bragelonne

  • Le Sorcelleur 1. Le dernier voeu par Andrzej Sapkowski

    Titre : Le Sorcelleur 1. Le dernier vœu
    Auteur : Andrzej Sapkowski
    Éditeur : Bragelonne 22 avril 2011
    Pages : 384

    J'ai découvert tardivement cet ouvrage. J'ai commencé par tenter la série, sortie récemment, que je n'ai pas aimé. J'ai continué avec les trois jeux, que j'ai apprécié. Je me demandais comment j'allais réagir face aux livres qui ont porté ces deux adaptations. J'ai commencé, assez naturellement, par le premier tome selon l'édition française (il y a apparemment un tome 0 sorti bien après). Le livre est constitué de plusieurs nouvelles reliées par une méta-nouvelle dont les chapitres, qui s’insèrent entre deux nouvelles, permettent de créer une intrigue générale ainsi qu'une chronologie plus précise. Le roman nous conte les aventures d'un Sorcelleur, un tueur de monstre professionnel, au sein d'un monde de type médiéval. Son nom est Geralt de Riv et malgré ses talents il se demande si son métier est encore adapté au monde actuel.

    SPOILERS

    Le livre commence par une scène de sexe très gênante... Mais je suis passé outre afin d'avoir un avis global sur ce premier tome. Je dois dire avoir apprécié la réécriture des contes. L'auteur les réimagine en se rapprochant de leur écriture originale ce qui crée un contraste agréable avec la réécriture de Disney. On retrouve, par exemple, La belle et la bête, la Belle au bois dormant sans oublier Cendrillon. De plus, l'auteur inscrit tout ceci dans un univers précis, mouvant, qui connait aussi bien les véritables monstres, dangereux, que les contes et légendes. Geralt de Riv navigue dans ses différences entre légendes et réalité tout en faisant attention à ne tuer que ce qui est réellement monstrueux. Il y a donc du potentiel en ce qui concerne l'univers, mais ce premier tome ne va pas très loin de ce point de vue.

    Malheureusement pour moi, je ne pense pas avoir réussi à m'intéresser suffisamment à cet univers pour avoir envie de passer au second tome. Les dialogues m'ont semblé poussifs et parfois inutilement grossiers. Bien que les scènes de combats et d'enquêtes puissent être intéressantes, elles ne sont pas assez réussies pour me donner envie d'en savoir plus. Je ne sais pas si cela provient de moi ou de la traduction mais ce roman me donne l'impression d'être très fainéant. Je pense que de nombreux éléments auraient mérités d'être décrits de manière plus précise. J'ai aussi beaucoup de mal avec les personnages féminins. Les quelques femmes que rencontre Geralt ne sont présentes que pour être observées, touchées ou pour le sexe, ce qui débute dès les premières pages. Rares sont celles qui se mettent même à parler ! De plus, j'avoue avoir du mal à apprécier des scènes durant lesquelles Geralt décrit les formes des femmes qu'il rencontre et dénude. Il est peu probable que je continue cette série de livres.

    *
    **
    *** Je ne me suis pas assez intéressé à cet univers pour avoir réellement envie de continuer de le lire. J'ai aussi beaucoup de mal avec la manière dont l'auteur écrit les personnages féminins.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • L'épée de vérité 1. La première leçon du sorcier par Terry Goodkind

    Titre : L'épée de vérité 1. La première leçon du sorcier
    Auteur : Terry Goodkind
    Éditeur : Bragelonne 18 septembre 2015
    Pages : 1025

    CW : Torture, cannibalisme, abus sexuels

    Richard Cypher est un forestier. Son frère est le prochain dirigeant des Terres de l'Ouest. Celles-ci sont l'un des trois royaumes divisés par deux frontières infranchissables. Rares sont les personnes qui tentent de les traverser et leur destin est peu enviable. Mais l'impensable a lieu, une femme suivie par quatre hommes a réussi à traverser. Elle annonce à Richard non seulement un danger futur, la prise de contrôle du monde par un certain Darken Rahl, mais aussi sa recherche d'un ancien sorcier capable de nommer un Sourcier de vérité, un titre qui donne à son détenteur un pouvoir sans mesure. Ce Sourcier aura une mission : empêcher Darken Rahl de prendre le pouvoir absolu.

    SPOILERS

    Je n'avais jamais lu Goodkind jusqu'à maintenant. Ce n'est que parce qu'on m'a offert ce livre que j'ai décidé de me lancer dans cet auteur qui, sans savoir pourquoi, ne m'attire pas franchement. Son univers semble intéressant mais je n'ai pas réellement envie de m'y plonger. En revanche, j'avais vu la série qui est très médiocre tout en sachant comment être drôle à plusieurs reprises. Le livre est, bien entendu, très différent. C'est une bonne chose puisque cela permet de complexifier ce que la série avait (trop ?) simplifié. Ainsi le fonctionnement de la magie et des boites d'Orden est bien plus compliqué que dans la série, même si on souhaiterait en savoir plus. Il faudrait probablement lire les autres tomes pour avoir une compréhension plus forte du système de magie.

    Cependant j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans le livre. En particulier, j'ai l'impression que le roman souffre d'une traduction difficile. Je ne sais pas si les termes originaux étaient compliqués à traduire en français mais j'ai souvent eu l'impression d'une forme d'artificialité imposée par la traduction. Peut-être est-ce dû au style de l’auteur ? Il faudrait comparer avec la version originale pour le savoir.

    J'ai aussi eu beaucoup de mal à apprécier les personnages. Celleux-ci sont peu intéressant-e-s et peu intelligent-e-s. Richard, par exemple, ne comprend que très tardivement des faits mis en place dès le début du roman. Pour un être d'exception chargé de découvrir la vérité il est singulièrement aveugle et il me semble que ceci ne dépend pas autant de l'intrigue, même si cet aveuglement est justifié par la première leçon, que du besoin de créer du suspens. Je suis donc un peu sceptique face à l'histoire telle qu'elle est racontée et je ne sais pas si je souhaite en lire davantage.

    *

    **

    *** J'ai craint de ne pas apprécier ce roman. Sans que cela soit le cas je ne pense pas avoir réussi à l'apprécier.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Bioshock: Rapture par John Shirley

    Titre : Bioshock : Rapture
    Auteur : John Shirley
    Éditeur : Bragelonne 17 février 2016
    Pages : 408
    TW : Violences, violences médicales

    Avant les partisan-e-s de No Billag, avant Elon Musk et même avant les transhumanistes il y avait Andrew Ryan. Ce dernier est un visionnaire et un industriel. Il a fui la Russie en pleine révolution avec son père pour se rendre aux Etats-Unis, pays de la liberté. Mais la président de la deuxième guerre mondiale et le new deal ont eu un impact sur Andrew Ryan. Il comprend que les Etats-Unis ne sont pas marxistes que les Bolchéviques. L'état veut aussi son argent, qu'il a récolté par son propre travail. Andrew Ryan ne veut surtout pas permettre aux personnes qu'il qualifie de parasites de vivre sur son travail. Il a donc une vision. Celle d'une cité protégée des socialistes, de la morale et des religions. Une société complètement libre dont la seule règle est la compétition naturelle dans le cadre du marché. Les personnes qui le suivrait auraient toutes l'opportunité de réussie, si la volonté suit. Pour rendre sa vision réelle Andrew Ryan décide de construire sa ville en secret, au fond de l'océan atlantique. Le nouvel eldorado se nomme Rapture.

    SPOILERS

    Ce roman est une adaptation de la série de jeux vidéo Bioshock, en particulier les deux premiers. Les jeux nous envoient dans la ville sous-marine de Rapture, alors qu'elle n'est que ruines et violences. Petit à petit, on apprend ce qui est arrivé et quels sont les acteurs de la chute de la cité. Ce roman se déroule en trois actes avant les intrigues des jeux. L'auteur nous permet de comprendre de quelle manière la cité a été créée et a fonctionné à ses débuts flamboyants. De ce point de vue, la première partie est la plus difficile à lire. L'intrigue est peu intéressante car l'auteur met en place des problèmes que l'on sait inexistants plus tard. La lutte secrète contre l’État des États-Unis ne donne lieu à aucun enjeu et cette partie aurait très bien pu ne pas être écrite. La suite du roman est bien plus intéressante puisque l'on observe pourquoi et comment le fonctionnement de la cité commence à dysfonctionner.

    En effet, le jeu et le livre sont très critiques face à une posture idéologique jamais nommée : l’hyper libéralisme libertarien. Le marché est considéré comme un fait qui agit de manière naturelle. Dans ce contexte, toutes tentatives de régulations ou de moralisation est un danger ou pire une trahison de l'humanité. Le fonctionnement de la société est basé sur la compétition et la volonté avec l'idée que les plus grandes réussites ont sortiront. Toutes formes d'altruismes, d'aides sociales, est proscrites puisque cela crée une forme de parasitisme. Cependant, cette économie totalement libre implique aussi d'énormes inégalités qui sont d'abord modestes, mis à part en ce qui concerne Andrew Ryan, puis de plus en plus importantes. Avec les inégalités ce sont les revendications qui arrivent. Ainsi, les jeux comme le livre semblent dire qu'une société sans régulations ni morales crée des choses qui n'existeraient pas dans un autre cadre mais doit aussi échouer par les tensions sociales impliquées. C'est ainsi que l'auteur met en parallèle la ruine architecturale de la cité avec une société de plus en plus fragmentée et pauvre, avec une petite minorité extrêmement riche. Au final, l'effet ne peut qu'être une guerre et, pour défendre les puissant-e-s, la création d'une société militaire.

    *
    **
    *** Un roman sympathique, qui intéressera surtout les personnes qui connaissent les jeux.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    1602-bioshock_org_org.png

  • Le Roi sur le seuil

    Titre: Le Roi sur le seuilroi sur le seuil.jpg
    Titre original: The King beyond the gate
    Auteur: David A. Gemmell
    Traducteur: Alain Névant
    Éditeur: Milady, traduction Bragelonne 2001 (1985 édition originale)
    Pages: 471

    Après plusieurs mois nous avons enfin un nouveau tome des chroniques de Drenaï entre nos mains. Nous nous trouvons, cette fois, un siècle après les évènements de Légende et la nation est mise sous la botte de l'Empereur Ceska. Être cruel qui garde son pouvoirs par les Unis, des humains liés a des bêtes. Cependant il y a encore des personnes pour se soulever contre Ceska. Raywan, une femme qui se dit descendante de Druss a lancé une révolte chez elle lorsque son mari est tué. Et, plus dangereux, Tenaka Khan un descendant d'Ulric et de Regnak a décidé de se lancer dans une vengeance personnelle depuis que Ceska a trahi ses amis guerriers dans l'ordre du dragon. Mais la lutte est quasiment sans espoir et il faudra, peut être, détruire Drenaï pour sauver son peuple. Pour longtemps?

    J'ai été déçu par Renégats qui ne fait pas partie de Drenaï mais j'ai adoré Le Roi sur le seuil encore une les héros n'en sont pas au début et nous retrouvons cette façon particulière de lier les héros par une sorte de hasard qui montre qu'ils sont guidés par la Source. L'atmosphère est sombre et les luttes sont épiques comme il sied a Gemmell et nous retrouvons des personnages impitoyables qui n'hésitent pas à tuer pour vaincre. On peur se demander qui est vraiment bon dans cette histoire. D'ailleurs, la fin nous promet une nouvelle lutte dans un prochain tome. Pour finir, je retrouve ce que j'ai toujours apprécié chez Gemmell, des héros qui doutent mais qui décident d'affronter leurs peurs et de se battre même au péril de leur vie. C'est, donc, un livre qui, je crois, ne risque pas de décevoir ses lecteurs.

  • l'étoile de Pandore 3

    Titre: l'étoile de Pandorejudas dechaine.jpg
    Tome: Judas déchainé
    Auteur: Peter F. Hamilton
    Traducteur: Nenad Savic
    Éditeur: Bragelonne 2007
    Collection: Milady
    Pages: 754

    Nous repartons dans l'univers du Commonwealth imaginé par Hamilton. Et cette fois les choses sérieuses commencent. Alors que les humains n'ont pas encore réussi a se remettre de la précédente attaque, dévastatrice, les dirigeants décident de frapper fort et commencent à contre attaquer. Mais ils restent apeurés devant l'avenir d'un possible génocide tandis que les Primiens ne s'embarrassent pas de ces états d'âmes et se préparent à détruire toutes traces de concurrents intelligents. Alors que la guerre continue les machinations internes de L'Arpenteur deviennent de plus en plus visible et son existence commence a être accepté par une large partie des élites. Les mailles du filet se referment sur lui mais son organisation reste encore inconnue. Pendant le même temps Ozzie continue sa quête des Silfens adultes mais son admiration devant les prouesses de cette race résistera t'elle longtemps à leurs nombreux défauts et à leur semble t'il absence de préoccupation face au danger que court l'humanité?

    Petit à petit les pions se déplacent sur l'échiquier du Commonwealth commençant a montrer la réalité de celui-ci. Enfin les humains semblent comprendre, en partie, le danger qui les menace. Les différentes forces le constituant comment à sortir de l'ombre alors que la fin de la guerre approche pour le bien ou le malheur de l'humanité. Cette suite nous tient en haleine par la façon dont Hamilton dévoile le jeu stratégique qui se tient en dessous mais il nous frustre car nous ne savons encore pas grand chose. Qui est l'Arpenteur? A quel point tient il le Commonwealth? Les Silfens adultes existent ils et quel est leur rôle? Quel est le véritable but de l'IA? Autant de questions sans réponses mais aussi autant d'innocents en moins.

  • Witchling: les sœurs de la lune

    Titre: Witchling: les sœurs de la lunewitchling.jpg
    Tome: 1
    Auteur: Yasmine Galenorn
    Traducteur: Cécile Tasson
    Éditeur: Bragelonne 2009
    Collection: Milady
    Pages: 351

    Witchling fait partie de ce nouveau sous-genre de la fantasy qui, semblerait il, a un grand succès: le bit-lit. Le concept est facile à comprendre, plutôt que de partir dans des mondes recréés ou de passer dans un monde parallèle au notre qui se cache alors que nous croyons que tout est normal (comme dans les Harry Potter) c'est la magie qui vient chez nous. Nous trouvons donc des êtres magiques, en l'occurrence des fées, plongés dans le monde humain et tentant de s'adapter tout en ayant des préoccupations de personnes que je qualifierais, faute de mieux, de normales. Witchling nous met en présence de trois sœurs fées, l'une est sorcière, la seconde est chat-garou et la dernière est un vampire. Chacune d'elles tentent de contrôler leur nature et de protéger les mondes des démons. Justement ça tombe bien y en a trois qui sont arrivés sur Terre. Nous devons donc les suivre dans leur enquête, entre deux lèche vitrines, à la recherche des dangers qui nous menacent.

    Ca peut sembler intéressant, mais la lecture m'a profondément ennuyé. L'héroïne principale, la sorcière, passe plus de temps a acheter des habits ou a souhaiter des rapports intimes avec la gent mâle des fées qu'à enquêter, par exemple. Bien que cela soit du à leur peu de professionnalisme, avoué, les évènements semblent plus rattraper l'intrigue que le contraire et nous ne comprenons pas toujours le pourquoi du comment. Ces bit-lit semblaient intéressant mais j'avoue ne pas apprécier. Bien entendu ça se lit, le plus rapidement possible dans mon cas, et il y a surement des personnes qui apprécieraient. Je n'en fais pas partie.

  • Le Faucheur

    Titre: Le Faucheurle faucheur.jpg
    Auteur: David Gunn
    Traducteur:Grégory Bouet
    Éditeur: Bragelonne 2008
    Collection: Milady
    Pages: 443

    Un livre difficile à présenter. David Gunn parle d'un soldat, Sven Tveskoeg, survivant d'un massacre en pleine guerre et recruté par une armée d'élite: Les Faucheurs. Il doit donc aller se battre sur une petite planète sans importance pour la défendre contre les ennemis de son empereur. Mais est ce aussi simple? Qui est le véritable ennemi et pourquoi l'utilise t'on? Vraiment difficile a présenter car ce livre est principalement une explosion de violence et de sexe écrit par un homme des plus mystérieux. L'ai je aimé? Je n'en est aucune idée.

  • Monument

    Titre: Monumentmonument.jpg
    Auteur: Ian Graham
    Traducteur: Annette Vincent
    Éditeur: Bragelonne 2005
    Collection: Milady
    Pages: 602

    La citation de Gemmell en couverture est prometteuse "le roman de fantasy le plus excitant que vous lirez cette année (2002)". Si c'est Gemmell qui le dit c'est probablement vrai même si Graham et lui étaient amis. Le récit parle de Ballas, un vagabond voleur et menteur, qui se fait tabasser dans la rue puis soigner. Mais ne pouvant faire preuve de morale il en profite pour voler son bienfaiteur. Malheureusement pour lui l'objet qu'il vole le conduit a un meurtre et à être pourchassé par l'Église des quatre pèlerins. Donc il traverse son pays pour rejoindre une contrée légendaire ou il pense s'échapper définitivement.

    Le style de Graham est haletant et on se demande vraiment si Ballas va réussir à s'échapper. D'autant que, même si c'est un homme sans foi ni lois, Graham nous le rend sympathique surtout qu'il est pourchassé par injustice et sans avoir cherché d'ennuis aussi énormes. Mais je suis déçu que nous ne puissions en savoir plus sur le monde que l'auteur a créé. Celui-ci a l'air intéressant et de nombreuses histoires pourraient s'y dérouler. Il semblerait, si j'en crois le site officiel de l'auteur, qu'une pré-quelle est en cours de création. Ce serait une bonne idée de rester attentif et de s'y intéresser si on aimé Monument.

  • Waylander

    Titre: Waylanderwaylander.jpg
    Auteur: David Gemmell
    Éditeur: Bragelonne 2001
    Collection: Milady
    Traducteur: Alain Névant
    Pages: 441

    Plus bas j'avais montré mon admiration pour cet auteur lors de ma lecture de Légende, son premier roman publié, j'ai décidé de lire un second livre du même auteur: Waylander. Celui-ci se déroule avant les aventures de Légende alors que le roi de Drenaï a été tué et le royaume aux prises avec des envahisseurs presque invincibles. C'est dans ce contexte que le meurtrier du roi, Waylander, découvre et protège un prêtre de la Source, une femme et trois enfants. Lors de son périple avec ses compagnons qu'il mène en sécurité (relative) Waylander réfléchit à sa vie et ceux qu'il a pris sous son aille évoluent pour ne plus être passif. C'est ainsi que Waylander décide d'accepter une quête qui pourrait sauver le royaume.

    Encore une fois je pense que Gemmell a parfaitement réussi à nous attirer dans son œuvre. C'est une histoire superbement écrite d'une fluidité déconcertante. Bien sur c'est le schéma classique du méchant qui se repenti mais j'y vois un peu plus. J'y vois un homme fort dans sa solitude qui découvre que l'on peut être encore plus fort en ayant des amis. C'est grâce à ses bonnes actions que Waylander survit et finit par retrouver le bonheur qu'il avait perdu. Légende était un hymne à la vie, je pense que Waylander est un hymne à l'amitié et à l'amour.

  • Le Haut Seigneur

    Titre: La Trilogie du Magicien NoirNumériser00055.jpg
    Titre du tome 3: Le Haut Seigneur
    Auteur: Trudi Canavan
    Editeur: Bragelonne (2008)
    Pages: 516

    Enfin Bragelonne a édité la version brochée du dernier tome de cette trilogie (pour ceux qui ont regardé une version reliée était disponible six mois avant mais à un pris plus élevé). Comme remise à jours le second tome se terminait sur la victoire de Sonea dans un duel de mages. Ici nous la retrouvons, un an après, toujours sous la coupe d'Akkarin le Mage Noir qu'elle a juré de combattre. Mais les choses sont elles si simples? Pourquoi Akkarin a t-il appris la magie noire alors qu'il avoue lui-même la considérer comme malfaisante? Sonea découvrira la vérité en cherchant la véritable histoire de la Guilde des Magiciens et en écoutant Akkarin lui parler de son passé. Peut être que certains dangers rendent certains actes nécessaires?
    Je l'ai déjà dit, je n'ai jamais été époustouflé par l'écriture de Trudi Canavan mais ses histoires restent intéressantes. C'est donc avec une certaine impatience que je voulais connaitre la suite. Je l'avoue tout de même, je m'attendais un peu aux différents grands changements que Canavan met en place durant ce tome. Néanmoins cette histoire reste sympathique à lire sans trop se poser de questions ni en sortir avec un mal de tête. Je dirais donc la même chose que pour les autres tomes. Je n'ai pas été mis ne haleine au fil des pages à essayer de savoir comment Sonea s'en sortira mais j'ai bien aimé lire les différents chapitres et je ne me suis pas ennuyé.

  • Le Magicien Noir

    Titre: La trilogie du Magicien Noir Tome 1; La Guilde des Magiciens1195486916-q3v1xkj4prbusoi7e50h89fcgln_dta62wmyz-.jpg

    Édition: Bragelonne

    Auteur: Trudi Canavan

    ISBN: 978-2-35294-110-1

     

    Imardin, une ville entourée de taudis et dans les taudis la criminalité. Mais chaque hiver les mages font la Purge et nettoient les taudis de tous malfaiteurs, du moins pour un temps... Alors que des mages étaient attaqué à coup de pierre mais défendu par un bouclier magique une jeune fille lança une pierre et réussit a toucher un magicien! La Guilde ne sait que faire, tuer cette jeune fille? La retrouver et lui enlever ses pouvoirs? Finalement ils vont la trouver, lui apprendre le contrôle de ses pouvoirs puis les enlever si elle décide de ne pas rester dans la Guilde. Tel est la loi! Mais cette jeune fille talentueuse ne l'entend pas ainsi et il faudra la trouver puis la convaincre.

     

    J'ai donc terminé ce livre il y a peu. Il est annoncé comme un chef d'oeuvre et je ne peux pas suivre cette description. Facile à lire et même agréable. Les personnages sont attachant mais pas encore très fouillés. Rien de bien révolutionnaire mais ça peut toujours faire plaisir quelques temps avant de passer a mieux.

     

    Image: arcanes.org