xavier huetz de lemps

  • Histoire de l'Europe urbaine 5. La ville coloniale par Odile Goerg et Xavier Huetz de Lemps

    Titre : Histoire de l'Europe urbaine 5. La ville coloniale
    Auteur-e-s : Odile Goerg et Xavier Huetz de Lemps
    Éditeur : Seuil 19 avril 2012
    Pages : 464

    Sur les 6 tomes que compte cette histoire de l'Europe urbain il y en a un qui ne se déroule pas au sein de l'espace européen. Celui-ci s'intéresse à la période du XVème au XXème siècle dans le cadre des colonies construites par les européens dans un monde pensé comme vierge ou décadent, mais qui ne l'est pas. Les auteur-e-s doivent examiner le fait urbain à la fois dans un cadre temporel large et dans un cadre spatial important puisque le livre s'intéresse aussi bien au continent asiatique qu'africain ou aux Amériques. Le livre est divisé en trois parties.

    La première partie s'intéresse aux premières expériences portugaises et espagnoles. En ce qui concerne l'Espagne, les auteur-e-s nous montrent que la colonisation se forme par les fondations de ville. Celles-ci permettent de contrôler l'espace et les populations. Il faut donc créer un réseau de ville capable de contrôler un espace rural parfois très important. Dans le cas portugais, les urbanisations servent à contrôler des lieux de commerces. Les créations sont modestes mais peuvent dépasser les ambitions de base.

    Une seconde partie permet de comparer les différents continents de colonisation: l'Asie, l'Afrique et les Amériques. Les Amériques fonctionnent selon les traditions européennes. Les villes sont construites selon un plan en damier qui permet une extension contrôlée mais aussi une spécialisation facilitée des lieux. Le continent africain connait d'abord des comptoirs, avec peu d'habitant-e-s venu-e-s d'Europe. Les populations sont fortement divisées selon leur provenance géographique afin de garder le contrôle. Enfin, l'Asie permet de voir le passage des comptoirs aux villes contrôlées par l'Europe. Là aussi, une division ethnique est mise en place avec la réforme des villes.

    La troisième partie est la plus importante. Elle s'intéresse à la période d'hégémonie européenne dans le monde. Les influences de l'Europe sont majeures dans la constructions et les réformes des villes. L'idée principales et d'ouvrir la ville afin de permettre une circulation de l'air, selon les idées hygiénistes de l'époque. Les modes et les pensées européennes sont imposées, les styles autochtones seront rarement respectés, au prix de destruction incomprises de monuments ou de bâtiments culturels et religieux. De plus, la ville est construite et gérée de manière à donner l'ascendant aux habitant-e-s venu-e-s d'Europe. Les quartiers sont divisés selon l'ethnie et les infrastructures en dépendent. C'est le cas aussi des questions politiques et sociales qui sont construites en faveurs des colons, les autochtones ayant difficilement accès.

    Comme le disent les deux conclusions du livre. L'Europe a eu un fort impact sur l'urbanité des autres continents via la colonisation. Cependant, l'idée de division et de refondations de ville n'est pas parfaite. Les histoires des autochtones influencent aussi les styles venus d'Europe. Les autochtones ne sont pas sans capacité d'action face au monde européen

    Image: Éditeur