la petite bande

  • La petite bande

    CW: Harcèlement scolaire, vomissements

    La Corse de nos jours. Une classe de collège écoute un exposé concernant la pollution de l'eau commise par une usine locale. Une pollution rendant la baignade et la pèche impossible. Les enfants demandent pourquoi l'usine n'est pas fermée si elle est dangereuse. Les réponses ne leur conviennent pas. A la récréation, quatre membres de la classe commencent à parler et à élaborer un plan. Si les adultes ne peuvent ou ne veulent rien faire. Ne serait-il pas possible d'agir? Mais que faire? Pourquoi pas faire exploser l'usine. Mais un concours de circonstance les force à kidnapper le patron de l'usine et à décider ce qui lui adviendra.

    SPOILERS

    Le film semble annonce de l'écologie. Tout commence autours de la question de la pollution d'une rivière et de ce qu'il faut faire pour la rendre vivante à nouveau. D'autant que la pollution est presque invisible, seule la mort des poissons et la maladie des gens qui s'y baignent le prouve. Mais, dès le début, on comprend que leurs raisons ne sont pas entièrement en faveurs de l'écologie. Celles-ci sont données vers la fin du film et montrent des enfants en danger. Illes ne savent pas forcément comme réagir, mais illes essaient. Illes souffrent des souffrances qui vivent leurs parents et que leurs parents s'infligent et leurs décisions visent à atténuer ces souffrances. Touxtes, en fait, connaissent une forme de solitude et de tristesse. Et c'est cette solitude qui va définitivement créer une amitié entre elleux.

    Ceci me permet de dire que nous avons un film qui tente de réellement comprendre l'enfance et les débuts de l'adolescence. Qui essaie de créer des personnages qui parlent et agissent comme cela devrait être le cas pour leur âge. Illes sont gauches, incertains mais aussi sans peurs. Les adultes sont quasiment absents de leur vie, en dehors des parents, et l'école n'en a pas. On ne voit pas d'enseignant-e-s ni de surveillant-e-s durant la récréation. Ce qui leur permet de parler de leurs plans, mais aussi de voir comment le harcèlement scolaire peut avoir lieu. Jamais un adulte ne sera présent pour l'empêcher alors que tous les enfants savent et que rien n'est réellement caché.

    Certains actes des enfants sont difficiles à justifier, cruels. Il faut donc garder une forme d'innocence pour elleux. La réalisation le fait en écrivant un patron haïssable. On le voit via le jeu de l'acteur, ses dialogues mais aussi la photo. Par exemple, une scène permet de créer des cornes diaboliques sur la tête du patron. Sa première apparition est quasiment cauchemardesque, les enfants se cachant tandis que cet homme marche lourdement tout en fumant. Cet homme est presque caricatural dans sa méchanceté puisqu'il essaie de tuer les enfants à plusieurs reprises. Mais c'est une justice naturelle qui s'occupera de lui, sauvant la bande.


    ** 
    *** Un film... acceptable
    **** 
    *****

    Image : IMDB