deuxièem partie

  • La roue du temps 18. Le cœur de l'hiver. Deuxième partie par Robert Jordan

    Titre : La roue du temps 18. Le cœur de l'hiver. Deuxième partie
    Auteur : Robert Jordan
    Éditeur : Bragelonne 18 août 2021
    Pages : 480

    Matt est coincé à Ebou Dar à la suite de l'attaque contre la ville et la prise de contrôler de sa vie par la reine. Mais être coincé dans une ville occupée n'est pas que désavantageux. Matt est dans la position parfaite pour en apprendre plus sur les envahisseurs, d'autant qu'il est secondé par deux espions particulièrement talentueux. Cependant, une fuite s'impose. Alors que Matt forme ses plans Rand, lui, forme les siens. Il a fait mine de fuir pour mieux créer un piège qui lui permette de tuer les Asha'man renégats. Un piège qui pourrait bien lui permettre de mettre en place son grand plan.

    SPOILERS

    Les tomes précédents accusaient des longueurs. J'ai l'impression que Rand se prépare à purifier le saidin depuis une éternité. Mais les autres livres se concentraient sur d'autres intrigues. C'est aussi le cas ici, l'intrigue de Rand se concentre dans une ville qui est protégée de la capacité d'atteindre la Source. Cette ville lui permet de piéger ses ennemis. Ce n'est que dans le dernier chapitre que la purification a lieu. Je dois avouer qu'après une si longue attente celle-ci m'a semblé trop simple, trop précipitée.

    L'intrigue de Matt se déroule exclusivement en ville d'Ebou Dar. Il n'est pas mon personnage préféré et je n'apprécie pas trop ce qui a été construit autour de lui dernièrement. Ces chapitres servent à nous communiquer des informations sur le fonctionnement des Seanchaniens alors que Matt essaie de quitter la ville et de libérer les Aes Sedai et Athan Miere prisonnières. Mais Matt est toujours aussi déplaisant à lire, se plaignant de tout et de rien. Je serais content de moins avoir à lire ces chapitres.


    ** 
    *** 
    **** Après presque un mois de pause un livre plus dynamique mais qui se concentre en partie sur un personnage que je n'apprécie pas
    *****

    Image : Éditeur