement de terminer une histoire. La fin de ce tome ne voit la victoire de personne. Personne n'a réellement changé à la suite de ces combats. En fait, j'ai l'impression d'un retour complet à la ligne de départ. J'ai l'impression que ce qui rend ce roman intéressant est, justement, ce qui le fait échouer : l'écriture des personnages.

    *
    ** 
    *** Que penser de ce second volume ? Honnêtement je ne suis pas certain de le savoir
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars Resistance 1-2

    Kazuda Xiono est un jeune pilote de la flotte de la Nouvelle République. Il est l'héritier d'un sénateur et de l'une des familles les plus riches du système d'Hosnian Prime. Mais, contrairement à son père, il se rend compte du danger du Premier Ordre. Il décide de quitter l'armée de la Nouvelle République et d'entrer au sein de la Résistance, considérée comme un groupement fanatique. Sa mission est simple. Il doit s'infiltrer sur une station de ravitaillement sur la planète Castilon. Il y découvre un monde partagé entre les attaques de pirates et les courses. Mais aussi une station qui se rapproche, petit à petit, du Premier Ordre.

    SPOILERS

    L'idée de cette série était intéressante. Elle nous permettait de suivre un jeune résistant alors qu'il observe le Premier Ordre prendre de l'importance sur une planète précise. Mieux encore, la série se déroule, lors de ses deux saisons, en parallèle de la troisième trilogie. Il y a donc un certain nombre de possibilités de nous montrer les événements à l'aide d'autres points de vue, en particulier des personnes qui essaient seulement de rester en sécurité au sein d'une galaxie de plus en plus dangereuse. De plus, la série promettait des courses et des combats.

    Malheureusement, la série n'est pas très réussie. J'ai beaucoup de mal à m'intéresser aux personnages. Je peux comprendre que le public visé soit jeune, mais tout est trop facile à deviner. Les personnages sont souvent peu intéressants ou simplement grotesques. Jamais je n'ai réussi à avoir une impression de danger face aux ennemis de la série, qui sont trop incapables pour cela. La saison deux est encore pire. En effet, alors que la première saison nous offre un fil rouge précis la seconde saison se contente de faire des épisodes avec un problème spécifique qu'il faut résoudre à chaque fois et, de temps en temps, le Premier Ordre qui arrive et auquel il faut échapper. Donc rien de bien intéressant...

    *
    ** Bof
    ***
    ****
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • The Mandalorian

    Disney a été accusé de beaucoup de choses depuis que l'univers star wars a été racheté. Une partie des accusations sont adéquates. Mais Disney a tout de même mis tout le monde d'accord avec sa première série en streaming : The Mandalorian. Celle-ci se déroule un temps indéterminé après la chute de l'Empire à Jaaku. La série débute sur une planète qui semble peu civilisée. On y trouve des chasseurs de primes qui vivent au sein d'une guilde. L'un de ces chasseurs est le Mandalorien. Il semble vivre seul. Il se contente de chasser des criminels et des personnes plus sympathiques sans jamais prendre de pauses. Il est l'un des chasseurs les plus chers mais aussi parmi les meilleurs. Tout change lorsqu'une mission le conduit à travailleur pour ce qui reste de l'Empire.

    SPOILERS

    Cette série est calme et sans démesure. On n'a pas l'impression d'un déluge d'effets spéciaux ni d'une envie d'en mettre plein la vue avec des combats aux chorégraphies improbables. Les combats sont courts et sales. Le but est de gagner et pas de faire joli. Cette ambiance est portée par une musique parfois presque inaudible mais qui accompagne fortement ce qui se déroule à l'écran. Personnellement, j'ai beaucoup aimé le thème du Mandalorian qui me semble être particulièrement réussi. Même l'intrigue n'est pas fortement mise en avant. On suit les tentatives de survivre du Mandalorian et son souhait de protéger quelqu'un.

    Cependant, il ne faut pas penser que ceci nuit aux moments de tentions. Au contraire, il me semble que la série redonne sa gloire à certaines technologies de Star Wars qui semblaient trop faciles à stopper alors qu'elles sont décrites comme des cauchemars ambulants. Trois séquences me resteront en mémoire. Le passé par l'attaque des droïdes contre une planète. Alors que les films et les séries semblent les montrer comme faciles à détruire cette séquence montre l'horreur qu'une population civile peut ressentir. L'attaque du AT-ST est tout aussi réussie et permet de montrer à quel point cette chose est dangereuse ! Enfin, le combat entre le Mandalorian et le Tie Fighter est extrêmement réussi. La saison se termine sur une nouvelle quête mais aussi un cliffhanger que j’espère voir résolu.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Selon moi, une très bonne série. On espère que les autres saisons seront tout aussi bonnes et garderont le même rythme avec un nombre restreint d'épisodes

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Star Wars: The clone wars saison 7

    Star Wars: The clone wars a duré 6 saisons. La dernière donnait de nombreux beaux moments mais ne terminait pas réellement l'histoire alors que Disney avait racheté la franchise. Quand soudain, une dernière saison fut annoncée qui termine réellement la série. The Clone Wars se déroule entre le film II et le film III. La série met en scène la guerre entre les Clones, les Jedis et les Séparatistes alors qu'un complot Sith prend forme. La saison 7 se déroule après la saison 6 et reprend donc un certain nombre de conséquences vue auparavant. Elle se déroule en partie durant les événements du film III, que l'on connait.

    SPOILERS

    La saison 7 est divisée en trois arcs scénaristiques pour 12 épisodes. Le premier arc concerne les clones. Une minorité avait appris que l'armée était équipée d'une puce de contrôle. Cet arc permet de garder leur humanité en cassant leur uniformité, ce que la série avait fait auparavant, mais aussi en sauvant l'un des premiers clones que l'on découvre dans la série. Il est, selon moi, important de les humaniser. Ce sont des soldats mais aussi des personnes qui sont manipulées. Pire encore, les clones sont obligés de combattre sans avoir les mêmes droits que les citoyen.ne.s de la République. Au moins, la série leur offre une forme d'individualité.

    Un second arc se concentre sur Ahsoka Tano. Celle-ci avait quitté l'ordre Jedi après avoir été trahie par le Conseil des Jedis. Nous n'en savions pas plus avant de la retrouver dans Rebels on dans les romans. Durant cet arc, elle rencontre deux sœurs qui sont impliquées dans des activités dangereuses sans se rendre compte des problèmes qu'elles risquent. Ici, Ahsoka renoue avec la véritable mission des Jedis. Au lieu de faire la guerre elle protège et aide des personnes qui en ont besoin, sans chercher de récompenses mais parce qu'elle le peut. La critique de la politique des Jedis a eu lieu à quelques reprises dans la série mais ces épisodes permettent surtout de mettre en contraste leur aspect de guerriers face à leur véritable rôle au sein de la République.

    Enfin, le dernier arc se déroule durant le film III. Il marque le retour de Maul face à Ahsoka. Sans en dire trop, les 4 épisodes qui terminent la série permettent de mettre en avant le danger que vit la République, l'aveuglement des Jedis et la confusion de certains clones face à ce qui leur arrive. Les événements des épisodes font références à certains événements du films III, parfois en reprenant des dialogues précis. Cette fin est très spectaculaire avec deux dernières scènes particulièrement émouvantes.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Une dernière saison à la hauteur de mes espérances

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Galaxy's Edge: Black Spire (Star Wars) par Delilah S. Dawson

    Titre : Galaxy's Edge : Black Spire (Star Wars)
    Autrice : Delilah S. Dawson
    Éditeur : Penguin 30 juin 2020
    Pages : 576

    TW : Torture, mention de traumatismes physiques et psychologiques

    Vi Moradi est revenue de sa dernière mission brisée aussi bien mentalement que physiquement. Mais elle peut enfin retourner sur le terrain. La générale Leia Organa souhaite l'envoyer chercher des planètes sur lesquelles la Résistance pourrait se cacher en cas de catastrophe militaire. Et cette catastrophe se produit lorsque la Nouvelle République est anéantie par la Starkiller Base puis lorsque la Résistance est pratiquement détruite par Kylo Ren. Vi Moradi se rend donc sur Baatu. Une planète insignifiante proche des zones inexplorées de la galaxie. Elle doit construire un avant-poste et recruter des allié-e-s. Pour l'aider elle doit compter sur Archex mieux connu sous le nom de Cardinal.

    SPOILERS

    Ce roman est double. En premier lieu il fait partie du diptyque Galaxy's edge dont le but est de préparer la nouvelle attraction Disney. Ce roman peut donc être lu comme une carte des différents lieux de l'attraction ainsi que des personnages que l'on pourra rencontrer. On peut pratiquement voir le plan qui a été conçu par Disney pour cette attraction. Heureusement, il y a une intrigue. Malheureusement, celle-ci n'a aucune conséquence réelle sur les films. Elle ne permet que de créer le début de ce que l'on peut découvrir au sein de l'attraction.

    Bien que ce roman soit commandé afin de créer de la publicité pour une attraction l'autrice réussit à lui donner de l'intérêt. Elle reprend deux de ses personnages et ajoute plusieurs autres personnages. Celleux-ci ont des traumatismes personnels. Que ce soit la perte due à la Starkiller Base, le souhait de protéger sa famille ou encore des blessures dues à la guerre et à la torture. Tous les personnages sont blessés et doivent réussir à accepter leurs traumatismes afin de réussir à vivre, malgré la douleur que cela implique. Cette manière d'explorer la psychologie des personnages et la manière dont cela impacte leur interaction implique de mentionner des actes de tortures voire d'en décrire. Ainsi, l'autrice réussit à sauver son livre grâce à son attention aux personnages, leur histoire et leurs besoins.

    *
    **
    ***
    **** Je ne pensais pas que l'autrice réussirait à rendre si intéressant un roman qui doit uniquement vendre un parc d'attraction.
    *****

    Image : Éditeur

  • Empire's end: Aftermath par Chuck Wendig

    Titre : Empire's end : Aftermath
    Auteur : Chuck Wendig
    Éditeur : Penguin 29 août 2017
    Pages : 512

    L'Empire a frappé la Nouvelle République au cœur de sa capitale. De nombreuses personnes ont été blessées ou sont mortes lorsque les personnes sauvées de la prison de Kashyyyk ont suivi leur programmation. Alors que la Nouvelle République tremble sur ses récentes fondations, Norra Wexley utilise son équipe pour traquer la Grande Amirale Rae Sloane. Mais derrière elle se cache un ennemi plus retors encore. Gallius Rax a pris le contrôle de l'Empire. Ce qu'il en reste est massé près de la planète de Jakuu. Là aura lieu la dernière bataille de la guerre civile qui détruit la galaxie depuis bien trop longtemps. Bien que l'Empire soit sur sa fin, il ne tombera ni rapidement ni facilement.

    SPOILERS

    La trilogie Aftermath permet de faire le lien entre les films 6 et 7. Les trois tomes nous donnent une vision de la fin de la guerre et de la création de la Nouvelle République mais aussi des problèmes que celle-ci connait. En effet, elle doit passer d'une bande de rebelle à un gouvernement qui suit des lois et un certain ordre. Ce qui implique de ne pas s'impliquer sans accord politique dans des combats difficiles et délicats. Ce troisième tome le montre très bien puisque les personnes qui ont participé à la libération de Kashyyyk deviennent des paris militaires et politiques.

    Aftermath essaie aussi de montrer la différence fondamentale entre l'Empire et la Nouvelle République. L'Empire était la vision d'un seul homme qui considère que sa mort doit impliquer la destruction de tout ce qu'il a construit. L'Empire perd sa façade d'ordre pour ne devenir qu'une bande de mercenaires usant de cruauté pour le plaisir. La Nouvelle République, en revanche, est une vision d'espoir envers la sentience. Personne n'a réellement de voix plus grande que d'autres. Lorsqu'elle combat c'est uniquement dans le but d'atteindre la paix en essayant de faire le moins de victimes possibles.

    Ainsi, cette trilogie utilise des caractères moralement ambigus dont les changements accompagnent le passage d'un Empire dictatorial à une Nouvelle République démocratique. Ces personnes se trompent, luttent et changent de loyauté selon les circonstances et leurs besoins. Bien que la trilogie ne soit pas forcément la plus passionnante, elle marque bien la difficulté des changements de régime.

    *
    **
    ***
    **** Un peu aride mais, de manière surprenante, assez riche.
    *****

    Image : Éditeur

  • Most Wanted par Rae Carson

    Titre : Most Wanted
    Auteur : Rae Carson
    Éditeur : Penguin 25 mai 2018
    Pages : 352

    Han est un jeune homme qui n'agit que par instinct. Il vit au sein des égout de la planète Corellia, une planète chargée de construire les vaisseaux de l'Empire. Il n'est ni riche ni puissant. Il est l'un des nombreux membres d'un gang local contrôlé par une alien. Son but est de réussir à monter dans les rangs afin de gagner un peu plus de ressources et de réussir à se rapprocher de son but : posséder un vaisseau spatial. Mais il est contesté par des concurrent-e-s, dont Qi'Ra. Une mission commune tourne mal. Ce qui force les Qi'Ra et Han à collaborer afin d'éviter de mourir, forgeant peut-être une amitié durable.

    SPOILERS

    Ce petit roman se déroule avant le film Solo. Il devait l'accompagner afin de mieux comprendre les personnages, leur environnement et leurs actions. En particulier, il permet d'expliquer les identités de Han et de Qi'Ra. Cette dernière planifie tout. Elle veut devenir une femme capable d'être en sécurité et de créer les conditions de changements importants, plutôt en sa faveurs. Han est montré comme un idéaliste qui essaie de croire en tout le monde mais qui ne veut que la liberté de voyager comme il le souhaite. Il agit impulsivement mais sa chance lui permet de toujours réussir. Ces deux personnes vivent au sein du monde criminel le plus pauvre de la planète et doivent survivre face à des personnes bien plus puissantes.

    Malheureusement, le roman est très simpliste. Il parle de deux gangs que j'aurais aimé mieux connaitre mais dont les idéaux sont caricaturaux. L'un est un gang de pirates en faveurs de l'humanité. Le second est une tentative de libérer les droïdes. Bien que je sois heureux que l'on prenne le temps de parler de l'état juridique des droïdes dans l'univers star wars, la question n'est pas réellement mise en avant. L'auteur essaie uniquement de créer une course poursuite entre plusieurs groupes dont les noms ne sont que des décors. Au lieu d'ajouter de la complexité ce roman ne crée qu'une scène en carton-pâte.

    *
    ** Inintéressant
    ***
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Queen's peril par E. K. Johnston

    Titre : Queen's peril
    Autrice : E. K. Johnston
    Éditeur : Disney 2 juin 2020
    Pages : 352

    Naboo a une nouvelle reine. Celle-ci compte bien changer le fonctionnement de sa planète pour permettre à son peuple une vie meilleure et continuer à créer la paix dans le secteur local. Pour l'aider, elle peut compter sur le capitaine de la garde qui a choisi un groupe de jeunes femmes entrainées à la protéger mais aussi à lui enseigner ce qu'elle ne connait pas. Ce petit groupe a comme but de devenir une force presque impossible à stopper. La reine aura besoin d'elles à ses côtés alors que Naboo doit combattre la Fédération du Commerce qui l'a envahie.

    SPOILERS

    Ceci n'est pas le premier livre sur Padmé. Le premier que j'ai lu était assez intéressant car il permettait de mieux comprendre le passage de reine à sénatrice. Ce livre se concentre sur les premières semaines de règne pour se terminer lors de la fin de la bataille de Naboo, soit les événements du premier film. J'ai apprécié que ce livre permette de mieux comprendre comment les femmes qui aident et protègent Padmé ont été choisies. On comprend mieux leurs origines mais aussi l'amitié qui les relie. C'est aussi la première fois, à ma connaissance, que l'on parle des règles dans l'univers star wars (un site considère même que cela explique la mort de Padmé).

    Malheureusement, le livre devient trop lié au premier film dès la moitié de la lecture. L'autrice se contente de noter les grands événements mais ne parle presque de rien. On se contente de suivre la reine entre deux scènes alors qu'elle commente ce qui s'est déroulé dans le film. Il aurait été plus intéressant de ne pas intégrer la période du premier film et de se concentrer sur les problèmes que connait Naboo et le complot de Sidious ainsi que de la Fédération du commerce.

    *
    **
    *** Intéressant pour les personnes qui souhaitent mieux connaitre la période royale de Padmé. Dispensable pour les autres.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Master and Apprentice par Claudia Gray

    Titre : Master and Apprentice
    Autrice : Claudia Gray
    Éditeur : Penguin 24 septembre 2019
    Pages : 352

    Qui Gon Jin et Obi-Wan Kenobi nous sont le premier exemple de relation officielle entre un maitre et un apprenti dans les films star Wars. Car c'est la première relation qui a lieu lors de l'existence de l'ordre des Jedis. Ce roman s'intéresse aux débuts de leur relations. Entre un apprenti qui suit les procédures à la lettre et un maitre qui préfère accepter de les utiliser si elles sont utiles la compréhension est difficile. Elle devient presque impossible lorsque Qui Gon Jin est invité à entrer au sein du Conseil des Jedis : l'honneur le plus élevé possible. Mais avant de décider, il prend une dernière mission sur une lointaine planète contrôlée par une monarchie et une entreprise esclavagiste. Dernièrement, des attentats ont eu lieu et le régent local, un Jedi peu conventionnel, a demandé l'aide de Qui Gon Jin.

    SPOILERS

    Ce roman est d'abord une origin story. Il met d'abord en place le lien entre Qui Gon Jin, Dooku et les prophéties. Celles-ci sont décrites comme des textes provenant d'une antiquité Jedi, des fragments de l'avenir vus par des mystiques à l'aide de la force. Alors que les Jedis rejettent ces prophéties par crainte de tomber dans le côté sombre de la force d'autres, peu nombreux, considèrent que ces prophéties sont soit déjà passées soit des moyens de comprendre l'époque durant laquelle elles ont été écrites. Mais, petit à petit, le roman permet de montrer Qui Gon Jin commencer à croire que ces prophéties sont non seulement à comprendre de manière littérale mais qu'elles parlent aussi du présent ou du futur proche.

    La seconde origine concerne la relation entre Qui Gon Jin et Obi-Wan Kenobi. Celle-ci est difficile et l'autrice se concentre sur les nombreuses incompréhensions entre les deux personnages. Au lieu de s'attaquer à un seul d'entre eux, elle montre que les deux essaient de faire mieux mais ne réussissent pas à se comprendre. Qui Gon Jin pense échouer en tant que maitre tandis que Obi-Wan Kenobi pense échouer en tant qu'apprenti. Plus important encore, le fait que Qui Gon Jin soit invité au sein du Conseil des Jedis et qu'il donne une importance de plus en plus grande aux prophéties le met en décalage avec un Obi-Wan Kenobi qui suit les règles et récuse l'intérêt des prophéties. Ce n'est qu'en comparaison avec un autre Jedi et le passé de Qui Gon Jin que les deux héros comprennent comment créer une relation qui fonctionne et qui leur permet de s'enrichir mutuellement. Ainsi, une grande partie du livre m'est inconfortable car je ne reconnaissais pas les personnages que j'avais vu à l'écran. Ce n'est que vers la fin que j'ai retrouvé ceux-ci.

    *
    **
    *** Si vous aimez Qui Gon Jin et Obi-Wan Kenobi vous serez sûrement un peu surpris par leur écriture. L'intrigue n'est pas inintéressante mais un peu simpliste car elle sert surtout de toile de fond. D'autant que, malheureusement, elle n'a pas un impact important sur l'univers de Star Wars
    ****
    *****

    Image : Amazon

    Éditeur

  • A crash of fate par Zoraida Córdova

    Titre : A crash of fate
    Autrice : Zoraida Córdova
    Éditeur : Disney 6 aout 2019
    Pages : 352

    Baatu est une planète qui fut un jour prospère mais qui n'est maintenant qu'un petit poste entre une partie méconnue de la Galaxie et une partie inexplorée. Mais les habitant-e-s de cette planète l'apprécie malgré l'importance du nombre de criminel-le-s dans la principale ville. Outre celle-ci, Baatu est surtout habitée d'agriculteurs et d'agricultrices. Jules est l'un des enfants de Baatu. Bien qu'il ait toujours souhaité partie explorer la Galaxie il est resté sur place. Il possède l'espoir secret de revoir une amie d'enfance disparue il y a longtemps : Izzy. Après une décennie sans nouvelle, celle-ci revient à Baatu avec quelques ennuis.

    SPOILERS

    Que dire de ce roman ? Il est singulièrement vide. Le roman est en dehors des événements de Star Wars, même si on mentionner la destruction de la Nouvelle République par la Premier Ordre et l'existence de la Résistance. Ce livre se concentre sur deux personnages et leurs aventures durant une journée sur Baatu. Les deux rencontrent tous les personnages et lieux importants de la planète. Outre leur visite, l'intrigue permet de placer les deux personnages ensembles au sein d'une histoire d'amour. Malheureusement je n'ai été ni convaincu ni intéressé. Ce roman a totalement échoué à m'intéresser.

    *
    **
    *** Je n'ai pas réussi à y trouver un intérêt
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Resistance reborn par Rebecca Roanhorse

    Titre : Resistance reborn
    Autrice : Rebecca Roanhorse
    Éditeur : Penguin 5 novembre 2019
    Pages : 320

    Nous sommes immédiatement après l'épisode 8. La Nouvelle République n'est plus après la destruction de ses principales planètes. Elle est tombée sans même pouvoir se défendre. La Résistance a pu échapper au massacre et évacuer mais fut poursuivie inlassablement jusqu'à la bataille de Crait. Il ne reste pratiquement rien de la flotte ni des pilotes et encore moins de généraux ou de stratèges. Personne n'a répondu aux appels à l'aide et il n'existe pas de bases sûres pour ce qui reste de la Résistance alors que le Premier Ordre commence à étendre son influence sur la Galaxie. Il devient urgent de se ravitailler, de trouver une flotte et des stratèges même si cela implique de faire revenir des personnes qui ont pris leur retraite.

    SPOILERS

    Ce roman se base fortement sur le passé de l'univers étendu officiel. Plusieurs escadrons et personnages sont basés sur d'autres romans et jeux, comme l'escadron Inferno et le retour de Nora et Wedge après les événements de la trilogie Aftermath. On retrouve aussi Rey, Finn et Poe mais malheureusement Rose n'est pas aussi présente qu'elle ne le mérite. Nous avons donc une forme d'hommage envers le travail d'autres personnes au sein de ce roman.

    Mais celui-ci s'insère aussi au sein de deux films. Il commence presque immédiatement après le 8 pour expliquer comment la Résistance a pu grandir avant le 9. Mieux encore, le roman explique pourquoi la Résistance n'a pas pu joindre des allié-e-s. Le roman explique que le Premier Ordre a utilisé ses connaissances pour emprisonner, en secret, les sympathisants de la Résistance et de la Nouvelle République. Tandis que d'autres planètes ont décidé d'éviter un combat direct par peur de subir le même châtiment que la Nouvelle République. Ainsi, ce roman permet de mieux comprendre ce qui s'est déroulé et comment Leia a réussi à reconstruire une puissance paramilitaire capable de menacer le Premier Ordre.

    *
    **
    ***
    **** Un roman Star Wars au-dessus des autres à la fois par le respect montré envers les personnages mais aussi la manière dont il explique des événements ayant eu lieu dans les films 8 et 9
    *****

    Image : Éditeur

  • Alphabet Squadron par Alexander Freed

    Titre : Alphabet Squadron
    Auteur : Alexander Freed
    Éditeur : Penguin 31 décembre 2019
    Pages : 576

    La Rébellion a vaincu. L'Empire a perdu son Empereur lors de la destruction de l'Etoile Noire. Depuis, l'armée de l'Empire a perdu sa cohésion et fuit en ordre dispersé devant la puissance de ce qui est maintenant la Nouvelle République. Bien que la paix ne soit pas encore signée, tout le monde sait que la Nouvelle République est sur le chemin de la victoire. Ceci à la plus grande surprise de ses membres. La Galaxie change. Les défections dans les rangs impériaux sont de plus en plus nombreuses. En particulier après l'opération Cinder qui ordonne la destruction de mondes entiers. Yrica Quell fait partie de ces impériaux qui ont décidé de partir. Après des mois elle est finalement recrutée pour lutter contre son ancien escadron : Shadow Wing. Car celui-ci a reconstitué une base impériale qui pourrait devenir un danger important pour la Nouvelle République.

    SPOILERS

    Ce pourrait paraitre surprenant, mais assez peu nombreux sont les ouvrages qui traitent de la guerre au sein de l'univers Star Wars. Plus précisément, peu nombreux sont les ouvrages qui en traitent aussi bien en termes de plans militaires que des conséquences sur les soldat-e-s. Ce premier volume d'une future trilogie se concentre fortement sur le fonctionnement des différents vaisseaux qui constituent les flottes de chasseurs et de bombardiers de l'univers Star Wars. À la lecture, on a vraiment l'impression d'avoir en face de soi une machine avec ses capacités et limites. Des machines qui souffrent lors d'un conflit et qui peuvent devenir inopérantes dans certains contextes.

    Nous avons aussi enfin une vision de l'état de différent-e-s soldat-e-s après une longue guerre. Les membres de l'escadron ont toustes subis plus ou moins fortement la puissance de l'Empire. Que ce soit une promesse rituelle, l'envie de devenir une légende dans la mort ou encore la simple vengeance voire même le souhait de la rédemption ces personnages ont des cicatrices. Même Hera Syndulla, que j'ai été très heureux de revoir, n'est pas indemne et subi l'ancienneté de la guerre.

    Malheureusement, ce roman est porté par un grand nombre de personnages peu sympathiques. Ne pas avoir uniquement un type de personnages est une bonne chose mais j'ai, personnellement, eu du mal à m'attacher à un grand nombre d'entre-elleux. J'ai surtout du mal avec Caern Adan dont les apparitions furent laborieuses pour ma lecture. Je trouve le personnage à la fois peu intéressant et brutalement antipathique. Cet aspect a fortement joué sur mon plaisir lors de la lecture de ce roman.

    *
    **
    *** Un bon roman de guerre avec des personnages que je n'aime pas
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Battlefront II: Inferno Squad par Christie Golden

    Titre : Battlefront II : Inferno Squad
    Autrice : Christie Golden
    Éditeur : Penguin 27 mars 2018
    Pages : 400

    Iden Versio est la fille d'un amiral et d'une propagandiste. Deux personnes parmi les plus loyales envers l'Empire. Elle-même, est extrêmement loyale. Son entrainement et ses capacités sont proches de la perfection. Ses capacités lui ont permis d'être l'une des personnes envoyées sur l'Etoile de la mort, chargées de sa défense au sein d'un escadron de chasseurs Ties. Mais ce que personne au sein de l'Empire ne pouvait imaginer est arrivé. Les rebelles ont gagné, détruit l'arme la plus puissante jamais construite par l'Empire et seules quelques personnes ont survécu à cette bataille. Iden Versio est l'une de ces personnes. Après un peu de temps pour guérir son père décide de la mettre en charge d'un escadron spécial chargés de missions spécifiques qui demandent l'action des meilleurs des meilleurs : L'Escadron Inferno.

    SPOILERS

    L'escadron Inferno est connu par les personnes qui ont joué à Battlefront II version EA. En effet, nous y prenons le contrôle d'Iden Versio pendant et peu après la bataille d'Endor. Ce roman se déroule bien avant puisqu'il se déroule après la destruction de la première Etoile Noire. On observe la constitution de l'escadron et quelques missions avant d'entrer dans le propos principal du livre : la destruction des derniers partisans de Saw Gerrera.

    Aussi bien nous que les personnages passent de l'autre côté. Nous car, cette fois, nous suivons les aventures de membres de l'Empire chargés de le défendre. Les personnages car illes doivent infiltrer les Partisans. Dans les deux cas, on est forcé de penser un peu plus aux personnes qui sont rebelles ou membre de l'Empire. Le livre montre que le combat n'est rendu possible que parce que l'ennemi est déshumanisé, que ce soit à l'aide de mots mais aussi par la distance. Pour tous les membres de l'Escadron, il devient difficile de tuer lorsqu'on apprécie la personne en face.

    Ce roman suit un premier roman portant le titre de Battlefront. Les deux sont très différents. Le premier nous faisait suivre une unité entière de rebelles sur plusieurs fronts. Celui-ci se concentre sur 4 personnages et prend le temps de mettre en place une mission particulière et ses effets sur les personnages. Selon moi, ce second roman est bien mieux réussi que le premier. Je me suis bien plus attaché aux personnages et aux événements. Il me semble aussi plus intéressant en développant le fonctionnement militaire de l'Empire.

    *
    **
    ***
    **** Un second roman Battlefront réussit après la déception que fut le premier.
    *****

    Image : Éditeur

  • Leia, Princess of Alderaan Journey to Star Wars: The Last Jedi par Claudia Gray

    Titre : Leia, Princess of Alderaan Journey to Star Wars : The Last Jedi
    Autrice : Claudia Gray
    Éditeur : Disney 1 septembre 2017
    Pages : 416

    Leia a 16 ans. Elle est la fille adoptive de la famille régnante d'Alderaan. Et cette année elle doit accepter le passage de l'enfance à la vie adulte. Cette année elle doit prendre trois défis qui permettent de prouver non seulement ses capacités physiques mais aussi son intelligence et sa loyauté envers la population d'Alderaan et de la Galaxie. Mais Leia vit son adolescence au sein d'une galaxie contrôlée par l'Empereur Palpatine. Et alors qu'elle tente de réussir ses différents défis elle commence à se rendre compte que certaines choses lui sont cachées et que ses connaissances de leur existence pourraient la mettre en danger, ainsi que le peuple qu'elle doit protéger et servir.

    SPOILER

    Ce roman est l'un de meilleurs du nouvel univers étendu star wars. Il se concentre sur le personnage de Leia lors de sa jeunesse et de son apprentissage de la politique, de son identité et de sa place au sein de l'univers. On observe une Leia fortement impliquée au sein de sa famille et qui souffre de l'éloignement de ses parents. Elle ne veut que leur amour et leur fierté. Bien qu'elle ne recherche pas ses parents de sang, la question est mise en avant lors d'une scène précise sur Naboo. Le roman marque aussi l'importance de l'amitié pour construire son futur et préparer des alliances qui permettront de lutter contre Palpatine. Certains personnages ne semblent pas dignes de confiance mais l'autrice montre qu'il faut tout de même creuser un peu avant d'abandonner une amitié potentielle.

    Le roman parle aussi du devoir. Leia, durant ce roman, suit ce qu'elle considère son devoir : défendre son peuple et sa planète. De nombreuses pages permettent de décrire une famille royale humble qui considère que la loyauté de leurs sujets dépend de la capacité de la royauté à mériter celle-ci. Bien que le devoir soit important, l'autrice marque tout de même que Leia a le droit de connaitre le bonheur et de prendre le temps de prendre soin d'elle-même. Surtout si elle souhaite être capable de lutter à l'avenir. On a donc un propos qui prend en compte l'importance de prendre soin de soi tout en marquant l'importance d'accepter ses devoirs.

    Pour finir, voici un roman qui capture parfaitement Leia. Une jeune femme capable d'amour mais aussi extrêmement intelligente. Aussi forte pour comprendre les rouages de l'administration que pour apprendre le maniement des armes à feu. Mais surtout une Leia qui prend à cœur la nécessité de faire son travail pour le bien de tous et non pour elle-même.

    Image : Éditeur

  • Star Wars Rebels: Servants of the Empire.Secret Academy par Jason Fry

    Titre : Star Wars Rebels: Servants of the Empire. Imperial Justice
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 6 octobre 2015
    Pages : 192

    Zare a enfin réussi. Il a été envoyé sur la planète où il pense enfin pouvoir trouver sa sœur. Mais il ne sait pas que cette promotion est en fait un piège. Les impériaux savent qu'il est lié à plusieurs actions rebelles sur Lothal. Si Zare est promo c'est pour mieux l'empêcher d'être soutenu afin de découvrir tout ce qu'il sait puis de s'attaquer aux rebelles dont il aurait connaissance. Merei n'est pas non plus en sécurité. Après une action spectaculaire par le Groupe Spectre la sécurité impériale enquête sur tout le monde. Et Merei risque beaucoup si certaines personnes sont interrogées.

    SPOILER

    Ce dernier volume est probablement le meilleur de la série. Durant tous les chapitres on sent une course contre la montre se mettre en place. Le danger, pour les personnages, n'est jamais aussi présent. De plus, la première partie autours de Zare implique d'essayer de comprendre le fonctionnement d'une Académie qui semble cacher une coterie secrète formée des meilleures cadet-e-s. Surtout, Hux est de nouveau présent et l'on comprend que le fonctionnement du Premier Ordre a été théorisé bien plus tôt dans l'histoire de l'Empire par le général Hux.

    Si je dois trouver un point négatif cela devrait être le rythme. Bien entendu, le contexte de l'intrigue implique un rythme rapide. C'est un bon moyen de créer une impression de danger pour nos personnages. Malheureusement, cela implique aussi d'oublier l'enquête de Zare et surtout son intégration dans cette nouvelle académie. En quelques pages, il passe de nouveau cadet à l'un des meilleurs de la classe puis il est introduit au sein de l'académie secrète pour mieux être démasqué. Même chose pour Merei qui, en deux chapitres, passe de la crainte à une criminelle en fuite qui trouve les moyens d'exfiltrer sa famille et la famille de Zare. J'aurais aimé que le danger soit construit d'une manière plus progressive laissant aux intrigues plus de temps pour la résolution.

    *
    **
    ***
    **** Le meilleur tome d'une série à la fois intéressante et un peu trop simpliste.
    *****

    Image : Éditeur

  • Servants of the Empire. Imperial Justice par Jason Fry

    Titre : Star Wars Rebels: Servants of the Empire. Imperial Justice
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 7 juillet 2015
    Pages : 176

    Zare Leonis est un héros. Il a échoué à capturer des rebelles mais son action rapide est appréciée par ses supérieur-e-s. Mais Zare Léonis n'est pas un fidèle de l'Empire. S'il accepte d'être formé comme cadet c'est dans le but de retrouver sa sœur et jamais il n'a été si proche de son but. Malheureusement pour lui, certaines personnes ne croient pas en sa loyauté. Durant la dernière partie de son année au sein de l'Académie Impériale de Lothal il va devoir se défendre contre la suspicion d'un camarade et d'un supérieur.

    SPOILERS

    Ce troisième tome, sur quatre, montre bien à quel point l'Empire est dangereux et ne respecte pas les libertés. Dans ce tome, Zare Leonis doit accepter d'aider à des enquêtes officielles. Pour cela, il doit interroger des personnes afin de les pousser à dénoncer des voisin-e-s afin de trouver des toutes les infractions aux lois, même les plus innocentes. De plus, il doit accepter d'être considéré comme un danger et de faire peur aux gens afin de continuer sa quête. On retrouve le thème de l'identité face au masque nécessaire que l'on commençait à voir dans le tome 2.

    Ce tome s'intéresse malheureusement un peu moins à Merei. Bien entendu, l'auteur termine l'intrigue autour d'elle. Une grande partie du livre la voit aux prises du danger de l'enquête officielle de sa mère et face à un criminel qui peut la dénoncer à tous moments. Mais une moitié de son intrigue concerne sa relation avec Zare et surtout la difficulté de garder une relation saine à longue distance avec une personne qui a un intérêt spécifique et qui ne peut donc pas la soutenir. Heureusement, l'auteur marque que Zare est bien la raison de la fin de cette relation amoureuse.

    *

    **

    *** Un troisième tome moins intéressant. Mais il ne reste qu'un seul tome avant de connaitre la fin de l'histoire.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Servant of the empire 2. Rebel in the rank par Jason Fry

    Titre : Servant of the empire 2. Rebel in the rank
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 3 mars 2015
    Pages : 176

    Zare Leonis a réussi. Il est intégré à l'académie impériale junior de Lothal. Son but est toujours de comprendre pourquoi sa sœur a disparu et, pour cela, il compte sur deux choses. Sa capacité d'enquêter à l'interne et l'aide de sa compagne, Merei, à l'extérieur en tant qu'experte en systèmes informatiques. Mais Leonis ne pensait pas qu'il serait si difficile de détester l'Empire tout en travaillant pour lui. Tandis que Merei doit se lier à des personnages peu recommandables afin de réussir à trouver quelques traces de la sœur de Zare. Pire encore, un nouveau cadet arrive au sein de l'académie et celui-ci n'est pas tout à fait ce qu'il veut montrer.

    SPOILERS

    Ce second tome peut se lire comme une introduction à un épisode de la série animée Star Wars Rebels. Dans celui-ci, Ezra Bridger infiltre l'académie afin de récolter des informations sur un transport d'armes et finit par sauver un cadet qui serait capturé par l'Inquisiteur. Les dernières pages se déroulent lors de cet épisode mais en prenant en compte le point de vue de Zare sur Ezra Bridger.

    En ce qui concerne l'intrigue, elle est un peu plus intéressante que le premier tome. J'avais détesté ce dernier. Ce second tome s'intéresse bien plus au fonctionnement de l'Académie et de l'Empire. On apprend qu'il existe une académie spécifique aux enfants capables d'user de la Force et que les tests mis en place lors de l'apprentissage ne sont pas seulement un moyen d'évaluer les capacités physiques et psychologiques mais aussi l'accès à la force. Malheureusement, ce tome se termine sur un cliffhanger et il faudra attendre la suite pour savoir ce qui va arriver.

    *

    **

    *** Un peu mieux que le premier tome. Mais toujours très basique.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars: Rebel Rising par Beth Revis

    Titre : Star Wars : Rebel Rising
    Autrice : Beth Revis
    Éditeur : Penguin 7 août 2018
    Pages : 410

    Qui est Jyn Erso ? Lors de la sortie du film Rogue One on découvrait une jeune femme dont le père travaille pour un Empire qui a assassiné sa femme. Jyn se trouvait en prison sans que l'on sache pour quelles raisons. Ce roman nous offre l'histoire de son passé depuis que l'Empire lui prend ses parents jusqu'à ce que la Rébellion essaie de la recruter pour retrouver son père. Le passé de Jyn n'est pas des plus simples. En effet, elle fut sauvée puis élevée par Saw Gerrera un homme que même la Rébellion pense trop radicale.

    SPOILERS

    Ce roman ajoute enfin le passé de Jyn Erso et de Saw au sein de l'univers Star Wars. En effet, nous ne savions pas ce qui était arrivée entre les deux personnages dans le film Rogue One alors que Saw est considéré comme l'un des premiers rebelles. Ce roman nous montre un Saw implacable mais aussi de moins en moins capables de faire confiance. Il considère que rien n'est injustifiable dans une guerre et n'hésite pas à assassiner des personnes innocentes en étant payé pour cela si l'Empire en souffre. Mais il est aussi au centre d'un groupe de rebelles qui refuse de rejoindre l'Alliance qu'il considère trop préoccupée par ce qu'il faudrait faire au lieu d'agir concrètement.

    Mais ce roman parle aussi d'espoir. Jyn Erso, durant ses aventures, recherche d'abord à se lier à une figure paternelle avant de comprendre que Saw ne peut pas être cela pour elle. Elle découvre, par hasard, une famille qui lui offrirait une vie normale mais cela ne fonctionne pas. Les aventures de Jyn sont donc d'abord celles d'une femme qui recherche simplement une vie normale en dehors de la lutte entre l'Empire et les Rebelles. Mais aussi une femme qui, petit à petit, perd sa capacité à espérer en des jours meilleurs. Le récit des mois de prisons est particulièrement glaçant dans cette perspective puisque l'on observe Jyn perdre, peu à peu, tout intérêt envers sa vie et la possibilité d'une libération.

    *

    **

    *** Ce roman est un bon moyen de mieux comprendre Rogue One et les événements qui y ont mené

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Dooku: Jedi Lost par Cavan Scott

    Titre : Dooku : Jedi Lost
    Auteur : Cavan Scott
    Éditeur : Penguin 3 octobre 2019
    Pages : 480

    Dooku est un sith. L'un des personnages qui a lancé la guerre des clones en annonçant le mouvement séparatiste. Il est aussi le maitre de l'une des assassines les plus dangereuses de la galaxie et le conte d'un monde éloigné. Mais Dooku fut aussi l'un des jedis les plus prometteurs de sa génération au point d'être choisi comme padawan par rien de moins que Yoda lui-même. Comment s'est-il éloigné de l'ordre jedi afin de devenir l'un de ses ennemis ? C'est la question que se pose Asajj Ventress alors qu'elle est envoyée en mission afin de retrouver la sœur de Dooku.

    SPOILERS

    Ce livre est le script du livre audio du même nom. Il permet de mieux connaitre la vie et la jeunesse de Dooku, joué par Christopher Lee. L'histoire commence donc loin dans le passé alors que Dooku est un simple initié et se termine peu de temps avant la guerre des clones alors que l'on apprend l'influence d'une figure mystérieuse sur Dooku. Le récit des années d'apprentissage puis de maitrise de Dooku permettent de mettre en scène les raisons de son éloignement face à l'ordre jedi. En particulier, c'est le refus d'accepter les dangers du retour des siths et le refus d'agir pour aider qui poussent Dooku à chercher un autre moyen de sauver le plus de personnes possibles, le poussant en direction d'une séparation avec une République dont les représentant-e-s ne semblent s'intéresser qu'aux aspects économiques de l'univers. Bien que les aspects politiques soient peu décrits on comprend mieux les incapacités de la République et des jedis.

    Mais ce livre parle aussi d'un personnage central de la série Clone Wars : Asajj Ventress. Elle est une ancienne esclave sauvée par un jedi en exil qui meurt sans l'envoyer au temple Jedi. Elle est sauvée à nouveau par Dooku qui en fait son apprentie. Durant une grande partie de la série, elle est contrôlée par sa soif de vengeance avant de tenter de trouver une autre voie. C'est, selon moi, l'un des personnages dont l'intrigue est la plus intéressante de la série. Intrigue qui se termine en dehors de la série. Ce roman permet de mettre en avant ses doutes face à Dooku et ses capacités de trouver une autre plus dans l'univers. Face à Dooku la contradiction est portée par son ancien maitre qui essaie de la pousser à rejoindre l'ordre jedi plutôt que de continuer à être une assassine.

    Ainsi, ce script permet de mieux connaitre deux des personnages les plus intéressants de l'univers star wars. Leurs passés sont décrits en laissant assez de points sombres pour permettre une interprétation. Bien qu'un script implique certaines différences avec un roman, il m'a semblé facile d'entrer dans les scènes décrites par l'auteur. Il est simplement dommage que les dernières scènes soient si rapides.

    *

    **

    ***

    **** Deux personnages majeurs qui reçoivent une histoire intéressante

    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars 9. The rise of Skywalker

    SPOILERS

    Un temps indéterminé après la bataille entre le Premier Ordre et ce qui reste de la Résistance. Alors que le Premier Ordre continue à prendre le contrôle d'une grande partie de la Galaxie la Résistance, elle, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle est la seule force qui semble vouloir se battre en faveurs de la liberté alors que ce qui reste des planètes libres évitent de se battre. L'espoir est mince mais heureusement une nouvelle génération s'est levée et reprend le flambeau. Rey, elle-même, essaie d'être digne de la confiance de Luke Skywalker en suivant les enseignements de la générale Leia Organa. Mais un événement la force à parcourir la Galaxie afin de chercher une information qui pourrait modifier le destin de tout le monde.

    SPOILERS

    Parlons immédiatement de ce qui fâche. Oui ce film décide d'oublier totalement le huitième. Ce dernier est probablement mon Star Wars favori car il détruit la mythologie tout en la réinventant totalement. Le film possède aussi l'action Jedi la plus logique de toute la saga. Sans oublier la beauté de la photographie. Malheureusement, Disney préfère l'oublier par peur de la différence et donc, naturellement, utiliser un de yes men pour créer le neuvième film. Ce dernier fait tout son possible pour détruire le huitième film en réinstaurant le mystère de la famille de Rey et en plaçant au second plan Rose ainsi que la relation entre Fin et Poe (bien que je choisisse de considérer la relation entre Rey, Fin et Poe comme un trouple). La réalisation use de nombreux plot twist sans réellement nous donner le temps de les comprendre ni de les intégrer. Le début même du film en est un. Cela donne un rythme étrange avant d'arriver vers les superbes dernières scènes qui, heureusement, permettent de sauver le film en ce qui me concerne.

    Outre cela, le film reste dans la pensée de la saga. Ce qui compte est l'équilibre au sein de la Force. Lors de la première trilogie cela impliquait de faire tomber l'Empereur. Lors de la seconde trilogie cela impliquait les Jedis, bien trop puissants et nombreux et donc aveugles. Dans cette nouvelle trilogie c'est le couple spirituel Ben Solo / Kylo Ren et Rey qui permet de créer un équilibre. Les deux sont soumis à l'appel du côté opposé et tentent de l'éviter. Lorsque l'un tombe l'autre se relève. Les deux personnages, via l'équilibre qu'illes créent, se supportent l'un l'autre ce qui permet de lutter contre la puissance trop importante des Siths ou des Jedis. Une grande partie du film s'intéresse d'ailleurs à Rey et à sa peur de devenir une nouvelle Sith, incapable d'accepter la paix et souhaitant tout contrôler. Il est clair qu'elle en a les capacités.

    Le film défend aussi l'importance de l'union et de l'amitié. Rey n'aurait jamais réussi sans l'aide de ses ami-e-s et c'est lorsqu'elle les repousse qu'elle prend de mauvaises décisions. Mais cela va plus loin. Comme le disent plusieurs personnages, le Premier Ordre et l'Empire réussissent à gagner non par leur force uniquement mais en faisant croire aux personnes qui souhaitent résister que personne n'est présent pour les aider. Encore une fois, la Rébellion est annoncée comme morte et les planètes sont divisées afin de forcer leur abandon. Ce n'est que l'union de la Galaxie, non au sein d'une force militaire mais une force civile, qui peut permettre d'abattre les tyrans et, peut-être, de reconstruire la Galaxie.

    *

    **

    *** Le fan en moi a envie de donner plus. Mais la trahison envers le magnifique huitième film est trop difficile à accepter.

    ****

    *****

    Image : Site officiel