jesus aburtov

  • Valkyrie : Jane Foster 2. At the end of all things par Al Ewing, Jason Aaron, Torunn Gronbekk, Pere Pérez, Cafu, Ramon Rosanas et Jesus Aburtov

    Titre : Valkyrie : Jane Foster 2. At the end of all things
    Auteurs :  Al Ewing, Jason Aaron, Torunn Gronbekk, Pere Pérez, Cafu, Ramon Rosanas et Jesus Aburtov
    Éditeur : Marvel 6 octobre 2020
    Pages : 112

    Ce second volume contient Valkyrie : Jane Foster 6-10. Jane Foster commence tout juste à comprendre son rôle en tant que Valkyrie. Elle ne guide pas uniquement les personnes trépassées en direction de leur nouvelle étape. Elle doit aussi vérifier le bon fonctionnement de la mortalité dans l'univers et face aux personnes sciententes. Mais connaitre son rôle n'implique pas de savoir exactement ce qu'elle doit accomplir. Lorsque la mort même risque de disparaitre elle décide de chercher des allié-e-s au sein du monde héroïque, en particulier les personnes liées au monde médical.

    SPOILERS

    Les deux intrigues de ce volume sont intéressantes. Elles sont, bien entendu, fortement liées à la question de la mort. La première pose la question de la fin de la mortalité et donc d'une vie qui continue éternellement. Est-ce réellement quelque chose que l'on peut souhaiter ? La seconde intrigue pose la question de l'existence d'une absence de vie. J'ai préféré la première qui me semble être mieux liée au personnage de Jane Foster en tant que Valkyrie tandis que la seconde me semble trop intégrée aux intrigues asgardiennes de l'univers Marvel. Mais, dans les deux cas, la fin est trop rapide ce qui empêche de donner une conclusion que j'aurais pu apprécier.

    Malheureusement, il semblerait que cette série ait été annulée lors de la pandémie de Covid-19. Je n'arrive en tout cas pas à trouver la suite sur les sites spécialisés. Je ne sais pas si la série sera continuée sous une autre forme, dans d'autres comics. Il reste dommage de perdre un personnage féminin dont les débuts en tant que Valkyries ne sont pas parfaits mais semblaient se diriger vers quelque chose d'intéressant.

    *
    ** 
    *** Malheureusement trop court
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Valkyrie: Jane Foster 1. The sacred and the profane par Al Ewing, Jason Aaron, Cafu, Ramón K. Pérez, Cian Tormey, Jesus Aburtov et Frazer Irving

    Titre : Valkyrie : Jane Foster 1. The sacred and the profane
    Auteurs :  Al Ewing, Jason Aaron, Cafu, Ramón K. Pérez, Cian Tormey, Jesus Aburtov et Frazer Irving
    Éditeur : Marvel 4 février 2020
    Pages : 128

    Ce volume 1 contient Valkyrie : Jane Foster 1-5 et War of the realms : Omega. La guerre des royaumes est terminée. Asgard et les peuples de la Terre ont vaincu l'alliance autours de Malekith. Mais la guerre ne fut pas sans victimes. Les valkyries sont mortes. Le roi des géants des glaces est mort. Et Jane Foster ayant pris une dernière fois le manteau de Thor s'est liée à un étrange matériel. Elle se demande ce qui pourrait être son rôle dans ce nouvel univers. Pas Thor, pas une divinité, mais pourrait-elle être quelque chose de différent ? Pourrait-elle devenir une valkyrie ?

    SPOILERS

    Ceci n'est que le premier volume. Je ne sais pas s'il existera un grand nombre de numéros puisque la série semble avoir été annulée après le volume 2. Si c'est le cas ce serait dommage. En effet, les auteurs débutent tout juste à mettre en place quelques éléments. Ils expliquent ce qu'est une valkyrie dans l'univers Marvel et comment fonctionne la mort. Pour cela, ils changent aussi le métier de Jane Foster qui passe de doctoresse à médecin légiste, ce qui va bien avec son nouveau rôle.

    En effet, Thor est une héroïne et une divinité. Une valkyrie implique d'accepter un travail. Celui-ci est de guider les âmes des guerriers et guerrières en direction de l'au-delà afin de leur offrir la récompense méritée. Sans valkyries les âmes sont perdues et ne peuvent pas trouver un chemin vers une forme de paradis. Pire encore, d'autres êtres pourraient vouloir prendre le contrôle du rôle pour des buts malfaisants, comme on le voit dans ce premier volume.

    *
    ** 
    *** 
    **** Une continuation intéressante de l'histoire de Jane Foster mais qui, malheureusement, pourrait se terminer trop tôt
    *****

    Image : Éditeur

  • Gwenpool strikes back par Leah Williams, David Baldeón, Jesus Aburtov et Guru-eFX

    Titre : Gwenpool strikes back
    Auteur-e-s : Leah Williams, David Baldeón, Jesus Aburtov et Guru-eFX
    Éditeur : Marvel 3 mars 2020
    Pages : 112

    Ce volume contient Gwenpool strikes back 1-5. Gwenpool est une blague qui fut assez sympathique. J'ai apprécié son histoire seule. J'ai bien aimé la revoir dans West Coast Avengers, malheureusement annulée. Ce volume suit les nouvelles aventures de Gwenpool. Après plusieurs aventures en solo comme en groupe elle se rend compte que son espérance de vie est toujours aussi faible. Elle essaie donc de justifier sa présence en créant le chaos de l'univers Marvel. Que ce soit Spider-Man, la vie des fantastic 4 ou encore les différentes équipes de l'univers Marvel personne n'est à l'abri car Gwenpool veut vivre !

    SPOILER

    Une bonne partie du volume revient sur ce que l'on a déjà vu. Par peur de l'annulation Gwenpool devient de plus en plus chaotique. Elle attaque toutes les personnes qu'elle croise afin de trouver un moyen de rester importante. Se rendant compte que ses ventes augmentent lorsqu'elle est méchante elle recommence à agir d'une manière violente et à menacer tout le monde. D'une certaine manière, c'est un retour en arrière sur quelque chose de déjà-vu.

    Heureusement, le volume se termine sur un superbe dernier numéro. Constitué en grande partie d'une discussion entre Ms Marvel et Gwenpool. Alors que Gwenpool ne souhaite pas dialoguer Ms Marvel la convainc de parler de ce qu'elle ressent et de faire face à qui elle est réellement. Ms Marvel étant un personnage que j’apprécie beaucoup j'aime la voir prendre cette place d'amie qui refuse de combattre quelqu'un quand elle peut l'aider émotionnellement. Ceci permet aussi de recréer l'origine de Gwenpool et donc de lui offrir un futur potentiel un peu différent.

    *
    **
    *** Un one shot sympathique et sauvé par un dernier numéro que j'ai beaucoup apprécié
    ****
    *****

    Image : Éditeur