trevor baxendale

  • Torchwood 14. The Undertaker's Gift par Trevor Baxendale

    Titre : Torchwood 14. The Undertaker's Gift
    Auteur : Trevor Baxendale
    Éditeur : Penguin 15 décembre 2014
    Pages : 256

    Cardiff est en sécurité. Torchwood s'occupe de toutes les bizarreries qui pourraient arriver. Mais, dernièrement, les aliens et les objets dangereux sont de plus en plus nombreux. Trois personnes ne sont pas suffisantes pour s'occuper de tout en même temps alors que l'existence de Torchwood commence à être connue par la rumeur publique. Pire encore, des avocats basés dans le futur tentent de poursuivre Torchwood en justice pour avoir détruit le XXIème siècle. Jack Harkness serait responsable de destructions incalculables. Et l'un des moyens que la firme utilise est la menace d'un assassinat. La firme nomme aussi l'appareil qui serait responsable de la destruction du XXIème siècle. Une vieille légende de Torchwood qu'il est urgent de retrouver.

    SPOILERS

    Il y a une chose que je ne comprends pas dans ce roman : Gwen Cooper. Rien de ce qu'elle fait dans ce roman ne me semble en accord avec la manière dont elle est caractérisée dans la série. Elle est censée être capable de prendre le contrôle de Torchwood en cas d'absence de Jack. Mais elle est écrite comme capricieuse, refusant l'aide de Ianto parce qu'elle croit que Jack veut être certain de ses capacités. Ianto, d'ailleurs, est rapidement inutile et ne semble se soucier que de son apparence plutôt que d'être la personne extrêmement qualifiée décrite dans la série. Les caractérisations sont ratées.

    Sans être particulièrement mauvais ou bon le roman est surtout très lent. Il faut de nombreux (courts) chapitres pour commencer à comprendre ce qui est en train de se dérouler. Des passages entiers du roman me semblent peu intéressants mais sont détaillés par l'auteur. Pourtant, ce même auteur garde le secret sur des événements importants qui permettent de résoudre l’intrigue ! Ainsi, le deus ex machina des derniers chapitres n'est jamais réellement expliqué. Il est commenté par les personnages après qu'il a eu eu lieu ! Ce qui laisse la personne qui lit remplir les trous à la place de l'auteur, démontrant une forme de paresse de la part de Trevor Baxendale.


    ** 
    *** Pas abominable, mais très loin d'être un bon roman
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Torchwood 4. Something in the water par Trevor Baxendale

    Titre : Torchwood 4. Something in the water
    Auteur :  Trevor Baxendale
    Éditeur : Penguin 31 juillet 2014
    Pages : 256

    CW : épidémie, meurtres, maltraitance animale

    Bob Strong est docteur. Il doit s'occuper d'une femme qui a tenté plusieurs fois de se suicider, du moins selon la police. Cette femme, du nom de Saskia Harden, le fascine. Alors qu'il s'occupe d'elle une épidémie commence à se déclarer près de Cardiff. Les autorités ne pensent pas que celle-ci soit dangereuse et poussent à rester calme. Mais Torchwood sait que quelque chose d'étrange est à l'œuvre. Et il se pourrait que Saskia Harden ne soit pas ce qu'elle dit être.

    SPOILERS

    Il est assez drôle de terminer ce livre en pleine pandémie alors que l'intrigue parle d'une épidémie et mentionne la grippe aviaire. Les descriptions des dangers d'une épidémie ne sont pas longues. Mais l'auteur fait attention à bien montrer le problème des hôpitaux en surcharge et des personnes qui ne savent ni qui croire ni quoi faire pour se protéger. Pourtant, le roman est sorti en 2014.

    J'ai trouvé ce roman pas trop mal écrit. Contrairement aux autres, nous avons là une menace importante. Torchwood est réellement la dernière défense face à une tentative d'invasion. Les événements sont très rapides, une question de jours, alors que l'équipe est de plus en plus épuisée, et souffre de l'épidémie comme le reste de Cardiff. Mais je me demande pourquoi ce roman se déroule plus loin dans la série que les autres ? Y a-t-il une erreur dans l'ordre des romans de ma part ? C'est possible.

    *
    ** 
    *** Un peu meilleur que les autres et qui ne traine pas en longueur.
    **** 
    *****

    Image : Éditeur

  • Deep time (Doctor Who). The glamour chronicles 3 par Trevor Baxendale

    Titre : Deep time (Doctor Who). The glamour chronicles 3
    Auteur : Trevor Baxendale
    Éditeur : Penguin 8 septembre 2015
    Pages : 256

    Le Docteur et Clara se rendent dans un lointain futur. Un homme extrêmement riche capable de s'acheter des systèmes solaires pour son week-end prépare une expédition avec l'aide des plus grands expert-e-s en archéologie, histoire, ingénierie et navigation. Dans ce groupe de personnes très intelligentes les rôles de Clara et du Docteur ne sont pas faciles à comprendre. Le Docteur, lui, sait exactement ce qu'il fait. Il sait que ce groupe essaie d'explorer le dernier trou de ver du mythique empire des Phareon. Cette race a soudainement disparu après avoir été l'une des plus puissantes de l'histoire. Bien que les raisons de cette disparation soient inconnues le Docteur soupçonne que le Glamour pourrait y être lié. Et il n'y a rien de plus dangereux que cet objet dans l'univers.

    En ce qui concerne cette trilogie je suis partagé. J'ai bien aimé le premier tome. Le second était trop mauvais. Ce troisième me réconcilie avec l'histoire. En peu de pages l'auteur a réussi à m'impliquer dans le destin des personnages. Bien que j’aie eu mes préférés ce qui leur arrive a pu me toucher. Les décors sont assez vastes et variés. En effet, on aurait pu croire à huis clos angoissant (ou raté) mais l'auteur décide d'aller dans une autre direction. Bien que l'on se doute de la solution le voyage reste sympathique à lire. Ce tome conclut assez bien la trilogie et est assez plaisant à lire.

    *
    **
    ***
    **** Un troisième tome assez réussit avec un Docteur bien plus proche de celui que je connais sous les traits de Capaldi.
    *****

    Image : Éditeur

    9781101905791

  • Prisoner of the Daleks par Trevor Baxendale

    Titre: Prisoner of the Daleksprisoner.125.jpg
    Auteur: Trevor Baxendale
    Éditeur: BBC 2009
    Pages: 251

    Parfois le TARDIS n’emmène pas le Docteur ou il souhaiterait être. Et parfois ça semble ennuyer le Docteur. Mais il est ennuyé surtout quand le TARDIS semble l'emmener sur une planète qui n'a pas connu de vies humaines depuis des centaines d'années. Il est encore plus ennuyé quand il se retrouve enfermé cinq jours durant dans une salle sur cette même planète à cause d'un programme informatique qu'il n'avait pas identifié. Mais, ce qui l’ennuie vraiment, c'est quand des Daleks viennent le chercher sur cette même planète. En effet, alors que des humains le sortent de sa prison, des Daleks atterrissent pour explorer la planète. Ils ne pourront s'enfuir qu'au prix d'une lourde perte même si ils réussissent à capturer un Dalek vivant. Et celui-ci leur offre une information précieuse. Les Daleks tentent de découvrir une faille dans le temps et l'espace pour l'utiliser durant la guerre qu'ils mènent contre les humains. Le Docteur, pris dans une guerre qu'il ne devrait pas avoir connue, n'aura d'autres choix que de stopper les Daleks. Mais si tout allait vraiment mal et qu'il se retrouvait enfermé dans la plus gigantesque et la plus sécurisée des prisons?

    J'ai bien aimé ce livre. Il faut dire que les Daleks sont les ennemis les plus impressionnant et les plus tenaces du Docteur. Peu importe ce qu'il fait ils reviennent toujours! Ce tome prend place avant la Guerre du Temps ce qui place le Docteur sur des charbons ardents. Il ne doit, en effet, surtout pas trop en dire sur le futur. Mais ce livre nous permet aussi de voir les conséquences d'une guerre contre les Daleks. Dans la galaxie les deux forces détruisent des planètes à tour de bras et ce sans vraiment regarder en arrière. Cependant, je trouve dommage que les caractères principaux ne soient pas plus développés et servent surtout de chaire à canon. Néanmoins, une scène me restera toujours en tête. Celle qui place le Docteur en train de chercher dans ses poches un objet alors que Daleks et humains l'observent et sont sur le point de mourir. Elle aurait été d'un très bon effet en image.

    Image: BBC

  • The darksmith legacy: the game of death par Trevor Baxendale

    Titre: The darksmith legacy: the game of death117px-DWDL6_Game_of_Death.jpg
    Auteur: Trevor Baxendale
    Éditeur: BBC 2009
    Pages: 127

    Voici le troisième et dernier tome dont je parlerais aujourd'hui. Le Docteur et Gisela ont suivi le robot Agent en espérant qu'il les amènerait vers un endroit qui permettrait de détruire le cristal. Le TARDIS réapparait donc dans la désolation argentée. Un endroit ou deux galaxies se sont percutés et dans lequel ne reste rien d'autre que des débris et du vide. Et pourtant, en sortant du TARDIS le Docteur et Gisela se retrouvent dans une jolie maison de campagne gardée par un jardinier souriant et une femme âgée mais pleine de vie. Celle-ci est très heureuse d’accueillir le Docteur et Gisela avec ses autres invités célèbres. En effet, le jeu de la mort va commencer bientôt.

    Un jeu de la mort dans lequel concourent les plus grandes célébrités de la galaxie? Voila qui est alléchant. Mais ce jeu n'est pas ce que croient les invités. Plutôt qu'un gala de charité ils vont devoir survivre et se battre. Le plus intéressant dans cette intrigue n'est pas vraiment de savoir qui va survivre et qui va mourir. Les personnages secondaires ne sont pas très utiles sauf en tant que nourriture sur pâtes. Non, ce qui est intéressant c'est de savoir qui est le monstre qui chasse les humains. Bien que j'avais des soupçons qui se son avérés justes par la suite j'avoue avoir été surpris de savoir que les choses ne sont pas si simples que cela. L'intrigue principale, elle, n'avance que petit à petit puisque le Docteur ne sait pas encore qui a commandé le cristal. Mais il est proche de le trouver grâce au cerveau du robot envoyé contre lui.

    Image: Tardis Index Files

  • Wishing Well par Trevor Baxendale

    Titre: Wishing Welldrwhowishingwell_125.jpg
    Auteur: Trevor Baxendale
    Éditeur: BBC 2007
    Pages: 239

    Rien de tel que des scones avec de la confiture et un peu de crème n'est ce pas? Le Docteur et Martha sont absolument d'accord (et moi aussi par la même occasion) et s'apprêtent à rendre visite à un salon de thé anglais pour prendre ce petit plaisir. Le TARDIS apparaît donc dans les environs d'un petit village typiquement anglais qui, malheureusement, ne possède aucun salon de thé. Ce n'est pas si grave puisqu'il possède deux choses très intéressantes: un puits à vœu et un pub nommé malicieusement Drinking Hole. Dans ce dernier les deux amis rencontrent une grande partie des habitants du village ainsi que trois autres touristes. Ceux-ci disent préparer un guide mais, en fait, ils viennent creuser aux abords du puits car une légende dit que celui-ci cache un trésor digne d'un roi! Mais le Docteur ne pense pas que ce soit la seule chose qui s'y cache. Il pense qu'un monstre s'y s'est terré et qu'il ne faut surtout pas lui permettre de vivre car il se pourrait que rien ne puisse lui résister.

    Mis à part m'avoir donné l'envie de manger des scones qui sont, probablement, l'un des plats les plus délicieux au monde tout en étant l'un des moins sains, ce livre se trouve dans la tradition des histoires de fantômes qui semblent être nombreuses en Grande Bretagne. Nous pouvons aussi y trouver, comme toujours, la petite morale qui justifie le livre en entier. Celle-ci est très facile à reconnaître et attaque l'avidité. Je pensais aussi me retrouver avec une refonte de The Stone Rose qui s'attaquait au thème de la dangerosité des vœux. J'ai donc été agréablement surpris de retrouver une autre histoire dont j'ai plutôt apprécié le développement. Le Docteur est toujours aussi doctoresque et savant alors que Martha gagne encore un peu de galon en étant un minimum utile et courageuse. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage d'Angela que j'ai trouvé particulièrement drôle et savoureux.

    Image: BBC