qu'est-ce que l'esclavage

  • Qu'est-ce que l'esclavage? Une histoire globale par Olivier Grenouilleau

    Titre : Qu'est-ce que l'esclavage? Une histoire globale
    Auteur : Olivier Grenouilleau
    Éditeur : Gallimard 2014
    Pages : 512

    On ne présente plus Olivier Grenouilleau qui est probablement l'un des historiens de l'esclavage les plus connus en France (bien que de nombreuses autres personnes méritent tout autant d'être connues). Je n'ai lu que deux livres, avec celui-ci, de cet historien. Le premier était son fameux livres sur les traites négrières. Un livre dense et touffus mais extrêmement complet si j'en crois mes maigres connaissances. Ce livre est du même style, très dense et parfois avec un but difficile à comprendre. L'auteur tente d'y répondre à une unique question et écrit, pour cela, dans les 400 pages (le reste étant constitué de notes). Le livre est divisé en trois parties de trois chapitres.

    La première partie s'intéresse aux représentations de l'esclavage selon une méthode en dehors des réalités objectives selon l'introduction. L'auteur débute en posant la question du lien entre esclavage et éthique. Il marque une forme d'ambiguïté puisque l'esclavage est autant combattu que défendu en usant des même sources. Il continue son essai en observant la manière dont est représenté l'esclavage lors de la Révolution industrielle et de l'apparition du salariat comme forme de contrôle des capacités productives humaines. Enfin, un dernier chapitre pose la question des représentations au sein de la discipline historique. Ces trois chapitres démontrent des difficultés à définir le terme d'esclavage, difficultés qui dépendent de l'époque et donc d'un contexte économique et politique précis.

    La seconde partie pose la question de la définition que l'auteur divise selon trois caractéristiques. En premier lieu, un esclave est un autre. Les esclaves sont sortis non seulement de leur famille mais aussi de leur société d'origine. Il n'y a pas de possibilité de créer une nouvelle organisation lignagère en tant qu'esclave. Il n'y a pas d'entrée au sein de la communauté politique. Si on obéit à un esclave de haut rang, comme le dit l'auteur, c'est parce qu'on obéit à son maitre via l'esclave. En second lieu, un esclave est possédé par une personne. Le but de la possession n'est pas uniquement productif mais peut aussi se lier à une question de prestige ou de pouvoir. Enfin, l'esclave est un humain à la frontière de l'humanité. Selon l'auteur, les esclaves sont déshumanisés tout en restant humains. Si j'ai bien compris ce qu'écrit Grenouilleau, c'est le possesseur de l'esclave qui peut sortir ou faire rentrer au sein de la communauté humaine.

    La dernière partie est nommée "dynamiques." Grenouilleau commence par essayer de comprendre la provenance de l'esclavage. Il examine plusieurs thèses comme le passage du cannibalisme à la capture ou la naturalité de l'esclavage pour des populations ayant atteint un certain niveau de complexité sociale. Cela lui permet ensuite de définir ce qu'est une société esclavagiste. Cette définition posée, il peut poser la question du renouvellement des sociétés esclavagistes. Est-ce qu'il est possible de créer un renouvellement via les naissances ou une traite est-elle toujours nécessaire? Enfin, l'auteur examine la fin de l'esclavage. Il observe les résistances et leurs maigres réussites. Seules Saint-Domingue a réussi à créer une république d'anciens esclaves, ce qui lui a couté cher. Il examine aussi la manière dont les abolitions ont pu avoir lieu et leurs relations avec les révoltes.

    Dans sa conclusion, Grenouilleau parle d'un livre qui marque la fin d'un cycle de recherche. Un livre qui doit être suivi de deux autres examinant l'abolitionnisme. Ce livre ne serait qu'une introduction aux deux autres. Un travail nécessaire pour comprendre les mouvements qui ont permis la fin de la traite et de l'esclavage, ou plutôt leur condamnation universelle. Comme je l'ai dit plus haut, c'est un livre dense. Les références sont nombreuses aussi bien pour des recherches actuelles que pour des auteurs plus anciens. La lecture peut être difficile, mais intéressante. Cependant, je pense nécessaire de posséder un minimum de connaissances générales de l'histoire de l'esclavage avant de se lancer dans ce livre.

    Image: Éditeur