bernard droz

  • Histoire de la décolonisation au XXe siècle par Bernard Droz

    Titre : Histoire de la décolonisation au XXe siècle
    Auteur : Bernard Droz
    Éditeur : Seuil 12 février 2009
    Pages : 400

    Les puissances européennes se sont lancées pendant plusieurs siècles dans la conquête de terres sur d'autres continents qu'elles ont colonisées. Par cette colonisation les habitant-e-s furent dépossédé de leur pouvoir politique, de leur identité parfois et de leur pouvoir économique. Bernard Droz n'explique pas cette histoire. Il essaie de nous synthétiser un siècle de décolonisation dans le monde à l'aide de 6 chapitres.

    Les chapitres 3 à 5 se portent sur un continent chacun. L'auteur commence par l'Asie. Il examine, bien entendu, la fin du contrôle de l'Inde par la couronne. Cette fin va permettre de rendre caduque les autres colonies britanniques sur le continent mais elle sera compliquée puisque des questions nationalistes et géopolitiques vont empêcher une transition pacifique. L'auteur examine aussi la question de l'Indochine française, mais pas de la guerre du Viêtnam. Dans le chapitre 4, Droz se concentre sur l'Afrique du Nord ce qui implique de prendre en compte la guerre d'Algérie comme exemple d'une décolonisation ratée. Et le chapitre 5 se concentre sur l'Afrique Noire dont les populations sont considérées pendant longtemps inaptes à l'autogouvernement.

    Les chapitres 1 et 2 ainsi que le 6 posent plus de questions de définitions, de méthodes et de contextes. Le premier chapitre permet à Droz d'expliquer comment il pense les problèmes posés par la colonisation et les différentes réponses qui y ont été apportées. Il examine les deux exemples, remis en question, de décolonisation ratées ou réussies que sont les cas français et britannique. Le chapitre 2 permet d'expliciter la mise en question de l'Impérialisme européen après les deux guerres mondiales. Bien que les colonies aient soutenus l'effort de guerre, avec mauvaises volontés parfois, les guerres et les échecs de pays comme la France permettent de penser l'opportunité d'une libération. Celle-ci dépendant aussi des questions géopolitiques autours du conflit qui aura lieu entre le bloc communiste et le bloc des États-Unis. Le dernier chapitre questionne la mémoire des colonisations et décolonisations en particulier en France. C'est, à mon avis, le plus faible du livre. Certaines réflexions de l'auteur me semblent trop francocentrée pour permettre un examen différent.

    En conclusion, nous avons là une synthèse à la lecture facile qui ne se contente pas de donner des événements mais qui tente de les inscrire dans un contexte continental voire mondiale. Il faut saluer aussi l'existence d'un glossaire qui permet d'avoir des informations biographiques sur les principaux acteurs de la décolonisation.

    Image : Éditeur