714-888

  • L'europe carolingienne 714-888 par Geneviève Bührer-Thierry

    Titre : L’Europe carolingienne 714-888
    Autrice : Geneviève Bührer-Thierry
    Éditeur : Armand Colin 2019 (2001)
    Pages : 224

    L'époque médiévale me semble être souvent incomprise. Soit on la pense comme un âge d'or de chevalerie et de galanterie soit on l'imagine comme une époque sombre durant laquelle l'humanité a perdu une grande partie de ses connaissances. Ce n'est ni l'un ni l'autre, mais une période spécifique avec ses réussites et ses problèmes. Ce livre s'intéresse à la période carolingienne. Durant celle-ci, une famille a tenté de recréer l'empire romain autours de l'Église et d'un nouvel empereur. Malgré les réussites, cet empire tombera par suite de l'incapacité de défendre l'Europe contre les ennemis internes et externes, en particulier les Vikings.

    On peut diviser ce manuel en trois parties. La première partie, les chapitres 1-6, sont un moyen, pour l'autrice, de nous expliquer de quelle manière l'Empire a été constitué. Elle suit les différents membres de la famille de manière chronologique en explicitant les tensions et problèmes qu'ont connu les membres de la famille. La première tension étant la légitimité des carolingiens, qui se basa sur l’Église. D'autres tentions concernant les liens entre les différents enfants et la couronne impériale. Celle-ci mène à des divisions entre royaumes plus petits qui sont, théoriquement, soumis à l'Empereur. Mais les nombreuses révoltes montrent que cette union est remise en cause.

    Une seconde partie contient les chapitres 7 à 11. L'autrice y parle des aspects sociaux et culturels de l'Empire. Bien entendu, cela implique de parler de la religion. Tout un chapitre y est consacré et montre de quelle manière celle-ci permet de justifier non seulement l'Empereur mais aussi l'union de l'Empire. Bien entendu, l’Église possède un intérêt à un gouvernement qui uni toute l'Europe. D'autres chapitres concernent l'économie, qui subit les attaques Vikings, mais aussi la culture. En particulier, l'apparition de la lettre caroline. Ces chapitres permettent de démontrer l'impact de l'Empire sur le territoire et la culture. Loin d'une ère sombre on y découvre une ère extrêmement active et littéraire.

    Enfin, une dernière partie est constituée par les annexes. L'autrice a inclus un index mais aussi une chronologie. On découvre aussi une bibliographie, des arbres généalogiques et un glossaire des termes utilisés et importants. De plus, l'autrice a publié des traductions de textes de l'époque qu'elle analyse. Cela permet de comprendre comment traiter un texte, comment le situer dans un contexte mais aussi de suivre un plan précis lors des examens donnés aux étudiant·e·s en histoire médiévale.

    Ainsi, ce livre est parfait comme moyen d'entrer dans une période spécifique et comme moyen de révision. Mais il sera aussi intéressant pour les personnes qui souhaitent simplement en savoir un peu plus sur une période passionnante.

    Image : Éditeur