1815-1914

  • L'Europe au XIXème siècle. Des nations au nationalismes (1815-1914) par Jean-Claude Caron et Michel Vernus

    Titre : L'Europe au XIXème siècle. Des nations au nationalismes (1815-1914)
    Auteurs : Jean-Claude Caron et Michel Vernus
    Éditeur : Armand Colin 15 mai 2019
    Pages : 509

    Pour des raisons personnelles, je n'ai jamais vraiment apprécié le XIXème siècle. Je le trouve peu intéressant face à la première partie du XXème qui voit des changements socio-économiques importants. Mais je suis un peu obligé de m'intéresser au XIXème et, après les livres de Hobsbawm, je me suis plongé dans ce manuel. Les auteurs ont écrit 12 chapitres en plus d'une introduction et d'une conclusion. Dès le début, et régulièrement, ils marquent l'importance du XIXème pour comprendre le monde actuel. C'est pourquoi les auteurs utilisent le nationalisme en tant que question globale de ce manuel.

    D'une certaine manière, on pourrait diviser ce livre en deux parties. L'une s'intéresse à la période 1870-1914 et la première à la période 1815-1870. Cette première partie parle, bien entendu, du Congrès de Vienne et de la réalisation d'un ordre européen basé sur l'Ancien Régime et l'équilibre des monarchies face à une France considérée dangereuse. Cependant, ces équilibres sont mis à mal par des tentatives de constructions d'états-nations aussi bien en Allemagne qu'en Italie mais aussi dans les Balkans, malgré les efforts de l'Autriche-Hongrie. Les auteurs mettent aussi en avant l'importance de l'année 1848 même si les révolutions échouèrent.

    Une seconde partie pourrait permettre de comprendre de quelle manière la création idéologique des nationalismes permit de former les nations et de les mettre en concurrence. Chacun des pays d'Europe, qui ne sont pas tous des nations, souhaitent être puissant dans un contexte précis ou un autre, ce qui permet de relancer les colonisations en particulier sur le continent africain. Les auteurs essaient aussi d'y expliquer les raisons de l’introduction des nationalismes. Ceci permet, en effet, de consolider l'union des états et des peuples en créant un autre différent et externe.

    Bien que la lecture soit dense, ce manuel répond à une question précise tout en offrant des informations basiques sur différents pays européens. Toute l'Europe n'est pas décrite mais cela ne nuit pas au propos. Il est tout de même dommage que la question des colonisations et du système raciste qui en découle n'est examiné que dans un unique chapitre. Ce point aurait mérité plus de développement. On apprécie aussi l'ajout de nombreuses cartes qui permettent de mieux comprendre les explications des auteurs.

    Image : Éditeur

  • Introduction à l'histoire de notre temps 2. Le XIXe Siècle. 1815-1914 par René Rémond

    Titre :  Introduction à l'histoire de notre temps 2. Le XIXe Siècle. 1815-1914
    Auteur : René Rémond
    Éditeur : Seuil 1974
    Pages : 248

    Ce tome est le second dans une série de trois intitulés Introduction à l'histoire de notre temps. Ces livres sont adaptés d'un cours de première année donné par l'auteur à l'Institut d'études politiques. Le premier tome s'intéressait à l'Ancien Régime et à la Révolution de 1789. Celui-ci prend comme décors le XIXème siècle avec comme bornes les années 1815 et 1914, deux dates particulièrement importantes pour l'histoire de l'Europe. Le tome précédent nous permettait de comprendre de quelle manière la Révolution française de 1789 impacte l'Europe. Ce tome débute lors d'une période de retour au passé, défendu par le Congrès de Vienne. Cependant, ce tome n'est pas véritablement historique et s'intéresse plutôt à des concepts, inscrit dans un contexte historique.

    Ainsi, l'auteur s'intéresse à plusieurs changements et mouvements qui ont lieu durant le XIXème siècle, que ce soit le libéralisme, la démocratie, l'urbanisation, les mouvements des nations et, bien entendu, le socialiste et le syndicalisme. René Rémond s'intéresse à chacun, et plus, de ces concepts afin de nous permettre de comprendre leur importante dans le fonctionnement du XIXème siècle et de nos jours. Systématiquement, il s'intéresse aux principaux mouvements mais aussi aux idéologies. Celui lui permet de montrer une forme de changement. Ainsi, on peut difficilement comprendre son propos sur la démocratie sans s'intéresser à ses explications sur le monde rural.

    Cependant, ces concepts sont centrés sur l'Europe, voire la France, alors que l'auteur annonce une histoire de notre temps qui prenne en compte ce qui est extérieur à l'Europe. Dans ce second tome, l'auteur débute une analyse du colonialisme. Il montre, tout d'abord, l'importance des Empires mais aussi, et surtout, la course à la conquête des puissances européennes. Il montre que ces colonies sont défendues par le souhait d'exporter la culture européenne, mais n'oublie pas de parler des inégalités centrales à ce type de relations. Il explicite aussi le fonctionnement de certains pays qui sont moins conquis que progressivement démantelés, comme la Chine ou l'Empire Ottoman. Bien que le propos soit intéressant, il me semble tout de même très daté avec une vision peu critique du colonialisme. Par exemple, il ne fait que mentionner le Congo sans parler des atrocités qui y ont été commises. Encore une fois, le livre est décevant si vous cherchez à en savoir plus sur le monde non-européen. En revanche, il permet d'expliciter plusieurs mouvements qui gardent une importance de nos jours.

    Image : Amazon

    51arqeYrHzL._SY346_.jpg